Des vies brisées par les lettres de cachet

Franck Ferrand nous parle des effrayantes lettres de cachet, ces instruments du Pouvoir et de la justice d’autrefois.

En quoi consistaient ces documents ? Qui pouvait en user ? Et à quelle fin ? Franck Ferrand reçoit Claude Quétel, historien et directeur de recherche honoraire au CNRS, pour répondre à toutes ces questions.

Pour en savoir plus voir le billet publié le 26 décembre 2011 sur le site de l’émission Europe 1 Au cœur de l’Histoire

 

Les lettres de cachet - Une légende noireParution du livre le 10 février 2011 –  » De par le Roy, nous mandons et ordonnons que… « , ainsi commençaient les milliers de lettres de cachet qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, signifiaient la volonté du souverain, condamnant à l’exil ou à l’emprisonnement. Leur efficacité et leur discrétion expliquent leur usage intensif, du fait du prince d’abord – de l’arrestation de Fouquet à la chasse aux  » mauvais livres  » -, mais aussi, de plus en plus souvent, à l’initiative des familles contre un des leurs, dont la mauvaise conduite, la tentation de mésalliance ou la folie risquaient de déshonorer le nom. L’auteur nous entraîne à la découverte du monde de la correction et des peines au sein des cinq cents maisons de force du royaume : libertins anonymes, bandits et déserteurs y côtoient des prisonniers célèbres tels que le Masque de fer, Latude ou Mirabeau. A rebours de sa légende noire, la pratique de la lettre de cachet était intégrée et réclamée par la population. Ainsi Voltaire lui-même, grand pourfendeur de l’arbitraire royal, en réclamait une contre sa voisine trop bruyante à son goût ! Ce livre original et fourmillant d’anecdotes fait tomber bien des mythes sur la police, l’embastillement et l’exercice même du pouvoir sous l’Ancien Régime.

Sommaire :

  • LE FAIT DU PRINCE
    • Le pouvoir en cause
    • Les prisons d’État
    • La persécution religieuse
  • LE LIEUTENANT GÉNÉRAL DE POLICE A PARIS
    • La Reynie et la naissance de la police
    • D’Argenson, ou le triomphe de la lettre de cachet
    • La lieutenance générale de police au milieu du XVIIIe siècle
  • AU SECOURS DES FAMILLES
    • L’intendance à l’écoute des familles
    • De l’inconduite à la délinquance
    • Empêcher la mésalliance
  • EN MAISON DE FORCE AU SIÈCLE DES LUMIÈRES
    • Des maisons de force sur mesure
    • L’hôpital général et les grands maisons de Paris
    • La vie quotidienne en maison de force

Biographie de l’auteur :

Claude Quétel est historien et directeur de recherche honoraire au CNRS. Il est notamment l’auteur de L’Histoire véritable de la Bastille (rééd Larousse, 2006) et d’une Histoire de la folie (Tallandier, 2009) qui fait autorité.

 


Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. 27 février 2016

    […] Des vies brisées par les lettres de cachet […]