Flics ou policiers ? (Ingrid Astier)

maq113-p1_1467117034Je n’ai jamais rencontré la police, j’ai toujours rencontré des policiers.

Les institutions me lassent. Elles portent des noms comme des costumes trop étriqués. Car de qui parle-t-on, du gardien de la paix qui nous salue d’une contravention, du plongeur de la brigade fluviale qui remonte un désespéré, du flic aux poings sales, du policier de l’antigang qui progresse contre les tirs derrière un bouclier Ramsès, du ripou, du bœuf-carottes ou encore du directeur qui doit composer avec la pression politique ? Question peu à la mode aujourd’hui, où le bruit l’emporte sur le temps de l’observation et de la réflexion. Notre époque aime le tapage, le fracas. La pensée ne croit en sa portée que dans l’éclat.

D’où cette force de la polémique, qui selon la belle formule d’Albert Camus, a remplacé le dialogue. Baissons en température, et cessons d’être guerriers. Restons fidèles à la diversité. Car la diversité est la fille de la tolérance.

Ingrid Astier : En 2010, paraissait dans la collection « Série noire » de Gallimard Quai des enfers, son premier roman. Salué par quatre prix, ce polar dans lequel la Seine joue un rôle clé, lui a valu de devenir la marraine de la brigade fluviale de Paris. Elle est également l’auteur, chez le même éditeur, d’Angle Mort (2013) et de Petit éloge de la nuit (2014).

Pour lire l’intégralité de cet article voir le billet publié sur le site le le 1 hebdo numéro 113


Vous aimerez aussi...