Les gendarmes dans la Résistance

gendarmesLe rôle de la gendarmerie sous l’Occupation n’a jamais fait l’objet d’une étude sérieuse, objective et exhaustive. Il est encore largement occulté par toutes sortes de déformations et de confusions qui n’ont jamais été scrupuleusement éclaircies. Non, la gendarmerie n’a pas été un instrument zélé au service de l’État vichyste. Non, la gendarmerie n’a pas été un relais docile de la politique de collaboration. Non, la gendarmerie n’a pas été massivement complice des rafles et des déportations. Au contraire, de nombreux soldats bleus, écoutant leur conscience, ont rejoint très tôt la Résistance. Ils ont œuvré dans les réseaux existants, créé leurs propres antennes, combattu dans l’ombre contre l’occupant. C’est le souci de rétablir une vérité historique ignorée qui a inspiré cet ouvrage à Pierre Accoce. Ils furent au total 12 000 gendarmes, le quart de l’effectif de l’arme, à participer activement à la Résistance. Un pourcentage dont aucun autre corps de métier ne peut se prévaloir et qui témoigne de l’enracinement des valeurs patriotiques et républicaines chez ces gardiens de l’ordre et de la sécurité.

Pierre Accoce, né en 1928, journaliste et écrivain. Journaliste depuis 1950. Rédacteur en chef de encyclopédie médicale La Médecine de A à Z, de 1970 à 1971. Chroniqueur médical à L’Express. Parmi ses livres: Ces malades qui nous gouvernent (en collaboration avec le docteur Rentchnick), prix Littré 1977 pour le premier des trois tomes de cet ouvrage ; Les Français à Londres 1940-1941, prix de la Résistance 1990, Médecins à Diên Biên Phu, prix Raymond-Poincaré 1992.

Vous aimerez aussi...