Folie et droit romain – Quelques observations (Sandrine Vallar)

La terminologie employée à l’époque romaine pour évoquer l’état de celui frappé par la folie (du latin furor), ainsi que les enjeux qui y sont attachés, fait l’objet de discussions. En effet, si le terme le plus fréquemment utilisé est celui de furiosus, on trouve aussi l’emploi dans les sources de demens, mente captus, insanus, ou encore amens : « aut furore aut insania (Ant. C. 9.50.1.1), […] vel furorem vel dementia […] » (Ulp. lib. 1 de omn. trib. D. 27.10.6), « […] furorem vel quem alium casum dementiae […] » (Ulp. lib. 57 ad ed. D. 47.10.17.11), « […] in furore aut dementia […] » (Ulp. lib8 de omn. trib. D. 26.5.8.1). Si souvent ces termes sont synonymes, ils désignent parfois des réalités qui ne coïncident pas parfaitement. Il faut donc être attentif aux termes employés.

C’est notamment à propos du mariage que les sources juridiques nous fournissent des renseignements importants concernant la folie elle-même et distinguent deux types de furor selon leur gravité. Ulpien distingue ainsi au lib. 33 ad ed. D. 24.3.22.7 deux types de furor ayant des conséquences différentes sur la dissolution du mariage. Il commence par expliquer qu’il va examiner ce qu’il faut faire quand le mari ou la femme sont frappés de folie pendant leur mariage : « Si maritus vel uxor constante matrimonio furere coeperint, quid faciendum sit, tractamus […] ». Lors de l’examen des conditions permettant de répudier la femme devenue furiosa, le maintien d’une cohabitation s’avère être déterminant…

Lire la suite de cet article de Sandrine Vallar sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...