Rencontres – Ravensbrück : portraits de femmes dimanche 10 avril 2016 à 16h30 (Mémorial de la Shoah)

ravensbruck-portraits-femmes-memorial-shoahÀ l’occasion de la parution de Si c’est une femme, dans le camp de Ravensbrück1939-1945 de Sarah Helm, traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Emmanuel Dauzat et Aude de Saint-Loup, éd. Calmann- Lévy, 2016, et de Souvenirs de Marie Rameau, éd. La Ville brûle, 2015 ; Les armes de l’esprit, Germaine Tillion, 1939-1954, Musée de la Résistance et de la Déportation, Besançon, 2015

De par le monde, Sarah Helm a rencontré les dernières rescapées de Ravensbrück. Marie Rameau a photographié des objets fabriqués en cachette par ces femmes. De leur travail se dégagent des portraits de femmes résistantes.

En présence de Sarah Helm, journaliste, Pierre-Emmanuel Dauzat et Aude de Saint-Loup, traducteurs, Marie Rameau, photographe, et Marie-Claire Ruet, conservatrice au musée de la Résistance et de la Déportation, Besançon.

Lecture de textes par Pierre Daubigny, comédien.

Animée par Aurore Callewaert, directrice du musée de la Résistance en Morvan.

Pour accéder au centre de documentation du Memorial de la Shoah

Parution du livre le 6 avril 2016 – Elles étaient, pour les nazis, des déclassées, des « bouches inutiles » : résistantes, Tziganes, Témoins de Jéhovah, malades, handicapées physiques et mentales, prostituées ou juives bien entendu. Venues de trente pays différents, de plus en plus nombreuses au fil des conquêtes allemandes, ces femmes endurèrent la brutalité et la perversité des nazis dans le camp de Ravensbrück.

Ouvert en 1939, le camp, situé à 80 kilomètres au nord de Berlin, est le seul camp à avoir été construit dans le but d’y enfermer des femmes. Elles y étaient battues, affamées, torturées, exécutées par balles, gazées, empoisonnées, mordues par des chiens, elles servirent de cobayes pour des expériences pseudo-médicales, subirent des avortements forcés, étaient assommées et tuées par le travail forcé (notamment pour l’usine Siemens).

La journaliste britannique Sarah Helm a mené un travail d’enquête minutieux pour retrouver les familles des déportées, en Pologne, en France, en Hollande, en Israël, elle a même rencontré les dernières rescapées encore en vie, dispersées partout dans le monde. De ce babel géographique et social, naissent des portraits de femmes qui ont, toute leur vie durant, gardé le silence. Pourquoi ? Par peur de ne pas être crues, mais aussi, disent-elles, parce qu’il fallait vivre et que se rappeler la terreur et les souffrances aurait été de trop. Arrivées au crépuscule de leur vie, leur parole se libère.

Entre 1939 et 1945, 132 000 femmes– dont 8 000 Françaises – et enfants ont séjourné à Ravensbrück, et jusqu’à 50 000 ont été exterminés. Pourtant, pendant plusieurs décennies, l’histoire du camp de Ravensbrück est restée plutôt marginale. Cet ouvrage vient aujourd’hui combler ce vide et compléter les travaux pionniers de Germaine Tillion.

En écho à Si c’est un homme de Primo Levi, Sarah Helm interroge l’indicible, cette impossibilité de raconter l’horreur, mais elle tente surtout de répondre à l’exhortation de Primo Levi, celle de ne « jamais oublier ce qui s’est passé ».

Publisher Calmann-Lévy

Collection Documents, Actualités, Société


Vous aimerez aussi...