Expo en ligne : Les 27 de Châteaubriant. 22 octobre 1941

Le musée de l’histoire vivante présente en ligne, sur son site Internet « Les 27 de Châteaubriant ». Depuis sa réouverture en 1946 et jusqu’en 1991, le musée s’est inscrit dans la commémoration de l’exécution des 27
otages internés au camp de Choisel et fusillés dans la clairière de Châteaubriant (Loire-Inférieure). Il s’agissait pendant toute cette période de commémorer. Il s’agit aujourd’hui de faire impérativement de
l’histoire.
Nous vous proposons un traitement historique de ce sujet, largement relayé par la presse et les médias uniquement depuis la décision prise par la présidence de la République de faire lire à tous les élèves
chaque année, la lettre d’un des fusillés, le jeune Guy Môquet. Nous ne cédons pas à notre tour à l’injonction émotionnelle, pas plus qu’à une lecture religieuse de la mort tragique de ce jeune communiste. Ni martyr, ni sacrifice, ni héros/héraut, Môquet est la victime désignée de la répression nazie et de leurs alliés français constituant le régime de Vichy. Arrêté en octobre 1940 et fusillé un an plus tard, il est le militant d’une ligne stratégique de son parti qui va subir des évolutions radicales entre l’été 1940 et le début de l’année 1941. On
retrouve parmi les 27 différents parcours politiques qui attestent de ces changements de ligne, de rupture avec cette ligne ( notamment pour Pierre Guéguin et Marc Bourhis, mais aussi pour le jeune étudiant Claude Lalet) – sur cette question voir /Le Sang des communistes /de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre.
Nous partageons l’avis de celles et ceux, historiens et enseignants d’histoire des collèges et lycées qui jugent cette initiative inappropriée, médiatique, nourrissant une sorte de « roman national » de la Résistance, et même accompagnant une vision tronquée et simplifiée de cette histoire et tout particulièrement de Vichy et du Parti communiste dans l’histoire de la Résistance.
Le musée de l’histoire vivante et son équipe scientifique n’ont pas vocation à prendre partie dans les débats de société. En revanche, dès qu’il s’agit de questions relatives à l’histoire nous nous y invitons.
C’est dans ce cadre que nous avons réalisé avec la participation de deux enseignants d’histoire du lycée Jean Jaurès à Montreuil et à partir des travaux d’historiens, quelques pages sur l’histoire des 27 de Châteaubriant. Une bibliographie, une chronologie, une rubrique présentant des documents d’archives extraits des collections du musée, des photographies, des tracts et journaux clandestins, des cartes postales, viennent enrichir les textes de présentation et présentent des ressources pédagogiques et historiques.
Enfin, nous avons conçu cette partie du site Internet pérenne. D’autres documents seront mis en ligne au cours de l’année, et seront étudiés et commentés, le travail engagé sur la mémoire de la Résistance (la
construction des mythes, une étude des célébrations et commémorations, l’entreprise mémorielle, le devoir de mémoire) sera poursuivi.
Nous vous remercions par avance de vos critiques, commentaires, suggestions, corrections et de l’intérêt que vous pourrez porter à ce travail.

Éric Lafon
Musée de l’histoire vivante

http://www.museehistoirevivante.com

(dans l’onglet à gauche « Les 27 de Châteaubriant »)

Merci de transmettre à vos collègues enseignants, à vos contacts et partenaires de l’éducation nationale.

Avertissement : Les images sont présentées en qualité moyenne (basse résolution) afin d’éviter l’utilisation frauduleuse. A des fins pédagogiques et/ou universitaires toutes les ressources iconographiques et documentaires conservées au musée peuvent être transmises à titre gracieux. Toutefois elles peuvent d’ores et déjà être enregistrées sur disque dur et être utilisées en classe. Nous vous demandons juste d’en indiquer la provenance dans le cadre d’une impression pour dossier pédagogique, travaux universitaires, présentation multimédia….
Toute autre utilisation hors cadre pédagogique et scolaire est formellement interdit sans souscription à un contrat d’utilisation délivrée par les conservateurs du musée.


Vous aimerez aussi...