Philippe Charlier (dir.), Seine de crimes : morts suspectes à Paris, 1871-1937 (compte rendu de Laurent López)

seine-de-crimesSeine de crimes, scènes de crimes, l’intitulé de l’ouvrage dirigé par le médecin-légal et anthropologue Philippe Charlier joue sur les mots en signalant ainsi l’origine du fond archivistique qui nourrit son iconographie. En effet, les photographies regroupées par thèmes dans la première partie du livre proviennent des archives de la préfecture de Police à Paris et dressent une sorte de portrait macabre de quasiment toute la durée de la Troisième République. Signalons immédiatement la belle facture de l’objet éditorial qui, sans relever de la catégorie « beaux livres », est structuré par une maquette attrayante mettant en valeur des reproductions photographiques réussies. L’essentiel des clichés montre des cadavres, entiers ou en partie(s), de victimes d’homicides, de suicidés ou de suppliciés après exécution de la peine de mort ; apparaît même la dépouille d’un cheval, seule victime mortellement touchée par un attentat anarchiste en 1905. Clichés d’anonymes ou de célébrités du crime, comme Jules Bonnot, par exemple, sont ici rassemblés pour montrer des aspects des nouvelles techniques inquisitoriales judiciaires mais plus encore pour développer une réflexion globale sur la diffusion des images du corps, en particulier lorsque ce dernier surgit des archives policières ou des dossiers de procédure criminelle…

Lire la suite de ce compte rendu de Laurent López sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...