Deux publications récentes : La répression en France (1940-1945) et Les sphères du pénal. Avec Michel Foucault

Signalons deux publications récentes :
La répression en France. 1940-1945. Actes du colloque tenu à Caen les 8, 9 et 10 décembre 2005, Bernard GARNIER, Jean-Luc LELEU, Jean QUELLIEN. 2007.
Les sphères du pénal. Avec Michel Foucault. Histoire et
sociologie du droit de punir,
sous la direction de Marco Cicchini et Michel Porret (Université de Genève). Editions ANTIPODES, 2007, Lausanne, 320 p.

Vous en trouverez ci-dessous la description.Le CRHQ (Centre de Recherche d’Histoire Quantitative) vient de publier un ouvrage intitulé « La répression en France 1940-1945 », actes du colloque international tenu les 8, 9 et 10 décembre 2005 au Mémorial de Caen. Les textes ont été rassemblés et édités par Bernard GARNIER, Jean-Luc LELEU et Jean QUELLIEN

*** LA RÉPRESSION EN FRANCE, 1940-1945. Actes du colloque tenu à Caen les 8, 9 et 10 décembre 2005, Bernard GARNIER, Jean-Luc LELEU, Jean QUELLIEN. 2007. Format 160×240. ISBN : 978-2-916392-07-3. 25,00 €

Arrestations policières, répression judiciaire, exécutions d’otages, déportations et opérations militaires contre les maquis ont constitué les multiples facettes de la répression menée en France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans le prolongement du colloque, la publication des actes sera l’occasion d’en donner une perspective d’ensemble en prenant appui sur les travaux les plus récents, notamment ceux concernant les déportés.

Dans une perspective comparative, la répression menée en France sera tout d’abord replacée dans un cadre géographique et temporel élargi, que ce soit celui des deux guerres mondiales, ou encore celui de la répression menée par l’Italie Fasciste ou par le Reich national-socialiste à l’Est.
L’ouvrage présentera ensuite les acteurs français et allemands de la répression, rappellera leurs rôles respectifs, mais aussi rendra compte de l’évolution de leur politique en matière de répression. A travers les enquêtes statistiques menées depuis plusieurs années par le Centre de Recherche d’Histoire Quantitative et la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, les actes de ce colloque permettront de dresser un véritable bilan chiffré.
Enfin, cette publication sera l’occasion de revenir sur le legs de cette répression dans la mémoire sociale, judiciaire et culturelle en France.

TABLE DES MATIÈRES

Jean-Pierre AZEMA, Introduction
Première partie. GUERRES ET REPRESSIONS

Davide RODOGNO, Répression et représailles de l’Italie Fasciste dans les territoires européens occupés en 1941-1943 : buts et méthodes
Jochen BÖHLER, « Mythe du franc-tireur » et atrocités de guerre : une constante de la conduite allemande de la guerre lors des deux conflits mondiaux ?
Christian INGRAO, Chasse, sauvagerie, cruauté : la Sondereinheit Dirlewanger en Biélorussie

Deuxième partie. SYSTEMES ET ACTEURS DE LA REPRESSION EN FRANCE

Regina M. DELACOR, L’évolution de la politique répressive pendant l’occupation allemande en France
Thomas FONTAINE, Les politiques répressives en France occupée : l’exemple du camp allemand installé au fort de Romainville, 1940-1944
Gaël EISMANN, L’escalade d’une répression à visage légal : les pratiques des tribunaux du Militärbefehlshaber in Frankreich, 1940-1944
Jean-Marc BERLIERE, Les « Polices » de l’État français : genèse et construction d’un appareil répressif
Laurent THIERY, Les spécificités de la répression dans le Nord – Pas-de-Calais, « zone rattachée » au commandement militaire allemand de Bruxelles
Cédric NEVEU, La répression en zones annexées : la violence au service des politiques de germanisation et de nazification en Alsace et en Moselle

Troisième partie. DEPORTES ET FUSILLES

Yves LESCURE, L’enquête de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Jean QUELLIEN, Motifs d’arrestation et de déportation
Michel BOIVIN, Sociologie de la déportation de répression
Vanina BRIERE, Vie et mort des déportés de France par mesure de répression
Yves LE MANER, Les Français déportés à Dora-Mittelbau
Thomas POUTY, Les fusillés en France occupée, 1940-1944 : étude d’un panel de 1 000 victimes

Quatrième partie. 1944 : L’ESCALADE REPRESSIVE

Alya AGLAN, Comment meurent les réseaux
Delphine KAZANDJIAN, La déportation de répression organisée après le Débarquement au départ de la « zone occupée »
Arnaud BOULLIGNY, Les travailleurs français arrêtés au sein du Reich et internés en camp de concentration
Virginie SANSICO, Les cours martiales de Vichy en 1944 : un cas extrême de justice d’exception
Peter LIEB, La 157e division de réserve et la lutte contre le Maquis dans le Jura et les Alpes françaises
Jean-Luc LELEU, D’une politique répressive à une politique terroriste : Oradour
Hélène GUILLON, Approche de la répression extrajudiciaire à l’été 1944

Cinquième partie. IMAGES ET MEMOIRES

Pascal PLAS, Oradour, de la mémoire à l’Histoire
Claudia MOISEL, La « mémoire judiciaire » de la répression
Jean-Pierre BESSE, PC : le mythe des 75 000 fusillés
Michel JACQUET, La représentation des Allemands dans le cinéma français d’après-guerre
Paule René-BAZIN, Une question éthique : un accès libre aux archives de l’horreur ?

Stefan MARTENS, Conclusion

Les sphères du pénal. Avec Michel
Foucault. Histoire et sociologie du droit de punir,
sous la direction de Marco Cicchini et Michel
Porret (Université de Genève).Editions ANTIPODES, 2007, Lausanne, 320 p.

4e de couverture :

Autour de Michel Foucault, ce volume collectif réunit des historiens et des sociologues qui pensent le droit de punir, du supplice d’Ancien Régime aux usages carcéraux d’aujourd’hui.

Si les concepts forgés par Foucault (discipline, panoptisme, gouvernementalité) s’imposent dans les sciences humaines contemporaines, cet ouvrage affronte les problématiques concomitantes de renfermement carcéral, des techniques punitives ou de la discipline du corps. Relectures de Surveiller et punir trente ans après sa publication dans le prisme des écrits antérieurs de son auteur, histoire du supplice, du marquage corporel ou de la relégation comme peine, conceptions et usages actuels du droit de punir dans le cadre
pénitentiaire, finement analysé par la sociologie ; les trois parties des Sphères du pénal avec Michel Foucault éprouvent l’outillage conceptuel que Foucault propose autour des arts de gouverner et de la rationalité néolibérale.

Faisant écho au colloque de Genève organisé sous l’autorité de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice, ce volume illustre l’actualité, la fécondité et le renouveau des études pénales dont l’enjeu institutionnel pèse sur le devenir de l’État de droit.

Mîrco Cicchini, doctorant, enseigne l’histoire moderne à l’Université de Genève, Sa thèse porte sur l’histoire des conceptions et des pratiques de police sous l’Ancien Régime. Il participe également à la rédaction de la revue Carnets de bord en sciences humaines.

Michel Porret, professeur ordinaire, enseigne l’histoire moderne à l’Université de Genève. Ses recherches et ses publications portent sur l’histoire intellectuelle et culturelle des Lumières et du droit de punir. Il
participe notamment à la rédaction des revues Crime, Histoire et Sociétés; Annales de la société Jean-Jacques Rousseau et XVIII’ siècle.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements

Marco Cicchini, Michel Porret

Introduction. Michel Foucault : penser le droit de punir

I. RELIRE SURVEILLER ET PUNIR

Pierre Lascoumes

Surveiller et punir, laboratoire de la problématique de la gouvernementalité : des technologies de surveillance pénitentiaire à l’instrumentation du pouvoir

Jean-François Bert

Rationalisation et histoire des corps dans le parcours de Michel Foucault

Cyprian Blamires

Le Panoptique n’est pas une prison. Panoptisme, économie, utilitarisme.

Karel Bosko

Surveiller et punir « à l’Est »

II. NOUVEAUX CHANTIERS DE L’HISTOIRE DU DROIT DE PUNIR

Patrice Peveri

La mémoire de l’infamie : pour une histoire de la marque judiciaire en France (1515-1832)

Michel Porret

À la une de Surveiller et punir: l’anachronisme du supplice de Damiens

Léon Loiseau

Foucault et la réforme des Lumières 111

Jean-Lucien Sanchez

Identifier, exclure, régénérer. La relégation des récidivistes en Guyane (1885-1938)

Laurence Guignard

Un «réquisit de rationalité». Responsabilité pénale et aliénation mentale au XIXe siècle

Leonida Tedoldi

Foucault et l’historiographie italienne de la criminalité et de la justice

III. THÉORIE ET PRATIQUE ACTUELLES DU DROIT DE PUNIR

Gilles Chantraine

Gouvernement des prisons et résistances infrapolitiques

Philip Milburn

La fin du disciplinaire ? Rationalité pénale et processus de normalisation au XXIe siècle

Gaëtan Cliquennois

De l’entrelacement des disciplines et des dispositifs de sécurité en prison

Coline Cardi

Conjuguer les disciplines au féminin

Irène Becci

Penser le pouvoir pastoral dans les prisons actuelles

Simona loana Schumacher

La peine sensorielle ou les avatars modernes d’une « pénalité de l’incorporel »

Bernard Andrieu

Les techniques d’isolement sensoriel : la désaffection punitive du corps prisonnier

Noëlle Languin, Jean Kellerhalls et Christian-Nils Robert

Le juste punir : quelles représentations contemporaines ?

IN MEMORIAM

Alessandro Pastore

En souvenir de Mario Sbriccoli


Vous aimerez aussi...