Un bagnard oublié : Antoine Bérézowski (1847-1916)

Article de Philippe COLLIN

Antoine Bérézowski

À gauche, un adolescent polonais de 16 ans, fier dans son uniforme d’insurgé, prêt à en découdre pour libérer sa chère patrie du joug russe. A droite un vieillard sénile et pitoyable qui traîne deux brocs d’eau pour arroser quelques plantations et qui s’éteint doucement à l’hôpital du Marais sur l’île Nou en Nouvelle Calédonie.

Cinquante ans séparent ces deux images.1

Assassiner le tsar Alexandre II

Paris. 6 juin 1867. La voiture impériale descend lentement, au pas, la route de la Vierge au berceau qui passe à proximité de la Grande Cascade. Napoléon III vient de donner l’ordre d’incliner le trajet sur la droite, l’avenue de Longchamp et l’avenue de la grande cascade sont bien trop encombrées. Alexandre II et Napoléon III sont assis à l’arrière du véhicule, face à eux les deux fils du tsar : le Grand-Duc héritier, et le grand-duc Vladimir. Sur la gauche du véhicule caracole l’écuyer M. Raimbeaux qui accompagne le mouvement.

La revue militaire à laquelle viennent d’assister les deux souverains s’achève en ce milieu d’après-midi, elle a drainé beaucoup de monde dans un secteur déjà très fréquenté à cette époque. Le ciel est légèrement nuageux, mais le soleil du printemps domine. La calèche est pratiquement arrivée à la jonction de la route de la Vierge au berceau et du chemin des réservoirs lorsqu’un homme, se faufilant dans la foule dense, arrive à sa hauteur par la gauche, il est armé d’un lourd pistolet à deux canons, l’écuyer instinctivement pousse sa monture en avant qui s’interpose donc entre le tireur et le véhicule.

Un seul coup part, c’est le cheval qui reçoit la balle. Il se cabre et s’effondre. Le second canon de l’arme a éclaté, l’homme est sérieusement blessé à la main droite, il veut crier « vive la Pologne » mais un agent le réduit au silence en lui plaquant sa main sur la bouche et il perd connaissance. On évacue rapidement le blessé qui échappe de peu à un lynchage par la foule.

L’attentat de Bérézowski contre le tsar Alexandre II. Jean Baptiste Carpeaux. Huile sur toile 1867. (Musée d’Orsay)

L’attentat de Bérézowski contre le tsar Alexandre II. Jean Baptiste Carpeaux. Huile sur toile 1867.
(Musée d’Orsay)

L’homme se nomme Antoine Bérézowski il est polonais, il visait Alexandre II.

Bérézowski ? La presse dresse rapidement le portrait de cet inconnu et commente abondamment le régicide qu’il a tenté de commettre2. Bien sûr les détails pleuvent, variant d’un quotidien à l’autre, d’un témoin à l’autre. On fait causer les occupants de la calèche, éclaboussés de sang par le cheval blessé : Napoléon se serait levé pour crier « Messieurs, personne n’est blessé » aussitôt acclamé par la foule3, il aurait poursuivi en s’adressant au Tsar : «  Sire, nous avons vu le feu ensemble, nous voilà frères d’armes » ce à quoi le russe aurait répondu sèchement : « Nos jours sont entre les mains de la providence » ! La presse prête encore ces propos à Napoléon III : « Je ne sais qui a tiré : si c’est un italien, c’est pour moi, si c’est un polonais c’est pour vous ! »4 Pour certains il y a eu deux coups de feu, pour d’autres un seul. On signale également une femme blessée, il s’agit de Madame Laborie, femme d’un notaire du Puy de Dôme qui reçoit à la tempe un éclat du canon, blessure sans grande gravité5. Le cheval, lui, ne survivra pas, il meurt dans la nuit, la balle s’est enfoncée de 8 centimètres sous l’œil gauche provoquant des lésions irrémédiables.

Curieux fait du hasard: l’écuyer, M. Raimbeaux remplaçait ce jour-là, pour accompagner la calèche, le prince Joseph Stanislas Poniatowsky (1835-1906) qui avait peut-être autant de raisons d’en vouloir au Tsar que notre infortuné tireur. En effet Joseph Stanislas nommé sous-lieutenant de cavalerie en 1856, était le descendant de Stanislas-Auguste Poniatovsky, … dernier roi de Pologne … !

Un témoignage oculaire décrit la lutte qui suivit :

« la revue était terminée et les équipages de la cour revenaient par l’avenue de Longchamp. Plusieurs voitures particulières étaient en avant et, obstruant la route, forçaient les voitures impériales à aller lentement. Tout à coup, à côté de la voiture où étaient les deux empereurs et les deux grands-ducs, un coup de feu éclate.

On voit un capitaine de la garde de Paris se précipiter vers un individu et le saisir. Cet officier est Monsieur Lubet. Au même instant, un autre capitaine de la même arme, Monsieur de Presle, débouchant par une allée latérale, saute de cheval et accourt à l’aide de son collègue. Tous les deux tenaient solidement l’assassin. Mais alors une véritable lutte s’engage entre ces deux officiers et la multitude qui les entoure. La foule, indignée, exaspérée, se rue sur le meurtrier ; mille voix crient qu’il faut le tuer. (…) la violence de la lutte fut telle que l’autre officier fut séparé de l’assassin (…) les deux officiers disputent à la foule la vie du coupable6

On parvient, après vingt minutes d’une lutte acharnée, grâce au renfort de plusieurs gardes de Paris, à extraire le pauvre blessé en lui faisant traverser un bosquet derrière lequel il sera évacué. Une voiture le transporte sanguinolent à la Conciergerie où il sera opéré de la main dans la nuit.

Plan de situation de l'attentat

Plan de situation de l’attentat

Attentat de Berezowski

Du haut de la cascade, Bérézowski guette (en vert plein, chemin suivi par la calèche)

En rouge, Bérézowski descend de la cascade à travers le pré et rejoint la calèche au Carrefour …! (à l’époque, les aménagements de la cascade venaient juste d’être terminés et il n’y avait pratiquement pas d’arbres sur cette zone)

En rouge, Bérézowski descend de la cascade à travers le pré et rejoint la calèche au Carrefour …!
(À l’époque, les aménagements de la cascade venaient juste d’être terminés et il n’y avait pratiquement pas d’arbres sur cette zone)

Antoine Bérézowski. L’homme qui voulait tuer le Tsar

Fils de Joseph Bérézowski et Camille Rignewitz, Antoine est né le 9 mai 1847 à Kolzysry à l’ouest de la Volhynie, région polonaise alors sous le joug russe. A ce jour, on sait peu de choses sur sa famille si ce n’est ce qu’il nous livre lui-même lors du procès. Son père absent de Volhynie depuis plusieurs années pour raisons professionnelles passe quelques semaines au foyer familial et conseille à  son fils de partir et de l’accompagner en Russie où il travaille comme professeur de piano. Mais Antoine entend gronder depuis longtemps déjà le bruit sourd d’un soulèvement national. Il n’obéit pas et au contraire se rapproche des futurs insurgés. Il y a les « blancs », conservateurs, et les « rouges » plus radicaux et plus prompts à vouloir en découdre avec l’occupant c’est vers ces derniers que se tourne Bérézowski. Sa famille n’est pas particulièrement patriote, un caractère exalté va le pousser à vouloir racheter la lâcheté familiale qu’il excuse toutefois : « peut-être ont-ils peur (il parle de son père et de son frère aîné) et n’ont-ils pas assez d’énergie pour manifester qu’ils souffrent ». 7

Il n’a que seize ans lorsqu’il s’engage dans les troupes rebelles du colonel Ruszczewski (régiment des lanciers de Wolhynie). La répression du comte Mourawieff mandaté par Alexandre II pour mater l’insurrection est féroce, cruelle, impitoyable.

La mort dans l’âme, le jeune soldat qui s’est vigoureusement battu, doit accepter la défaite et partir en exil. En Gallicie, à Vienne, à Manheim, puis à Paris. Il n’a qu’un rêve : pouvoir retourner se battre en Pologne pour libérer sa « chère patrie ».

Il travaille aux ateliers du chemin de fer du Nord et pour la Maison Gouin comme ajusteur mécanicien, où le colonel Ruszczewski, sous les ordres duquel il servait lors de l’insurrection et qui est en exil à Paris, lui a trouvé une place. Il économise pour se payer des cours à l’institution Jauffret dont le directeur, Monsieur Courgeon, témoignera en sa faveur lors du procès. Il pense que, plus instruit, il pourra mieux servir la Pologne. Il a alors à peine vingt ans. Il dévore la presse polonaise qu’il peut se procurer à Paris et, apprenant régulièrement les tortures infligées par les Russes à ses concitoyens, il alimente un patriotisme exacerbé.

Avec ses compagnons d’armes, en Pologne, le jeune Antoine, à l’instar de l’officier polonais Kinlisky en 1784, a prêté serment : « je jure à Dieu, à l’Univers, à la Nation, d’être toujours le défenseur fidèle de la patrie. Je m’engage à préparer tous les moyens pour faire réussir l’insurrection, à venger sur l’ennemi tous les malheurs dont l’un des nôtres pourrait tomber victime. Ainsi, Dieu me soit en aide, et le martyre de son fils ! … »8. Ce serment qui remonte au siècle dernier n’a plus pour Arago, son avocat, que la pieuse valeur d’une légende populaire.

Lors du procès, les officiers insurgés polonais en exil qui viennent à la barre, le décrivent comme « le plus ardent et le plus sage de nos jeunes soldats ». Ils décrivent « son chagrin immense et son désespoir profond après la retraite forcée de la dernière campagne »9.

Se dessine progressivement le portrait d’un être exalté, révolté, mais qui semble malgré tout assez posé, un individu passionné, on le verra mélancolique voire fou, aliéné. N’oublions pas que nous sommes à la fin de l’ère du romantisme.

Il y a surtout chez Antoine Bérézowski une immense candeur, une gigantesque naïveté ; on a l’impression que pour lui une cause juste et noble comme la sienne doit forcément aboutir.

A Paris, solitaire par nature, il se tient éloigné de ses compatriotes se nourrissant de lectures propres à alimenter son exaltation et son ressentiment, il n’aime pas la multitude. Fin avril, il sollicite l’ambassade russe pour obtenir l’autorisation de rentrer dans son pays puis il y renonce sur les conseils d’amis polonais.

Il sait maintenant qu’Alexandre II va se rendre à Paris pour l’exposition universelle. Le 1er juin, il est à la gare des chemins de fer du Nord lors de l’arrivée du Tsar. Sait-il déjà ce qu’il va faire ? En tout état de cause, il est surpris de la facilité avec laquelle l’homme est accessible : « je ne croyais pas qu’il fût si facile d’aborder un Tsar ». Pour s’en assurer encore, un peu comme pour prendre ses marques, il est, le 4 juin au soir aux abords de l’opéra d’où sort Alexandre II et reconnaît que s’il avait été armé : « la chasse eût été bonne ! »10

Le lendemain, il achète pour neuf francs chez l’armurier Bruneville sur le boulevard de Sébastopol un pistolet à double canon. Jugeant les balles fournies trop petites, il fabrique deux cylindres du calibre de l’arme et de deux centimètres de long environ. Il charge l’engin outre mesure. Il étudie ensuite en parcourant la presse et plus particulièrement « le Petit Moniteur » l’emploi du temps de sa cible et le parcours éventuel sur lequel il tentera d’agir …

Embusqué au sommet de la grande cascade du bois de Boulogne pour se rendre compte de la direction du cortège, il attend, puis court … On connaît la suite.

En actionnant simultanément les deux gâchettes de cette arme trop chargée qu’il tient à deux mains et à bout de bras, l’inévitable se produit : si l’une des balles part et atteint la tête du cheval de l’écuyer Raimbaux, le second projectile se coince et le canon explose. Il est difficile de savoir précisément la nature même de la blessure infligée à notre malheureux tireur, on parle d’un pouce qu’il a fallu amputer11. En agrandissant deux photos de notre article, on aperçoit très nettement, cinquante ans plus tard, des difformités au niveau la main gauche de Bérézowski.

Extrait de la photo « Bérézowski devant la case de sa concession » (1902) (Archives de Nouvelle-Calédonie)

Détail de la photo « Bérézowski devant la case de sa concession » (1902)
(Archives de Nouvelle-Calédonie)

Détail de la photo « Bérézowski à l’hôpital du Marais » (1913). (Collection Léon Collin)

Détail de la photo « Bérézowski à l’hôpital du Marais » (1913). (Collection Léon Collin)

Le procès

On bat tous les records, il faut faire vite, les diplomates sont sur les dents et pour tenter de reconquérir le Tsar, on veut un procès exemplaire et dans les plus brefs délais. Napoléon III veut absolument montrer au Tsar sa volonté de punir énergiquement et rapidement le coupable. Le coup de feu retentit le 6 juin, la dernière audience du procès se tient le 15 juillet de la même année : soit 39 jours !

Aucune entrée n’a été autorisée pour les femmes et chaque carte délivrée pour accéder à l’audience porte la mention : « billet d’homme » … !?

La foule est dense, mais le public est assez calme, attentif.

L’accusation

Le réquisitoire du procureur général de Marnas insiste sur l’ingratitude du tireur qui trahit le sol hospitalier : il y a trouvé secours et sécurité et en guise de remerciements il y accomplit un odieux attentat.

Bérézowski se vengerait des souffrances endurées par sa famille du fait de l’occupation russe ! Pour de Marnas cela est faux, s’appuyant sur de candides déclarations de l’accusé, il démontre qu’il n’en est rien puisque Bérézowski reconnaît lui-même que sa famille n’a fait l’objet d’aucune exaction.

Le procureur précise que contrairement à la rumeur, l’instruction a démontré que l’accusé a bel et bien préparé seul son crime : « seul il l’a médité et préparé !»12. Il est seul coupable et il n’est pas question de diluer sa culpabilité dans d’éventuelles complicités.

L’accusé reconnaît les faits et ajoute même : « quant au Tsar, je n’ai rempli que mon devoir, remplissant le serment que je m’étais fait à moi-même depuis l’âge de seize ans, et si je pouvais recommencer, je serais tout prêt à le faire. Je me regarde comme coupable seulement envers la France, dont j’ai trahi l’hospitalité en ne respectant pas le souverain dont j’étais l’hôte ».

Il ajoutera plus tard : «Oui, monsieur le président, je me crois le droit de tuer le Tsar pour tout le mal qu’il a fait à mon pays ».

Dans la plus désarmante candeur, Bérézowski reconnaît tout sans sourciller. Il déclare quand on l’accuse d’avoir mis en danger également les jours de Napoléon III : « la balle d’un polonais ne pouvait frapper qu’un tyran. L’empereur des français est l’ami de la Pologne ! »13

Malgré l’éloignement géographique, les relations franco-polonaises, remontent au Moyen Age. Plus proche de notre récit, ce sont les polonais qui protègent Napoléon Ier lors de la retraite de Russie avec Joseph Antoni Poniatowski qui pour sa fidélité à l’Empereur sera élevé au rang de maréchal de France. De ce Poniatowski, Napoléon Ier dira : « Le vrai roi de Pologne, c’était Poniatowski : il en réunissait tous les titres, il en avait tous les talents ». Entre 1831 et 1870 à la suite des diverses insurrections, c’est la grande émigration qui voit une partie de l’élite polonaise se réfugier en France. Napoléon III, lorsqu’il n’était que Louis Napoléon Bonaparte fustigea l’occupation russe de la Pologne. Devenu Empereur il ne songe plus qu’à s’attirer les bonnes grâces de la Russie et trouver un allié face à la pression germanique, il devient alors moins véhément, voire silencieux sur le sort des Polonais. Ce qui, bien sûr, ne jouera pas en faveur de Bérézowski.

Le procureur répète en boucle, un peu à court d’arguments, que tout cela est bien « un grand crime ». Il tente plus habilement de faire croire que Bérézowski manipule l’opinion en maquillant ce grand crime en un acte héroïque de résistance patriotique, l’accusé n’aurait-il pas déclaré : « la Pologne et la Russie sont toujours en guerre, et je tue mon ennemi où je le rencontre. » ?14

Bien entendu il dresse en contrepoint le portrait d’un souverain libéral et humain qui a émancipé généreusement les serfs de son pays …15 Gigantesque mais économiquement faible et accusant un décalage social flagrant avec cette Europe du XIXème, la Russie vit sous un régime monarchique et autocratique. A partir de 1613, les Romanov détiennent un pouvoir qu’ils exercent de manière despotique et autoritaire depuis 300 ans.

De Marnas essaie de rendre le geste même de l’attentat abominable. Comment tirer sur un homme sans défense sur un sol qui n’est pas le vôtre et qui vous offre l’hospitalité !? Et il insiste sur le caractère lâche du tir de Bérézowski : « On peut reprocher à la Pologne les témérités de son patriotisme, l’impatience avec laquelle elle attend le jour si désiré de la reconstitution nationale. Mais elle a toujours combattu le visage découvert, en soldat, et, dans sa longue histoire, elle n’a jamais armé le bras d’un assassin. ». Le procureur de Marnas, s’il veut obtenir la peine maximale, doit aussi ménager une partie de l’opinion française très largement favorable à la cause polonaise. Position délicate, presque intenable, qui empêche le réquisitoire de prendre son envol et le maintient à un niveau peu convaincant. Il est bien obligé de prendre en compte la féroce répression russe, il ne la nie pas mais en aucun cas, pour lui, elle ne justifie l’assassinat politique. Et, à cours d’arguments concernant la répression du dernier soulèvement, il assène un contre productif : «  là n’est pas la question ! »

La défense

Emmanuel Arago (Ministère de la culture. Médiathèque de l'architecture et du patrimoine)

Emmanuel Arago (Ministère de la culture. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine)

Elle est assurée par Maître Emmanuel Arago. Député, sénateur, il démissionne de son poste de ministre plénipotentiaire à Berlin lors de l’élection de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence de la République en décembre 1848. Homme de gauche, ardent républicain, il sera l’un des plus farouches opposants de Napoléon III. Plus tard, lors du rétablissement de la République, on le retrouvera ministre de la justice puis ministre de l’intérieur. C’est un homme intègre issu d’une lignée de républicains convaincus.

D’emblée, Arago cible la terrible répression que les Russes font subir à la Pologne dont elle écrase, dans le sang, toutes velléités d’indépendance. Son réquisitoire est une description précise, circonstanciée, et très documentée des faits et actes russes à l’encontre de l’insurrection des patriotes polonais : déportation massive en Sibérie, conversion forcée à la religion orthodoxe, régime de terreur.

La description des mesures mises en place par le général Mourawieff mandaté par Nicolas II pour mater la révolte est détaillée : cour martiale et exécution sous 24 heures des prisonniers, obligation faite aux prêtres de rompre le secret de la confession et de dénoncer sur le champ tout homme qui se reconnaît insurgé devant Dieu : « …celui-ci doit le dénoncer immédiatement, vu qu’une confession pareille n’est pas régulière … ». Bérézowski déclare à son avocat lors de leur rencontre en prison : « La Russie, monsieur, ne nous prend pas seulement nos propriétés et nos corps ; elle nous prend notre âme ; elle a violé nos deux mères, notre patrie et notre église »16. Arago donne en détails la liste des villages martyrs rayés de la carte et les conditions effroyables des massacres et tortures ayant accompagné leur disparition.

Avant son élection, Napoléon III, avait clairement énoncé son soutien au peuple polonais. Une fois au pouvoir, il sera bien plus évasif… L’opinion publique, pour une grande part, soutient l’insurrection de 1863 (même si l’on reste plus au niveau des discours d’intentions que des actes). Arago n’a donc pas beaucoup de difficultés à convaincre du bien fondé de cette soif de vengeance ressentie par Bérézowski et à faire naître un élan de sympathie pour le jeune polonais. Il est parfois lyrique comme lorsqu’il se lance dans la description d’un tableau illustrant le martyr du peuple polonais lors de la répression d’un soulèvement à Varsovie le 8 avril 1861.

Massacre des polonais à Varsovie, le 8 avril 1861 (tableau de Tony Robert Fleury)

Massacre des polonais à Varsovie, le 8 avril 1861 (tableau de Tony Robert Fleury)

« (…) le sang crie vengeance, ceux du 8 avril , ceux qu’on a massacrés ! Mais nous l’avons tous vue cette horrible scène (…) la foule agenouillée vient de chanter « Patrie ; nous demandons une Patrie ». La mort a répondu. Plusieurs sont tombés ou chancellent (…) et derrière la toile une voix qui dit « feu ! ». (…) Le Tzar passe ; Bérézowski s’élance !… »17

Par la voix du procureur de Marnas, l’accusation a lourdement insisté sur le fait que la famille de Bérézowski aurait été épargnée par la répression russe ; l’accusé n’avait donc pas de raisons personnelles ou tout au moins familiales d’en vouloir au Tsar. Lors de l’instruction, Antoine déclare : « il est vrai que ni mon père, ni ma mère, ni aucun des miens n’a souffert personnellement ; mais mon pays a souffert et souffre encore … ». Toutefois, pour protéger son père, il se chargeait d’une malédiction proférée par ce dernier à son encontre, lorsque refusant de le suivre en Russie il avait préféré rejoindre les insurgés.18

Mais en plein procès Arago abat une carte terrible : « … il ne savait pas cet enfant, le plus tendre des frères et le meilleur des fils, il ne sait pas même à présent ce que je viens d’apprendre, ce qu’annonçait hier un journal de Moscou : depuis trois ou quatre ans, son père est en prison, son frère en Sibérie ! Deux malheurs de plus, deux supplices, deux victimes de plus, qui ne compteront guère dans le martyrologe des peuples de Pologne, mais … »19

Scène de l’insurrection de 1863 (Tadeusz Ajdukiewicz)

Scène de l’insurrection de 1863 (Tadeusz Ajdukiewicz)

Bien entendu, l’accusation n’apprécie pas cette information de dernière minute qui ne figurait pas au dossier, mais Arago sait faire apprécier que sa démarche reste parfaitement légale. De Marnas est à genou !

Le verdict tombe le 15 juillet 1867 : on admet des circonstances atténuantes mais Antoni Bérézowski est condamné aux travaux forcés à perpétuité. Pour les condamnés d’origine européenne, à partir de 1867, les travaux forcés s’exécutaient en Nouvelle Calédonie (et non plus en Guyane qui sera réservée aux condamnés arabes jusqu’en 1887) : notre polonais s’embarque donc pour « la Nouvelle ».

Avant même l’attentat, les sourires entre les deux souverains sont purement diplomatiques. Entre Napoléon III et Alexandre II, le courant ne passe pas. Le Tsar sait que les élites libérales européennes et une grande partie de l’opinion publique française sont indignées par sa politique vis-à-vis de la Pologne. Napoléon III ne peut pas souscrire aux comportements de son invité, ne serait-ce que pour ménager sa propre image. Par ailleurs, sa position en faveur d’une Pologne indépendante, ou du moins libre s’est déjà exprimée lors des précédents soulèvements en Pologne. Dans la calèche l’ambiance est pour le moins tendue.

Déjà la veille, un homme, qui a pu s’approcher assez près, lui a crié « vive la Pologne, Monsieur ». Le Tsar, furieux, rentre, chez lui à l’Élysée, tout autant atteint par le « vive la Pologne » que vexé par le « monsieur » que Charles Floquet ose lui infliger20.

Berezowski-Alexandre-12Il abolit le servage en Russie, tente des réformes libérales mais elles sont mal appliquées et finissent par créer plus de tensions que de satisfactions. Il commencera aussi à réfléchir à la rédaction d’une constitution pour son pays, mais il est tué à la veille de sa mise en place. C’est ce même homme que l’on surnomme à tort ou à raison « le Tsar libérateur » qui va envoyer en Pologne le général Mouraviev, dit « le pendeur ». Mouraviev va écraser l’insurrection polonaise de 1863/1864 avec de subtiles cruautés et une rare brutalité.

Il ne faut pas oublier, en fond de tableau, le prussien Bismarck, qui ne veut pas d’une Pologne réunifiée et libre à sa porte et qui n’a de cesse de souffler à l’oreille du Tsar contre le français qui va bientôt tomber dans le piège de la guerre de 1870-1871. C’est dans ce décor complexe et tendu que surgit Bérézowski, le bras tendu, l’arme au poing, la vengeance et une juste haine chevillée au corps et au cœur !

Après l’incident du Bois de Boulogne, même s’il tente de donner le change, Alexandre II est furieux contre les Français et leur empereur. Il s’en faut de peu qu’il n’écourte son séjour. Il va calmer ses esprits et remercier Dieu d’avoir échappé aux balles d’un attentat à la cathédrale Saint Alexandre Nevski de Paris. Un Te deum solennel est célébré en présence, entre autres, de Napoléon III, du roi de Prusse Guillaume I et de son premier ministre Bismarck, qui, sans aucun doute, jubilait de ce coup de feu inespéré venant embrumer les relations franco-russes. Alexandre II dépose à cette occasion deux icônes comme ex-voto, l’une représentant l’Ascension avec l’inscription : « en reconnaissance au Seigneur pour sa sainte protection », l’autre un portrait richement encadré d’Alexandre Nevski. Le marguiller de la cathédrale offre également un tableau illustrant également l’Ascension.21

A gauche et au centre les icônes offertes par Alexandre II, à droite le don du marguiller de la cathédrale.

A gauche et au centre les icônes offertes par Alexandre II, à droite le don du marguiller de la cathédrale.

Sans doute attendait-il de la condamnation à mort de Bérézowski, la possibilité de démontrer sa magnanimité en demandant sa grâce à Napoléon III, mais las, le malchanceux tireur vaillamment défendu par Emmanuel Arago n’écope que … d’un séjour à vie au bagne …

Cet attentat du 6 juin 1867 n’est ni le premier ni le dernier que connaîtra Alexandre II, mais il succombera au douzième le 13 mars 1881 à Saint-Pétersbourg.

Quel impact aura eu sur le cours de l’histoire le geste de Bérézowski ?

Le Tsar repart chez lui après cette visite de l’exposition universelle de Paris en 1867 avec certainement plus de rancœur pour la France et son empereur qu’il n’en avait à son arrivée. Le geste de Bérézowski n’est pas un acte déclencheur comme a pu l’être celui de Gavrilo Princip en 1914 à Sarajevo. Toutefois, l’influence de ce tir manqué aura certainement marqué les relations franco-russes à la veille de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Il vaut à Bérézowski un voyage sans retour vers la Nouvelle Calédonie22

Une vie au bagne

L’extrait du matricule des chiourmes du bagne de Toulon, qui est proche de sa fermeture (1873), indique : « détaché de la chaine le 24 octobre 1867, embarqué pour la Nouvelle Calédonie sur le vaisseau Le Fleurus le 25 octobre 1867 …».

Enregistré sous le matricule 19329 à Toulon, il est embarqué pour la Nouvelle Calédonie sous le matricule 1307. Le canal de Suez n’ouvre qu’en 1869. Antoine va donc faire un très long voyage dans les conditions terribles que l’on devine. Parti le 25 octobre 1867, il arrive le 11 février 1868, soit près de 110 jours. Selon les renseignements communiqués par Louis José Barbançon la durée moyenne des voyages entre 1864 et 1886 est de 123 jours. Le plus souvent, le navire fait escale aux Açores, puis au Cap ou à la Réunion. A l’arrivée le Fleurus, qui effectue alors le sixième convoi de condamnés sur Nouméa, depuis l’ouverture du bagne, débarque 293 forçats (on dénombre quatre décès durant le voyage).

Antoine Bérézowski est un transporté modèle, son dossier ne contient pratiquement aucune sanction et souligne en permanence une bonne conduite au regard de ce qu’attend l’administration pénitentiaire. Bien sûr, nul n’est parfait et dans un élan de jeunesse il tentera une évasion à peine arrivé : échappé de l’île Nou le 8 mai 1868, il est repris le surlendemain.

En janvier 1888, on le croit évadé, avec un nommé Samson. Des informations le signalent à Sydney, puis on le dit monté d’un paquebot allemand parti pour Hambourg. C’est la panique totale de l’administration pénitentiaire ou « tentiaire » pour les initiés : on écrit en secret aux allemands pour obtenir son extradition dès qu’il arrivera à bon port23

Mais pourquoi tant d’énergie dépensée pour un homme dont le seul crime est d’avoir tenté sans succès de tuer un despote, alors que l’on est, en 1888, sous une République qui pourrait aussi bien, pour le même « crime », le déclarer héros ?!

On tient tellement à lui que les courriers aux allemands sont nombreux et insistants…

En réalité, Bérézowski n’a pas quitté sa concession sur laquelle on le retrouve vacant à ses occupations du moment … !! Il s’agit juste d’une confusion, si Samson s’est bien évadé, ce n’est pas avec Antoine mais avec un autre.24

Bérézowsky devant l’habitation de sa concession (Service des archives de la Nouvelle Calédonie)

Bérézowsky devant l’habitation de sa concession (Service des archives de la Nouvelle Calédonie)

En 1883, on l’a même cru mort et Le petit parisien (n° 2570 du 11septembre 1883) prétend que dans le Grand Dictionnaire Universel Larousse de l’époque on pouvait lire : « …Bérézowski n’a subi qu’une partie de sa peine : il mourut quelques années après sa condamnation, en voulant s’échapper du bagne … !? »

Relaté par Le petit journal : on retrouve un homme assassiné sur les terres de la concession de Bérézowski ; celui-ci, accusé dans un premier temps, est rapidement innocenté.25

Les quelques éléments qui précédent, sont tout ce que l’on peut reprocher à Bérézowski en quarante-huit ans de bagne !

D’une manière linéaire et chronologique on peut résumer sa vie à « la Nouvelle » de 1868 à sa mort par ces quelques dates :

  • Le 25 octobre 1867, embarquement à bord du Fleurus.
  • Le 11 février 1868, arrivée à Nouméa.
  • Le 8 mai 1868, tentative d’évasion
  • Le 11 juillet 1882 sa peine est commuée à 20 ans
  • Le 4 mars 1884, il est mis en concession, c’est-à-dire qu’on lui donne une parcelle de terre à exploiter pour son propre compte, devenue définitive en 1902, il en recevra l’acte de propriété en 1903.
  • Le 13 juillet 1889, il bénéficie d’une remise de peine de trois ans.
  • Le 14 juillet 1899, il est libéré. Le matricule 11020, des libérés astreint à résidence, lui est alors assigné.
  • En 1906 il est question de le gracier totalement et définitivement (gouvernement Clemenceau), mais plusieurs rapports soulignent que la dégradation de son état mental est incompatible avec cette grâce… !?
  • En 1909, à nouveau, les fidèles soutiens qui le suivent depuis tant d’années tentent un nouveau recours en grâce, il est refusé : on invoque l’aliénation mentale de Bérézowski.
  • Le 22 octobre 1916, il s’éteint à 10h30 à l’hôpital du Marais sur l’île Nou. Il a alors 69 ans dont 49 années passées au bagne … !!26

Repéré dès son arrivée par l’aumônier pour son comportement irréprochable et sa foi de charbonnier, il bénéficie rapidement d’un traitement un peu favorable. Il est employé dès 1871 au service de la manutention et dort avec les forçats boulangers et écrivains27. Le Docteur Grosperrin qui le croise vers 1878 confirme qu’il fendait du bois pour la boulangerie au camp central.28

Un courrier du 10 avril 1880, classé officieux29 rappelle que Bérézowski est condamné aux travaux forcés, qu’il est un transporté et qu’il ne doit pas être considéré comme un déporté, c’est-à-dire un détenu politique, ce que la Tentiaire avait eu tendance à faire à son arrivée. Cela ne gêne pas outre mesure notre homme qui se targue fièrement d’être un régicide mais qui pour autant ne veut pas frayer avec les déportés communards pas assez catholiques à son goût ! C’est à cette époque qu’il croise le communard Alexis Trinquet qui relate : « … je me suis présenté à lui comme insurgé de Paris. Je croyai trouver chez lui l’énergie d’un révolutionnaire. Quel ne fut pas mon étonnement de voir un homme étranger à la politique et d’une indifférence complète. Il me parla de Paris comme l’aurait fait le clérical le plus absolu, appelant la vaillante cité : « la Babylone moderne »! Je remarquai en outre que le raisonnement n’était pas suivi chez Bérézowski, qu’il faisait de grands efforts pour formuler ses phrases. Voyant que ma qualité d’insurgé le trouvait indifférent, j’abrégeai notre entretien et me retirais. Telle fut l’entrevue avec Bérézowski au mois de mai 1872 ».

Un peu plus tard c’est Jean Allemane, également communard, qui dit : « à côté de nous dans le jardin de l’hôpital, se trouvaient trois autres jardiniers qui, comme le contremaître Devos vivaient en dehors du camp. L’un des trois était le polonais Bérézowsky, célèbre pour son attentat contre le Tzar, en 1867. Malgré la grâce qui avait modifié sa situation, il demeurait dans l’ile, où il vivait isolé, s’occupant du jardin des sœurs ».30

C’est dans le même jardin de l’hôpital qu’il reviendra finir sa vie à arroser les fleurs et où il s’éteindra en 1916.

En 1881, Alexandre II meurt dans un attentat. On peut légitimement penser que l’heure de la libération d’Antoine est proche, il n’en est rien. Comme nous le verrons par la suite, en France, des gens œuvrent à sa libération et engagent recours en grâce sur recours en grâce. Les véritables raisons de son maintien en exil restent politiques.

Dès 1900, Bérézowski donne des signes sérieux de « dérapage ». Même si Jean Carol (qui le voit en 1900) et Jacques Dhur ne font pas vraiment preuve d’objectivité dans leurs écrits sur le bagne, les deux relèvent chez lui de réels signes de ce que les médecins de la Tentiaire vont nommer « aliénation mentale ». La description et la photo du docteur Léon Collin viennent confirmer leurs témoignages. Comme on l’a vu précédemment dans le témoignage d’Alexis Trinquet notre fagot donne dès 1872 des signes inquiétants de défaillance mentale : « … je remarquai en outre que le raisonnement n’était pas suivi chez Bérézowski, qu’il faisait de grands efforts pour formuler ses phrases … ».31. Plus tard on retrouve dans un document qui fait un état des lieux de la concession de Bérézowski les mots : « … usé physiquement, incapable de diriger son travail, sans esprit de suite, même dans ses idées. Est certainement atteint de ramollissement cérébral, conséquence de l’isolement dans lequel il se complait et surtout des privations qu’il subit et accepte sans en avoir conscience ».

Par un courrier en date d’aout 1909 le ministre de la justice32, qui doit répondre à une nouvelle demande de recours en grâce, questionne son collègue le ministre des colonies qui lui répond :

«  … dans ces conditions (il fait allusion à l’aliénation mentale de Bérézowski) il n’y a pas lieu de donner suite quant à la demande de remise de peine formée en faveur de cet individu ». Certes la tentiaire doit à tout prix maintenir des effectifs pour justifier de son existence même en Nouvelle Calédonie, mais il semble peu probable que ce motif soit le ressort de cet acharnement à y maintenir notre homme.

Témoignages sur la vie de Bérézowski au bagne

Ces témoignages sont présentés dans l’ordre chronologique. Ils sont à lire avec un regard critique : F. Ordinaire, journaliste au Figaro exagère sans doute un peu les conséquences politiques et historiques même du coup de feu. Mimande fait partie de la Tentiaire dont il est le directeur. Carol et Dhur ne sont pas plus impartiaux et leurs témoignages sont souvent orientés. Léon Collin a le regard d’un médecin et quand il rapporte les faits historiques ce sont des souvenirs de ce qu’il a lu dans la presse (il avait treize ans lors de l’attentat). En dépit de ces réserves, les regards croisés reproduits ci-après permettent par recoupements et convergences de se faire une idée plus précise de la personnalité de notre personnage et de mesurer son enfoncement progressif dans la folie. Pour une meilleure compréhension, ces témoignages sont ici livrés dans leur quasi intégralité.

François Ordinaire

Ordinaire est journaliste au Figaro et il effectue vers 1890 un reportage sur la Nouvelle Calédonie, suite de textes illustrés et de dessins réalisés par Gaston Roullet33

Après une légère collation, nous poursuivons notre promenade à travers les propriétés des concessionnaires. Nous allons voir Bérézowski, ce polonais qui tira sur l’empereur de Russie en 1867. Les rois et les empereurs s’étaient, à cette époque, donnés rendez-vous à Paris. Tout à coup, au milieu de cette joie, de ces ivresses, de ces flons flons, un coup de pistolet retentit, au bois de Boulogne; celui de Bérézowski tiré sur le Tzar ! La fuite fut désordonnée; le puissant empereur du Nord, Guillaume de Prusse et Bismarck s’évadaient le lendemain des Tuileries; l’épouvante avait étranglé les éclats de rire, éteint la musique, et, trois ans après, la France se réveillait au milieu des flammes, les tueries d’une guerre abominable et sans merci. Je faisais ces tristes réflexions lorsqu’à un détour du chemin, sur le penchant d’une colline plaqué en damier de carrés de maïs et de luzerne, apparut une case rustique en bois, au-dessus de laquelle crépitaient, sous l’effort des vents alisés, des raquettes de cocotiers. Trois vaches, accroupies (sic) devant la porte, levèrent la tête pour nous regarder avec leurs grands yeux paisibles et doux. C’était la retraite de Bérézowski. Nous faisons pousser par le poitrail de nos chevaux la claie qui sépare le petit domaine de la route, et nous y pénétrons. Vainement nous frappons à la porte de la case personne ne répond. Nous allions nous retirer, lorsqu’un homme déboucha du sentier, entre un champ de maïs et une plantation de manioc. Il portait sur son dos une charge de luzerne, suspendue à une faux qu’il tenait sur l’épaule. Un chapeau très large, en peau de bique munie de ses poils, l’abritait du soleil. Un pantalon de toile soutenu par une seule bretelle traversant la poitrine, et une chemise de flanelle composaient tout son costume; les pieds étaient nus. Il marchait d’un pas relevé, suivi d’une chèvre, qui s’arrêtait pour donner un coup de dent de droite et à gauche, puis, en bêlant, rejoignait vite son compagnon. Dans ce cadre de végétation tropicale, sous l’échevellement des cocotiers, dont les fûts jaillissaient de massifs de bananiers, aux feuilles roulées en tuyaux d’orgue ou retombant brisées par leur propre poids on se sentait transporté dans une autre île; et, par une sorte de mirage, cet homme et cette chèvre apparaissaient comme Robinson Crusoë et sa fidèle compagne.

Dessin de Gaston Roullet illustrant l’article de F. Ordinaire dans le Figaro du 26 juillet 1890

Dessin de Gaston Roullet illustrant l’article de F. Ordinaire dans le Figaro du 26 juillet 1890

Interview :

« Je suis, lui dis-je, un républicain français, qui vient visiter un exilé.

– Merci, ceux qui osent le faire sont si rares que je suis reconnaissant aux citoyens qui ont ce courage», me répondit-il, en s’effaçant pour nous permettre d’entrer dans l’intérieur de sa case.     Les chevaux attachés à un bourrao, nous pénétrâmes dans l’unique pièce, qui sert à Bérézowski de cabinet de travail, de salle à manger et de chambre à coucher. Des troncs d’arbre mal équarris soutiennent la toiture matelassée avec des feuilles de bananier et de maïs, des roseaux, de la paille et des écorces de niaouli. L’ameublement sommaire comprend une longue table de bois soutenue par quatre pieux plantés dans la terre battue, quelques chaises à moitié dépaillées, un lit de fer muni d’une couverture de laine et garni d’une moustiquaire, enfin des planches rayonnées supportant des livres et des ustensiles de ménage et de cuisine. Des pioches, des pelles et différents instruments de culture gisent entassés pêle-mêle, dans un coin. La lumière ne pénètre dans ce réduit que par la porte, et un rayon de soleil jetait, en ce moment, au milieu de cette misère, une splendide coulée d’or en fusion. Bérézowki se trouvait précisément au centre de ce nimbe fulgurant, qui transformait, autour de sa tête, ses cheveux blonds et sa courte barbe grisonnante en une auréole semblable à celle qui entoure les figures de saints sur les tableaux appendus aux murs des églises. Ses yeux bleus, un peu pâles, avaient quelque chose de vague dans le regard. Ils ne voyaient pas devant eux, ils semblaient franchir des horizons et s’attacher à la contemplation lointaine de la patrie perdue. La conversation s’engagea.

– « Comment vous trouvez-vous ici et avez-vous l’espoir de retourner en Europe?

– L’espoir ? Je n’en ai plus. Les amnisties et les grâces se succèdent pour les déportés politiques et pour les condamnés de droit commun, et toutes ces mesures de clémence m’oublient dans la cahute que vous voyez. Du reste je suis résigné depuis longtemps à la situation qui m’est faite et l’on viendrait me dire aujourd’hui « Vous pouvez partir », que je ne profiterais peut-être pas de cette permission. Je suis acclimaté, la chaleur ne m’incommode pas et même elle est indispensable à ma santé; une température plus froide me serait probablement meurtrière. Aussi, je me suis fait à mon existence de colon, le maïs, le manioc et le lait de mes vaches me mettent à l’abri des besoins matériels, de plus, je reçois par chaque courrier des journaux de mon pays et de petites sommes d’argent qui me permettent de vivre dans une aisance relative. C’est presque l’aurea mediocritas du poète latin. Néanmoins, je désirerais savoir si c’est le gouvernement français ou le gouvernement russe qui s’oppose à ma libération ?

– Vous n’ignorez pas, lui répondis-je, que votre attentat contre le Tzar a eu pour effet de jeter la Russie dans les bras de la Prusse et que nos désastres de 1870 ont été la conséquence presque immédiate de ce rapprochement? Aussi, le Président de la République redoute-t-il, en vous graciant, de mécontenter la Chancellerie Russe, et d’éloigner de nous votre pays, qui est aujourd’hui lié à nous par des intérêts communs pour se défendre contre l’envahissante Allemagne.                                                                                                                                                            

– Je n’avais pas, en tirant sur l’empereur, envisagé la gravité de mon action au point de vue international que vous me signalez. Mon but était simplement d’attirer l’attention de l’Empereur sur la Pologne asservie et sur les besoins de liberté qu’éprouvait la nation russe. Cela est si bien compris par le nouveau Tzar, que je lui fais parvenir périodiquement des études pour l’ouverture d’un canal partant de Saint-Pétersbourg pour aboutir en Sibérie et qu’il les examine, avec bienveillance, sans se souvenir du coup de feu de 1867. »                                     

 Je dissimulai un sourire, en songeant à cette énorme masse de l’Oural qu’il faudrait franchir pour arriver à réaliser un aussi colossal projet. Bérézowski ne s’aperçut pas de mon mouvement d’incrédulité et continua :

– « Mais, laissons de côté mon retour en Europe, auquel je ne songe plus et dites-moi ce que sont devenus les cent mille francs de souscription réalisés en France, à mon bénéfice ? ». 

Je ne parvins pas à lui démontrer que cette souscription n’avait jamais existé que dans son imagination et que tout s’était borné à quelques francs recueillis pour lui offrir un revolver d’honneur. Je vis bien qu’il se croyait lésé par des coreligionnaires politiques peu scrupuleux ». (Référence à la souscription symbolique lancée en octobre 1880 par Félix Pyat pour l’achat d’un pistolet d’or en l’honneur de Bérézowsky)

 

Bérézowski sur la concession dans laquelle il vit à partir de 1884 (service des archives de Nouvelle-Calédonie)

Bérézowski sur la concession dans laquelle il vit à partir de 1884. (Service des archives de Nouvelle-Calédonie)

 Paul Mimande

Paul Mimande est le nom de plume de Paul Marie Armand Beuvrand de la Loyère, haut fonctionnaire, il occupa le poste de directeur de l’administration pénitentiaire en Nouvelle Calédonie entre juin 1887 et décembre 1891 (puis plus tard en Guyane également). On lui doit, parmi les études juridiques qui fleurissent à cette époque, un livre « Criminopolis » (1897) où il décrit son séjour au bagne de la Nouvelle et tente une analyse du système. S’il estime que le bagne doit être repensé, il demeure favorable à la poursuite des convois vers Nouméa. Sa rencontre avec Bérézowski se situe dans les années 1890. Mimande ne souligne pas particulièrement l’état mental de notre forçat, mais il indique qu’à cette époque la lecture est encore sa principale occupation :

«  … un homme assis devant sa cabane se leva à notre approche et nous salua gravement. Il était encore jeune, de haute taille, et portait une longue barbe blonde.

– Vous venez de passer devant une célébrité du bagne, me dit mon guide, c’est Bérézowski.

Le docteur m’explique que, depuis plusieurs années, Bérézowski vit dans sa thébaïde, très solitaire, ne se liant avec personne, cultivant juste assez pour se procurer de quoi manger, très scrupuleux observateur des règlements et fort soumis à ses chefs. Son seul luxe consiste en un petit cheval qui lui sert à aller de temps en temps à Bourail vendre ses légumes. On le traite avec bienveillance. Chaque courrier apporte à son adresse une liasse de journaux et de revues dont la lecture est sa principale occupation. D’ailleurs, jamais une plainte, jamais une allusion aux faits pour lesquels il a été condamné (*).

(*)(note de l’auteur) : Plus d’un quart de siècle s’est écoulé depuis le coup de pistolet, d’ailleurs inoffensif, tiré au bois de Boulogne sur la calèche où les deux empereurs, Alexandre et Napoléon, étaient assis côte à côte. Quelqu’un, lisant ces lignes n’aura-t-il pas l’idée de demander à notre grand ami le Tsar une grâce qui n’attend qu’un mot de sa bouche ? Cronstadt et Toulon n’ont-ils pas déjà amnistié le « Monsieur, vive la Pologne ! » contemporain de la balle de Bérézowski et qui était d’aussi mauvais goût ? ».

Jean Carol

Ce journaliste et essayiste parcourt la Nouvelle Calédonie dans les années 1900. Il se dit envoyé pour étudier sur place les progrès de la colonisation. Sa curiosité l’oriente d’abord vers les forçats et il en tire un livre « le bagne », « avec photographies » qui paraît en 1903. Il n’est pas tendre pour le fagot et n’a de cesse de souligner le gaspillage de moyens autour du bagne. Ne lui avait-on pas « dénoncé le bagne comme le principal obstacle à la mise en valeur des richesses de ce beau pays » ? Le forçat ne bénéficie-t-il pas d’avantages auxquels n’ont même pas droit les plus démunis en métropole : « il est triste de constater que le plus grand devoir de pitié sociale reste encore chez nous à l’état de problème à résoudre quand le problème est depuis longtemps résolu au profit du rebut de notre population ». Il parle ici du sort réservé aux libérés. Le ton est donné et l’on ne peut qu’observer un certain manque d’empathie pour le condamné. La description de sa rencontre avec Bérézowski est peut-être à considérer à l’aune de cet état d’esprit. Pour autant, il donne une idée de l’état mental dans lequel se trouve notre polonais dès 1900 :

Photos extraites du livre “Le bagne” de Jean Carol (1903) (à gauche Bérézowski sur son cheval, à droite sur le terrain de sa concession)

Photos extraites du livre “Le bagne” de Jean Carol (1903)
(à gauche Bérézowski sur son cheval, à droite sur le terrain de sa concession)

« Berezowsky!… Ce spectre de la criminalité politique est-il mort à l’heure où j’écris ces lignes? A coup sûr il est libéré, car il ne lui restait plus que six mois à faire quand je le rencontrai, aux portes de Bourail, devant la cahute où il vivait de rien, presque nu, lamentable. A la suite de son attentat sur le tsar Alexandre II, il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité. Peu à peu son exaltation régicide se perdit dans d’autres fumées cérébrales, plus douces. Il devint un de ces bons inventeurs falots qui sont assez fréquents au Bagne. Alors on lui confia un petit domaine à cultiver, et, grâce à des protections puissantes, sa peine fut réduite à vingt ans. S’il est encore de ce monde, il doit habiter Bourail ou Nouméa, triste objet de dérision pour ceux qui aiment à s’amuser d’un fou. Je me le figure assez volontiers tributaire de la charité publique, recevant en menue monnaie le paiement du plaisir qu’il donne, à moins qu’on ne l’ait recueilli dans un de ces asiles de la vieillesse à la porte desquels, plus heureux que les invalides du travail libre, les libérés impotents peuvent toujours aller frapper… On m’avait averti de son état mental. Toutefois le nom de Berezowsky ne pouvait pas laisser indifférent un homme de ma génération. J’avais été l’un des cent mille témoins du drame du Bois de Boulogne. J’avais vu cette main, qui fut celle du dernier Polonais révolté, se lever et faire feu sur le potentat qui fut le plus humain et qui est resté cependant le moins populaire des tzars… J’essayai donc de tirer de lui une étincelle de mémoire au sujet de son geste fameux. Ah! bien oui! Il me répondit en me demandant mon opinion sur la betterave polonaise et si je pensais qu’elle pût faire concurrence à celle d’Australie. Puis, avec une extrême volubilité, dans son harmonieux zézaiement slave, il m’égrena le chapelet de ses découvertes. Pour protéger la canne à sucre contre les rats et les sauterelles, il avait imaginé d’enclore chaque plantation dans un mur d’argile que l’on cuirait sur place au moyen d’une lentille de dix archines de diamètre. Pour pêcher dans les rivières, il avait inventé un engin en aluminium revêtu de caoutchouc liquide, qu’il appelait « le filet éternel ». Il me pria de prendre note de son système de culture remplaçant les engrais usuels par des courants magnétiques, et j’écrivis complaisamment sous sa dictée : « La vie agonise. Elle ne produit plus rien qui ne soit déjà vu. En cultivant des lotus sous cloche — les lotus, la gloire de l’lnde! — et en les imprégnant d’effluves magnétiques, on forcerait la Nature à nous donner des formes nouvelles. Il faudrait faire un jardin d’essai en Grèce, c’est-à-dire sous un climat doux, mais sur une terre épuisée. » Enfin, il me parla de son Véritable Élixir de longue vie, pour lequel un supplément d’études était encore nécessaire, et de sa dernière trouvaille merveilleuse, laquelle consistait à avoir obtenu deux grains dans une seule et même cerise de café34. Je ne sais pas si l’Administration pénitentiaire n’a jamais subventionné Berezowsky pour ses découvertes. N’a-t-elle pas pris à sa charge les dépenses que fit naguère un forçat de l’île Nou attelé à la recherche du mouvement perpétuel, et cette incroyable folie —je veux dire celle de l’Administration — n’a-t-elle pas été signalée à la Chambre dans un discours de M. de Lanessan ? En tout cas, le seul fait d’avoir installé le pauvre Polonais dément sur une concession agricole me paraît déjà d’une assez honnête extravagance. On assure que pendant longtemps Berezowsky reçut des secours de M. Floquet. N’étaient-ils pas un peu complices ?… »

 

Jacques Dhur

Jacques Dhur avait commencé sa carrière en dénonçant Biribi et le bagne de « la Nouvelle » avec vigueur, mais il compris vite dans ce siècle « particulièrement névrosé par un sentiment d’insécurité » qu’un propos plus réactionnaire qu’humaniste serait plus payant pour le journaliste qu’il était et il se met « à la recherche du scoop et de la notoriété, …, et n’hésite pas alors à renier les horreurs qu’il a pourtant au préalable décrites avec brio »35. On peut alors le voir écrire : «  le bagne ? Jadis c’était un enfer. Aujourd’hui, et grâce à l’humanitairerie absurde d’une administration candide et naïve, avec les deniers du contribuable, c’est devenu, pour le criminel à l’échine souple, un paradis et même un paradis de Mahomet … ».

Jacques Dhur (de son vrai nom Félix Le Héno) croise Bérézowski après Jean Carol et avant Léon Collin. En effet, Bérézowski est toujours sur sa concession ; son état mental ne semble pas s’être amélioré. Le livre de Jacques Dhur « Vision de bagne »36, paraît en 1925, soit plusieurs années après leur rencontre, 9 ans après la mort de Bérézowski ! Son témoignage semble toutefois cadré avec celui de Carol et de Collin. Sa rencontre avec Bérézowski se situe dans un intervalle entre 1905 et 1909.

« Parfois, un pauvre hère aux allures étranges, presque nu, lamentable, déambule par les rues, avec, après lui, une moquerie flambant dans des yeux rieurs, toute la marmaille de Bourail. Mais lui, de son pas pesant, toujours il va, paisible, indiffèrent, offrant, de porte en porte, au ménagères du bourg des poissons qu’il a péchés et qui soulèvent leurs ventres d’argent dans un panier accroché par l’anse à son bras. Ce pauvre hère, c’est Berezowsky, une des célébrités du bagne, le dernier Polonais révolté, au geste demeuré historique. C’était après la grande revue de Longchamp. La calèche impériale passait devant la grotte de la Source où, sur un talus, il se tenait posté, un revolver à la main. Les deux empereurs, Alexandre II et Napoléon III, étaient assis côte à côte. Brusquement, il fit feu, par deux fois. Il vit un cheval se cabrer, puis s’abattre. Ce fut tout. Un tourbillon de bras aussitôt l’entraînait, s’acharnait sur lui. La foule hurlait à la mort. Et c’est à grand-peine qu’une escouade d’agents parvint à le disputer et à l’arracher à la multitude, avide de se faire justice elle-même… Il m’arriva de l’aborder un après-midi où il se disposait à entrer dans la cahute où il gitait, le long de la route qui sort de Bourail pour aller à Nemearah. Le contraste était étrange entre la mise déguenillée de cet homme et la limpide clarté des prunelles ouvertes sur une physionomie placide. Et, sous ses vêtements en loques, il avait l’air d’être travesti. D’une besace jetée en bandoulière sur son torse à demi-nu, il retire de lourdes pierres et, une satisfaction douce dans les yeux : — Tenez, me fait-il, voilà des pierres qui contiennent de l’or. Et il me raconte que, tous les jours, il en ramasse le long de la rivière. C’est cet or calédonien qui servira de mise de fond pour l’exploitation de ses découvertes. Car Berezowsky est devenu, au bagne, un inventeur. Aussi, tout de suite, il m’égrène le long chapelet de ses inventions. Il a imaginé une charrue gigantesque, avec un attelage monstre, au soc assez puissant pour défoncer des isthmes. On rapprocherait ainsi les distances de peuple à peuple. Il a aussi tout un système pour la destruction des lapins, en Australie. Et, ces rongeurs qui, là-bas, sont un fléau, deviendraient la base de l’alimentation mondiale, quelque chose comme la « poule au pot » rêvée par Henri IV. Puis, c’est une autre invention qu’il se réserve de faire connaître à l’archevêque de Paris. Par les missionnaires qui sont en Laponie, on pourrait utiliser la chair des mammifères qui peuplent cette vaste région et aider ainsi puissamment à l’extinction du paupérisme… Un tel flot assaille son cerveau, qu’il ne parvient pas à mettre de l’ordre dans ses pensées, mangeant les mots, inachevant les phrases dans sa volubilité. Et il va, sans même attendre une réponse, riant d’un rire machinal, frottant béatement ses doigts noueux avec un geste de bête heureuse. Évidemment, ce sont là choses folles. Mais toutes s’élancent à des réalisations de chimères humanitaires. Et cela arrête toute envie de sourire. Mais nous voici dans sa cahute. C’est un grand trou noir où la baie de la porte poussée jette une brusque flaque de clarté. Une odeur écœurante vient violemment frapper aux narines. Près d’un grabat, j’avise quelques livres : L’Histoire de France, de Duruy; le Peuple, de Michelet, et les Nouvelles Méditations de Lamartine. Il y a aussi un dictionnaire des cent mille secrets de la science. Puis, dans un coin, à même le sol, tout un bric-à-brac d’engins de pêche, d’ustensiles de cuisine et d’objets bizarres, d’où émergent des piles de livres, des tas de journaux. Mais voilà, à ma stupeur, que tout cela semble grouiller, remuer. Puis, soudain, un vacarme assourdissant comme un bruit de cloche étrange, et, par la pièce, une galopée furieuse de rats énormes. C’est Berezowsky qui, armé d’une barre de fer, frappe à coups redoublés sur une feuille de métal suspendue au plafond. — C’est encore, me dit-il, une de mes inventions. Cela sert à éloigner les rats qui, ici, pullulent. Et le pauvre inventeur sourit d’un sourire où, lentement, s’élargit, s’épanouit toute une joie — une joie où perce une fierté. Lorsque je le quitte, sa physionomie a repris sa placidité animale. Il est debout, tout près de sa cahute, au pied d’un arbre qui, là, se dresse étrange— effrayant — avec ses branches mutilées qui se tordent ainsi que des bras de supplicié, semblant jeter, à travers l’espace, des appels désespérés, de suprêmes gesticulations d’agonie. Et, tout cela, sur ce spectre qu’est Berezowsky, met comme une ombre de cauchemar… »

 

 Léon Collin

Après quatre années passées comme médecin du bord sur « La Loire » qui transporte les condamnés vers le bagne de Guyane, le docteur Léon Collin part en Nouvelle Calédonie pour effectuer une campagne de vaccination contre la variole sur les îles Loyautés. Bien entendu, après avoir écrit sur la Guyane, il ne va pas passer si près d’un sujet qui le fascine et le hante, sans s’y arrêter. Le voilà à nouveau agrippé à son appareil photo et à ses carnets37 Il traverse un bagne agonisant (le dernier convoi remonte à 1897) peuplé de moribonds qu’il interroge à nouveau, dressant une nouvelle série de portraits … dont celui de notre régicide. Lorsqu’il le croise, entre 1910 et 1913, le malheureux a donc environ 65 ans, il lui reste 2 à 3 ans à vivre. Collin est le dernier témoignage important sur Bérézowski. Notre régicide n’est plus sur sa concession. Après plusieurs séjours à l’hôpital, il est définitivement admis, vers les années 1910, à l’hôpital du Marais sur l’île Nou. L’état mental de notre homme est très dégradé, il est donc impossible d’avoir avec lui une conversation cohérente et d’obtenir le moindre souvenir. Sur les faits reprochés à Antoine Bérézowski, c’est de la presse de son temps que le jeune docteur tient ses informations, avec les inexactitudes et distorsions inévitables que cela entraîne. Le récit de l’attentat lui-même diffère donc un peu d’une vérité dont nous avons tenté de nous approcher dans le premier chapitre.

Voici le récit et la photo de cette rencontre :

« Dans une salle commune sont réunis quelques doux maniaques, idiots aux faces hébétées ou gâteux d’allures inoffensives. C’est là, dans cet asile, que par pitié on conserve Berezowsky, qui est bien certainement la figure la plus curieuse du bagne actuel.

La faute qui l’a conduit au bagne, ne date pas d’hier. C’est en 1867, le 6 juin, vers 4 heures du soir, que Berezowsky, au Bois de Boulogne, tira deux coups de pistolet sur l’empereur de Russie, sans l’atteindre. La voiture, où avaient pris place Alexandre II, Napoléon III, le grand-duc héritier et le grand-duc Vladimir, passait en bas de la cascade de Longchamp. La police avait été avertie, que l’on pouvait redouter un attentat. Aussi, Monsieur de Bourgoing, qui était à la droite du Tsar à la portière de la voiture fit-il signe brusquement, à la cascade, de prendre la route de droite au lieu de l’allée des Acacias, désignée dans l’itinéraire de retour. Berezowsky, qui attendait dans l’allée des Acacias se serait trouvé à droite de la voiture du tzar.

Croquis de l’attentat vu par Léon Collin

Croquis de l’attentat vu par Léon Collin

Voyant le changement de direction, il courut à travers les massifs et ne rejoignit la voiture qu’en haut de la cascade. Il était alors placé à gauche de la calèche et sa course précipitée l’empêcha de voir avec sûreté. Il pressa même les deux gâchettes à la fois.

Pour ce coup de pistolet d’ailleurs inoffensif, Berezowsky est au bagne depuis près d’un demi-siècle ; personne n’aura eu l’idée de demander à notre ami le Tsar, la grâce de ce régicide, qui fut toujours ici le condamné le plus calme et le plus correct qui se soit rencontré38

Berezowsky vécut de nombreuses années dans une petite concession, que l’Administration pénitentiaire bienveillante lui avait allouée. Fort soumis au règlement, très poli avec les visiteurs, il resta là isolé, vivant de peu, sans mériter jamais une observation. Un petit cheval lui servait pour aller vendre ses légumes une fois par semaine, sur le marché de Bourail, et tous ses loisirs, il les passait dans la lecture des nombreuses publications, que chaque courrier lui apportait.

Bérézowsky (à droite), à l’hôpital du Marais (collection Léon Collin)

Bérézowski (à droite), à l’hôpital du Marais (collection Léon Collin)

 Maintenant Berezowsky ne lit plus. Trop vieux pour travailler, il s’occupe au jardinage, à faire les courses dans l’hôpital.

Toujours d’heureuse humeur et complaisant à l’extrême, Berezowsky, le révolutionnaire farouche d’antan, de son petit pas régulier et sautillant, transporte des brocs d’eau ou poursuit les balles de tennis dans les gazons. Son intelligence maintenant bien faible, ne lui en permet pas davantage. A notre approche, il se découvre servilement. Une escadre est-elle dans nos eaux ? … Monsieur le Gouverneur est-il résolu à lui donner sa fille en mariage ? … telles sont les questions surprenantes, qu’il nous pose naïvement. Son gâtisme est lamentable et s’accentue de jour en jour. Sur sa veste, il s’est cousu lui-même, en guise de décorations, des bribes de galons, des boutons décorés qu’il exhibe fièrement. Il attend avec impatience la médaille coloniale, que lui a promise, paraît-il Monsieur le Gouverneur. Puis sordide et piteux, il repart de son petit pas, toujours le même, soutenant les deux brocs, dont on l’avait chargé ».

Les soutiens

Un grand nombre de personnes se sont mobilisées ponctuellement ou avec constance pour obtenir la libération de Bérézowski sans le succès escompté, mais pas sans effets non plus.

Le poids des relations diplomatiques avec la Russie, que la France ménage et veut garder à tout prix comme alliée, rend quasi impossible toute libération.

Alexandre III a succédé à Alexandre II, il n’aime pas particulièrement les républicains, mais il est conscient du rôle géostratégique et économique de la France. Cette dernière est isolée par les efforts diplomatiques de Bismark et elle voit un grand intérêt à tout rapprochement avec la Russie. Lorsque Guillaume II refuse la signature d’un nouveau traité de réassurance avec la Russie, celle-ci se rapproche des français et l’on aboutit à l’alliance franco-russe et aux traités militaires de collaboration de 1892.

La menace germanique maintient une telle pression qu’il est hors de question de froisser les Russes et cela se poursuit jusqu’à la révolution de 1917.

Nicolas II succède à Alexandre III. En 1906, le gouvernement Clemenceau est sur le point de gracier définitivement notre homme, mais les rapports qui parviennent en métropole sur son état de santé sont très mauvais. Rapatrier un pauvre fou deviendrait alors une contre-publicité et on ne manquera pas de demander à ce même gouvernement les raisons de cette incarcération abusive. De plus, même si l’on s’en défend, on ne veut toujours pas froisser Nicolas II et, l’excuse de l’état de santé de Bérézowsky jugé, incurable, devant donc rester à l’hôpital du Marais, est une aubaine !  Lorsque le régime des tsars s’effondre en 1917 et que le gouvernement n’a plus à plaire aux russes, il est trop tard, notre homme est déjà mort depuis un an.

Bien sûr, le tonitruant Charles Floquet (on se souvient de son « Vive la Pologne, Monsieur » à l’adresse d’Alexandre II) aura encore quelques envolées lyriques sur le sujet.

Un avocat et député, ancien communard, Félix Pyat, lance en octobre 1880 un appel chaleureux en faveur du forçat Bérézowski. Il propose d’élire l’ex-régicide aux prochaines municipales afin de le tirer du bagne et lance une souscription pour l’achat d’un pistolet d’honneur, ce qui lui vaut des poursuites pour apologie d’un fait qualifié de crime contre la loi, mais qu’importe, on parle de Bérézowski et Pyat a atteint son but39 Aux archives nationales, on retrouve la trace d’un très grand nombre de recours en grâce, d’articles de journaux demandant l’élargissement de l’intéressé40, de courriers de soutien, de demande de classification des faits en acte politique et bien sûr en retour on y trouve les avis systématiquement défavorables du procureur du moment … Mais il faut quand même lâcher du lest et cette pression permet dans un premier temps à Bérézowski (qui a, au regard de la Tentiaire, un comportement qui le permet) d’occuper des postes dits d’embusqués c’est-à-dire relativement protégés. C’est cette pression qui lui permet d’obtenir assez rapidement une remise de peine de vingt ans puis une nouvelle remise de trois ans. C’est également cette pression qui l’autorise à bénéficier plus rapidement que la moyenne d’une concession. Et c’est encore parce qu’elle se sait particulièrement observée que la tentiaire permet à Bérézowski de jouir de ce qui lui est envoyé sans, trop, le détourner.

L’action la plus remarquable, parce que la plus fidèle et la plus longue, est celle des polonais exilés de Londres ou de Paris qui, jusqu’au bout, soutiennent comme ils peuvent leur compatriote. On retrouve dans le dossier Bérézowski aux ANOM la trace d’envois réguliers d’argent, de livres, de journaux41, de vêtements, etc … Trois hommes se relaient pour envoyer des colis et prendre des nouvelles : le colonel Ruszczewski, qui a eu Antoine sous ses ordres lors de l’insurrection de 1863, un nommé S. Elzanowski qui signe un grand nombre de bordereaux de colis et Joseph Galezowsky42 qui semble avoir été chargé plus particulièrement par la communauté polonaise de Paris du suivi du condamné Bérézowski.

Antoine ne répond pas, on ne trouve aucun courrier de sa main dans son dossier. Déjà repéré comme un solitaire lors de son procès, il s’enferme doucement dans sa folie, il ne demande rien, ne réclame rien, jouit des avantages procurés par ses amis et protecteurs mais en les ignorant complètement. On retrouve dans son dossier plusieurs lettres de Galezowski prenant de ses nouvelles auprès de l’administration pénitentiaire et s’étonnant du silence de son protégé. Pour autant, jusqu’à la mort d’Antoine la communauté polonaise tente de garder un lien et de prendre des nouvelles.

Mais très tôt, Bérézowski, sans doute adolescent déjà fragile, s’enfonce dans la folie, caractère exalté il est confronté très jeune à la violence de la guerre, à la souffrance de l’éloignement puis du bannissement définitif. L’attentat était un véritable suicide, il avait prévu de tuer le Tsar mais rien pour assurer sa fuite. Quelle influence aura eu sur lui la terrible nouvelle de la déportation de sa famille apprise de la bouche même de son avocat lors du procès ? N’est-il pas mort à l’instant précis de l’explosion de son arme ?

Autant de questions que même de son vivant Bérézowski n’aurait pu éclairer de la moindre réponse tant la mécanique semble s’être brisée précocement.

Philippe COLLIN

REMERCIEMENTS

à Louis José Barbançon pour les textes, documents divers et photos qu’il nous a fournis et pour ses précieuses indications.

à Jean Marc Delpech pour ses précieux et amicaux conseils.

à Christophe Dervieux pour les photos des archives de Nouvelle Calédonie.

à Alexandre Jevakhoff pour le repérage des icônes de la cathédrale Saint Alexandre Nevski.

à Gilles Poizat des ANOM pour son aide et sa gentillesse.

  1. On trouve dans les articles de presse, les documents officiels, les courriers, plusieurs orthographes pour le même individu : Antoine, Antoni et même Antony pour le prénom, Bérézovski, Bérézowsky, Bérézowski, pour le nom. Nous garderons, pour notre propos, Antoine Bérézowski, tel qu’il figure sur la fiche matricule du transporté 1307, ainsi que sur son acte de décès []
  2. « Le mémorial des Pyrénées » 16 juillet 1867, n°84, consulté à la médiathèque de l’agglomération Pau-Pyrénées []
  3. « Histoire de Napoléon III » J.-M. Villefranche, 1898 []
  4. Le petit parisien » N°12826 du 11.12.1911 []
  5. « Journal de l’Ain » 10 juin 1867, n°69, Mémoire et actualité en Rhône Alpes []
  6. Témoignage fourni par un témoin oculaire au quotidien parisien « La patrie » et repris ici dans « Le journal de l’Ain » n°69, op. cit. []
  7. Extrait de « Plaidoirie et répliques de Maître Emmanuel Arago ». Affaire Bérézowski. Audience du 15 juillet 1867 (BNF). Repris et cité par les insurgés polonais de 1863, on doit ce serment à un conjuré du nom de Kilinsky lors d’une précédente lutte contre la menace moscovite en avril 1794 à Varsovie []
  8. Souvent repris et cité par les insurgés polonais de 1863, on doit ce serment à un conjuré du nom de Kilinsky lors d’une précédente lutte contre la menace moscovite en avril 1794 à Varsovie []
  9. Témoignage du colonel Ruszczewski. Ce dernier soutiendra toujours Bérézowski et luttera fidèlement pour sa libération. On retrouve sa carte de visite sur des bordereaux d’envois de colis au bagne []
  10. Affaire Bérézowski,  « Réquisition et réplique » de Monsieur le Procureur de Marnas – BnF []
  11. Réquisitoire d’Emmanuel Arago, op. cit. []
  12. Affaire Bérézowski, « Réquisition et réplique » de Monsieur le Procureur de Marnas – BNF []
  13. ibid. []
  14. ibid. []
  15. ibid. []
  16. Réquisitoire d’Emmanuel Arago, op. cit. []
  17. Réquisitoire d’Emmanuel Arago, op. cit. []
  18. Réquisitoire d’Emmanuel Arago, op. cit. []
  19. Réquisitoire d’Emmanuel Arago, op. cit. []
  20. Charles Floquet (1828-1896) avocat, c’est aussi un homme politique, tour à tour député, sénateur, ministre, président du conseil. C’est un républicain convaincu et opposant à Napoléon III au moment où Bérézowski s’essaye au tir []
  21. Ces icônes se trouvent toujours dans la cathédrale Saint Alexandre Nevski à Paris. []
  22. Informations extraites de son dossier aux ANOM. []
  23. ANOM, ibid. []
  24. ANOM, ibid. []
  25. Extrait du « Petit journal » du 29 aout 1907 qui cite un article du « Bulletin du commerce de la Nouvelle Calédonie et des Nouvelles Hébrides ». Dossier ANOM []
  26. Dossier personnel, ANOM []
  27. « Le réveil social » du 8 avril 1880 signé I le Prévost. Article intitulé « la séquestration de Bérézowski » – dossier ANOM []
  28. « le bagne à la Nouvelle en 1878 » docteur Grosperrin. BNF- Gallica []
  29. dossier ANOM []
  30. Témoignages de deux communards qui croisent Bérézowsky : Alexis Tinquet : « Dans l’enfer du bagne – Mémoires d’un transporté de la Commune », éditions « les Arènes », 2013 ; Jean Allemane, Mémoires d’un communard – Des barricades au bagne » éditions « librairie socialiste, 2001 []
  31. ibid. []
  32. dossier ANOM []
  33. Supplément littéraire du dimanche. Le Figaro du 26 juillet 1890 écrit par F. Ordinaire et illustré par Gaston Roullet. Titre de l’article : « À la nouvelle Calédonie » []
  34. Il y a toujours deux grains dans une cerise de café []
  35. Article de Jean Marc Delpech sur Jacques Dhur dans le « Jacoblog » []
  36. « …un homme -un médecin – qui de par ses fonctions, a vécu longtemps côte à côte dans les bagnes guyanais avec les forçats et a pu les étudier à loisir, a bien voulu me communiquer ses impressions, ainsi que les notes qu’il a prises, au jour le jour, sur de grands criminels qui, en leur temps, ont défrayé la chronique judiciaire … »

    Dans la seconde partie de « Vision de bagne » de Jacques Dhur on retrouve la prose de Léon Collin qui est donc le médecin qui « communique ses impressions ». Dhur en supprimant toute « humanitairerie » met à sa sauce les propos du médecin qui s’est longtemps plaint que le journaliste lui avait subtilisé les documents lors d’une rencontre sur « La loire ». (Collin médecin militaire étant tenu au devoir de réserve ne pouvait guère récriminer officiellement).

    []

  37. « Quatre ans chez les forçats » et « Fin de bagne en Nouvelle Calédonie » sont réunis dans un livre « Des hommes et des bagnes » chez Libertalia en 2015 []
  38. on croit retrouver ici des éléments du témoignage de Paul Mimande que Léon Collin a sans doute lu dans Criminopolis []
  39. « Journal de l’Ain » du 13 octobre 1880, n°122 []
  40. « Réveil social » 15 avril 1880, « le citoyen » 20avril 1880, « la Justice » 15 avril 1880 etc []
  41. Mimande, Carol, Dhur, Collin mentionnent tous les trois que Bérézowski était un lecteur assidu, grâce sans doute aux journaux et revues envoyés par Galezowsky []
  42. Joseph Galezowsky, naturalisé français, était chef de bureau au Crédit Foncier de France []

Vous aimerez aussi...