Gérard Noiriel : « L’historien doit sortir un peu de son cocon »

Dans votre biographie, Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom, vous recourez à des procédés littéraires, des dialogues fictifs, vous faites disparaître les notes de bas de page. Est-ce une nouvelle manière d’écrire l’histoire ?

Propos recueillis par Béatrice Bouniol, le 02/02/2016

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de La Croix

 NOIRIEL Gérard, Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom, Paris, Éditions Bayard, 2016, 534 p.


Vous aimerez aussi...