Une si jolie petite fille : les crimes de Mary Bell

Une si jolie petite fille : les crimes de Mary Bell

Une si jolie petite fille : les crimes de Mary Bell

Parution du livre le 11 septembre 2014 – En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par toute la Grande-Bretagne comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée. Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle, dans de longs entretiens, le dossier de ses crimes.

Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qui est aussi l’histoire d’une lente reconstruction, d’une sortie progressive de l’horreur – celle dont elle s’est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère l’avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d’elle-même, pourra enfin regarder en face.

Peut-on affronter sa propre monstruosité ? Comment pardonner, comment se pardonner ? Qu’est-ce que la nature humaine, qu’apprend-on à son sujet au travers des êtres terribles qui semblent l’avoir un jour trahie ? Gitta Sereny porte à son degré d’incandescence l’obsession de la vérité, et fait d’Une si jolie petite fille un grand livre sur le mal et la rédemption, d’une force et d’une profondeur qui donnent le vertige.

Gitta Sereny (Vienne, 1921-Cambridge, 2012), journaliste et écrivain, a collaboré, entre autres, au Times, au Daily Telegraph, à la Independent Review, au New York Times, à la New York Review of Books et au Zeit. Le philosophe George Steiner écrivait d’elle : «C’est, sans conteste, la plus brillante de nos journalistes d’investigation.»

«Ce livre vous fera perdre l’équilibre. Il vous agitera, vous provoquera, il enverra promener toutes vos certitudes. Une oeuvre d’une extraordinaire puissance.»

Alex Klotowitz, The New York Times

«Un livre fascinant.»

Kay S. Hymowitz, Commentary

«Sereny est la journaliste-amie avec qui on échange des confidences, la journaliste-thérapeute face à la douleur et aux remords de sa patiente, la journaliste-confesseur qui laisse entrevoir la possibilité du pardon, la journaliste-moraliste en quête de grandeur dans la sombre tragédie de Mary Bell. Et, bien sûr, la journaliste-journaliste détentrice du scoop de la décennie.»

Nicci Gerrard, The Observer

«Vos convictions seront ébranlées par ce livre puissant.»

Elizabeth Bukowski, The Wall Street Journal

«Une étude philosophique et psychologique profonde de la culpabilité et de l’innocence, de la conscience et de la rédemption.»

Francine Prose, The New Yorker

«Pourquoi des enfants tuent ? Dans ce portrait d’une lumineuse acuité, Gitta Sereny s’approche de la réponse peut-être aussi près qu’il est possible.»

Megan Harlan, Entertainment Weekly

«Gitta Sereny sonde les profondeurs de l’âme humaine comme peu d’écrivains l’ont fait.»

Steve Mills, Chicago Tribune

Extrait de l’introduction – Vous ignorez probablement la tragédie qui s’est déroulée dans la jolie petite ville de Newcastle-sur-Tyne au printemps 1968. Vous avez oublié, vous étiez trop jeune, peut-être n’étiez-vous même pas né, ou viviez-vous dans un pays préoccupé par ses propres problèmes.

En deux mots : à neuf semaines de distance, deux petits garçons âgés de 3 et 4 ans furent retrouvés morts. Plusieurs mois plus tard, en décembre 1968, deux fillettes étaient jugées pour leur assassinat. Norma Bell, âgée de 13 ans, fut acquittée ; Mary Bell (aucun lien familial) fut condamnée à la prison à vie. L’affaire fit beaucoup de bruit et Mary Bell, vilipendée à travers tout le pays, fut décrite comme une «mauvaise graine» fondamentalement démoniaque.

J’ai déjà écrit un livre sur ce sujet. Publié une première fois en 1972, Meurtrière à 11 ans rapportait les éléments de l’affaire, tels que la police les avait découverts et tels qu’ils avaient été présentés aux assises de Newcastle lors des neuf jours du procès, auquel j’avais assisté. Je racontais également ce que j’avais découvert pendant les deux années suivantes, en interrogeant la famille, les amis et les professeurs de la fillette de 11 ans jugée coupable.

Vingt-six ans plus tard, Meurtrière à 11 ans reste un document utile, même si beaucoup des informations qu’il contient sont aujourd’hui dépassées ; aussi en ai-je repris certaines descriptions et dépositions. A l’époque déjà, j’exprimais ma vive inquiétude envers un système judiciaire britannique qui expose les mineurs à l’ahurissante procédure des tribunaux pour adultes et considère le contexte familial et tout ce qui les pousse au passage à l’acte comme accessoire.

Je disais en outre clairement que certains éléments de l’histoire de Mary Bell me semblaient demeurer inconnus. Dans la préface de la nouvelle édition, publiée en 1995, j’exprimais mon souhait qu’elle et moi puissions un jour nous parler. J’avais la conviction qu’en exhumant son enfance avec elle, et avec personne d’autre, il serait possible de comprendre quelles pressions, intérieures et extérieures, peuvent plonger des enfants dans un désespoir si profond qu’ils en viennent à commettre des crimes graves et même des meurtres. Je pensais aussi qu’en discutant avec elle de ses douze années de détention puis de sa vie après sa libération, nous découvririons quels effets l’emprisonnement a sur des enfants, et comment la société les prépare pour le futur.

J’ai donc espéré pendant de nombreuses années écrire le livre que je vous présente, dans lequel Mary Bell, une fillette de 11 ans exceptionnellement intelligente, libérée en 1980 à 23 ans, aujourd’hui âgée de 40 ans, nous parle. Elle décrit ses actes et ses sentiments, le mal qu’on lui a fait et ce qu’on a fait pour elle – ce que fut sa vie. Elle raconte les mois qui ont précédé les deux meurtres, son amitié avec sa petite voisine et co-accusée, Norma Bell, leur vie imaginaire qui devait aboutir à la mort tragique des deux petits enfants. Elle se souvient de son procès, qui lui sembla durer des années, de la voix de ces hommes édifiants dont les propos lui étaient incompréhensibles, et de sa terrifiante certitude qu’on allait l’envoyer à l’échafaud.

Nous traversons avec elle ses douze années de détention, les cinq premières (de 11 à 16 ans) dans une unité de sécurité où elle fut la plupart du temps la seule fille au milieu d’une vingtaine de garçons. Bien qu’elle ne bénéficiât d’aucun suivi psychiatrique, elle trouva là-bas, pour la première fois de sa vie, un adulte qu’elle aimait et respectait en la personne du directeur, un ancien officier de marine.

A 16 ans cependant, en dépit du souhait exprimé par ce protecteur, le système s’exerça sur elle, exigeant que comme tous les adolescents de cet âge, elle purge sa peine en prison. (…)

Auteur : Gitta Sereny

Traducteur : Géraldine Barbe

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : Plein jour, Paris, France


Vous aimerez aussi...