Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2015/05

Je ne savais pas dans quoi j’avais mis les pieds…

en donnant très (trop bien sûr) rapidement quelques remarques et indications bibliographiques sur le crime de Lurs et ce qui est devenu « l’affaire Dominici » !
Entre 10 et 15 méls par semaine après que la Lettre a été « postée », de nouveaux abonnés à inscrire, etc… et puis des conseils de lectures passionnantes, des remarques et développements intéressants, des liens d’une grande richesse, la « rencontre » par courriels interposés de véritables « dominici-logues », des gens passionnés, éclairés, compétents, mais pondérés, prudents (sauf dans la condamnation du « livre-scélérat », véritable imposture qui transforme un crime sordide en affaire d’espionnage international à deux Euros 99 centimes « révélée » par une enquête dont méthodologie et déontologie laissent pantois…).
Comme je m’en voudrais de ne pas en faire profiter les amis (l’un d’entre eux a même décidé de modifier son projet de vacances pour aller sur les lieux du crime…) je vous donne en vrac quelques nouvelles : elles sont plutôt bonnes.
■ Un policier qui a occupé de hautes fonctions dans la PJ (Paris, Marseille), passionné par une affaire dont il connaît le détail (et les archives !) sur le bout des doigts, a écrit un ouvrage rigoureux dont il m’a adressé le manuscrit. Un travail fouillé et complet. Après avoir relu tous les documents, PV, rapports originaux, il a repris l’affaire comme un historien le ferait : à partir de toutes les archives : judiciaires, policières, de toutes les sources (journalistiques, testimoniales…).
Il en ressort une synthèse que je dirais définitive — si je n’étais pas comme tous les historiens sensible aux révisions que permettent de nouvelles découvertes toujours possibles — et des conclusions dont la pertinence et la logique n’empêchent pas la modestie et l’humilité. On ne saura jamais la vérité : qui a tué (Gustave ou Gaston, Gustave ET Gaston : quelle est la part de chacun) ? À la suite de quel malentendu tragique avec les Drummond, campeurs improvisés pour leur malheur à proximité de la Grande terre et d’un clan particulièrement anxieux des conséquences possibles de l’éboulement de terrain sur la voie SNCF consécutif à l’inondation de « la luzerne », le drame s’est-il déroulé ? Qui a tué et quand la petite Elizabeth ? Qui l’a transportée à l’endroit où son corps fut retrouvé (à 70m de la Hillman de ses parents), qui a fouillé et volé les affaires de la famille anglaise… ? Mais les hypothèses proposées, appuyées sur une expérience professionnelle acquise après des décennies dans la PJ et une recherche pointilleuse dans les archives, confirment ce que beaucoup pensaient dès l’époque : l’implication à des degrés divers de tous les membres du « clan » — femmes comprises — une implication qui explique mensonges, demi-aveux, demi accusations… […]

Jean-Marc Berlière

 

Lire la suite de la Lettre aux amis de la police 2015-5 (PDF)