L’université de Rebibbia – Goliarda Sapienza (1924-1996)

L'Université de RebibbiaParution du livre le 26 septembre 2013 – L’Université de Rebibbia est le récit du séjour que fit Goliarda Sapienza dans une prison en 1980. Moment critique dans la vie de l’auteur : après s’être consacrée de 1967 à 1976 à l’écriture du monumental roman L’Art de la joie et avoir fait face à un refus général des éditeurs italiens, c’est une femme moralement épuisée qui intègre l’univers carcéral de Rebibbia, la plus grande prison de femmes du pays. Pour un vol de bijoux qu’il est difficile d’interpréter : aveu de dénuement ? Acte de désespoir ? N’importe. Comme un pied de nez fait au destin, Goliarda va transformer cette expérience de l’enfermement en un moment de liberté, une leçon de vie. Elle, l’intellectuelle, la femme mûre, redécouvre en prison – auprès de prostituées, de voleuses, de junkies et de jeunes révolutionnaires – ce qui l’a guidée et sauvée toute sa vie durant : le désir éperdu du monde.

L’Université de Rebibbia est un nouveau tour de force dans l’oeuvre d’une femme au parcours décidément hors norme. Il fut immédiatement perçu comme un texte important en Italie. Publié par la prestigieuse maison d’édition Rizzoli, le livre fut accueilli avec enthousiasme par la critique et le public. On découvrait avec étonnement une écrivaine déjà âgée, partageant avec drôlerie et férocité son expérience d’une prison qui, pour reprendre ses mots, «a toujours été et sera toujours la fièvre qui révèle la maladie du corps social».

Ironie de l’histoire, L’Université de Rebibbia deviendra ainsi le premier succès de Goliarda Sapienza. Et son dernier. Malgré les bonnes ventes du livre, Rizzoli maintint son refus de publier L’Art de la joie, condamnant encore pour plusieurs années ce texte à l’obscurité d’un tiroir.

Biographie de l’auteure :

Goliarda Sapienza (1924-1996) est née à Catane dans une famille socialiste anarchiste. Son père, avocat syndicaliste, fut l’animateur du socialisme sicilien jusqu’à l’avènement du fascisme. Sa mère, Maria Giudice, figure historique de la gauche italienne, dirigea un temps le journal Il Grido del popolo (Le Cri du peuple). Tenue à l’écart des écoles, Goliarda reçoit pendant son enfance une éducation originale, qui lui donne très tôt accès aux grands textes philosophiques, littéraires et révolutionnaires, mais aussi à la vie populaire de sa ville natale.

Durant la guerre, à seize ans, elle obtient une bourse d’étude et entre à l’Académie d’art dramatique de Rome. C’est le début d’une vie tumultueuse. Elle connaît d’abord le succès au théâtre avant de tout abandonner pour se consacrer à l’écriture. S’ensuivent des décennies de recherches, de doutes, d’amours intenses. Mais son œuvre complexe et flamboyante laisse les éditeurs italiens perplexes et c’est dans l’anonymat que Goliarda Sapienza meurt en 1996.

Elle ne trouve la reconnaissance qu’après sa mort, avec le succès en 2005 de la traduction en France du roman L’Art de la joie. Le Tripode entreprend désormais la publication de ses œuvres complètes.

Auteur : Goliarda Sapienza

Traducteur : Nathalie Castagné

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : Le Tripode, Paris, France

 

«De cette planète [la prison], tout le monde pense tout savoir sans y avoir jamais été, exactement comme pour la lune. Parce que celui à qui il a été donné d’y aller, aussitôt dehors en a honte et se tait là-dessus où, s’il n’en a pas honte, s’obstine à considérer cela comme une mésaventure à oublier.»

Née dans une famille socialiste/anarchiste, Goliarda Sapienza a bénéficié d’une éducation originale, à l’écart des sentiers battus de l’école. Initiée très tôt aux grands textes philosophiques, littéraires et révolutionnaires, elle s’est rapidement passionnée pour le théâtre. Pendant la guerre, elle obtient une bourse pour étudier à l’école d’art dramatique de Rome. Mais en 1943 l’occupation allemande lui fait abandonner ses études : elle entre dans la résistance antifasciste.

Les années cinquante sont une période noire pour elle, souffrant psychologiquement, elle décide de se consacrer à l’écriture. Et pendant près de dix ans, elle travaille sur le monumental manuscrit de L’Art de la joie. Les périodes d’écriture sont entrecoupées de graves crises existentielles : séjour en hôpital psychiatrique, tentatives de suicide… Alors qu’en 1976, le manuscrit est enfin achevé, Goliarda doit faire face aux refus de tous les éditeurs à qui elle soumet son texte. En 1980, après une terrible crise, elle est arrêtée pour avoir dérobé des bijoux chez une amie…

C’est au court séjour qu’elle fit dans la prison pour femmes de Rebibbia que l’on doit ce magnifique texte : L’Université de Rebibbia ! Goliarda, l’intellectuelle mûre, l’érudite, la passionnée, profondément ébranlée dans ses convictions, côtoient les voleuses, les prostituées, les junkies, les révolutionnaires… La lie de la société, les laissées pour compte… On rencontre, dans cette «université de la vie» des jeunes paumées, des femmes qui se sentent plus à leur place dans cette étrange communauté que seules «dehors», des prisonnières politique, des trafiquantes d’envergure internationale… C’est une véritable société parallèle qui hante les couloirs et les cellules de Rebibbia. Goliarda apprend les rites, les coutumes, les règles tacites, le comportement à adopter dans telle ou telle situation ; l’apprentissage est complexe mais, à terme, c’est le sentiment d’appartenance qui survient. La sensation d’avoir trouvé une seconde famille, un soutien incomparable.

En toute sincérité et simplicité, sans épanchement pathétique, la formidable écrivaine italienne relate cette expérience fondamentale de sa vie, elle raconte la femme qu’elle était, celle qu’elle est devenue, elle parle de toutes celles qu’elle a rencontrées, dans une langue qui glisse et qui s’insinue jusqu’au plus profond de nous…

Une vidéo d’appui pour présenter le livre :

Goliarda Sapienza


Vous aimerez aussi...