Fontevraud, une histoire pénitentiaire aujourd’hui assumée (Julien Bertreux)

Auteur : Julien Bertreux est médiateur du patrimoine à l’Abbaye Royale de Fontevraud (Maine-et-Loire), mission qu’il occupe depuis près d’une dizaine d’années, à la suite d’un cursus en Histoire de l’Art et Archéologie (Universités de Nantes et Rennes 2). Assurant la médiation auprès des publics, il a également en charge les ressources documentaires et iconographiques de l’abbaye qui accompagnent les projets de médiation et d’expositions développés sur site ou en ligne.

Résumé : Classée patrimoine mondial par l’Unesco, en 2000, pour ses neuf siècles d’histoire et son riche patrimoine, l’abbaye royale de Fontevraud cache pourtant derrière ses murs un passé carcéral méconnu. Vendue comme bien national à la Révolution, elle est finalement reconvertie en maison centrale par Napoléon Ier, en 1804. Dix ans plus tard, elle accueille ses premiers détenus : des hommes, des femmes mais aussi des enfants, au statut pénal divers, droit commun ou politique. Rapidement, l’ancienne cité monastique se transforme en une véritable manufacture industrielle dans laquelle les détenus doivent s’amender par le travail. 1963 marque la fermeture de la centrale angevine. Faute de recul, les restaurations vont progressivement effacer cette page de l’histoire. Aujourd’hui, consciente des enjeux mémoriels, l’abbaye revisite son passé pénitentiaire dans le cadre d’un espace muséographique dédié, valorisé par les outils numériques actuels.

Abstract: Classified a” world heritage site” by UNESCO, rich with nine centuries of history and an exceptional legacy from the past, the Royal Abbey of Fontevraud also hides inside it walls an unjustly ignored story of a prison. Sold as national property during the French Revolution it was ultimately converted into a central prison by Napoleon 1st.  The first detainees were received in 1814: men, women and also children, of various levels of criminality and both political and common law prisoners. The ancient monastic city was quickly turned into a real industrial factory where the inmates were expected to mend their ways by the use of hard labor.  In 1963 the Angevine prison closed its doors for good. Due to a lack of foresight the restoration works quickly helped to delete these pages of history many wished to forget. Today in order to help deal with these painful memories the abbey revisits its prison’s past in a newly laid out museum enhanced by the use of modern digital aids.


Plan rapproché sur la centrale de Fontevraud par le flanc nord, vers 1950, © École nationale d’administration pénitentiaire.

Plan rapproché sur la centrale de Fontevraud par le flanc nord, vers 1950, © École nationale d’administration pénitentiaire.

 

Sise aux confins de l’Anjou, de la Touraine et du Poitou, à quelques encablures de la Loire, l’Abbaye Royale de Fontevraud[1] bénéficie du classement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Cette reconnaissance institutionnelle témoigne d’un patrimoine exceptionnel riche de neuf siècles d’Histoire. Cette notoriété lui vaut aujourd’hui d’accueillir près de 200 000 visiteurs par an. Si pour beaucoup Fontevraud reste associée à la nécropole de la dynastie Plantagenêt, beaucoup ignorent en revanche le caractère double de son passé. Sept siècles de vie monastique rythmée par des abbesses de sang royal et les jeunes filles de France ont contribué à inscrire le lieu dans une dimension religieuse au caractère parfois teinté d’une certaine mondanité. Pourtant une autre histoire s’est écrite dans ses murs, plus secrète mais aussi plus sombre. C’est ainsi qu’en 1804 Napoléon y décide la création d’une maison centrale.

Vue cavalière de la centrale par l’est, dessin aquarellé de 1902, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Vue cavalière de la centrale par l’est, dessin aquarellé de 1902, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

 

De la réclusion choisie à la réclusion forcée, la sémantique d’une institution à une autre reste proche, du parloir à la clôture en passant par le travail et le silence. Des transformations considérables vont peu à peu reconfigurer les lieux qui devront s’adapter à ce nouvel usage. L’année 1963 marque officiellement la fermeture de la centrale au profit d’une vocation culturelle. Progressivement, les restaurations vont effacer cette mémoire que l’on souhaite consciemment ou inconsciemment oublier, au point de privilégier l’amnésie collective ou, à défaut, d’évoquer le sujet avec parcimonie. Aujourd’hui, l’abbaye assume et revisite son passé carcéral dans le cadre d’un aménagement muséographique où coexistent iconographie ancienne, objets usuels et patrimoine oral. Retour sur cette introspection.

Fontevraud, une histoire pénitentiaire (1804-1963)

En 1792, le départ des religieuses met un point final à près de sept siècles de vie monastique faisant vivre une grande partie de la population saumuroise. Toute l’économie locale reste donc à reconstruire.

Vendue comme bien national, l’abbaye suscite les convoitises. Un inventaire des biens fonciers et immobiliers est établi et permet ainsi la division de cet ensemble monumental, fort de 40 ha, en dix-neuf lots. Initialement pourvue de quatre monastères, l’abbaye perd celui des hommes progressivement démantelé par un cultivateur le vendant comme carrière de pierres. Les autres bâtiments ne trouvent pas d’acquéreurs. S’ensuit son cortège de dégradations et de pillages. On tente alors de sauver ce qui peut encore l’être en choisissant le volet de la reconversion. Après avoir songé un temps à un hospice ou à une manufacture de toiles à voiles qui aurait ainsi utilisé le chanvre abondamment cultivé dans le Val de Loire, c’est finalement un décret napoléonien de 1804 qui privilégie la reconversion sous forme d’une prison.

Plan au sol de la maison centrale de Fontevraud en 1866, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Plan au sol de la maison centrale de Fontevraud en 1866, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

 

D’autres abbayes subissent un sort équivalent à l’image du Mont-Saint-Michel ou encore de Clairvaux. Cette prison a le statut particulier de centrale regroupant ainsi des condamnés à de longues peines. Afin d’adapter le lieu à sa nouvelle vocation, on confie la restructuration des bâtiments à l’ingénieur des ponts et chaussées, Charles-Marie Normand. Celui-ci conserve l’essentiel du bâti monastique et l’encadre d’un chemin de ronde de plan carré. Si les anciens bâtiments conventuels accueillent l’essentiel des dortoirs, à la périphérie viennent s’ajouter des ateliers et des manufactures servant de cadre à l’amendement des détenus par le travail. Comme l’avait été autrefois l’abbaye, la maison centrale fait de nouveau vivre la commune au point d’en devenir le moteur économique. Le personnel pénitentiaire et administratif s’y installe à la périphérie immédiate. C’est une maison de force et de correction qui voit ainsi le jour à la fin du premier Empire.

Un des dortoirs communs aménagés dans l’abbatiale, vers 1890, © Archives départementales de Maine et Loire, fonds Célestin Port.

Un des dortoirs communs aménagés dans l’abbatiale, vers 1890, © Archives départementales de Maine et Loire, fonds Célestin Port.

Lors de son ouverture officielle le 3 août 1814, la maison centrale de Fontevraud reçoit ses premiers condamnés. Ce sont des hommes, des femmes[2] mais aussi des enfants[3] provenant de neuf départements de l’Ouest. Les registres d’écrou actuellement conservés aux Archives départementales de Maine-et-Loire nous fournissent les motifs de leurs incarcérations. La plupart d’entre eux ne sont pas des criminels mais des délinquants principalement condamnés pour de simples larcins. Par la suite, une ordonnance royale de 1817 va étendre cette centrale aux prisonniers de 19 départements obligeant de nouveaux aménagements pour accueillir près de 2 000 détenus. En 1821, l’architecte Durand optimise ainsi le volume de l’ancienne église-abbatiale jusqu’à la hauteur du faîtage en arasant préalablement les coupoles qui voûtaient la nef puis, en divisant son volume intérieur en cinq niveaux séparés par quatre étages de dortoirs communs et d’ateliers. La conscience patrimoniale initiée par Mérimée[4] viendra bien plus tard.

Vue sur la cellule d’un prisonnier, 1959, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Vue sur la cellule d’un prisonnier, 1959, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Les détenus devant s’amender par le travail, la centrale fonctionne alors sous le régime de l’entreprise générale. Par adjudication publique, l’État confie sa gestion à un entrepreneur en lui donnant un prix à la journée pour nourrir, habiller et soigner les prisonniers, moyennant pour lui la possibilité d’utiliser la main-d’œuvre pénitentiaire à la réalisation de produits manufacturés. Le premier entrepreneur de la centrale n’est autre que l’ancien maire de la commune, François-Charles Drouin, qui a abandonné son mandat électif pour cette fonction assez lucrative. En 1815, il signe ainsi un contrat avec l’État pour neuf ans et obtient donc le monopole du travail dans la centrale de Fontevraud. Il y installe plus d’une centaine de métiers à tisser afin d’y développer la confection de toiles de chanvre ou de coton ou encore des étoffes de laine.

Les activités textiles constituent l’essentiel de l’activité industrielle dans la centrale. Ici production de couvertures en laine pour l’armée, © École nationale d’administration pénitentiaire, fonds Henri Manuel, 1928-1932.

Les activités textiles constituent l’essentiel de l’activité industrielle dans la centrale. Ici production de couvertures en laine pour l’armée, © École nationale d’administration pénitentiaire, fonds Henri Manuel, 1928-1932.

 

Progressivement, on diversifie les productions. Ainsi en 1860, débute la confection de boutons de nacre fabriqués à l’emporte-pièce à partir de coquillages importés depuis la Chine et le golfe Persique. À l’apogée de la production, la centrale de Fontevraud produira ainsi près de 18 000 pièces par mois. Faute d’activités suffisantes dans l’enceinte, une partie de la main-d’œuvre pénitentiaire est appelée à travailler à l’extérieur au sein même de colonies agricoles nouvellement créées.

Couverture du Détective en date du 27 juin 1955 illustrant une triple évasion, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Couverture du Détective en date du 27 juin 1955 illustrant une triple évasion, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Au fil des ans, ce sont plusieurs dizaines de milliers de détenus au statut pénal divers, droit commun ou politique, qui auront ainsi séjourné dans cette maison centrale. Jusqu’en 1938, plusieurs centaines de bagnards y transiteront également avant leur départ pour Cayenne via Saint-Martin-de-Ré. Durant l’occupation, entre 1940 et 1944, 600 à 800 résistants y seront par ailleurs incarcérés pour activité communiste. Si plusieurs y décèdent à la suite de mauvais traitements, d’autres y seront fusillés. La plupart d’entre eux subiront la déportation dans les camps de Buchenwald ou de Mauthausen.

1963, la disparition d’une centrale… et le parti pris des restaurations

Par décision ministérielle, Jean Foyer, alors garde des sceaux, met un point final à près de 150 années d’occupation pénitentiaire à Fontevraud. D’origine angevine, il facilite ainsi la rétrocession de l’ancienne abbaye au ministère de la Culture créé quelques années plus tôt par André Malraux. Les restaurations vont finalement débuter par… des démolitions irrémédiables.

Démolition des ateliers chaises bois, flanc sud de la centrale, 1963, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Démolition des ateliers chaises bois, flanc sud de la centrale, 1963, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Comme pour en oublier son existence, les architectes mettront un point d’honneur à effacer les stigmates laissés sur le monument par l’administration pénitentiaire. En quelques mois c’est tout un pan d’histoire qui rejoint les fantômes du passé. Un à un les ateliers de tissage, l’immense filature de laine ou encore le quartier cellulaire d’isolement disparaissent progressivement du paysage dans une parfaite indifférence.

Démolition des ateliers pénitentiaires le long du flanc sud de la centrale, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Démolition des ateliers pénitentiaires le long du flanc sud de la centrale, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

La centrale de Fontevraud en cours de démolition, à droite le quartier cellulaire d’isolement vit ses derniers jours, © École nationale d’administration pénitentiaire.

La centrale de Fontevraud en cours de démolition, à droite le quartier cellulaire d’isolement vit ses derniers jours, © École nationale d’administration pénitentiaire.

Vue intérieure du quartier cellulaire d’isolement en cours de démolition, 1963, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Vue intérieure du quartier cellulaire d’isolement en cours de démolition, 1963, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

La main-d’œuvre pénitentiaire participe à cette dynamique de la restauration en aidant aux démolitions, non sans une certaine revanche sur le passé[5]. Faute de recul, le parti pris des architectes en chef des monuments historiques a été de gommer cette page sombre et douloureuse en privilégiant l’épopée monastique ou le reflet d’un âge d’or disparu. Les démolitions se prolongeront encore au début des années 1980 avec la disparition des anciens mitards ou autres cages à poules. Mais jusqu’où peut-on aller en matière de restaurations ? Si l’on ne peut être conservateur à tout crin, il aurait peut-être été judicieux de maintenir quelques éléments représentatifs de l’architecture pénitentiaire avec pour objectif, aussi, de maintenir le sens de l’histoire. Si aujourd’hui peu de traces subsistent, hormis quelques murs d’enceintes et une série de « cages à poules » (pour faire un léger raccourci), ce passé reste particulièrement documenté[6].

Dessin illustrant une cage à poule de Fontevraud, extrait d’un carnet de croquis réalisé par un ancien résistant, © Archives départementales du Finistère, collection famille Cadiou.

Dessin illustrant une cage à poule de Fontevraud, extrait d’un carnet de croquis réalisé par un ancien résistant, © Archives départementales du Finistère, collection famille Cadiou.

 

En 1981, l’historienne Claire Giraud-Labalte opère une première prospection des archives pénitentiaires conservées aux Archives départementales de Maine-et-Loire. Elle dresse ainsi un premier inventaire iconographique de Fontevraud répertoriant les plans, coupes et élévations des différents ateliers de la centrale et oriente ses recherches sur les travaux de reconversion de l’abbaye en prison[7]. En parallèle, Bertrand Ménard, régisseur à l’abbaye, agit en « conservateur » en sauvant au gré des restaurations de nombreux graffiti comme autant d’empreintes laissées ici et là par le passage des détenus, ou à défaut, en réalise des moulages.

Graffiti de l’homme au chapeau, contrefort sud du réfectoire des moniales, état actuel, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Graffiti de l’homme au chapeau, contrefort sud du réfectoire des moniales, état actuel, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

On lui doit par ailleurs la réalisation d’interviews d’anciens surveillants de la centrale en 1991. Sa publication, trois ans plus tard, intitulée Encore 264 jours à tirer au pénitencier de Fontevrault vulgarise, au sens noble du terme, l’histoire de cette abbaye transformée en prison, en évoquant la vie quotidienne des détenus dans les années 1950. De son côté, l’historien Jacques-Guy Petit, professeur en histoire contemporaine à l’université d’Angers, retrace l’histoire de la centrale de Fontevraud dans le cadre plus large de l’administration pénitentiaire et de la justice pénale depuis la Révolution française[8].   

La médiation au service de l’enjeu mémoriel

Une étude des publics a révélé une attente et une demande particulière des visiteurs pour l’accès à cette page de l’histoire ; une histoire très proche et paradoxalement très éloignée tant celle-ci a été occultée. D’où cette idée de mettre en œuvre des outils pédagogiques dédiés, en choisissant d’élargir la typologie des supports de médiation. Comment transmettre cette mémoire autrement que par l’écrit ? Depuis quelques années le son, l’image et l’interactivité sont au cœur du projet de Fontevraud. Petite rétrospective…

En 2009, l’Abbaye Royale inaugure son parcours muséographique évoquant les personnages qui ont marqué l’identité du lieu avec pour objectif de créer une adéquation entre le lieu, la figure et la thématique. Le choix du premier module s’est porté sur la figure littéraire de Jean Genet (1910-1986). L’enfant de l’assistance publique devenu l’auteur du condamné à mort (1942) a su trouver dans l’écriture les moyens de transcender la captivité de l’univers carcéral. Dans son Miracle de la Rose (1946), il situe ainsi le récit de son incarcération dans la centrale angevine. Si sa détention à Fontevraud relève du mythe, sa présence comme visiteur y est néanmoins effective en mai 1944 comme l’attestent les échanges épistolaires qu’il entretient avec son éditeur Marc Barbezat. La scénographie du module dédié à la dimension pénitentiaire du monument avait donc toute légitimité à s’inscrire dans les anciens parloirs. En partant du destin individuel de Jean Genet, l’historien Philippe Artières[9] a souhaité y associer celui de tous les anonymes de la centrale de Fontevraud, finalement liés à un destin judiciaire commun. Il a par ailleurs conduit une réflexion autour de verbes sémantiquement proches de la réclusion : « Amender, Enfermer, S’évader…». Chez Genet, cet imaginaire de l’évasion s’est développé dans l’écriture ; chez les anonymes, il s’est traduit dans les graffiti. En 2015, la scénographie a été renouvelée et a évolué en termes d’attractivité. Le concept du parloir a ainsi été revisité. Face à un guichet grillagé, le visiteur peut désormais se saisir d’un combiné et sélectionner à l’aide d’un écran tactile le témoignage d’un historien, d’un résistant, d’un surveillant voire d’un habitant du village qui a vécu Fontevraud soit de l’extérieur ou alors de l’intérieur de la centrale. Ces extraits proviennent d’une série d’interviews réalisées et commanditées en 2013 par le service du patrimoine de la Région des Pays de la Loire. L’enjeu d’une telle initiative était alors de rendre compte de cette mémoire oubliée, enfouie et parfois douloureuse et, de la transmettre aux générations futures pour qu’elle ne sombre pas dans l’oubli avec la disparition de ses derniers acteurs ou témoins. Le témoignage oral se fait alors patrimoine.

Espace muséographique dédié à la période carcérale, le parloir « revisité », crédit David Darrault-Abbaye Royale de Fontevraud.

Espace muséographique dédié à la période carcérale, le parloir « revisité », crédit David Darrault-Abbaye Royale de Fontevraud.

Deuxième évènement lié à cette nouvelle scénographie : l’exposition pérenne d’une maquette du pénitencier de Fontevraud réalisée en 1890 et jusque-là, réservée en exclusivité à celles et ceux qui avaient privilégié la visite thématique sur la centrale[10]. Si le contexte de cette commande reste aujourd’hui encore assez flou, cette maquette, préalablement restaurée par les services de l’État au titre des monuments historiques, est devenue un outil pédagogique et patrimonial essentiel de ce dispositif. Elle permet d’emblée de répondre à une question récurrente des visiteurs, « Où était la prison ? ». Réponse : « Partout ». On balaie ainsi du regard les différents ateliers liés aux activités textiles qui ont investi la totalité du parcellaire, jadis occupé par les anciens jardins monastiques à vocation utilitaire.

Espace muséographique dédié à la période carcérale, maquette en 1er plan, crédit David Darrault-Abbaye Royale de Fontevraud.

Espace muséographique dédié à la période carcérale, maquette en 1er plan, crédit David Darrault-Abbaye Royale de Fontevraud.

Le partenariat avec les Archives départementales de Maine-et-Loire et l’École nationale d’administration pénitentiaire a par ailleurs permis de valoriser les documents d’archives et l’iconographie carcérale de Fontevraud en jouant sur des reproductions, parfois à grande échelle, de pièces administratives et photographiques associées à des repères chronologiques. À ce sujet, le choix de la reproduction iconographique s’est imposé face au document original, en raison des exigences liées à la conservation préventive (hygrométrie, humidité relative, temps d’exposition limité…) pour un lieu, qui par définition, n’est pas un musée mais un site patrimonial.

Vue intérieure du transformateur de la centrale de Fontevraud, état actuel, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Vue intérieure du transformateur de la centrale de Fontevraud, état actuel, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Cette prise en compte de la pluralité historique de Fontevraud dans son projet, a peu à peu incité plusieurs particuliers, ayants droit de surveillants ou d’aumôniers, à proposer par donation, un objet, avec le sentiment du devoir mémoriel  accompli, en replaçant ce dernier dans le contexte de sa production. On citera l’exemple d’un petit poignard en nacre de quelques centimètres façonné clandestinement par un détenu, et aujourd’hui présenté sous vitrine comme pour en souligner sa préciosité[11]. Un à un, ces objets du passé reconstituent ainsi le puzzle d’une mémoire aujourd’hui retrouvée…

Petit poignard en nacre façonné clandestinement don d’un particulier à l’abbaye, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Petit poignard en nacre façonné clandestinement don d’un particulier à l’abbaye, © Service Régional de l’Inventaire, Région des Pays de Loire.

Conclusion 

En 2014, Fontevraud a commémoré le bicentenaire de l’arrivée de ses premiers détenus en choisissant d’y inscrire, dans le cadre de sa programmation, une conférence ayant pour thème une histoire de l’enfermement. Dirigée par Philippe Artières, elle posait la question de la patrimonialisation des bâtiments liés à la réclusion forcée. Si Fontevraud a fait le choix d’une restauration que d’aucuns jugeront peut-être agressive, d’autres en revanche, à l’image de Clairvaux, ont fait le choix d’une restauration prenant acte des différents usages liés à l’occupation humaine. Si pour Fontevraud la restauration peut paraître radicale, le classement récent de la collection des objets pénitentiaires, conservée sur site, au titre des monuments historiques, positionne dorénavant l’entrave d’un détenu et une toile de maître sur un pied d’égalité juridique. Le patrimoine est pluriel.

Bibliographie  

ARTIERES (Philippe), Jean Genet et la prison de Fontevraud, collection les carnets de Fontevraud, Nantes, Édition 303, 2013.

POITEVIN (Roger), Abbaye-Bagne de Fontevraud 1940-1944, Édition AFMD 49, 2009.

CHEDAILLE (Jean), Fontevraud de toutes les pénitences, histoire d’une prison de 1804 à 1963, Les chemins de la mémoire, 2003.

LOPES (Anna), Femmes détenues à la maison centrale de Fontevrault (1814-1850), mémoire de maîtrise en Histoire, Université d’Angers, 1998.

MENARD (Bertrand), Encore 264 jours à tirer au pénitencier de Fontevrault, Thoard, Éditions Cheminements, 1994.

NIGET (David), L’enfant redressé, la colonie agricole pénitentiaire de Saint-Hilaire au XIXe siècle, mémoire de maîtrise en Histoire contemporaine sous la direction de Jacques-Guy Petit, 1994.

PETIT (Jacques-Guy), Ces peines obscures, la prison pénale en France (1780-1875), Paris, Éditions Fayard, 1990.

PETIT Jacques-Guy, « Les débuts de la manufacture carcérale de Fontevraud (1753-1845) », Les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 97, numéro 3, 1990, p. 329-342.

PEGIS (Olivier), La vie quotidienne des prisonniers à la centrale de Fontevrault (1814-1885), mémoire de maîtrise en Histoire sous la direction de Jacques-Guy Petit, Université du Mans, 1990.

GIRAUD-LABALTE (Claire), « Fontevraud au XIXe siècle : une prison dans une abbaye », 303 recherches et créations, 0, 1984, p .8-25.

FOUCAULT (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard, 1975.

[1] Monument d’État depuis la Révolution française, l’Abbaye Royale de Fontevraud est liée à une convention de gestion entre l’État et la Région des Pays de la Loire. Cette dernière a ainsi mis en place des structures juridiques spécifiques pour y gérer au mieux l’exploitation du site.

[2] Les détenues quitteront la centrale angevine en 1850 pour rejoindre celle de Rennes.

[3] Ce n’est qu’en 1828 qu’un quartier spécifique leur est réservé à Fontevraud. Sous la Monarchie de Juillet, des colonies agricoles accueillent cette jeune main-d’œuvre pénitentiaire dans le cadre des travaux des champs. Celle de Mestré située entre les communes de Montsoreau et de Fontevraud, ouvre en 1842, remplacée quelques années plus tard par la colonie agricole pénitentiaire Saint Hilaire à Roiffé (Vienne).

[4] En tant qu’inspecteur des monuments historiques, Prosper Mérimée visite l’abbaye de Fontevraud en 1834 avant de l’inscrire sur la première liste des monuments historiques en 1840.

[5] On pérennise sur site une trentaine de détenus entre 1963 et 1985. Ils sont alors regroupés dans le quartier de la Madeleine. Le statut n’est plus celui d’une centrale mais d’un centre de détention abritant des détenus en fin de peine ou incarcérés pour des délits mineurs. À ce titre quelques témoins de Jehova y séjourneront pour avoir refusé d’effectuer leur service militaire.

[6] Les fonds documentaires et iconographiques sont aujourd’hui conservés, pour l’essentiel, au sein des Archives départementales de Maine-et-Loire à Angers ou encore à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire à Agen (fonds iconographique Henri Manuel, 1928-1932).

[7] Claire Giraud-Labalte, Iconographie de l’ancienne abbaye de Fontevraud, 3 volumes, format à l’italienne, 1981.

[8] Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1992.

[9] Philippe Artières est historien et directeur de recherche au CNRS. Il travaille principalement autour de l’histoire des écritures ordinaires au XIXe et XXe siècles. En 2009, il assure le commissariat scientifique du module Jean Genet à Fontevraud.

[10] La visite thématique liée à l’histoire pénitentiaire de Fontevraud, a été mise en place en 2008 par le service médiation de l’abbaye. En 2014 elle a évolué sous forme d’une nocturne intitulée « La ronde de nuit du surveillant».

[11] Sans être exhaustif, citons par ailleurs, une carte d’adhérent au syndicat national du personnel pénitentiaire, ou encore un plan au sol de la centrale de 1866, figurant précisément la fonction des différents bâtiments pénitentiaires.


Vous aimerez aussi...