Les anarchistes : le moment terroriste, et après ?

Tenter de faire le moindre mal pour parvenir au bien, c’est l’idéal. Mais l’anarchie est un horizon qui peut s’atteindre par beaucoup de moyens et un anarchiste conséquent est contraint de laisser aux autres une certaine liberté dans le choix des méthodes.

Il se trouve qu’à la fin du XIXème, et pas seulement en France, nombre de compagnons ou de satellites du mouvement se mettent à pratiquer la « reprise individuelle », le vol, et aussi l’attentat. En 1892, les attentats tournent à l’épidémie. Provoquant la sidération. Pourquoi ce tranquille convive du Bouillon Duval est-il assassiné ? Est-il vraiment un bourgeois parce que son assassin est un cordonnier qui l’a tué avec son outil de travail, un tranchet ? A compter de 1893, les cibles se font de plus en plus précises : la Chambre des députés, le président de la République lui-même qui périt en 1894…

Invité de l’émission de Jean Lebrun :

Philippe Pelletier, professeur de géographie à l’université Lyon 2, est spécialiste du Japon contemporain. Auteur de nombreux ouvrages dont La Japonésie (1997) pour lequel il a reçu le prix Shibusawa-Claudel, il s’attache ici à analyser les nombreux préjugés que nous entretenons tant sur ce pays que sur ses habitants.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission du jeudi 26 novembre 2015 (France Inter) La Marche de l’Histoire

Vous aimerez aussi...