Marseille. Capitale du crime (1820-1940). Laurence Montel

2 septembre 2009

marseille-le-panier

Crédit photographique : Marseille. Le panier. Les accoules, par Marionzetta, 2007
Certains droits réservés (licence Creative Commons)

____________

Laurence Montel, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820-1940)

thèse de doctorat, Université de Paris X Nanterre, 2008, dact., 2 vol., 990 f°.

Si l’image de Marseille s’améliore depuis une dizaine d’années, la cité phocéenne évoquait encore assez largement, dans les années 1980-1990, une ville dangereuse et tout particulièrement, la ville par excellence du Milieu ou, pour employer un terme plus scientifique, de la criminalité organisée. Elle continuait de s’imposer comme le « Chicago français », la capitale du crime en France. La volonté d’explorer la genèse de ces représentations est à l’origine de cette thèse, qui débute vers 1820, alors que la ville, royaliste, est dynamisée par une croissance soutenue et la disparition d’un banditisme encore très actif durant la Révolution et l’Empire. Elle se clôt à la fin des années trente, une fois apparu le motif fameux du « Milieu marseillais ». La longue durée rend possible l’examen du passage du banditisme d’Ancien Régime à des formes modernes de vols et de trafics. Elle autorise aussi une étude de l’image de Marseille et de sa criminalité allant contre l’idée couramment admise d’une mauvaise réputation ancestrale et invariable.

Les milieux criminels émettent si peu de sources propres que leur histoire est d’abord celle des discours dont ils font l’objet. Leur repérage dans la presse, la littérature et les ouvrages scientifiques (droit, criminologie) ne soulève pas de difficulté méthodologique majeure. L’identification de l’objet dans les sources institutionnelles (préfecture, police et justice1 ) est en revanche plus délicate parce qu’il n’existe aucun moyen de distinguer a priori les sources portant sur ces milieux des autres. Aucune incrimination ne renvoie en effet automatiquement aux milieux criminels. Pour surmonter cet obstacle, il était possible de retenir puis de pister dans les archives, tout au long de la période, quelques infractions estimées caractéristiques. Mais outre qu’on risquait ainsi de plaquer sur la criminalité organisée du XIXe siècle des catégories actuelles, c’était ignorer les transformations du droit et des pratiques pénales.
Aussi a-t-on préféré dresser un état de l’ensemble des infractions jugées, en procédant par coupes2, avant d’identifier au cas par cas les affaires le plus certainement liées aux milieux criminels, c’est-à-dire traduisant des pratiques déviantes réitérées et susceptibles d’assurer des revenus réguliers. On s’est servi, pour opérer cette sélection, des comptes rendus d’assises, des arrêts de la chambre d’accusation et des motivations des jugements correctionnels. Les infractions les plus représentatives ont ensuite été relevées de façon systématique en justice criminelle (associations de malfaiteurs, vols qualifiés, fausse monnaie, crimes de sang propres aux milieux criminels), de façon plus ponctuelle en correctionnelle, et réparties en trois grandes catégories : les prédations et les prélèvements, qui regroupent toutes les atteintes aux biens résultant de l’enlèvement, par l’astuce ou la force, d’un butin ; les trafics, qui reposent sur un échange volontaire, du moins dans un premier temps, entre le coupable et la « victime » ; les actes de violence relevant des milieux criminels.

Après un prologue portant sur les chroniques du Milieu marseillais des années 1960 aux années 1990, la thèse s’organise en trois parties chronologiques : « le temps des voleurs » (1820 – années 1870), « le temps des Nervis » (années 1870 – années 1900) et « Marseille ville du Milieu » (années 1910 – années 1930).

Première partie : Le temps des voleurs (1820 – années 1870)

L’imaginaire d’un Marseille criminel contemporain n’atteint pas le registre de la littérature avant les années 1880. Dans la littérature locale antérieure à ces années, s’il existe un imaginaire criminel, il est romantique, nostalgique et passéiste. Il s’organise autour des thèmes de la cour des miracles et de la gueuserie, ancrées dans les vieux quartiers (l’actuel Panier) et ne traduit ni l’existence de zones de non-droit, ni un sentiment d’insécurité véritable, car la vision du crime ainsi brossée, positive, sert de support à des angoisses identitaires engendrées par le recul progressif de l’idiome local, les grandes transformations portuaires et urbaines, et les bouleversements sociaux. Par ailleurs, les récits de voyage, la littérature panoramique, et la littérature pré-scientifique des années 1820-1870, témoignent que Marseille est loin, alors, de figurer un coupe-gorge pour les observateurs parisiens. Exotique capitale du Midi durant la Monarchie de Juillet, elle est décrite sous le Second Empire, dont on connaît le tropisme méditerranéen, comme une ville dynamique, en plein essor, qui force l’admiration. Dans un imaginaire national encore fortement clivé entre Paris, chef-lieu de la modernité, et une province observée sous l’angle de la ruralité, Marseille, grande ville de province, mais de taille encore modeste, figure un non-lieu du crime.

Pour les décennies 1820 et 1830, les sources judiciaires vont dans le même sens. Les actes de banditisme traditionnel, tels que les vols avec violence, sont très rares, et les pratiques illicites régulières poursuivies devant les tribunaux sont des vols collectifs de marchandises, des trafics de biens volés (recel), de monnaie (fausse monnaie) et des actes de contrebande (vin). Les faux-monnayeurs, qui disposent d’un savoir-faire technique et comptent souvent, parmi eux, des ouvriers qualifiés, sont de loin les plus savants et les mieux organisés de ces acteurs déviants, avec les voleurs qui cambriolent les domaines des négociants. Une nébuleuse distincte, différente, est formée par les nombreux voleurs d’auberges et de garnis, ainsi que les multiples chapardeurs des quais, quecous et mandri décrits par Taxile Delord dans Les Français peint par eux-mêmes, tous marginaux plus ou moins jeunes, enfants des rues, vagabonds, journaliers misérables des deux sexes, cherchant l’embauche ou la bonne affaire sur le quai de Rive-Neuve dévolu au chargement et au déchargement des marchandises. Un droit de glanage tacite autorise ce petit peuple à s’approprier les produits abandonnés par le négoce. Mais à côté des marchandises souillées, mouillées ou avariées, des échantillons de produits sains sont régulièrement prélevés dans les sacs et consommés, ou cédés à bas prix à des commerçants volontiers complices.

Entre 1820 et 1870, ces grappillages portuaires, comme les cambriolages de domaines et de domiciles, engendrent un marché parallèle des biens volés dont le dynamisme est à relier à un marché de la consommation étroit et local, sur lequel circulent des biens encore onéreux pour une majeure partie de la population. Un marché d’alcool de contrebande, perceptible par bribes, paraît aussi prospérer. Ces deux marchés parallèles, que les autorités condamnent, semblent plutôt tolérés par une population qui stigmatise prioritairement les cambriolages de domiciles particuliers. Ils ne renvoient pas à une criminalité organisée puissante et structurée. Au regard de la criminalité, il est de ce fait légitime d’évoquer une « belle époque » censitaire, qui repose sur une croissance et un dynamisme économique retrouvés, dans un cadre encore traditionnel. Certes, des bouleversements urbains et sociaux s’annoncent, à commencer par l’essor du phénomène migratoire et des classes ouvrières. Mais avant le Second Empire, ils n’engendrent ni déséquilibres sociaux, ni pathologie urbaine majeure.
Le contentieux criminel et correctionnel s’accroît sous le Second Empire, notamment dans les années 1860, lorsque la croissance marseillaise marque le pas. Les tribunaux sanctionnent encore nombre de petits trafics endémiques mais le déplacement du trafic maritime vers les nouveaux espaces portuaires scelle la fin des grappillages sur le quai de Rive-Neuve, et les institutions privilégient la répression des détournements commis dans les nouveaux espaces industriels. Ces infractions, toujours apparentées à des illégalismes populaires, restent éloignées de la criminalité organisée. Cette dernière est mieux représentée par des bandes de faux-monnayeurs toujours dynamiques, innovantes et en voie d’internationalisation, et par des bandes de redoutables voleurs. La surveillance des associations malveillantes est serrée dans ce département peu fidèle à Napoléon III. Elle est assurée par des institutions policière et judiciaire désormais plus efficaces, plus sévères et mieux organisées – autant de facteurs susceptibles d’accroître artificiellement la visibilité des groupes criminels. Néanmoins, la réapparition de bandes violentes est une réalité qui polarise un sentiment d’insécurité émergent. Celles qui se composent en majeure partie d’immigrés italiens, détroussent des diligences, et attaquent des fermes isolées, défraient la chronique et polarisent un discours qui associe le phénomène migratoire à une criminalité importée jugée anachronique, et vouée à disparaître, dans la France industrielle du Second Empire. Mais apparaissent aussi, dans le cœur de la ville, des bandes d’escarpes semblables à celles qui ont troublé les nuits parisiennes dès la Monarchie de Juillet.

A la fin des années 1860, les administrateurs locaux réclament l’étatisation de la police municipale, c’est-à-dire sa prise en charge partielle par l’Etat, selon le modèle lyonnais. Mais le gouvernement s’y refuse en avançant que la classe ouvrière marseillaise ne présente pas les mêmes risques d’agitation politique que celle de Lyon. La participation financière de l’État ne sera effective qu’à partir de 1907, après trois décennies qui voient Marseille changer de stature criminelle et politique.

Deuxième partie : le temps des Nervis (années 1880 – années 1900)

D’après les récits parus dans les années 1960-1990, le Milieu marseillais naît au début du XXe siècle dans le quartier réservé, un quadrilatère exigu situé derrière la mairie, où la prostitution était tolérée sous surveillance administrative. Dans les années 1900, la bataille aurait fait rage pour son contrôle, entre les souteneurs de la bande de Saint-Jean, implantés dans le dit quartier, et ceux de la bande de Saint-Mauront, issus d’un faubourg ouvrier moins rentable. Ces souteneurs sont appelés « nervis ». Il était impossible d’ignorer ce modèle explicatif. Aussi a-t-il servi de point de départ à cette étude des années 1880-1900, qui fait aussi du « nervi » son pivot central.

Vers 1840, les « nervis » sont, dans la presse et dans les jugements correctionnels, des ouvriers et des artisans tapageurs qui molestent les bourgeois et perturbent les réjouissances de la bonne société. Oubliés de la belle croissance libérale de la Monarchie de Juillet, ils révèlent l’existence d’antagonismes sociaux dans ce Marseille qui n’abrite pas encore de classe ouvrière particulièrement politisée. En cette même année 1840, Gustave Bénédit, professeur au conservatoire de Marseille et critique musical au Sémaphore, érige le nervi en personnage littéraire dans Chichois vo lou nervi de Moussu Long (Chichois ou le nervi de Monsieur Long). Il lui prête une mise recherchée mais outrancière, ainsi qu’un goût imparable pour l’indiscipline, le tapage et les plaisanteries douteuses. Le succès du portrait est tel, que le nervi devient bientôt un type marseillais incontournable. Ouvrier déviant, il n’est pas, jusqu’à la fin du Second Empire, un malfaiteur. Son personnage renvoie plutôt aux questionnements et aux inquiétudes identitaires polarisés sur l’idiome local, les usages, et les traditions, menacés par la modernité. Mais dès les premiers temps de la IIIe République, alors que ces débats proprement marseillais paraissent s’atténuer, son image se dégrade. Il devient un voyou, un récidiviste incapable d’amendement, un fainéant et un agitateur politique. A partir des années 1890, sa réputation de souteneur n’est plus à faire. Aux côtés de l’escarpe et du malfaiteur, il hante, la nuit, les vieux quartiers qui n’évoquent plus une cour des miracles romantique, mais un vaste coupe-gorge.

Récidivisme, trafic de prostitution, anarchisme, association criminelle, ville criminogène forment l’arrière-plan de cet imaginaire local, qui s’aligne en fait sur des schèmes nationaux, alors que la question criminelle, médiatisée par la presse grand public, devient une problématique politique et sociale de premier plan. L’intégration des classes laborieuses au projet républicain déporte la stigmatisation sociale vers d’autres catégories de la population, parmi lesquelles les récidivistes, les anarchistes, les souteneurs et les bonneteurs, se trouvent au premier plan ; et si l’individu déviant inquiète, son esprit d’association préoccupe plus encore. L’intention de protéger le corps social et en particulier, les classes populaires, justifie la loi sur la relégation et le vagabondage spécial du 27 mai 1885 (lire le texte sur Criminocorpus), la réforme du code pénal sur l’association de malfaiteurs en 1893, et le durcissement des lois contre les trafiquants de femmes en 1903.

L’entrée du nervi et de Marseille dans un nouveau régime imaginaire, lisible à l’échelle extra-marseillaise, est une condition nécessaire à leur intégration dans l’imaginaire criminel national. Il faut encore, néanmoins, que les récepteurs nationaux s’en emparent. Divers éléments le permettent à la Belle Époque : Marseille, célébrée comme une grande ville, acquiert sa place parmi les lieux du crime, dont on pense désormais qu’ils sont surtout urbains3. Dans le contexte de la crise apache, les nervis marseillais attirent les regards et gagnent leurs galons de criminels. Leur médiatisation est bien réelle au début du XXe siècle, et les récits de leurs affrontements, qui mettent d’ailleurs en scène les nervis de Saint-Jean et de Saint-Mauront, vont inspirer les chroniqueurs de la fin du siècle.  L’étude des sources institutionnelles invite toutefois à discuter l’association immédiate de ces événements à la naissance du Milieu. En effet, la criminalité et la délinquance organisées des années 1880-1900 ne se limitent pas à eux. En outre, le lien entre les souteneurs du début du siècle et les grandes figures du Milieu de l’entre-deux-guerres ne va pas de soi.

Les souteneurs sont peu visibles dans les sources tant qu’ils ne suscitent pas de véritable peur sociale et qu’ils ne sont pas l’une des principales cibles de la répression. Ils le deviennent à partir des années 1870. Deux décennies plus tard, il ne fait aucun doute que des conflits récurrents opposent des souteneurs concurrents, voire des bandes ennemies. Les contemporains, puis les chroniqueurs des années 1960-1990 qui racontent la querelle pour le contrôle du quartier réservé, ne s’y trompent donc pas. Toutefois, les deux bandes de Saint-Jean et Saint-Mauront ne se heurtent, d’après les sources institutionnelles, qu’autour de 1903-1905 et bien vite, les intrus sont refoulés vers leur faubourg. De plus, les souteneurs de Saint-Jean ont aussi affaire à leurs voisins de la Joliette et du Lazaret. Enfin, d’autres bandes rivales se heurtent à la frontière de leurs quartiers respectifs situés en périphérie. Ces violences collectives dépassent largement le seul terrain de la prostitution et relèvent aussi des logiques de la violence juvénile. Sur le devant de la scène à la Belle Époque, cette dernière est exacerbée, à Marseille, par le durcissement du contexte économique, social et politique local. Dans les années 1900, la brutalité des relations sociales est en effet très grande. C’est une période de crise économique et de fermeté politique. La droite reprend la mairie à Siméon Flaissières, maire socialiste. Profitant d’une abondante main-d’œuvre peu coûteuse et des faibles prétentions des ouvriers étrangers, le patronat assure ses bénéfices en comprimant les salaires. Le difficile quotidien des ouvriers marseillais n’est pas sans expliquer une explosion des violences qui dépasse le seul cadre des milieux criminels4.

Dès lors, la violence des souteneurs ne semble plus pouvoir être interprétée comme la pure expression de leurs intérêts professionnels. Le nombre important de souteneurs violents d’origine corso-italienne, mais de nationalité française, pose la question de la réussite sociale offerte aux immigrés de la deuxième génération, dans une ville qui n’y semble propice ni par ses structures sociales, ni par son offre de formation. Le lien trop rapidement établi entre la culture corse et ces violences est, lui aussi, à nuancer : l’engagement de nombreux Corses dans ce trafic s’explique plus vraisemblablement par la proximité entre leur quartier marseillais d’adoption, le Panier, et le quartier réservé. La diaspora corse offre en outre un cadre propice à l’organisation de filières internationales sûres et efficaces.

Les souteneurs de la Belle Époque ne peuvent pas, par ailleurs, être consacrés précurseurs du Milieu, dans la mesure où ils ne résument pas l’ensemble des milieux criminels du début du siècle, ni n’en sont même les acteurs dominants. Le trafic de prostitution repose sur un réseau complexe de lieux tolérés et clandestins, dont la gestion et la propriété reviennent à toute une cascade de proxénètes, de leurs gérants à leurs propriétaires. Ces trafiquants bénéficient d’une implantation territoriale et d’un capital pécuniaire, sinon foncier, ainsi que du vernis de respectabilité du commerçant ou du propriétaire. En position de force sur ce marché, impliqués dans des transactions aussi bien licites qu’illicites, ils sont plus proches de ce que seront les élites du Milieu des années Trente, que les souteneurs, qui font partie, à la Belle Epoque comme ensuite entre les deux guerres, des petites mains du crime. Enfin, le large panel de prédations, de prélèvements et de trafics réprimés, observable dans les sources institutionnelles, témoigne qu’on ne peut pas identifier aux seuls affrontements des nervis, l’origine de la criminalité organisée contemporaine. Le tableau du tournant du siècle est, en effet, bien plus luxuriant.

Du côté des grappillages, on constate la forte prévalence des vols à l’étalage tandis que les divers délits de l’époque précédente tendent à n’être plus accessibles qu’aux professionnels ayant accès aux espaces ponctionnés – c’est en particulier le cas dans les espaces portuaires. Trois nouvelles catégories de voleurs d’habitude se font plus visibles en correctionnelle : les pickpockets, les voleurs et voleuses à l’entôlage, et les bandes d’escrocs, dont les victimes sont souvent des étrangers de passage, spoliés sur les terrains de boules, dans les rues autour de jeux truqués, ou le temps de leur escale. L’étude de la répression criminelle amène ensuite à mettre en évidence une modernisation des prédations et des prélèvements, sous le coup de l’industrialisation et de l’essor du capitalisme. Les établissements bancaires connaissent, par exemple, leurs premières attaques à main armée dans les années 1900. Par ailleurs, l’outillage des bandes s’enrichit, tout comme le savoir-faire de certains voleurs. Les perceurs de coffres-forts et les dompteurs d’alarmes électriques font partie d’une élite recherchée qui incarne, pour le grand public, la modernité criminelle. Les contemporains, qui plébiscitent Arsène Lupin, voient à l’inverse, et plus que jamais, l’emploi de la violence en vue du vol comme un anachronisme, une sauvagerie primitive. Est-ce à ce rejet consensuel de la violence qu’il faut relier la multiplication des vols avec violence jugés par les tribunaux marseillais de la Belle Epoque ? Commis majoritairement par de jeunes gens désargentés, ils paraissent toutefois s’accorder au contexte économique et traduire les difficultés quotidiennes d’un lumpenprolétariat dépourvu de savoir-faire technique, et appelé à former la classe la plus brute des voleurs.

Quoique ces mutations du vol et du monde des voleurs soient remarquables, la spécificité du tournant du siècle se situe plutôt du côté des trafics et en correctionnelle5. L’offre de services illégaux s’ajoute à celle de biens illégalement acquis. Elle procède d’une réglementation juridique en essor, productrice de normes variées, économiques, sociales et récréatives. Parmi les trafics implantés dans l’espace marseillais, les fraudes relèvent majoritairement d’illégalismes populaires. Les quelques organisations repérables dans les secteurs de l’alcool, des allumettes et du tabac étranger, sont de faible envergure. Les deux trafics renvoyant clairement à des groupes organisés, en plus du trafic de prostitution, sont ceux des biens volés et des jeux prohibés.

Le recel s’est fait plus discret dans les sources. La part des commerçants intéressés par le rachat de biens volés semble s’amoindrir, dans un contexte de réglementation plus stricte du brocantage. Le marché paraît dès lors plus volatile, d’autant plus qu’il est en extension, par delà Marseille. On observe néanmoins de nouvelles formes de transactions dans le domaine des titres volés, et de nouveaux types de réseaux de distribution reposant sur une division du travail rigoureuse entre voleurs, receleurs et revendeurs.

Le secteur des jeux prohibés est dans l’ensemble florissant, que ce soit sur la voie publique, dans des bars ou en maison6. Si le secteur des jeux sur la voie publique ne paraît pas très structuré, il en va différemment des paris sur les courses. Les magistrats mentionnent l’existence d’agences puissantes se partageant le marché, mais dont les bailleurs de fonds ne sont jamais atteints, la justice sanctionnant essentiellement les courtiers, les tenanciers de bar complices, et quelques intermédiaires. Le secteur des maisons de jeux est, de son côté, plus disparate. Les établissements paraissent indépendants et il en existe de toutes tailles et à l’intention de clientèles plus ou moins recherchées. Les grandes maisons ont pour façade des cercles privés autorisés. Les plus petites se camouflent dans des appartements et déménagent fréquemment. Ce secteur ressemble à celui du sexe tarifé d’autant qu’il stimule, de la même façon, un marché parallèle de l’immobilier. Ses acteurs dominants, des hommes aisés d’âge mûr, sont même encore moins stigmatisés que les tenanciers et tenancières de maisons closes.

A côté de ces trafics locaux, des trafics internationaux se développent à partir des années 1880-1890. Leurs instigateurs tirent profit de la fonction d’interface du port de Marseille, affermie dans les décennies précédentes par la multiplication des compagnies de navigation et l’instauration de lignes régulières. Ils s’insèrent dans les voies légales du grand commerce maritime, à une époque où la croissance des échanges marchands marque le pas, mais où le trafic voyageur connaît un essor sans précédent. L’activité la plus emblématique de la période est la traite des femmes qui assure le turn-over des prostituées dans les établissements locaux et internationaux. On ne peut pas saisir, dans les sources marseillaises, l’intégralité de ce trafic international. Le port phocéen n’est d’ailleurs qu’une escale parmi d’autres, en direction notamment de l’Afrique du Nord (Le Caire), et de l’Amérique du sud (en particulier, Buenos Aires), via Barcelone et Dakar. Si certaines prostituées s’expatrient apparemment de leur propre initiative, il semble que des trafiquants contrôlent l’essentiel des échanges. L’internationalisation frappe aussi le trafic de fausse monnaie, toujours en pointe.

L’étude des sources institutionnelles permet donc d’aller bien au-delà des seules violences des souteneurs pour le contrôle du quartier réservé. Ces dernières impulsent toutefois une réaction de grande ampleur des pouvoirs publics, outre que les atteintes aux passants, aux indicateurs et aux témoins, se multiplient suffisamment pour engendrer un mouvement d’opinion de grande ampleur. Le gouvernement étatise la police de la Sûreté et fait de Marseille le siège de la 9e brigade de police mobile. Ainsi, à la fin des années 1900, la figure du nervi a imposé la dangerosité criminelle locale comme une réalité nationale sans équivoque. Mais l’implication de l’Etat dans le maintien de l’ordre marseillais a encore des causes plus profondes : il s’agit de mieux contrôler cette grande ville populaire à la classe ouvrière remuante qui a élu comme maire, dans les années 1890, le socialiste Siméon Flaissières.

Troisième partie : Marseille ville du Milieu (années 1920 – années 1930)

Les années vingt et trente voient véritablement émerger un crime organisé qui se traduit, dans les sources policières et imprimées, de plus en plus riches et focalisées sur ces questions, par l’essor de l’imaginaire du Milieu. Si l’on peut parler de crime ou de criminalité organisée, c’est parce que les institutions répressives sont confrontées à des malfaiteurs qui élaborent des stratégies diverses et souvent efficaces pour contrer leur action. Les premiers signes de tels comportements sont visibles dès la Belle Epoque mais  ils ne s’épanouissent vraiment qu’entre les deux guerres.

En vue d’assurer leur impunité, voleurs et trafiquants font d’abord preuve d’une vigilance « organisante » de leur quotidien, visant à retarder leur identification par la police : entres autres, usage de fausses identités, de prêtes-noms, pratique de la mobilité et sélection des fréquentations. En cas d’enquête ou d’information, d’autres stratégies sont déployées, à commencer par l’absence complète de coopération. Les accusés les plus fortunés s’entourent d’habiles avocats. Ceux qui disposent d’un réseau de solidarité efficace parviennent à s’entendre avec leurs co-inculpés. Ils recrutent des témoins complaisants et neutralisent les témoins à charge ou les victimes, par la menace ou une transaction. Ces pratiques sont le fruit d’un long mouvement d’acculturation judiciaire, dont on perçoit des signes dès le premier XIXe siècle (ententes entre co-inculpés, dénégations). Ils se précisent à partir des années 1890 (simulation de la folie, intimidation de témoins, recul net de l’aveu), puis s’épanouissent dans les années vingt et trente. Certains inculpés sont alors si intimidants, que de nombreux citoyens refusent, même sans menace avérée, de collaborer avec la justice. La défiance des Marseillais envers leurs institutions répressives paraît maximale.

Il est vrai que la Sûreté marseillaise ne semble plus assurer ses missions avec la rigueur qui s’impose. Manquant d’agents, elle ne peut pas quadriller efficacement l’espace marseillais7 . Mal équipée en téléphones et en automobiles, elle peine à arrêter des malfaiteurs très mobiles. La proportion importante d’agents corses nuit à la qualité du service : certains d’entre eux ne peuvent éviter de fraterniser avec les trafiquants insulaires. Enfin, les faibles perspectives de carrière et le mauvais encadrement des inspecteurs et des brigadiers, tout particulièrement dans les secteurs des mœurs et des jeux, sont plus propices à la corruption qu’au zèle. Dès les années vingt, les entorses aux règlements et les ententes entre certains agents et certains trafiquants, sont réelles dans le secteur de la prostitution. En 1938, la réputation de la police d’Etat est si sévèrement et publiquement entachée, qu’une enquête interne et un remaniement  s’imposent.

Tout au long de la période, certains trafiquants de femmes et de jeux bénéficient donc du laxisme de ces services. Les plus chanceux, les plus habiles, profitent aussi des relations de clientèle qu’ils entretiennent avec certains hommes politiques locaux. Les grands partis, à l’exception du parti communiste, s’offrent, en effet, les services d’agents électoraux qui se présentent comme des commerçants disposant de vitrines légales (établissements nocturnes, bars, maisons closes autorisées), mais sont en réalité des trafiquants. Paul Carbone et François Spirito entretiennent des relations de proximité avec Simon Sabiani, au sein du P.S.C., puis du P.P.F. La S.F.I.O. délègue de son côté son service d’ordre à Noël Renucci, puis à Antoine Guérini. Tous sont connus des services de police pour tremper dans divers trafics illicites. L’agent électoral s’engage au service de l’homme politique de plusieurs façons : en participant au service d’ordre, en intimidant éventuellement les adversaires, en intervenant dans les élections, en contribuant aux fonds de campagne. Ces collusions  servent l’ambition sociale des trafiquants et leur assurent une position dominante dans les milieux criminels. Ils peuvent aussi espérer la protection de leur patron en cas de démêlés avec la justice.

Tout semble alors concourir à faciliter les activités des trafiquants et des voleurs et à entraver l’action des institutions répressives. Cela complique la tâche de l’historien. Les sources de police occupent désormais une place accrue mais on sait le lot de soupçons et de fantasmes qu’elles véhiculent et il faut lire avec encore plus de prudence celles de la Sûreté. Les dossiers de la police mobile, plus crédibles, informent d’abord sur les vols et les trafics internationaux. Enfin, les sources judiciaires ne touchent qu’exceptionnellement les malfaiteurs les plus puissants qui, comme Paul Carbone et François Spirito, échappent à la répression. Elles permettent cependant de mettre en évidence les formes de l’économie criminelle banale de cette période.

La diminution relative des violences recentre la répression correctionnelle sur les atteintes aux biens non violentes. A côté des fraudes et de multiples grappillages peu en rapport avec les milieux criminels, le tribunal traite une partie des cambriolages les plus bénins, non accompagnés d’agression, quand bien même ils auraient été commis avec des circonstances aggravantes. Il statue aussi sur la majorité des grappillages commis dans les nouveaux espaces portuaires par des vagabonds, des employés, mais aussi par des voleurs de profession. Ces soustractions témoignent de dysfonctionnements nouveaux dans ces espaces pourtant spécialisés, et à vocation cinétique. La progressive implication du commissaire spécial et d’agents fonctionnaires dans le maintien de l’ordre semble salutaire. De leur côté, les assises reçoivent en priorité les affaires les plus graves : celles qui mettent en jeu des armes, l’usage de la menace et de la force, et l’emploi de l’automobile. Souvent volée et maquillée, cette dernière s’impose comme l’outil indispensable des bandits modernes, agresseurs à main armée visant les transporteurs de fonds, ou « pilleurs » de trains de marchandises – selon l’expression alors employée par la police et la presse. Ces malfaiteurs déterminés, mobiles et violents si nécessaires, forment des bandes organisées qui retiennent toute l’attention de la police et de la justice depuis les années 1910. En 1937, Marseille apparaît comme leur point de ralliement, et leur audace ne met que mieux en évidence l’inefficacité de la Sûreté locale. Aussi en 1938, l’arrestation d’une douzaine de malfaiteurs accusés d’avoir soustrait, arme au poing, 180 kilos d’or pur dans un train de marchandises, redore-t-elle son blason.

Dans l’entre-deux-guerres, les trafics représentent une part toujours croissante de la répression correctionnelle, et désormais, la principale occupation des hommes du Milieu. Parmi les trafics locaux, celui de l’alcool frelaté renvoie toujours majoritairement à des illégalismes populaires. On observe la recomposition du secteur des jeux prohibés, à la suite de l’autorisation accordée en 1907 aux stations balnéaires et thermales d’ouvrir des casinos, puis de la création du Paris Mutuel Urbain et de la Loterie nationale, respectivement en 1930 et 1933. L’innovation majeure est à chercher du côté des machines à sous, placées dans des bars et contrôlées par des malfaiteurs. Le secteur des jeux, ses bénéfices et son organisation, sont moins faciles à appréhender, pour cette période, que celui de la prostitution, manifestement au faîte de son développement. En 1932, le secteur légal s’accroît par suite d’un arrêté autorisant les maisons de rendez-vous et leur installation en dehors du quartier réservé. Nombre d’établissements clandestins sortent alors de l’ombre. Les établissements illégaux n’en continuent pas moins de prospérer, en particulier les hôtels de passe. L’administration s’emploie désormais à sanctionner, sans grande efficacité, les tenanciers et les propriétaires des lieux, plutôt que les souteneurs. Quoique moins diabolisés, ces derniers restent des rouages importants du trafic.

Les chroniqueurs du Milieu marseillais opposent généralement une Belle Epoque violente et des années trente pacifiées, les années vingt figurant un entre-deux. Mieux vaut invoquer une probable domestication de la violence, visible au nombre faible, désormais, de victimes collatérales, lors des affrontements. Cette évolution se profile après l’intensification du quadrillage policier de la fin des années 1900. Les souteneurs ont probablement été contraints à plus d’autocontrôle. Mais d’autres facteurs ont pu jouer, comme l’atténuation des violences juvéniles et la disparition des bandes de quartier, ou le déplacement des luttes de l’espace marseillais à l’espace montmartrois. Serait-ce parce que Marseille ne prête plus matière à conflit ? Le journal communiste Rouge Midi affirme en 1938 que le marché local de la prostitution est partagé entre Carbone et Spirito et les frères Guérini. Les sources institutionnelles confirment la puissance de ces trafiquants sans apporter toutefois la preuve formelle de cet arrangement.

A côté de ces trafics toujours ancrés dans l’espace local, les trafics internationaux, prenant Marseille pour pivot, se développent. Il ne s’agit pas du trafic de fausse monnaie : Marseille ne paraît plus située sur ses axes majeurs. A la traite des femmes, qui se perpétue, s’ajoute un trafic d’armes plus visible, notamment au moment de la guerre d’Espagne (Carbone, Spirito, De Lussats s’y distinguent). Mais ces années sont surtout marquées par l’essor du trafic de stupéfiants, dont le pouvoir rémunérateur dépasse celui du trafic de prostitution. Jusqu’à l’application de la loi du 12 juillet 1916, la répression est restée faible. Par la suite, la marginalité comme les stigmates du monde des stupéfiants s’accroissent, à un moment où la demande outre-atlantique se fait plus forte. La France sert d’interface entre l’Asie et l’Amérique du Nord. Par Marseille transitent de grandes quantités d’opium, en provenance de Chine, puis du Levant. Dans les années trente, cette drogue est à peine concurrencée par la cocaïne et l’héroïne. D’après les sources policières, dans les années vingt, les filières chinoises et indochinoises qui reposent sur une main-d’œuvre abondante, sont les plus dynamiques. Dans la décennie suivante, la maîtrise du territoire marseillais revient à des bandes de trafiquants corses qui disposent d’une logistique plus sophistiquée. Leurs membres, des hommes mûrs souvent partis de peu et voleurs dans leur jeunesse, tirent profit de ce trafic mal réprimé et très rémunérateur.

Dans l’entre-deux-guerres, les milieux criminels et leurs activités rencontrent l’intérêt accru des relais d’opinion et des milieux culturels. La pègre et le Milieu deviennent des entrées privilégiées de l’imaginaire criminel et Marseille un pôle essentiel. Entre 1928 et 1932 en particulier, les bas-fonds de Marseille sont à la mode. Comme Montmartre, ils sont sinistres sur leurs marges, mais festifs en leur centre, identifié au quartier réservé. Marseillais, ils sont peuplés de nervis. Portuaires, ils sont exotiques. Ils abritent une pègre qui ne se confond plus avec la gueuserie romantique, et qui, suivant l’air du temps, se peuple de trafiquants, au détriment des voleurs. Il est alors autant question de « pègre » que de « Milieu ». Ces mots désignent tous deux des milieux criminels émancipés des classes laborieuses ; ils constituent les criminels d’habitude (ou de profession) en catégorie spécifique, composée d’individus reconnaissables à leurs stigmates corporels (tels que tatouages, sobriquets et cicatrices), à leurs mœurs particulières (la loi du silence, l’usage parcimonieux de la parole) et en situation de rupture sociale. Ainsi, le Milieu n’incarne pas encore, à la fin des années vingt, la modernité criminelle, et Marseille n’est qu’en apparence la « capitale du crime » en France. Elle apparaît bien plus comme le théâtre d’une pègre d’opérette, en particulier dans Détective, qui regorge d’allusions au Midi, au soleil, à la bonne humeur et à la galéjade. Dans ce magazine, on rit des morts qu’on fait voter. Dans l’esprit des années vingt, Marseille évoque enfin l’aventure, les horizons lointains, la quête de soi. L’analogie entre Marseille et Chicago, contemporaine de ce moment, paraît, par conséquent, superficielle.

Ce système de représentations se rompt dans la première moitié des années trente, sous l’effet de la crise et des à-côtés de l’affaire Stavisky. En 1934, le conseiller Prince, chargé d’une partie de l’instruction, est assassiné. L’inspecteur Bonny, qui mène l’enquête, désigne, comme coupables, Paul Carbone, François Spirito et le baron de Lussats. Les trois hommes, rapidement mis hors de cause, à juste titre semble-t-il, sont bruyamment soutenus par Simon Sabiani, au moyen de placards apposés dans la ville de Marseille.  Aussi la presse fait-elle bientôt d’eux les modèles d’un nouveau genre de bandits : des trafiquants de haut vol dont les relations dans les milieux politiques et industriels leur permettent d’éviter la prison et de jouir, par suite, ostensiblement, de leurs revenus conséquents. Ils fréquentent les dancings huppés, s’habillent avec luxe et dépensent sans compter. Dans une France en crise, leurs festins font scandale. Pourtant, ils incarnent aussi une force virile regardée avec envie. A partir de ce moment, le mot « Milieu » est associé à ces malfaiteurs d’un genre nouveau, tandis que les bas-fonds et leur pègre sont, tout à la fois, dépeints comme les reflets d’un monde en crise, relégués dans des temps révolus, et réévalués : le temps des Apaches éclot alors comme une Belle Epoque des milieux criminels. Le mot « Milieu » évoque à présent une modernité criminelle d’ordre industriel et capitaliste, d’inspiration nord-américaine plus qu’italienne, mais il se distingue, dans la langue française, du « gangstérisme » associé au vol à main armée et au kidnapping. Il suggère un crime organisé édulcoré, présentable et respectueux de certaines valeurs universelles – ce que les sources judiciaires appellent à nuancer – mais qui ne prête, cependant, plus à rire. D’ailleurs, les pratiques politiques marseillaises, le clientélisme et la corruption, suscitent l’indignation. Si Marseille apparaît bientôt comme la matrice du Milieu français et la capitale du crime en France, c’est d’abord en raison de la médiatisation, dans ce contexte spécifique, des collusions entre certains politiques locaux et certains trafiquants ; mais c’est aussi du fait de la prise en main des lieux de plaisirs montmartrois par des Corses de Marseille.

L’avènement du Milieu marseillais coïncide avec la péjoration de l’image de la ville. La cité est au cœur de différentes affaires incommodantes, de l’attentat contre le roi de Yougoslavie en 1934, à l’incendie des Nouvelles Galeries et au scandale policier de 1938. A la suite de rapports très critiques sur les finances locales, la ville est placée sous la tutelle d’un administrateur extraordinaire. Tout se passe alors comme si redresser Marseille permettait de rassembler les forces vives de la nation, en ces temps de montée des périls. Mais à Marseille, le Petit Provençal, organe socialiste proche d’Henri Tasso, le maire déchu, orchestre une campagne de presse qui vise à défendre la cité phocéenne contre les calomniateurs parisiens. En la matière, le discours local prend une tournure défensive et l’on voit poindre alors les tensions et la défiance qui opposent, aujourd’hui encore, Marseillais et Parisiens, sur les thèmes de l’honnêteté méridionale et de la réputation de la cité phocéenne.

L’étude sur la longue durée des représentations contemporaines des milieux criminels et de Marseille, et du travail des instances judiciaires et policières, permet ainsi de souligner que Marseille n’a pas souffert, de tout temps, d’une mauvaise réputation. Si sa dangerosité criminelle s’est affirmée à la Belle Epoque, elle ne s’est vue affublée d’une stature criminelle dominante qu’à partir de l’entre-deux-guerres, et tout particulièrement, de la deuxième moitié des années trente. Ce mouvement, que les contemporains ont eu tendance à associer à diverses caractéristiques culturelles et ethniques locales,  doit beaucoup, en premier lieu, à l’essor des trafics illicites. Quoique leur pénalisation s’accroisse, ils restent mal réprimés et se prêtent donc mieux que les vols, à une pérennisation fructueuse. Il est aussi tributaire de la position et de la fonction de Marseille en Méditerranée, ville-carrefour aussi bien pour les échanges économiques que pour les déplacements humains, ville d’escale disposant d’un quartier réservé. Enfin il a pu être favorisé par divers facteurs locaux, tels que la croissance d’une population ouvrière faiblement qualifiée et mal rémunérée et, dans l’entre-deux-guerres, une certaine défaillance des institutions locales, tandis que les luttes politiques, très violentes, sont favorables aux collusions entre milieux politiques et milieux criminels.

Laurence MONTEL

  1. Les séries 4M (police) et 1M (préfecture) se sont avérées très utiles pour appréhender, au premier XXe siècle, les proxénètes en dehors des lois et les groupes criminels puissants qui relèvent moins de la répression que de la surveillance, en raison de leur capacité à se soustraire à la justice. []
  2. Pour les assises, 1812-1820, 1845-1847, 1852-1860, 1876-1878, 1896-1898, 1906-1908, 1934-1938 et pour la correctionnelle, 1846, 1906, 1936. []
  3. Jean-Claude Farcy, « La ville contemporaine (XIXe-XXe siècles) est-elle criminogène ? », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crise ?, Créaphis, 2005, p. 20-31. []
  4. Cf. Céline Régnard-Drouot, Nécessité et honneur. Violences quotidiennes, violences criminelles à Marseille (1851-1914), thèse d’histoire, Université d’Aix-Marseille I, 2006, 866 f°. []
  5. Aux assises, leur part s’amoindrit. Le recel est majoritairement correctionnalisé tandis que le trafic de fausse monnaie, encore florissant dans les années 1890, décline des années 1900 aux années 1930. []
  6. On jouait à Marseille avant 1870, en particulier dans l’arrondissement du Grand Théâtre (opéra actuel). En l’état des recherches, il est difficile de dire si le secteur était contrôlé par des milieux interlopes. []
  7. La commune de Marseille, étendue sur 23 000 ha, ne dispose que de 1 500 gardiens de la paix, alors que Paris en compte 17 000, pour un territoire de 8 000 ha. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Thèses

2 commentaires pour “ Marseille. Capitale du crime (1820-1940). Laurence Montel ”

  1. Guy Penaud le 21 octobre 2009 à 16:29

    Une remarque sur cette phrase de votre résumé.
    “En 1934, le conseiller Prince, chargé d’une partie de l’instruction, est assassiné.”
    Deux erreurs dans cettre phrase :
    1er : le conseiller Prince ne fut jamais chargé d’une partie de l’instruction, puisqu’il appartenait au Parquet.
    2e : rien n’indique que le Conseiller Prince a été assassiné. Toutes les enquêtes ou investigations ont démontré le contraire.
    Bonny a indiqué dans son rapport que les auteurs de “l’assassinat de Prince” étaient les trois truands marseillais (ce qui a entraîné leur arrestation) tout simplement parce que Georges Simenon (eh, oui, le père de Maigret !) avait publié dans la presse des articles soutenant cette thèse.
    Bien sincèrement,
    Guy Penaud

    NB : voir mon site internet sur Wikipedia

  2. JM Berlière le 25 janvier 2010 à 22:21

    Je confirme les remarques de Guy Penaud : pour avoir étudié longuement (et de très près) l’affaire Prince (qui a beaucoup ému et excité l’imagination des contemporains à commencer par les Dijonnais !) il semble très difficile de conclure à autre chose qu’un suicide camouflé (maladroitement) en crime pour sauver son honneur et préserver l’avenir de ses enfants (Prince était en partie responsable d’une grande partie des “dérobades judiciaires” de Stavisky).
    Sur l’affaire, l’enquête, on se reportera à l’excellent livre de l’historien américain Paul Jankovski qui s’est donné la peine – contrairement à tous ceux qui ne font que reprendre les fantasmes d’une période où l’antiparlementarisme était avec le fantasme du “crime policier et maçonnique” une des lubies les mieux partagées – d’analyser les archives judiciaires et policières d’une grande richesse (Paul Jankowski, Cette vilaine affaire Stavisky. Histoire d’un scandale politique, Fayard, 2000.
    Les pages concernant l’affaire Prince, l’enquête, etc… sont 343-364…


Carnets de recherche