Les gendarmes dans la Première Guerre mondiale

Archive du blog “Au coeur de l’Histoire” – Franck Ferrand nous parle de la grande Guerre, à travers le rôle que les gendarmes y ont assumé.

L’invité de l’émission de Franck Ferrand :

Patrick GMELINE (de) Patrick de Gmeline, avocat de formation, a préféré, après plusieurs postes de responsabilité en entreprise, se tourner vers l’histoire. Ses principaux centres d’intérêt : l’héraldique, la généalogie, l’histoire militaire, celle de la seconde guerre mondiale en particulier et celle des entreprises.

Patrick de Gmeline descend d’une famille noble allemande installée en Russie. Son grand-père, colonel des Uhlans de la garde du tsar, a été exécuté par les bolchéviques après la défaite de l’Armée blanche en 1921. Sa famille s’est réfugiée en France où il est né en 1946 et a étudié le droit. Il est titulaire du CAPA, certificat d’aptitude à la profession d’avocat. Il a ensuite travaillé dans la publicité et exercé des responsabilités dans un syndicat patronal. Mais très vite, il a préféré se consacrer à l’histoire et à l’écriture. Son premier livre, paru en 1975, a relaté l’histoire d’une des branches des Castelnau, famille de la noblesse française dont est issue son épouse : La maison de Curières de Castelnau. Passionné d’héraldique et de généalogie, il a également publié un Dictionnaire de la noblesse russe et une biographie de La duchesse d’Uzès. Il s’est ensuite spécialisé dans l’histoire militaire de la seconde guerre mondiale, Les cadets de Saumur, Tom Morel, héros des Glières, Les corps francs, Les ailes de 40, après une étude sur le désastreux traité de Versailles qui porte en germe les tragédies à venir, Versailles 1919, chronique d’une fausse paix. Il a également écrit deux romans, Et les lys refleuriront et L’aigle et l’étoile et livré une série d’histoires de grandes entreprises industrielles et bancaires.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission Au coeur de l’Histoire

La Grande Guerre des gendarmes - "Forcer, au besoin, leur obéissance" ?Parution du livre le 20 juin 2013 – Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, la gendarmerie apparaît comme une « armée de l’intérieur », assurant la défense nationale et la protection des civils fragilisés par le conflit. Une mission pourtant bien loin de ce que vivent les soldats partis au front : obéissant à l’ordre de les maintenir au combat quoiqu’il advienne, « forçant, au besoin, leur obéissance », les gendarmes deviennent pour eux « la police des débineurs », des lâches restés à l’arrière.

Invisibles aux yeux des troupes, ils sont pourtant bien présents dans les tranchées, mais peu nombreux, leurs effectifs déjà limités étant accaparés par les multiples missions de l’intérieur, indispensables à la survie de l’armée comme à celle des civils. Déterminante pour l’avenir de l’institution, la guerre d’usure change le regard porté sur la gendarmerie dont le rôle est devenu à la fois protecteur et répressif.

Exposée au mépris des soldats en permission, elle subit également la transformation chaotique mais décisive de son institution, au gré des crises internes et des réformes. Lorsque la Grande Guerre prend fin, le gendarme a gagné en autonomie, mais doit faire face à une impopularité certaine. Grâce à des recherches approfondies et à une analyse à la fois historique et sociologique, Louis Napoléon Panel nous plonge dans le quotidien des gendarmes, mettant en lumière le travail et les conditions de vie de ces oubliés de la Grande Guerre.

Biographie de l’auteur :

Ancien officier de gendarmerie, Louis Napoléon Panel est docteur en histoire et conservateur des Monuments historiques. Sa thèse, dont ce livre est issu, a reçu le Prix des experts 2011. Il est également l’auteur de Gendarmerie et contre-espionnage (Service historique de la Défense, 2004) et de nombreux travaux sur la Première Guerre mondiale.

Sommaire :

  • ENTRER EN GUERRE
  • « L’APPRENTISSAGE GUERRIER » : LA GENDARMERIE DANS LA GUERRE DE MOUVEMENT
  • LA GUERRE A L’HORIZON DE LA BRIGADE
  • L’ARMÉE DE L’INTÉRIEUR
  • « POPOTES » ET « BOURGUIGNOTTES » : LES PRÉVÔTÉS EN LEURS LOGIS
  • ENTRE GLAIVE ET BALANCE : LES FONCTIONS JUDICIAIRES DES PRÉVÔTÉS
  • MAINTENIR L’ORDRE SOUS LE FEU
  • LA CRISE DE L’ARME
  • CLEMENCEAU, OU LE PRINTEMPS DE LA GENDARMERIE
  • VICTOIRE ET FRUSTRATIONS

 


Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. 26 février 2016

    […] Les gendarmes dans la Première Guerre mondiale […]

  2. 27 février 2016

    […] Les gendarmes dans la Première Guerre mondiale […]