Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2015/02

Janvier 2015

Merci à la police !?

« Une sorte de pétition nationale bouleversante, qui dément tout déclinisme, tout abstentionnisme. Ce fut comme un réveil d’inconscient, républicain, patriote. C’est cela qui a ému le monde entier, les étrangers aussi ont voté France….

Dans une société banalisée, normalisée, l’événement est l’expression du merveilleux démocratique.» (P. Nora)

 

Notre vie, notre vision et perception du monde ne seront plus tout à fait les mêmes depuis les tueries de janvier.

L’histoire de la police non plus…

Le 11 janvier, j’étais dans une partie de la manifestation, bd Voltaire, qui résonnait toutes les deux minutes du cri : « Merci à la police !!! »

Quelque peu interloqué, j’ai voulu en avoir le cœur net : je me suis installé à l’angle du Bd Voltaire et de la rue Oberkampf et pendant près de deux heures j’ai vu et entendu la même chose…

Après la Nation, retour place de la République : de jeunes beurs (pas très nombreux il est vrai) criaient « Hommage à la police » …

Tout ceci se déroulait pour moi dans un contexte très particulier : celui des journées de sensibilisation à la Shoah des jeunes gardiens de la paix sortis des centres de formation et sur le point de rejoindre leur affectation. Une action, voulue par un préfet de Police ancien directeur de la Gendarmerie nationale (alors qu’il n’existe rien de semblable pour les jeunes gendarmes !) et pérennisée par ses successeurs. Une action qui en est à sa 10e année et qui a touché près de 10 000 jeunes gardiens (leur âge moyen, comme leur niveau d’étude a considérablement augmenté, chômage oblige…)

Imaginez le contexte : rappeler à ces jeunes policiers, quels furent le rôle, l’action, de leurs prédécesseurs dans la répression raciale mise en place conjointement par l’État français et l’occupant nazi à partir d’octobre 1940 : leur donner des exemples de comportements très différenciés — du zèle épouvantable au sauvetage forcément discret, mais efficace — et dresser le bilan nuancé et contrasté de cette implication… et cela au moment même où trois de leurs collègues étaient abattus par des tueurs assassinant de sang-froid des caricaturistes et des juifs que les policiers doivent aujourd’hui protéger.

Les pancartes brandies par des dizaines de manifestants de toutes origines —

« Je suis Charlie

Je suis Ahmed

Je suis juif

je suis policier

nous sommes la République » —

fournissaient le lien et l’intro à ces moments qui resteront dans ma mémoire.

Tout comme l’ambiance et l’émotion de la minute de silence au Mémorial de la Shoah, le vendredi 12h : bourdon de Notre Dame (j’avais raté les 3 autres occasions de l’entendre au 20e siècle), 100 gardiens au garde à vous, le personnel du Mémorial … le tout sous une pluie glaciale et battante… alors que nous ignorions ce qui était en train ou sur le point de se dérouler dans « l’hyper cacher » de Saint Mandé.

 

Merci la police : un moment historique ?

Ce cri scandé par des dizaines de milliers de manifestants des heures durant ce 11 janvier constitue une première, du jamais « vu » (et entendu) de mémoire d’historien de la police contemporaine.

En effet, le 6 février 1934, policiers et surtout gendarmes avaient déjà pas mal contribué à la défense (sinon au salut) de la République, autour du Palais Bourbon, mais une gauche et une droite aussi gênées l’une que l’autre (à gauche on ne saurait saluer des policiers même s’ils ont sauvé la République, à droite, on ne saurait condamner et critiquer des « braves gens », des « malheureux » fonctionnaires d’autorité qui ont obéi aux ordres : la lecture de l’Humanité, du Populaire et de l’Action française des jours suivants est édifiante de ce point de vue !) n’avaient pas salué gendarmes, gardes mobiles et policiers.

Quant aux « Vivent les flics » criés le 25 août 1944, ils ne résistèrent pas au souvenir et au rappel du rôle des mêmes policiers sous l’Occupation…

Si tous les gens qui criaient encore il y a deux mois « Halte à la répression policière » et autres slogans antiflics après le 3e décès en 46 ans d’un manifestant tué par le maintien de l’ordre pouvaient se rappeler que policiers et gendarmes sont aussi des citoyens et le meilleur rempart de la république et des libertés (tout est question de formation et d’éthique)… Jean Cabut et ses copains ne seront pas morts pour rien

Jmb

 

Lire la suite de la Lettre aux amis de la police 2015-2 (PDF)