Un monde de camps (dir. Michel AGIER)

Un monde de camps Parution du livre en octobre 2014 – Les camps se multiplient et se banalisent partout sur la planète. Ils sont aujourd’hui des milliers, dessinant peu à peu un nouveau paysage mondial. Gouvernements nationaux et agences internationales adoptent de plus en plus systématiquement cette solution pour « regrouper » les réfugiés humanitaires, pour « parquer », faire « transiter », « retenir » ou mettre à l’écart les « déplacés » et les migrants, les « clandestins » et autres indésirables.

Douze millions de personnes vivent ainsi dans ces camps, des millions d’autres dans des campements de fortune, au creux des forêts, dans les interstices des villes, le long des frontières ; d’autres encore sont piégées dans des centres de rétention, des zones d’attente ou de transit. Si ces « hors-lieux » sont des espaces de parias, nombre d’entre eux s’inscrivent dans la durée et se transforment au fil du temps : la vie s’y renouvelle, s’y attache, et l’emporte le plus souvent sur la mort ou le dépérissement.

En vingt-cinq monographies qui forment une sorte de tour du monde des camps (du plus ancien, à Chatila au Liban, au plus grand, à Dadaab au Kenya, qui regroupe 450 000 habitants, en passant par le plus informel, à Canaan en Haïti, ou le plus précaire, à Calais), cet ouvrage fait découvrir la vie intime et quotidienne de leurs habitants. Loin d’être l’« exception » que l’on évoque généralement dans un cadre humanitaire ou sécuritaire pour en justifier l’existence, les camps font durablement partie des espaces et des sociétés qui composent le monde aujourd’hui.

Michel Agier est anthropologue, directeur de recherches à l’IRD et à l’EHESS, membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC). Il a notamment publié Gérer les indésirables (Flammarion, 2008) et La Condition cosmopolite (La Découverte, 2013).

Une vidéo d’appui pour présenter l’ouvrage sur le site canal U

Avec la collaboration de Clara LECADET

Collection : Hors collection Sciences Humaines

« Il faut rendre les camps célèbres », proclame en préambule l’anthropologue Michel Agier. Après un instant de surprise, le mot d’ordre s’impose. S’il y a un point commun qui relie les différents types de camps contemporains – du camp de réfugiés aux centres de rétention administrative -, c’est le manque de visibilité. Le camp est à l’écart, loin des centres-villes et des voies de communication, on ignore qui y réside, on en parle peu. Qui songerait à s’y rendre en visite ? En fait, tout est fait pour que ces lieux aient le moins d’existence possible. Tel ce camp de Dadaab ouvert en 1992 dans l’est du Kenya, qui accueille 450 000 réfugiés somaliens, soit quasiment la population de Lyon, et qui n’apparaît nulle part sur les cartes officielles. C’est cette réalité aussi massive que masquée que vient dévoiler Un monde de camps, ouvrage collectif dirigé par Michel Agier.

30/10/2014 – Eric Aeschimann – Le Nouvel Observateur

Saviez-vous que 6 millions de personnes, au moins, vivent aujourd’hui dans les 450 camps de réfugiés existants dans le monde ? Et que certains de ces camps ont été mis en place il y a plusieurs décennies déjà, comme celui de Chatila au Liban en 1949 ? L’ouvrage dirigé par Michel Agier, avec la collaboration de Claire Lecadet – tous les deux anthropologues –, livre ces informations dès les premières pages. Toutefois, il ne s’agit pas ici d’explorer uniquement les camps de réfugiés, mais de les prendre en compte, tout comme les camps de déplacés internes, les camps de rétention et les camps auto-établis. En d’autres termes, il s’agit de saisir l’« encampement » du monde : « une des formes du gouvernement du monde, une manière de gérer l’indésirable » à l’échelle planétaire.
Lectures / Liens Socio

Entretien avec Alain Rey, linguiste et Guillaume Lavit d’Hautefort photographe, sur la sortie de leur ouvrage “Parler des camps au XXIème siècle, les étapes de la migration” aux éditions Guy Trédaniel.

Syriens, palestiniens, soudanais, centrafricains, Rohyngias… Des millions de personnes vivent aujourd’hui dans des camps. On y rassemble les réfugiés partout dans le monde, pourtant il ne viendra à l’esprit de personne de parler de “camps de concentration”. Le camp peut être un abri, il peut être aussi une prison. Que nous disent les mots que nous appliquons quotidiennement à cette réalité ? Et quelle est cette réalité ? Nos invités, à travers leur livre, nous plongent au cœur de la question des camps de migrants… A découvrir dans notre Grand Angle.

Une vidéo d’appui à découvrir : Parler des camps au XXIe siècle

Parler des camps au XXIe siècle - Les étapes de la migrationParution du livre le 20 novembre 2015 – L’idée de «camp» a été, dans l’histoire, associée aux troupes, aux armées en campagne, puis à l’emprisonnement, à la concentration forcée, et même à l’extermination de masse, au génocide. En ce début de XXIe siècle, le camp est indissociable des migrations humaines par contrainte. Les camps de migrants, de réfugiés, de déplacés, d’exilés sont des points d’arrêt dans l’errance, des étapes : selon le cas des lieux d’accueil ou des espaces de rétention.

Le phénomène des camps, dans le monde entier, est devenu d’une importance considérable. II est ici situé dans le temps et l’espace, analysé de manière à décrire ces situations, et en même temps montré dans sa réalité humaine et quotidienne. Alain Rey, par l’analyse des mots qui servent à décrire cet immense phénomène qu’on dit désormais d’encampement, voudrait permettre à un large public de mieux comprendre la situation des millions d’habitants de ces lieux de l’exil, et tenter, au-delà d’un drame qui concerne la planète entière, d’en dégager le sens global.

Les photographies de Guillaume Lavit d’Hautefort, l’un des rares artistes à avoir fréquenté durablement ces camps, en montrent les habitants et leur vie quotidienne, pleine de difficultés, de dangers, mais aussi de courage, de solidarité… Il nous donne à voir ces lieux sous leurs différentes formes et à travers les continents. Son travail, précis et lucide sur les réalités vécues, associe respect des individus et humanité pudique du regard.

 Biographie des auteurs :

Alain ReyAlain Rey a dirigé, pendant plus d’un demi-siècle, la rédaction des principaux dictionnaires Le Robert. Il est co-auteur du Petit Robert, du Dictionnaire historique de la langue française, du Dictionnaire culturel en langue française (avec Danièle Morvan) ; il a écrit de nombreux livres et articles sur la langue française, le langage, les signes, l’art, le théâtre, la bande dessinée…
Guillaume Lavit d’hautefort, né en 1974, devient photographe après des études d’architecture.
Il s’intéresse ensuite aux camps puis aux «déguerpissements», les déplacements forcés, après ses premiers voyages au Tchad en 2007 et 2008. Il continue depuis à se questionner sur le rapport entre l’humain, l’espace et le déracinement.

Vous aimerez aussi...