Le 3 février 1832 est exécuté pour la première fois un condamné à la barrière Saint-Jacques (Paris)

Le 3 février 1832 est exécuté pour la première fois un condamné à la barrière Saint-Jacques (emplacement actuel de la station de métro Saint-Jacques).

Le pauvre hère, un certain Desandrieux y est exécuté pour un crime crapuleux.

Victor Hugo parla de cette exécution dans la préface du 15 mars 1832 de son livre « Le dernier jour du condamné » en ces mots :

« À Paris, nous revenons au temps des exécutions secrètes. Comme on n’ose plus décapiter en Grève depuis juillet, comme on a peur, comme on est lâche, voici ce qu’on fait. On a pris dernièrement à Bicêtre un homme, un condamné à mort, un nommé Désandrieux, je crois ; on l’a mis dans une espèce de panier traîné sur deux roues, clos de toutes parts, cadenassé et verrouillé ; puis, un gendarme en tête, un gendarme en queue, à petit bruit et sans foule, on a été déposer le paquet à la barrière déserte de Saint-Jacques. Arrivés là, il était huit heures du matin, à peine jour, il y avait une guillotine toute fraîche dressée et pour public quelque douzaine de petits garçons groupés sur les tas de pierres voisins autour de la machine inattendue ; vite, on 29 a tiré l’homme du panier, et, sans lui donner le temps de respirer, furtivement, sournoisement, honteusement, on lui a escamoté sa tête. Cela s’appelle un acte public et solennel de haute justice. Infâme dérision ! » – Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Léon Leymonnerye (1803-1879). Barrière Saint Jacques. Paris (XIVème arr.), 1860. Crayon, lavis de couleur. Paris, musée Carnavalet.


Vous aimerez aussi...