La Cimade à Massy : une histoire de refuge (1964-1980)

Alors que le débat sur l’accueil des réfugiés en France est encore vif, la Fabrique diffuse ce matin un documentaire signé Catherine de Coppet et Françoise Camar sur la structure d’accueil des réfugiés de la Cimade à Massy dans les années 1970.

Soutien aux démarches, cours de français langue étrangère, débats politiques intenses… Des témoignages et des archives qui nous font mesurer le temps écoulé depuis cette époque. Bonne écoute !

La Cimade, mouvement protestant, trouve ses racines dans l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale. Créé en 1939 pour apporter secours aux évacués d’Alsace-Lorraine, ce mouvement s’est progressivement spécialisé sur l’aide et l’accueil des étrangers, en particulier des réfugiés…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de France Inter La Fabrique de l’Histoire

Parution du livre le 17 août 2013 – Fondé au début de la Seconde Guerre mondiale au sein des mouvements de jeunesse protestants, le Comité inter-mouvements auprès des évacués, devenu Cimade – service oecuménique d’entraide, s’est imposé, en soixante-dix ans d’histoire, comme l’une des principales associations françaises intervenant auprès des migrants et des réfugiés. L’inventaire et l’ouverture de ses archives, déposées à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine en 2007, ont ouvert la voie à de nouvelles recherches et conduit à l’organisation en 2010 d’un colloque centré sur le refuge à l’origine de cet ouvrage collectif. Cette première plongée dans les archives interroge l’identité de la Cimade et son évolution, entre engagement, ancrage au sein du protestantisme, rapport au politique et intervention dans le champ public. Elle permet aussi d’investir les questionnements actuels sur le monde associatif militant et sur la politique de l’asile, des années fondatrices de la Seconde Guerre mondiale à la «crise de l’asile» de la décennie 1990.

Avant-propos de Patrick Peugeot, Président de la Cimade

Le 70e anniversaire de la Cimade a été l’occasion pour notre association de redécouvrir le riche passé qui est le sien, – en particulier les conditions de sa création en 1939 -, lors du colloque organisé à l’occasion de l’ouverture au public de ses archives. Cette démarche a largement bénéficié du choix que nous avons fait de déposer les archives historiques de la Cimade à la BDIC. Il faut ici rappeler que cette décision résulte d’un long processus de réflexion interne reflétant l’attachement de nos membres à l’histoire du mouvement auquel ils appartiennent.

En effet, l’idée de déposer nos archives chez un tiers suscita à l’époque un certain nombre de questions. Un comité fut constitué pour préparer ce dépôt. Ses membres ont dans un premier temps recensé les structures susceptibles d’accueillir nos archives et les ont ensuite visitées, avant d’arrêter leur choix sur la BDIC. La décision a fait l’objet d’un débat nourri, certains estimant que se séparer de ces archives revenait pour la Cimade à se séparer de sa mémoire. D’autres exprimèrent leur appréhension quant à la difficulté pour des particuliers de se rendre dans une institution, à leurs yeux essentiellement fréquentée par des chercheurs.

Un dialogue suivi depuis 2005 avec les équipes de l’établissement piloté par Geneviève Dreyfus-Armand a permis de dissiper ces appréhensions et de mieux connaître son fonctionnement, en ce qui concerne l’accès des particuliers aux fonds et la mise à disposition rapide au public de nos archives, ainsi que sa capacité de rayonnement tant en France qu’à l’étranger. A la BDIC, établissement d’enseignement supérieur largement reconnu, nos archives sont en relation avec d’autres fonds associatifs majeurs pour la connaissance de l’histoire des droits de l’homme en France et en Europe. Les liens tant avec des équipes de chercheurs spécialisés qu’avec de nombreux mouvements militants offrent ainsi de nouvelles perspectives.

En définitive, loin de constituer une rupture entre notre association et ses archives – et par-là même son histoire – ce dépôt a permis de mutualiser les ressources de la Cimade et celles de la BDIC en vue d’une plus large valorisation du fonds. Conscients de la richesse de ces documents pour les chercheurs, pour nos partenaires bien sûr et pour nos membres, nous n’oublions pas qu’ils sont également le terreau qui nourrit nos engagements actuels.

C’est dans ce climat de confiance que nous avons préparé les diverses manifestations qui ont jalonné le soixante-dixième anniversaire de la Cimade. Le colloque, dont paraissent aujourd’hui les actes, a été un moment particulièrement fort de rencontres entre témoins, militants et chercheurs. Je tiens à en remercier à nouveau chaleureusement les organisateurs, l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, la Cité nationale d’histoire de l’immigration et la BDIC, et forme le voeu que l’avenir nous réserve d’autres occasions de cette intensité et de cette qualité.

Éditeur : Presses Universitaires de Paris Ouest

Collection : PRESSES UNIVERS

Plus d’informations sur cet ouvrage.

 


Vous aimerez aussi...