L’histoire du patrimoine lié au bagne en Nouvelle-Calédonie, du non-dit à l’affirmation identitaire (Blandine Petit-Quencez)

Auteur : Blandine Petit-Quencez est chargée des musées et du patrimoine à la direction de la culture de la province Sud de Nouvelle-Calédonie depuis 2011. À ce titre, elle a piloté la rénovation de l’exposition permanente du centre d’interprétation du patrimoine militaire et pénitentiaire du Fort de Téremba avec l’association Marguerite, elle pilote également le projet du musée du bagne en partenariat avec l’association Témoignage d’un passé et a développé divers projets de valorisation du patrimoine pénitentiaire de l’île : itinéraire du bagne, opération culturelle « Si le bagne m’était conté », etc. Par ailleurs, elle a collaboré à l’ouverture du musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie en 2013 et à la réouverture du musée de la mine de Thio en 2015.

Cet article a été écrit avec la collaboration de Louis-José Barbançon, Yves Mermoud, Emmanuelle Eriale et Manuel Cormier.

Remerciements : Véronique Defrance, Louis Lagarde, Fanny Pascual, Linda Talbi, Christiane Terrier.

Résumé : Dès les années 1910, alors que la Nouvelle-Calédonie est peu à peu désaffectée de son rôle de colonie pénitentiaire, population et décideurs de l’île cherchent à effacer et à oublier ce passé difficile. Il faut attendre les années 1970 pour voir les premières actions de valorisation de cette période historique, centrées principalement autour de la déportation. Puis au cours des décennies de 1980 à 2005, la montée des revendications identitaires des communautés calédoniennes favorise l’émergence d’associations et de projets autour de la sauvegarde du patrimoine du bagne. Enfin à partir de 2006, un nouvel élan est donné avec l’implication forte des institutions publiques pour conserver, restaurer et valoriser le patrimoine pénitentiaire.

Abstract: From the 1910s, while New Caledonia is closed down little by little by its role of penal colony, population and decision-makers of the island try to erase and to forget this difficult past. It is necessary to wait for 1970s to see the first shares of valuation of this historic period, centered mainly around the deportation. Then during decades from 1980 till 2005, the rise of the identical claim of the New Caledonian communities favors the emergence of associations and projects around the protection of Convict heritage. Finally from 2006, a new run-up is given with the strong implication of the public institutions to preserve, restore and value the penal heritage.


Si l’on considère le patrimoine dans sa définition première, au sens d’héritage du père, on peut comprendre la difficulté pour les populations calédoniennes d’assumer celui du bagne, lourd à porter. Héritage difficile pour les descendants directs des condamnés, essayant de gommer cette tache dans leur généalogie familiale et héritage difficile également pour la société toute entière, désireuse d’oublier cette page sombre de l’histoire du pays. C’est pourquoi, des années 1910 aux années 1970, population et décideurs ont œuvré pour renoncer à cet héritage, quitte à le faire disparaître.

Cependant, si cette mémoire a pu être partiellement effacée des transmissions familiales, que faire du patrimoine bâti, témoin bien visible et réel de cette histoire passée ? À travers les vicissitudes de ces monuments, de leur abandon à leur redécouverte, on peut suivre l’évolution de la perception de l’histoire du bagne dans la société calédonienne et sa lente réappropriation des années 1970 à nos jours.

Une fois ce patrimoine accepté et reconnu, d’autres questions surgissent : le patrimoine issu du bagne peut-il néanmoins représenter un patrimoine comme les autres ? Lieux de souffrances, de violences, de réclusion parfois, les bâtiments construits pour accueillir les condamnés aux travaux forcés peuvent-ils devenir des lieux de tourisme, de loisirs, de découverte ? Au-delà de la question patrimoniale et culturelle de la sauvegarde de ces pierres apparaît, dans l’histoire calédonienne, une dimension mémorielle très forte autour de ces témoins du passé.

Suivant une approche chronologique, cet article s’attache à retracer les grandes étapes de la prise en compte du patrimoine pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie à travers les engagements des associations puis des institutions et à montrer comment celui-ci participe à la construction d’une identité calédonienne.

Le temps de l’oubli et de la destruction 1913-1970

Faisant suite à l’arrêt des convois de forçats en 1897, l’administration pénitentiaire, qui occupait une large superficie du territoire, se replie peu à peu sur l’île Nou. En 1913, un décret annonce le regroupement de toute la Pénitentiaire, Transportation et Relégation, sur l’île Nou. À Nouméa, comme dans tout le pays, les bâtiments sont progressivement désaffectés et cédés à la colonie ou à des particuliers. Un article de 1924, publié dans L’Illustration, décrit ainsi ce qu’il reste du bagne : « Ceux qui restent à l’île Nou sont tous des vieillards. Aussi le bagne meurt-il. Un grand calme règne sur son agonie, une paix troublante se dégage des geôles vides. L’impression est étrange : on dirait un hospice dans une prison[1] ». Peu à peu, le bagne s’efface et les bâtiments retrouvent un nouvel usage, les anciens condamnés font place aux colons libres. Ainsi les bâtiments de l’île Nou sont-ils affectés en 1927 comme logements de fonctionnaires et l’ancien hôpital du bagne s’ouvre aux aliénés et aux infirmes ou vieillards indigents de la colonie. Cette nécessité d’oubli du bagne et cette aspiration au renouveau trouvent leur traduction officielle dans l’arrêté du 17 mars 1928 qui « modifie le nom de divers établissements situés à l’île Nou » et précise : « considérant que des raisons d’ordre moral exigent que les établissements destinés à la population libre ne conservent pas les appellations des anciens pénitenciers […] l’ancien Camp central de l’île Nou portera désormais le nom de Nouville » quant à « l’ex-hôpital du marais, il sera désigné à l’avenir sous le nom d’asile de Nouméa ».

Cette volonté de renouveau toponymique, afin d’effacer puis oublier le passé pénitentiaire et intégrer ces bâtiments dans la vie de la colonie issue du monde libre, ouvre une période de non-dit et d’oubli de l’histoire du bagne qui durera au moins jusqu’aux années 1970. Ainsi un livre d’histoire publié en Nouvelle-Calédonie en 1922 par Clovis Savoie se termine par une page consacrée à un appel aux lecteurs français : « Dites à vos amis que la Nouvelle-Calédonie n’est plus la terre du Bagne…. Faites disparaître une légende qui nuit à la bonne réputation de notre île magnifique[2] ». L’oubli est institutionnalisé et revendiqué aussi bien par la population que des décideurs de l’époque.

Extrait du livre de Clovis Savoie sur l’histoire de la Nouvelle-Calédonie publié en 1922

Extrait du livre de Clovis Savoie sur l’histoire de la Nouvelle-Calédonie publié en 1922

En février 1927, les journaux locaux La France Australe et le Démocrate se font l’écho de la volonté de certains Calédoniens de changer le nom de l’île pour effacer son rapport avec le bagne[3]. Un concours est même organisé par La France Australe pour trouver un nouveau nom.

En 1931, la Nouvelle-Calédonie est officiellement désaffectée comme colonie pénitentiaire.

En 1937, paraît un article dans le journal métropolitain Voilà sur la fin du bagne calédonien décrivant ainsi la ville : « À Nouméa, tout le monde s’enferme. Les uns parce qu’ils sont fils de bagnards. Les autres parce qu’ils ne veulent pas voir les fils de bagnards… ». Aussitôt, les journaux locaux répliquent. Un lecteur du Bulletin du Commerce va jusqu’à déclarer : « Tant que les murs seront debout, tant que quelques bureaux existeront, la propagande infecte subsistera, et la Calédonie sera toujours un vaste bagne… » et demande l’interdiction des appareils photos, la destruction des archives par le feu, la destruction du camp central et des prisons de Nouville[4]. En 1938, un nouvel article demande à nouveau la démolition des bâtiments du bagne : « quand tout sera rasé, le bagne aura vécu[5] ». Les Calédoniens souhaitent faire table rase de ce passé et effacer cette tache de l’histoire de la colonie.

Couverture du journal Voilà du 13 janvier 1937 sur la mort du bagne. Coll. Louis-José Barbançon

Couverture du journal Voilà du 13 janvier 1937 sur la mort du bagne. Coll. Louis-José Barbançon

 

Extrait du journal Voilà du 13 janvier 1937 sur la mort du bagne. On peut y voir les vestiges de l’ancien pénitencier dépôt de l’île Nou. Coll. Louis-José Barbançon.

Extrait du journal Voilà du 13 janvier 1937 sur la mort du bagne. On peut y voir les vestiges de l’ancien pénitencier dépôt de l’île Nou. Coll. Louis-José Barbançon.

En 1939, un film d’archives privées montre l’ancien bagne, devenu un lieu à visiter pour les touristes de passage[6]. On aperçoit des forçats d’origine asiatique en train de démolir les anciens dortoirs du camp central dont les matériaux servent à l’époque à remblayer les futurs quais de la ville de Nouméa. Ironie de l’histoire, le guide qui fait visiter les lieux est un ancien condamné qui pose devant son ancienne cellule !

Hormis ces visites touristiques anecdotiques, mais qui révèlent déjà un potentiel, le bagne sombre alors dans un oubli volontaire. Le patrimoine bâti est soit laissé à l’abandon, soit sert de carrière de matériaux de construction ou de remblai, soit destiné à de nouvelles fonctions ou de nouveaux usages qui font oublier leurs anciennes affectations. Tout semble fait pour oublier cette période historique. Dans beaucoup de familles, une génération suffit pour effacer des mémoires ses origines bagnardes. Dans l’histoire officielle, comme dans les histoires familiales et individuelles, on tente d’oublier ce passé pénitentiaire. Malgré tout subsiste, dans certaines couches de la société calédonienne, en particulier dans les familles de colons libres, une mémoire bien vivace qui refait surface à travers des anecdotes parfois assez récentes : les mariages entre descendant du bagne et descendant de colon libre sont perçus comme des mésalliances. De même des enfants et petits-enfants de condamnés ne sont pas invités chez des descendants de colons libres.

En 1942, les forces alliées américaines débarquées en Nouvelle-Calédonie installent à Nouville, entre autres, au cœur de l’ancien pénitencier-dépôt, une importante base d’hydravions. Les demi-lunes fleurissent sur les vestiges des anciennes cases dortoirs, contribuant à la destruction et l’oubli de cette page d’histoire. Les lieux du bagne redeviennent pour quelques semaines des lieux d’enfermement et de souffrances lorsque les ressortissants japonais de Nouvelle-Calédonie se retrouvent emprisonnés dans l’ancien magasin aux vivres ou l’ancien pavillon cellulaire de l’hôpital en attendant d’être envoyés vers les camps australiens au lendemain de l’attaque de Pearl Harbor. Mais très vite, après-guerre, le centre de Nouville retrouve la vie quotidienne paisible d’un quartier isolé qui n’est alors relié à la ville que par une navette appelée alors « pétrolette ».

 

Photo aÇrienne Nouville 1944 coll NARA DCPS

Les installations américaines en juillet 1944 à Nouville, coll. NARA, DCPS

Le manuel de géographie, publié en 1964 par le ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports de Nouvelle-Calédonie et écrit par Jean Leborgne, témoigne de cet effacement du bagne[7]. En effet, sur près de 300 pages consacrées à la géographie physique, humaine et économique de l’archipel, la seule référence au bagne tient en trois phrases dans un chapitre consacré à la population européenne. On peut y lire que «  de 1863 à 1897, l’administration pénitentiaire distribua, elle aussi, des concessions dans un but de réhabilitation. L’expérience obtint d’assez bons résultats et bon nombre de familles ainsi fixées au sol comptèrent bientôt parmi les plus honorables (phénomène qui s’explique d’autant plus facilement qu’il est notoire que les jurys de l’époque faisaient preuve d’une sévérité souvent excessive). Un certain nombre de déportés de la Commune se fixèrent aussi dans le territoire ». On retrouve dans cet extrait la vision que l’on peut avoir à cette époque sur le bagne : on ne parle que de réhabilitation, de familles honorables, de condamnations injustes et, à la rigueur, des déportés politiques de la Commune. Cette absence quasi-totale de référence à l’origine pénale d’une partie de la population européenne de Nouvelle-Calédonie est très révélatrice de la volonté de négation de cette mémoire qui règne à l’époque.

La prise de conscience au sein des associations 1970-1981

Dans les années 1970, des passionnés d’histoire commencent à se préoccuper de cette période du bagne et du patrimoine qui en témoigne, en particulier au sein de la jeune Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie (SEHNC), présidée par Bernard Brou. Dans les bulletins de la SEHNC, on voit apparaître les premiers articles relatifs au bagne. Cependant ceux-ci sont prioritairement consacrés à la déportation plus qu’à la transportation. Un certain flou, plus ou moins volontaire, réside entre ces deux notions mais les exemples présentés sont toujours ceux de déportés politiques, souvent issus de la Commune de Paris, dont la condamnation est le résultat d’un engagement citoyen et politique fort. On est condamné pour avoir défendu ses idées et non pour avoir commis un crime. C’est par ce biais de la déportation que l’on voit apparaître les premières recherches historiques. Or, du point de vue de l’histoire calédonienne, la déportation n’a eu qu’un impact limité puisque très peu de déportés ont fait souche sur l’île contrairement aux transportés. Le nombre limité de familles de descendants de déportés a probablement aidé à libérer cette parole. Ce fut en tout cas une première étape du processus de réappropriation de l’expérience de colonisation pénale.

Parallèlement à ces premières recherches historiques, l’intérêt croissant pour le bagne trouve sa traduction dans les premières procédures de classement au titre des monuments historiques du territoire. Dans ce pays, où les cases kanak sont vouées à disparaitre après la mort du chef, où les maisons coloniales sont en bois, et donc vulnérables, on comprend que les protecteurs du patrimoine ont classé en priorité les bâtiments de l’administration, en particulier ceux de l’administration pénitentiaire, construits en briques et en pierre et voués à durer. C’est ainsi que dès 1973, les tout premiers bâtiments à être classés au titre des monuments historiques sont les édifices de l’ancien pénitencier-dépôt de l’île Nou. Cependant, l’arrêté 73-103/CG qui protège ces monuments ne fait à aucun moment référence au passé pénitentiaire des lieux. Il nomme les bâtiments en fonction de leur affectation au moment du classement et de leur date de construction qui atteste de leur dimension historique. Ainsi l’ancien hôtel du commandant du bagne est décrit comme « le bâtiment abritant le Centre spécialisé de Jeunesse construit en 1883 » et l’on peut lire pour d’autres « le bâtiment de l’ancienne boulangerie construit en 1868 » ou encore « la chapelle construite en 1882[8] ». La seule référence au bagne peut être éventuellement trouvée dans le bâtiment de « l’ancien logement des sous-officiers et surveillants » puisque, qui dit surveillants, dit condamnés… La dimension historique de ces bâtiments réside dans leur date de construction mais ils ne sont jamais présentés comme des témoins tangibles de l’histoire du bagne. En 1974, c’est le pavillon cellulaire de l’ancien hôpital du Marais qui est protégé, suite à la mobilisation des historiens locaux. Aussi peut-on lire dans le Bulletin de la Société d’études historiques de 1974, à l’issue d’un article présentant la politique de valorisation touristique du site de Port-Arthur en Tasmanie, qu’il fallut pour protéger le bâtiment cellulaire « une lutte suivie, de janvier à juin 1974, et deux votes de la commission des sites, pour obtenir l’avis favorable[9] ». Régulièrement, les historiens calédoniens font référence au voisin australien pour tenter de convaincre les élus locaux de la pertinence de conserver et de valoriser le patrimoine du bagne à l’image de ce qui se fait par exemple à Port-Arthur. Dans ce même numéro de la SEH on trouve un encart interpelant ainsi les lecteurs : « Habitants de Nouvelle Calédonie, comme à Port Arthur, comme à Norfolk ne peut-on sauvegarder le bâtiment de l’Île Nou ? Pour les touristes et pour l’histoire[10] ! ». À nouveau, l’argument principal pour convaincre de sauvegarder le patrimoine est d’ordre économique, pour développer le tourisme, plus que mémoriel ou historique. Et une nouvelle fois, la mobilisation autour de ce bâtiment cellulaire est d’autant plus importante que l’on croit à l’époque que ce bâtiment abritait une prison pour les déportés et que Gustave Marotteau y serait décédé. Une importante campagne est alors menée pour que soit posée une toiture sur ce bâtiment cellulaire.

En 1971, la publication du livre de Georges Pisier, Kounié ou l’île des Pins[11], puis en 1974 celle des écrits de Daufelt (anagramme du forçat Delfaut) par le Kiwanis Club de Nouméa sous le titre Les damnés du Pacifique[12] sont un pas supplémentaire vers la réappropriation de l’histoire pénitentiaire.

À partir de 1972, une digue est créée reliant Nouméa à l’ancienne île Nou. Cette nouvelle presqu’île, autrefois connue pour sa prison et son asile, devient un lieu de promenade très fréquenté par les Nouméens qui découvrent alors ses paysages et son riche patrimoine. Un article paru dans la revue Sud Pacific en septembre 1972 intitulé À la découverte de la presqu’île Nou  relate ce nouvel engouement pour Nouville et évoque clairement le passé pénitentiaire des monuments encore visibles[13]. Peu à peu, les habitants redécouvrent ces lieux. En 1974, Michel Camboulives, comédien et organisateur de spectacles, fait le pari de transformer les vestiges de l’ancien magasin aux vivres du bagne, aussi appelé la cathédrale de Nouville, en théâtre à ciel ouvert. Il accueille ainsi de nombreux spectacles et même quelques matchs de boxe. Ce lieu, qui commence à être appelé Théâtre de l’île, son nom actuel, sera ensuite repris par la Ville de Nouméa, couvert et aménagé à la fin des années 1990 et deviendra le principal théâtre de la commune. On assiste aux prémices d’un renouveau de ce patrimoine, comme espace de loisirs et de divertissements.

À la suite de ces premiers signes d’évolution des mentalités vis-à-vis de cette histoire, la première grande opération publique de valorisation du bagne va prendre forme avec l’achat de la collection dite « Amsterdam » ou « Scheler ». Une nouvelle fois, cette collection, constituée par Lucien Scheler, un amateur passionné de l’histoire de la commune, ne concerne qu’une partie de l’histoire du bagne, celle de la déportation politique. Toutefois, c’est le premier exemple d’une volonté forte de la population calédonienne de comprendre et d’assumer son passé. En effet, en octobre 1975, à l’annonce de la vente de cette collection à Amsterdam pour 5 millions de francs pacifique et suite à la mobilisation d’historiens passionnés en Nouvelle-Calédonie, l’Assemblée Territoriale vote le principe d’une aide de 2 millions de francs pacifique. Avec ce soutien officiel, une vaste campagne de sensibilisation à destination du grand public est lancée pour réunir les 3 millions manquants : articles de presse, émission télévisée, actions dans les écoles, les banques, les mairies… Cette mobilisation porte ses fruits puisque la somme est réunie. Au-delà de l’aspect économique, cette opération est également une grande réussite car elle permet de sensibiliser les Calédoniens à cette période et de les associer pleinement à la construction de leur histoire. L’association Déportation, créée pour l’occasion, peut donc acquérir l’ensemble de ces documents le 12 juillet 1976. Un grand travail de recherches mené, entre autres, par Paul Griscelli, Jacques Cheval, Bernard Brou et Louis-José Barbançon permet de monter une exposition à partir de cette collection qui est présentée à Nouméa du 28 septembre au 17 octobre 1977. De cette première exposition naît l’idée de construire un musée de la Déportation à Nouméa dans l’ancien bâtiment cellulaire. Bernard Brou s’en fait le relai dans un bulletin de la SEHNC : « Proposer un projet concret et réaliste de musée de la déportation est un acte de foi dans l’avenir qui accroît la renommée calédonienne et encourage aussi le tourisme[14] ».

L’année 1975 marque un tournant dans l’histoire calédonienne avec Mélanésia 2000, un grand événement culturel, porté par Jean-Marie Tjibaou pour affirmer l’identité kanak. On peut donc voir dans ces premières actions de valorisation du patrimoine du bagne la montée d’une certaine revendication identitaire de la part de la population d’origine européenne descendante du bagne qui, n’ayant plus d’attaches en France, souhaitait ainsi affirmer sa légitimité.

Vers la fin des années 1970, le bagne sort des colonnes des revues spécialisées pour apparaître par exemple dans La France Australe au gré d’articles sur les personnages calédoniens[15], sur la commémoration du cimetière des déportés de Ducos[16] ou encore dans une série intitulée Les mystères du bagne publiée en 1976. En 1979, les éditions du caillou publient un ensemble de 8 volumes reliés intitulé le Bagne Calédonien[17] qui regroupe l’ensemble des textes évoquant cette période. On y retrouve les écrits de Jean Carol, Léon Moncelon ou encore Paul Mimande.

Vers une revendication identitaire de plus en plus affirmée ? 1981-2005

Au début des années 1980, les historiens cherchent à lever le flou entre les peines de déportation et de transportation. Ainsi, dans une publication[18] sur les lieux historiques de Ducos-Nouville datée de 1981, Bernard Brou rédige, dans sa préface, un texte de présentation établissant la différence entre déportés et transportés.

L’exposition de la collection Amsterdam est présentée en 1981 à Bourail, à Néméara, dans l’ancien internat des enfants de concessionnaires, récemment restauré. L’événement marque un nouvel élan dans la prise en compte du bagne. Un visiteur bouraillais conclut ainsi un article publié en 1982 : « En un moment agité où beaucoup souffrent d’injustice, la Calédonie vibrante de simplicité et consciente de son passé, s’est retrouvée à Néméara, autour de l’exposition Amsterdam[19] ». À la suite de celle-ci et vu le soutien populaire, va naître le projet d’un musée de la colonisation à Bourail. D’un point de vue politique, celui-ci vient en écho au projet de centre culturel de Hienghène autour de la culture kanak et traduit la volonté défendue, entre autres, par Jean-Marie Tjibaou que chacune des communautés de Nouvelle-Calédonie retrouve son identité et son histoire avant de pouvoir construire ensemble un pays. C’est ainsi que le musée de Bourail est inauguré en 1986 avec un financement du gouvernement et grâce à l’action conjointe d’une part de l’association Passé de Bourail, présidée par  Yves Rieu, et d’autre part de la municipalité et du maire, Jean-Pierre Aïfa. C’est donc depuis la brousse que se met en place un véritable mouvement de valorisation du passé colonial et pénal calédonien[20].

Parallèlement au projet de Bourail, en 1984, l’association Marguerite, dont l’objet est la sauvegarde du patrimoine de la commune de la Foa, entreprend une vaste opération de nettoyage de l’ancien site de Fort Téremba comprenant un ancien blockhaus, un bloc cellulaire, une tour de guet, un mur d’enceinte et plusieurs vestiges d’autres bâtiments disséminés sur près de 11 hectares, afin de pouvoir ouvrir le site au public avec l’accord du propriétaire de l’époque. Des animations exclusivement artistiques (jazz, danse contemporaine) sont proposées au public, dès juin 1984, visant à mettre en valeur le site mais elles ne comportent pas encore de discours historique.

Dégagement du blockhaus de Fort Téremba par les bénévoles de l’association Marguerite. Coll. Association Marguerite

Dégagement du blockhaus de Fort Téremba par les bénévoles de l’association Marguerite. Coll. Association Marguerite

La période de 1984 à 1988 est aussi marquée en Nouvelle-Calédonie par les « Événements », un conflit qui oppose violemment les indépendantistes aux loyalistes. Cet épisode favorise, de part et d’autre, l’émergence de revendications identitaires et pousse les Calédoniens d’origine européenne à affirmer leurs origines et leur légitimité à vivre sur cette terre. En 1983 à Nainville-les-Roches, au cours des négociations entre le RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République) et le FLNKS (Front de Libération Kanak Socialiste), ces derniers ont proposé de reconnaître les autres communautés vivant en Nouvelle-Calédonie comme « victimes de l’histoire » et de légitimer ainsi leur droit à vivre sur cette terre. Si ce terme ne passe pas à l’époque, il est aujourd’hui assumé en particulier par les descendants du bagne.

C’est dans ce contexte qu’en 1987 l’association Marguerite met en place un événement devenu incontournable : un grand son et lumière relatant des épisodes de l’histoire calédonienne dans ce haut lieu historique, à la fois centre pénitentiaire et militaire. En dépit de l’évocation de deux sujets tabous de la société calédonienne, le bagne et l’insurrection kanak de 1878, ce premier spectacle rencontre un grand succès.

Spectacle son et lumière au Fort Téremba, une scène d’évasion. Coll. Association Marguerite

Spectacle son et lumière au Fort Téremba, une scène d’évasion. Coll. Association Marguerite

Dans le projet culturel de l’association établi en 1987, celle-ci se propose de « réveiller les mémoires et de sauver l’un des derniers vestiges du bagne calédonien[21] ». Si le contexte politique des Événements a favorisé l’émergence de ces actions et recherches autour de l’implantation européenne, plus étonnant, c’est aussi en réaction à la manière dont la presse métropolitaine décrivait alors les Calédoniens comme étant tous des descendants de riches colons libres sans aucun métissage, qu’historiens et associations locales ont souhaité rétablir une vérité historique, faite aussi des souffrances et des violences du bagne. En 1989, le site de Téremba est racheté par la commune de Moindou puis classé au titre des monuments historiques[22]. À partir de 1994, des chantiers de jeunes sont mis en place pour restaurer les vestiges. Puis, dès 1995, des classes patrimoine viennent en immersion sur le site pendant cinq jours pour découvrir la colonisation pénale à travers des ateliers variés (fouilles, visites, taille de pierre, etc.).

D’autres actions voient le jour dans les années 1980. L’association Présence d’un passé, présidée par Marcel Pétron, lance un projet de restauration de la chapelle du Camp-Est en 1986. En 1987, ce même Marcel Pétron publie un ouvrage qui fera longtemps référence sur le patrimoine bâti de l’île Nou[23]. Parallèlement, le projet d’un musée de la déportation au sein du bâtiment cellulaire se poursuit lentement grâce à l’opiniâtreté de l’association Déportation. En 1988, les crédits nécessaires aux travaux de sauvegarde du bâtiment sont votés par la région Sud, propriétaire des lieux depuis 1987.

La boulangerie de Nouville en 1982 prise par Marcel Petron. Coll. ATUP.

La boulangerie de Nouville en 1982 prise par Marcel Petron. Coll. ATUP.

Le mur pignon du bâtiment cellulaire de l’ancien hôpital du Marais pris par Marcel Petron en 1982. Coll. ATUP.

Le mur pignon du bâtiment cellulaire de l’ancien hôpital du Marais pris par Marcel Petron en 1982. Coll. ATUP.

Les accords de Matignon-Oudinot, signés en 1988, vont marquer une nouvelle étape. Les trois Provinces sont créées et obtiennent la compétence culturelle, y compris la règlementation sur les monuments historiques[24]. Ces accords vont permettre, entre autres, d’élaborer de nouveaux manuels scolaires dès 1991 comprenant, pour la première fois, des pages consacrées à l’histoire du bagne. Plus que des outils pédagogiques, il s’agit avant tout de donner des connaissances aux professeurs sur cette page d’histoire calédonienne longtemps taboue. Des historiens locaux, tels que Michel Reuillard, Cynthia Debien, Manuel Cormier, Nicolas Dubuisson ou Louis-José Barbançon s’emparent des questions liées à la Transportation et la colonisation pénale et leurs mémoires et thèses constituent peu à peu un corpus de référence sur ces questions.

La télévision participe également à la diffusion de cette histoire. Faisant suite à deux émissions, l’une diffusée sur TF1 en 1981 sur la déportation puis en 1983 sur les Arabes de Nouvelle-Calédonie, la chaîne RFO Nouvelle-Calédonie propose, en décembre 1988, dans Calédoscope, une émission de 56 minutes sur le bagne intitulée « La Transportation en Nouvelle-Calédonie[25] ». Dans un magazine de télévision présentant ce reportage, on peut lire : « Pendant de longues années, cette période a été entourée de silences, voire même, dans certains cas, frappée d’oubli. Aujourd’hui les choses sont en train de changer : les années de dur labeur et d’honnêteté de plusieurs générations de calédoniens ont effacé les fautes d’antan. Pour bon nombre de Calédoniens à la recherche de leurs racines, il est temps de regarder le passé en face[26] ». Ce commentaire nous montre clairement que, même si cela change, dans ces années 1980, le poids du bagne est encore là puisqu’on porte encore les « fautes d’antan » et que la légitimité des descendants à vivre ici tient à leur « dur labeur » et à leur « honnêteté ».

En 1993, un grand colloque, placé sous la présidence d’honneur du Haut-Commissariat est mis en place par Paul De Dekker alors président de l’Université et Louis-José Barbançon. Sous le nom de PAC 93, il est consacré aux peuplements du Pacifique, hors populations autochtones. De nombreuses conférences, à Nouméa et en brousse, permettent d’évoquer le contexte d’arrivée des populations européennes, asiatiques et autres dans le Pacifique Sud. Des expositions sont aussi proposées : une exposition intitulée Terre de Bagne, une autre,  Populations en Nouvelle-Calédonie au siècle dernier consacrée aux ethnies de Nouvelle-Calédonie et une dernière autour de la collection Scheler. Dans les actes de ce colloque[27], on peut lire dans l’article écrit par Cynthia Debien sur Pouembout : « Aujourd’hui, dans la mémoire collective, Pouembout n’évoque pas le bagne de manière aussi précise que Bourail, La Foa ou l’île Nou. En fait, pendant plusieurs générations, l’oubli a été organisé en Nouvelle-Calédonie, car ce passé était vécu comme un tabou. Il a été cependant plus facile de gommer les origines pénales de Pouembout parce que les vestiges du bagne sont peu nombreux contrairement à Bourail ou l’île Nou, où les bâtiments en pierre taillée rappellent encore physiquement le bagne[28] ». On comprend, à travers cet exemple, le rôle joué par le patrimoine bâti dans la redécouverte de cette histoire du bagne.

En septembre 1994, lors des journées du patrimoine, près de 21 guides bénévoles proposent de faire visiter les monuments du bagne, à Nouville comme à Bourail ou Téremba alors qu’une partie de l’exposition Terre de bagne est présentée dans le bâtiment dit « la Boulangerie de Nouville ». L’évolution de la perception du bagne est visible. Ainsi, en 1996, une des guides du patrimoine conclut ainsi ses visites : « Il y a eu et il y a toujours une volonté d’effacer le bagne des mémoires. C’est comme une chose honteuse dont on voudrait gommer toute trace. Et pourtant, le bagne fait partie intégrante de l’histoire du territoire et de nombreuses infrastructures lourdes, toujours actuelles ont été mises en place par les bagnards […] et puis il y a le peuplement. […] Nous voulons évoquer ce passé pour lutter contre les deux maux qui le menacent : le temps qui efface le souvenir et le bulldozer qui détruit[29] ». On voit bien dans ce discours adressé aux visiteurs un basculement dans la perception de ce patrimoine : non seulement, il ne faut pas avoir honte du passé pénal du territoire mais plus encore, il faut valoriser les bâtiments construits par les forçats, pionniers malgré eux.

D’autres projets associatifs naissent dans ces années-là. En 1990, l’association du Village de Prony commence à restaurer et valoriser les vestiges de cet ancien établissement pénal situé au sud de la Grande Terre, lié à l’exploitation forestière. En 1996, la dynamique association Témoignage d’un passé obtient de la province Sud la mise à disposition de l’ancienne boulangerie du bagne et y installe une première exposition de photos et d’objets intitulée : « A la rencontre du bagnard ». Cette exposition évoluera au fil des années. C’est le premier musée du bagne à voir le jour. Celui-ci, porté par des bénévoles en activité, n’est pas ouvert en permanence mais il accueille de nombreux groupes scolaires et jusqu’à 5 groupes de touristes japonais par semaine. Des guides du patrimoine proposent alors des visites du musée et des sites historiques environnant. Le bagne devient peu à peu un objet de tourisme et commence ainsi à retrouver une place dans le paysage historique calédonien.

1996 est aussi l’année qui voit l’ouverture du musée de la ville de Nouméa, un musée consacré à l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Sa première exposition, sur les bâtisseurs, évoque notamment l’ensemble des travaux réalisés grâce au bagne. Par la suite, les expositions thématiques temporaires se succéderont, laissant toujours une place au bagne. Ainsi, en 2005, une exposition intitulée : « Île d’exil, Terre d’asile » largement consacrée au bagne rencontrera un grand succès public. En 1997, un événement symbolique montre que les mentalités évoluent avec la pose d’une stèle organisée par l’association la Nouvelle, afin de commémorer le centenaire du dernier convoi de forçats. En 1999, l’exposition permanente du musée de Bourail est rénovée et, en 2000, les cellules du Fort de Téremba accueillent un nouvel espace d’exposition. Enfin, en 2005, le Centre de Documentation pédagogique de Nouvelle-Calédonie édite un DVD intitulé La Nouvelle-Calédonie, colonie pénitentiaire (1863-1931), offrant ainsi un outil pédagogique complet et accessible aux publics scolaires comme au grand public.

Le patrimoine du bagne, au cœur des politiques publiques 2006-2015

Avec l’entrée en jeu des institutions, en particulier de la province Sud et le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, la valorisation de l’histoire du bagne prend une nouvelle dimension dans les années 2000. Cette implication institutionnelle vient confirmer que les habitants sont enfin prêts à faire face à ce passé et à le valoriser. Un vaste projet intitulé « Les routes du bagne » est inscrit dans le cadre des contrats de développement État-province Sud 2006-2010 : il prévoit la rénovation des musées associatifs consacrés à l’histoire coloniale et la création d’un réseau de musées autour d’un projet phare de musée du bagne à Nouville. Un groupe composé d’historiens et des responsables des musées concernés est constitué en 2007 pour définir les thématiques à aborder dans chacun des sites. Certains projets n’aboutiront finalement pas au terme des contrats mais la dynamique est lancée. Le Fort de Téremba fait alors l’objet de gros travaux de restauration et sa muséographie est entièrement repensée et inaugurée en août 2012. La Boulangerie de Nouville, prévue pour accueillir le futur musée du bagne est également restaurée et un groupe de travail spécifique se met en place pour penser ce futur projet. Le patrimoine du bagne est l’objet de toutes les attentions de la part des collectivités.

En 2007, la province Sud propose un grand concours d’appel d’offres pour la mise en valeur du cœur historique du pénitencier-dépôt. L’Université de Nouvelle-Calédonie, établie à proximité, souhaite avoir des lieux de vie pour les étudiants  (espaces de rencontre, d’échanges, de loisirs…). La SECAL, Société d’équipement de Nouvelle-Calédonie, pilote ce projet et l’agence métropolitaine Quadra est lauréate du concours. Faute de moyens financiers, le projet, jugé trop ambitieux,  n’a pu à ce jour être réalisé.

Le réalisateur Jacques Olivier Trompas réalise en 2009, avec Louis-José Barbançon, un film documentaire intitulé L’Archipel des forçats[30]. Ce film est soutenu par les institutions calédoniennes et ses multiples diffusions sur les chaînes locales permettent de transmettre au grand public les connaissances sur la période du bagne.

En 2011, dans le cadre de l’Année des Outre-mer en France, la maison de la Nouvelle-Calédonie, mandatée par les institutions calédoniennes organise Caledoun, Arabes et berbères de Nouvelle-Calédonie hier et aujourd’hui, une exposition présentée du 28 novembre au 1er décembre 2011 à l’Institut du monde arabe à Paris. On voit apparaître au cours de ces années une nouvelle dimension de cette histoire du bagne, longtemps défendue par les historiens mais enfin assumée : la notion d’enracinement, l’idée de faire souche et d’avoir une descendance. L’exposition Caledoun, présentée ensuite à Bourail, fief de la communauté arabe descendant des transportés originaires du Maghreb, puis à Nouméa, insiste presque autant sur les communautés actuelles descendant de ces condamnés et actrices aujourd’hui de la vie locale que sur l’histoire des ancêtres. De même, la nouvelle exposition permanente du Fort de Téremba se termine sur une généalogie simplifiée des salariés actuels, reflet des origines diverses de la population calédonienne actuelle. Le discours sur le bagne évolue et le non-dit s’efface au profit d’une forme de revendication, voire de fierté d’être descendant de femmes et d’hommes qui ont fait la Nouvelle-Calédonie. Il est à noter que cette volonté d’afficher la dimension calédonienne de cette histoire amène presque à nier les liens initiaux avec la métropole : l’histoire des transportés commence souvent avec leur arrivée sur l’archipel, il est rarement fait mention de leur origine, sauf si elle est étrangère à la métropole, ou de leur vie antérieure. Ce n’est pas le cas pour les déportés, qui ont rarement fait souche, dont les actions politiques antérieures sont très souvent connues.

La politique de protection au titre des monuments historiques et de restauration de la province Sud se poursuit et s’amplifie avec d’importants moyens financiers mobilisés. Des études historiques sont commandées, à l’association In Memoriam notamment, pour constituer un fonds documentaire sur les sites de Ducos ou encore de l’île des Pins alimentant les études préalables à la restauration. À ce jour, les bâtiments du bagne représentent 40% des bâtiments protégés au titre des monuments historiques en province Sud. On constate ainsi l’importance de ces lieux dans le paysage calédonien.

La province Sud, pilote du projet du musée du bagne en partenariat avec l’association Témoignage d’un passé, conçoit en 2012 un projet d’itinéraires culturels visant à valoriser, par des panneaux, les sites protégés au titre des monuments historiques. Le premier de ces itinéraires à être mis en place est l’itinéraire du bagne sur la période 2013-2014. Les étudiants en licence d’histoire de l’Université de Nouvelle-Calédonie participent à ce projet dans le cadre de leur programme de cours consacrés à la période de la colonisation pénale. À cette occasion, la province décide de proposer un événement culturel itinérant : l’opération « Si le bagne m’était conté… ». Chaque mois, pendant un an, de mai 2013 à mai 2014, à l’occasion de l’inauguration d’un des panneaux, un évènementiel culturel est proposé pour redonner vie aux bâtiments. Des artistes sont ainsi conviés à créer, dans les lieux historiques, des saynètes de théâtre, de la danse, de la musique ou encore du mapping vidéo pour offrir une approche sensible du bagne et raconter autrement l’histoire des hommes envoyés dans ces lieux. Une conférence de Louis-José Barbançon donnée au Théâtre de l’île, ancien magasin aux vivres du bagne, permet de présenter les avancées de la recherche sur les bâtiments de l’île Nou et plus généralement de mettre en valeur les fonds photographiques acquis peu à peu par le Service des Archives de la Nouvelle-Calédonie et qui constituent un élément essentiel pour comprendre et écrire cette histoire. Cet événement s’est clôturé le 9 mai 2014, jour de célébration du 150e anniversaire de l’arrivée du premier convoi de transportés à bord de l’Iphigénie en partenariat avec l’association Témoignage d’un passé et le musée maritime de Nouvelle-Calédonie. Plus de 1000 personnes ont bravé la pluie pour participer à cet événement d’envergure.

Opération Si le bagne m’était conté… le 30 août 2013, évocation de la musique de la transportation dans les jardins de l’ancien hôtel du commandant du Camp central, actuel CREIPAC. Crédit province Sud.

Opération Si le bagne m’était conté… le 30 août 2013, évocation de la musique de la transportation dans les jardins de l’ancien hôtel du commandant du Camp central, actuel CREIPAC. Crédit province Sud.

Spectacle la baie des dames au pavillon cellulaire de Nouville crÇdits province Sud

Opération Si le bagne m’était conté…  le 14 juin 2013, spectacle de danse contemporaine « la Baie des Dames » par la Cie Origin’ au pavillon cellulaire de l’ancien hôpital du Marais. Crédit province Sud.

Parallèlement, un groupe de travail se met en place dès 2012, piloté par Blandine Petit-Quencez, chargée des musées à la direction de la culture de la province Sud et constitué de l’historien Louis-José Barbançon, du muséographe Christophe Delorme, d’Yves Mermoud, président de l’association Témoignage d’un passé et d’Emmanuelle Eriale, embauchée par cette dernière association afin d’assurer la direction du futur musée.

Au fil des réunions se dessine la future exposition permanente et les thématiques qui seront développées :

  • Espace 1 : Le grand éloignement : l’accusation, le voyage puis l’installation à la Nouvelle ;
  • Espace 2 : Le personnel de l’administration pénitentiaire : surveillants, police indigène, médecins et religieux ;
  • Espace 3 : La vie de forçats : vie quotidienne et enfermement des récidivistes ;
  • Espace 4 : Les châtiments et les exécutions ;
  • Espace 5 : L’amendement par le travail ;
  • Espace 6 : Les grands travaux et la main d’œuvre pénale ;
  • Espace 7 : La réhabilitation par la colonisation pénale ;
  • Espace 8 : De la « Nouvelle » à la Calédonie : le déclin et la fin du bagne, l’oubli puis le travail de mémoire.

L’important travail de recherches effectué dans ce groupe de travail permet de découvrir ou redécouvrir des fonds photographiques exceptionnels qui constitueront le cœur de la future exposition.

Outre le travail sur le fond, un cabinet d’architecte, AW Architecture Workshop, réalise les études pour mettre aux normes l’ancienne boulangerie du bagne et construire à proximité les bâtiments annexes nécessaires pour les futures activités du musée : administration, accueil et salle d’exposition temporaire. Le projet architectural retenu présente l’avantage de s’intégrer au mieux dans l’environnement en s’insérant dans un talus et en laissant au premier plan la boulangerie d’époque. En mars 2013, des fouilles archéologiques préventives sont conduites sur la future emprise des bâtiments par Christophe Sand et Louis Lagarde de l’Institut d’archéologie de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP). Ces fouilles révèlent de très beaux vestiges qu’aucun sondage réalisé précédemment n’avaient permis d’identifier. Afin de conserver et de valoriser la majeure partie de ces vestiges, le projet architectural est entièrement repensé. Les bâtiments contemporains seront déployés sur une autre partie de la parcelle et le résultat des fouilles intégré dans un sentier archéologique attenant au musée.

Les différents pavements découverts lors des fouilles archéologiques à l’arrière de la boulangerie du bagne en mars 2013. Crédit province Sud

Les différents pavements découverts lors des fouilles archéologiques à l’arrière de la boulangerie du bagne en mars 2013. Crédit province Sud

L’escalier en pierres de taille découvert lors des fouilles archéologiques préventives de mars 2013 à Nouville. Crédit province Sud.

L’escalier en pierres de taille découvert lors des fouilles archéologiques préventives de mars 2013 à Nouville. Crédit province Sud.

Alors que les travaux sont programmés pour fin 2014, les restrictions budgétaires imposées à l’ensemble des collectivités obligent la province Sud à les reporter à une date ultérieure. L’association Témoignage d’un passé, partenaire principal du projet et futur gestionnaire de la structure lance alors une vaste opération de communication auprès de la population pour que le projet trouve un soutien populaire, en particulier auprès des descendants du bagne. Cette mobilisation passe en grande partie par les réseaux sociaux. Une page Facebook « Tous pour le musée du bagne » est créée et permet peu à peu de toucher les familles calédoniennes concernées par cette histoire. Des recherches sont également menées pour constituer un réseau de plus de 500 familles descendantes de transportés, déportés, surveillants ou agents de l’administration pénitentiaire. En mai 2015, l’association propose, à l’occasion de la nuit des musées, deux soirées théâtrales relatant un meurtre ayant eu lieu dans cette même boulangerie au temps du bagne, le public jouant les jurés à la fin du spectacle. Ces soirées rencontrent un grand succès et permettent au public de découvrir l’intérieur de la boulangerie.

La boulangerie du bagne revit, le temps d’une nuit des musées grâce à l’association Témoignage d’un passé les 29 et 30 mai 2015. Crédit Bruno Mourre.

La boulangerie du bagne revit, le temps d’une nuit des musées grâce à l’association Témoignage d’un passé les 29 et 30 mai 2015. Crédit Bruno Mourre.

Poursuivant son action de sensibilisation, l’association organise, le samedi 18 juillet 2015, une grande journée des descendants du bagne et bénéficie alors d’une grande couverture médiatique. Tous les héritiers du bagne, qu’ils soient descendants de condamnés, de surveillants ou d’agents civils sont invités indifféremment. Cette approche globale a probablement aidé au succès de cette journée et a permis d’éviter tout risque de stigmatisation. Malgré le temps pluvieux et froid, près de 500 personnes issues des vieilles familles calédoniennes, certaines arrivant de brousse, viennent participer, tout au long de la journée, à des visites des sites du bagne, à pied ou en bus, guidées par les étudiants en histoire de l’université voisine ou en bateau avec un prestataire proposant depuis peu des visites du bagne depuis la mer. Plus de 200 personnes, pour certaines peu habituées à l’exercice, viennent écouter une conférence donnée par Louis-José Barbançon sur les lieux du bagne à travers l’archipel calédonien. Pour beaucoup d’entre elles, ces visites sont une véritable découverte, certains sites étant ouverts pour l’occasion. Le service des archives de Nouvelle-Calédonie reste exceptionnellement ouvert toute la journée pour permettre aux familles qui le souhaitent de commander aux Archives nationales d’Outre-mer d’Aix-en-Provence les dossiers de leurs ancêtres condamnés et de découvrir les fonds disponibles. Des étudiants sont également chargés de remplir des questionnaires avec les participants pour recueillir des informations sur leurs ancêtres du bagne afin d’enrichir les bases de données. Cette journée est révélatrice d’une véritable révolution des mentalités dans la société calédonienne actuelle. Les gens ont osé s’afficher comme descendants du bagne, sur les réseaux sociaux comme en participant à cette journée. Cette manifestation a également montré que « ceux du bagne » ne sont pas que les condamnés, que l’histoire du bagne est bien une histoire calédonienne et qu’elle touche toutes les communautés. Pour la première fois, des Kanak sont venus, se sentant, eux aussi, descendants de cette histoire.

La charge émotionnelle de ces descendants marchant dans les pas de leur(s) ancêtre(s) a conduit l’association Témoignage d’un passé à demander aux institutions la mise en place d’un plan d’aménagement concerté de ce cœur historique. Certains bâtiments, ouverts exceptionnellement lors de la journée du 18 juillet, devraient être accessibles au public régulièrement. La Ville de Nouméa souhaite porter ce projet dans le cadre d’une politique de développement de l’habitat résidentiel. 5 000 logements sont à l’étude. Des écoles, un collège, des services seront donc nécessaires et un cœur de quartier est envisagé. C’est le cœur historique qui jouerait ce rôle. Place aménagée, rues piétonnes, réhabilitation visant à mettre en lumière les bâtiments historiques du pénitencier-dépôt, parking sécurisé, lieux de vie (cafés, restaurants, commerces spécialisés) sont  évoqués dans le projet de la Ville de Nouméa. Le cœur historique pourrait ainsi d’ici quelques années retrouver une nouvelle vie et devenir un haut lieu touristique de la commune de Nouméa.

On peut également signaler que durant ces cinq dernières années, on a vu apparaître un intérêt pour le bagne, y compris en terre kanak. Ainsi l’île des Pins, lieu de déportation, de transportation puis de relégation, redevenue terre indigène en 1913, se tourne aujourd’hui vers les vestiges du bagne, malheureusement très dégradés, afin de développer son tourisme. Des procédures de classement des vestiges d’Uro ont été envisagées, d’importants travaux de restauration de l’ancien débarcadère de Kuto sont réalisés par la province Sud sur le lieu d’accueil des nombreux touristes croisiéristes australiens. Deux panneaux consacrés à l’île des Pins pénitentiaire et au cimetière des condamnés devraient être installés au cours de l’année 2015 et une publication financée par la mairie vient de paraître sur le pays Kunié au temps de la Pénitentiaire[31]. À travers ces actions se manifeste l’idée que l’histoire du bagne est bien une histoire partagée et que toutes les communautés peuvent s’y reconnaître.

Enfin, si le patrimoine du bagne est aujourd’hui réinvesti par des activités touristiques (visites guidées des sites du bagne à Nouville, à Bourail, à l’île des Pins), culturelles (Théâtre de l’île, Fort de Téremba, Boulangerie du bagne, etc.), de formation (Université de la Nouvelle-Calédonie[32], CREIPAC[33], ETFPA[34], etc.), il ne faut pas négliger les lieux qui ont toujours conservé leurs fonctions initiales, en particulier à Nouville : le Camp-Est est toujours l’établissement pénitentiaire du territoire, la chapelle continue d’assurer un rôle religieux à destination du quartier tandis que l’ancien hôpital du marais, devenu centre hospitalier spécialisé, accueille toujours des malades. En brousse, on peut également citer l’ancien foyer de Néméara, qui accueille, aujourd’hui encore, un foyer pour enfants. D’une certaine manière, ces bâtiments assurent une continuité historique entre le bagne et la société néo-calédonienne contemporaine.

Si certains sites retrouvent une fonction grâce aux collectivités, d’autres bâtiments sont conservés grâce à des propriétaires privés. D’autres, malgré cet engouement visible, sont encore peu connus et laissés à l’abandon voire menacés de destruction. La partie visible des actions de sauvegarde ne doit donc pas masquer les lacunes des politiques de protection et de valorisation du patrimoine du bagne. La dynamique en faveur du patrimoine pénitentiaire est maintenant bien lancée mais le chemin est encore long pour parvenir à le protéger et le mettre en valeur, de façon concertée et pertinente, à l’échelle du pays, pour qu’il trouve toute sa place dans la société contemporaine.

Conclusion

Dans la culture kanak, il est d’usage de passer par des « chemins coutumiers » pour atteindre un clan. Il s’agit de faire la coutume auprès de différents ayant-droits avant d’être, d’une certaine manière introduit dans le clan ou auprès du chef par qui l’on souhaite être reçu. On peut retrouver, dans l’histoire du bagne, ce trait caractéristique de la société calédonienne : on n’aborde pas le sujet de manière frontale et directe, mais on prend des chemins détournés. Ainsi c’est d’abord par le biais de la déportation que le réveil mémoriel autour de la période du bagne s’est manifesté. Pendant longtemps, les Calédoniens issus du bagne étaient tous, d’après leurs dires, descendants de déportés ou de surveillants militaires. Encore récemment, la dernière grande exposition sur le bagne, Caledoun, soutenue par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie était consacrée exclusivement aux transportés arabes, ayant, eux aussi, subi la colonisation française. Tout au long du XXe siècle, la Nouvelle-Calédonie a donc suivi ce chemin de mémoire qui lui a permis de passer d’un oubli volontaire du bagne à une réintégration de cette période dans l’histoire du pays. Aujourd’hui, on peut percevoir dans ce foisonnement d’actions autour du bagne, et plus globalement dans ce besoin de se tourner vers son passé, le signe d’une véritable recherche identitaire qui affecte toutes les communautés. Dans cet archipel à l’avenir encore incertain, il paraît indéniable que c’est en connaissant et en assumant mieux leur passé, qu’il soit difficile ou non, que les communautés qui y vivent pourront ensemble, dans le respect réciproque, élaborer leur communauté de destin.

 

 

[1] « Comment finit un bagne, une visite à “la Nouvelle” », l’Illustration, n° 4255, 20 septembre 1924.

[2] Louis-José Barbançon, « Mémoires oubliées, devoir de mémoire, devoir d’histoire », Présence Africaine, n°173, 1er semestre 2008, pp. 206 à 212.

[3] Alain Funel, « Calédoniens ils sont, calédoniens ils resteront ! », Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°81, 4e trimestre 1989, p. 69-70.

[4] Bernard Brou, « Chronologie de la Nouvelle-Calédonie de 1925 à 1945 », Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°26 du 1er trimestre 1976, p.46.

[5] Ibid., p. 66.

[6] Visite à Nouville, 1939, film d’archives privées, collection Musée de la Ville de Nouméa.

[7] Jean Leborgne, Géographie de la Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté, ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports, Nouméa, Nouvelle-Calédonie, 1964, 309 p.

[8] Arrêté n°73-103/CG portant classement de Sites et Monuments à l’île Nou du 19 février 1973 publié au Journal Officiel de Nouvelle-Calédonie du 23 février 1973, p. 247.

[9] André Surleau,  « Port Arthur, l’ancien pénitencier de Tasmanie », Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°21, 4e trimestre 1974, p. 25.

[10] Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°21, 4e trimestre 1974, p. 44.

[11] Georges Pisier, Kunié ou l’Ile des Pins, publications de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, n°1,  Nouméa, 1972.

[12] Daufelt (Delfaut), Les damnés du Pacifique, Kiwanis Club de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 1974.

[13] Jean Gottvalles et René Sintes, « À la découverte de la « presqu’île Nou », Sud Pacific, n°200, sept.-oct. 1972.

[14] Bernard Brou, éditorial du Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°34, 1er trimestre 1978, p. 1.

[15] Série « Hommes de Calédonie », La France Australe, juillet 1979.

[16] La France Australe, 23 avril 1976.

[17] Philippe Godard (éd.), Le Bagne Calédonien, ensemble de huit volumes reliés et numérotés, éditions du caillou, Nouméa, 1979.

[18] Bernard Brou, Lieux historiques de Ducos-Nouville, publications de la société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°28, 1981

[19]Anonyme, « Chronique régionale : autour de l’exposition de la collection Amsterdam (collection Scheler) 19 septembre-18 octobre 1981, le poids du passé sur la côté ouest », Bulletin de la société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, n°53, 4ème trimestre 1982, p. 61.

[20] En Nouvelle-Calédonie, le terme de « brousse » est fréquemment employé pour désigner l’ensemble des communes de la grande terre par opposition à la capitale, Nouméa.

[21] Un projet d’animation culturel à Téremba-Moindou, octobre 1987, collection Association Marguerite.

[22] Arrêté n°3020 du 13/11/1989 publié au Journal Officiel de Nouvelle-Calédonie du 17 octobre 1989.

[23] Marcel Pétron, Nouvelle Calédonie, l’île Nou, Nouméa, éditions Publical, 1987.

[24] Pour la province Sud, délibération APS 14-90 du 24 janvier1990, pour la province Nord, délibération n°204-90 du 17 mai 1990, pour la province des îles, délibération n°90-66/API du 20 juillet 1990.

[25] Émission de RFO Nouvelle-Calédonie par Valérie Leroux avec comme conseiller historique Louis-José Barbançon, diffusée le 15 décembre 1988.

[26] Valérie Leroux, « La transportation à la Nouvelle », Télé 7 jours, 15 décembre 1988.

[27] Paul de Deckker (dir.), Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au XIXème siècle, Condamnés, Colons, Convicts, Coolies, Chân Dang, Actes du colloque PAC 93, Paris, Éditions de l’Harmattan, Université Française du Pacifique et PAC 93, 1994.

[28] Cynthia Debien, « Un centre de colonisation pénale : Pouembout (1883-1895) » in Paul De Deckker, Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, Condamnés, Colons, Convicts, Coolies, Chân Dang, Actes du colloque PAC 93, Paris, Éditions de l’Harmattan, Université Française du Pacifique et PAC 93, 1994, p . 112.

[29] « Pour sauvegarder la mémoire du bagne », Les Nouvelles Calédoniennes, 18 mars 1996.

[30] Jacques Olivier Trompas et Louis-José Barbançon, L’Archipel des forçats, film documentaire de 93 minutes, Néoproductions, 2009.

[31] Frédéric Angleviel, Le Pays Kunié, Déportation, bagne et patrimoine pénitentiaire, Mairie de l’île des Pins et GRHOC (éds.), Nouméa, 2014.

[32] Une partie de l’Université de Nouvelle-Calédonie est installée dans les anciens ateliers du bagne.

[33] CREIPAC : Centre de Rencontres et d’Échanges Internationaux du Pacifique, établissement public dont l’objet est de promouvoir la francophonie. Il est installé dans l’ancien hôtel du commandant du camp central à Nouville.

[34] ETFPA : Établissement Territorial de Formation Professionnelle des Adultes, dont l’administration est actuellement située dans l’ancienne caserne des surveillants mariés et les locaux d’enseignement sur l’ancienne emprise des cases-dortoirs du pénitencier dépôt.


Vous aimerez aussi...