Roms, Tsiganes, Nomades – Un malentendu européen

… « Mais de quoi parle-t-on vraiment quand on parle de « Roms » ? La question mérite d’autant plus d’être posée que cette appellation est utilisée depuis une vingtaine d’années seulement, rappellent Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto dans Roms, tsiganes, nomades : un malentendu européen. « Sous l’effet paradoxal des luttes pour la reconnaissance du génocide [des Tsiganes par les nazis] menées en Allemagne » et « de la montée d’un discours nationaliste “rom” paneuropéen cautionné par l’UE, le terme “Tsiganes” a fait place à celui de “Roms” ou “Rroms” » , écrivent-ils. Un mot qui, pour être d’origine romani, ne saurait faire passer pour homogène cette population composée d’innombrables petits groupes familiaux au passé et à l’ancrage local très divers. Tout au long de l’histoire, argumentent les auteurs, on ne les a réunis sous un même vocable qu’afin de mieux pouvoir les stigmatiser »…

Pour en savoir plus voir le billet écrit par La rédaction de Books  le 3 février 2016  publié sur le site du magazine Books

Roms, Tsiganes, Nomades - Un malentendu européenParution du livre le 9 avril 2014 –  » Roms « ,  » Tsiganes « ,  » Nomades  » : autant de mots équivoques par lesquels se reconduisent des malentendus qui se sont montrés meurtriers dans l’histoire. Au cours des XIXe et XXe siècles, sous l’effet de décisions politiques et d’institutions savantes, des classifications désignant des groupes  » exotiques  » jugés inaptes à la vie sociale ont fait de ceux-ci un problème. Sous le nom de  » question rom « , ce problème est devenu celui d’une vaste  » minorité  » à traiter à l’échelle européenne alors qu’un nouvel antitsiganisme se répand dans  » l’Europe ouverte « .

Le malentendu s’aggrave. Cet ouvrage dresse un état présent des connaissances sur le sort des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, sujet passé sous silence alors que d’importants travaux ont renouvelé les perspectives. On y passe ensuite au crible les catégories et représentations mobilisées à propos de cet  » autre « , afin de comprendre les ressorts sociaux, politiques et culturels de cette haine collective de moins en moins ambivalente, et les contradictions qu’elle révèle sur l’Europe comme système de valeurs et  » civilisation « .

Sciences humaines, droit, littératures, art, philologie et philosophie sont interrogés pour penser autrement les relations entre mondes tsiganes et non tsiganes, et la singularité des formes de vie. Ce livre est issu du colloque international Tsiganes, Nomades : un malentendu européen, qui s’est tenu à Paris et à Pau en octobre et novembre 2011. Il comprend trente-quatre contributions de disciplines différentes.

Biographie des auteur(e)s :

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à l’Université Denis-Diderot (Paris 7, Cerilac), elle travaille sur les modes d’inscription et d’effacement de la violence historique et la teneur politique de l’art.

Jean-Luc Poueyto est anthropologue du monde manouche, spécialiste de l’illettrisme et des relations entre écrit et oral ; membre de l’ITEM, il enseigne à l’Université de Pau.

 


Vous aimerez peut être aussi...

4 Réponses