Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu

Parmi les événements majeurs du XXe siècle, il en est un dont on ne mesure pas encore aujourd’hui toute l’ampleur. Il s’agit de l’effondrement brutal et imprévu de juin 1940 : déroute de l’armée française, humiliation de la défaite, fuite du gouvernement Reynaud quittant Paris le 10 juin, prélude à l’exode qui jeta sur les routes de France des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, « le peuple du désastre », entrée des Allemands dans Paris le 14 juin, signature de l’armistice franco-allemand le 22…

L’un des aspects méconnus de la débâcle concerne l’exode pénitentiaire. Intéressons-nous plus particulièrement à celui des prisons parisiennes et, parmi elles, à celle qui reçoit en novembre 1940 le titre de « prison militaire de Paris repliée à Mauzac ». Cette prison de l’exode regroupe tant les Parisiens du Cherche-Midi que ceux de la Santé.

1er novembre 1940 : l’implantation à Mauzac, en Dordogne, d’un camp d’internement devant servir de repli à la « prison militaire de Paris », est le fruit d’une situation conjoncturelle directement liée au contexte politique de la France des années 1939-1940. Deux facteurs sans lien apparent se conjuguent : d’une part la montée du fascisme en Europe conduisant le gouvernement à engager un vaste programme d’armement, d’autre part et ensuite, la politique répressive de Vichy rendant nécessaire la création de nouveaux lieux de détention. En application du « décret relatif à l’accélération des fabrications d’armement du 20 mars 1939 », le ministre Raoul Dautry confie au Service central des constructions des poudres la création à Mauzac d’une poudrerie nationale  destinée à produire des obus chargés en gaz de combat à base de chlore. Un gigantesque chantier de construction employant deux mille ouvriers se met en place dès novembre 1939. Pour partie la main-d’œuvre est locale, complétée par les réfugiés évacués d’Alsace-Lorraine et les Espagnols du 652e GTE (Groupement de travailleurs étrangers) stationné à Mauzac. Deux cantonnements d’une douzaine de baraquements chacun, nommés « Camp nord » et « Camp sud », distants de deux kilomètres environ l’un de l’autre, sont réservés au logement des ouvriers. Or, ils connaîtront une toute autre destination […]

Lire la suite de cet article de Jacky Tronel sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 19 avril 2010

    […] suite ici: Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu Share and […]

  2. 19 avril 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Bibliothèques UBO, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu http://bit.ly/bODj01 […]