Jean Guillot, un policier chez les Chouans

ChouanBretonArchive du blog La Marche de l’Histoire – Dans l’Ouest, la Révolution a suscité des mémoires antagonistes. La Vendée où se leva une grande « armée catholique et royale » et où la répression atteignit des sommets de violence s’est alors constituée comme une terre à part. En Bretagne, le mouvement de la chouannerie s’est prolongé longtemps,  quarante ans durant et, à certains égards, il n’est pas fini. Cependant, il a peu touché le Finistère et l’Ouest des Côtes-du-Nord et, face aux zones « blanches » où il était puissant, il était aussi des zones « bleues » où il s’est trouvé mis en échec. La Bretagne est une marqueterie politique autrement compliquée qu’on ne le croit.

Le général Hoche recommandait aux troupes bleues de s’en tenir à  une bonne conduite. Le même devoir s’impose aux historiens vis-à-vis des vaincus. Mais les deux camps sont inégalement dotés. Les républicains avaient le contrôle de la production des archives publiques : il arrive toutefois qu’on puisse y restituer d’autres points de vue. Et les chouans ont laissé des chants populaires,  des autobiographies, des lieux de souvenir : à  l’historien de les organiser autrement qu’en reliquaires.

L’invité de l’émission de Jean Lebrun du jeudi 15 janvier 2015 :

Jean Guillot, historien, commissaire divisionnaire de la Police nationale (ER)

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter La Marche de l’Histoire


Vous aimerez aussi...