Olivier Mony évoque Jean Galmot

Olivier Mony évoque avec délectation « Un mort vivait parmi nous » de Jean Galmot dans « En compagnie des auteurs » l’émission de Matthieu Garrigou-Lagrange sur France Culture. C’était hier, c’était bien. Et aujourd’hui aussi d’ailleurs, là : Olivier Mony évoque Jean Galmot

Dans l’univers rude et fiévreux des chercheurs d’or de Guyane, à la fin du XIXe siècle, apparaît une fougueuse jeune femme, Marthe, venue rejoindre son époux sur un chantier. Retardée par la montée des eaux, elle est contrainte de rester auprès de Delorme, ingénieur solitaire et bourru, de Marcellin, le séduisant créole, et de l’Indien. Ou est-ce son fantôme ? Peu à peu, elle prend place dans l’esprit des hommes et le désir se mêle à la passion de l’or. Un roman halluciné. – La vie et les rêves de chercheurs d’or minés par la jungle et les fièvres, hantés par la quête de l’El Dorado, et dont la vie bascule lorsque une femme arrive au camp. – Dans cette immensité sans limites, irréelle, comment conserver quelques repères, comment distinguer encore le cri du tonnerre, le geste de la magie, la fièvre du rêve, le vivant du revenant ? – Ce roman relève du genre roman d’aventure exotique. Ce livre est paru une première fois en 1922.

Biographie de Jean Galmot :

Jean GalmotJean Galmot (né le 2 juin 1879 à Monpazier, Dordogne. Mort le 6 août 1928 à Cayenne, Guyane), journaliste, débarque en Guyane en 1906 pour s’associer avec d’anciens bagnards dans le commerce de l’or. Devenu riche, il s’opposera aux familles créoles et prendra parti, avec les Noirs et les Indiens, contre le bagne de Cayenne. Il achète une plantation afin de produire du rhum et organise une collecte de la production des petits producteurs, encourant ainsi l’hostilité des autres exploitants, prêts à tout pour préserver leurs intérêts. Élu député de la Guyane en 1919, il est impliqué pour escroquerie dans l’Affaire des rhums après que son immunité parlementaire a été levée (avec son accord). Arrêté en avril 1921, il est emprisonné à la Santé neuf mois. Au terme d’un procès à rebondissements où les plaignants retirent leurs plaintes en 1923, il est condamné à un an de prison avec sursis en l’absence de preuves sur des bénéfices illégaux. Alors qu’il se représente aux élections en Guyane, gagnées par la fraude électorale, et que des émeutes éclatent à Cayenne, il meurt brusquement le 6 août 1928. Le bruit court qu’il a été empoisonné. Il a fasciné des écrivains comme Blaise Cendrars et Louis Chardourne. Livre paru de l’auteur : Quelle étrange histoire

Extrait

Maître, vous m’avez demandé un mémoire pour des juges.

Mais la vie qui va s’éteignant en moi, semblable à la lumière horizontale du couchant, n’éclaire plus que les hauteurs du passé.

Je cherche en vain les mots de colère et de haine… Il est trop tard. Et que dirais-je aux juges ?

J’ai construit, sous les tropiques, une maison dont les fenêtres donnent à la fois sur l’Orénoque et sur l’Amazone. Des lotus blancs planent sur les étangs en terrasses ; l’ombre des palmiers géants descend sur les îles, et les vents alizés font claquer sur les toits l’oriflamme de mon pays qui, pendant trois siècles, a dominé cette terre ardente.

Mais les pirates ont donné l’assaut.

Déjà les colonnes de l’édifice menacent de s’écrouler, la moisson desséchée des cannes à sucre brûle dans la plaine… Ils ont chassé les ouvriers des chantiers… Ils ont pillé jusqu’au secret trésor de mon foyer… Et moi, dans la cellule humide et glaciale, puis dans la chambre d’hôpital où ils me tiennent enfermé, je ne vois plus le jour qu’à travers un grillage.

Je cherche en vain les mots de colère et de haine. L’horizon qui s’ouvre derrière la pénombre douloureuse du présent est un embrasement de lumières. La lumière du passé jaillit entre les murs qui m’entourent comme une eau grondante à la barrière d’une écluse.

Maître, vous m’avez demandé un mémoire…

Dans la nuit qui m’enveloppe, je n’ai trouvé que ce rêve semblable au fond de mon âme à un fleuve phosphorescent, un soir dans la jungle.

Pendant que les pirates se partagent le butin, j’écris ce qui remplit ma vie. Tout le reste n’est rien.

Ce qu’en pense la critique…

« Jean Galmot, héros de Rhum de Cendrars, fut accusé de tous les trafics, adulé en Guyane et victime en 1928 d’un bouillon à l’arsenic. Il écrivit en prison Un mort vivait parmi nous, une épopée suffocante des chercheurs d’or d’Amazonie. » (Antoine de Gaudemar, Libération)


Vous aimerez aussi...

1 réponse