Un héros – Vie et mort de Georges Guingouin

guinguinLe roman nous fait suivre le destin de Georges Guingouin, figure héroïque et controversée de la Résistance. Cet instituteur laïc et communiste va organiser, dans la forêt limousine, l’un des plus grand maquis de France et finira par libérer Limoges. Pour y parvenir, il doit affronter la police vichyste, la milice et l’armée allemande, mais aussi entrer en conflit avec la direction du parti communiste qui voit en lui un « fou qui vit dans les bois ». Dirigeant habilement et avec un grand courage les opérations de sabotage et de soulèvement, il n’obéit qu’à sa conscience et à son intelligence politiques, au mépris des consignes du Parti qui ira jusqu’à envoyer un tueur pour tenter de le liquider. Tout sera mis en oeuvre, pendant et après la guerre, pour que ce grand résistant paie son insoumission. Celui que De Gaulle a défini comme « l’une des plus belles figures de la Résistance » sera fait Compagnon de la Libération, alors que beaucoup d’anciens collaborateurs ou de pseudo résistants essayaient de le faire passer pour un tueur et un bandit. Maire de Limoges jusqu’en 1946, chassé du Parti en 1952, il redevient instituteur. En février 1954, emprisonné sous de fausses accusations, Georges Guingouin est tabassé par ses gardiens qui le laissent pour mort. Il mettra deux mois à se rétablir, avant d’être libéré. Il meurt en 2005 sans avoir jamais courbé l’échine. Le récit de cette vie hors du commun se lit comme un roman d’aventures. Il éclaire les tensions d’une violence prodigieuse qui peuvent naître, en période de guerre, entre l’idéalisme révolutionnaire et les intérêts politiques.

Jean-Pierre Le Dantec vit à Paris. Ingénieur et architecte de formation, il est l’auteur de plusieurs essais sur l’architecture et l’art des jardins, et de cinq romans.

S’agissant de l’emprisonnement de Georges Guigouin en février 1954 :

guingouin« Policiers et magistrats enquêteurs ont gardé pour le « préfet du maquis » une haine tenace. Ainsi prend forme, lorsqu’il apparaît que l’accusation n’est pas fiable et qu’une mise en liberté provisoire est imminente, la tentative de liquidation. Le 22 février 1954, les Renseignements généraux sont avertis que Guigouin s’est suicidé dans sa cellule. Un inspecteur venu constater le décès trouve le prisonnier assis sur sa couchette. Une erreur de timing dont on peut penser qu’elle lui a sauvé la vie. Par dépit, une demi-heure plus tard, le surveillant-chef Méron et le gardien Cueille entreront dans sa cellule et le tabasseront à coup de gourdin pendant plus d’une demi-heure. Guingouin, entre la vie et la mort, est transporté à Toulouse, à l’hôpital, puis en service psychiatrique. Rétabli en quelques semaines, il est ramené à la prison de Brive, et vite mis en liberté provisoire : le dossier d’accusation est vide… » (Lire le Point, Guingouin, l’éternel rebelle, récit par Georges Châtain) 10/06/04 – N°1656 – Page 302 – 1864 mots)

Dossier sur l’une des plus belles figures de la Résistance, Georges Guigouin, surnommé  » Lou Grand «  surnom que lui valait sa haute stature surmontée d’un béret, qui ornera sa tête jusqu’à ses derniers jours…

Guinguin__l’éternel_rebelle__doc_10_juin_2004

 


Vous aimerez aussi...