L’espace Pierre Cannat dédié à la mémoire pénitentiaire à l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap – Agen – France) (Jack Garçon)

Auteur : Jack Garçon est chargé d’études documentaires principal, responsable du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (Médiathèque Gabriel Tarde) à l’Enap.

Résumé : Le Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (Agen-France) assure la conservation et la valorisation de toutes les ressources françaises ou étrangères liées à l’histoire de l’exécution des peines. La fermeture progressive puis définitive du Musée national des prisons à Fontainebleau en juillet 2013 a conduit, en accord avec la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), au transfert à l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap) de près de 800 objets de toutes tailles et origines. Simultanément, une réflexion démarrée en 2012 a débouché sur un projet de création d’un espace pédagogique dédié à la mémoire pénitentiaire qui a vu le jour en octobre 2014. Axé principalement sur les métiers, les pratiques professionnelles et la réalité carcérale, ce lieu d’exposition, baptisé depuis Pierre Cannat, est devenu un espace du temps présent dont le but est de briser certains clichés, stéréotypes ou caricatures que les élèves peuvent, en particulier, avoir en tête en arrivant en formation à l’Enap. À travers cinq thèmes (personnel, vie en détention, travail pénal, sécurité, architecture anthropométrie), il s’agit de s’approprier, à travers des objets du quotidien, des effets et des documents originaux, les changements et de découvrir des aspects de la vie carcérale du passé méconnus ou ignorés.

Abstract: The Resources Center for the History of Crime and Punishment (Agen-France) assures the preservation and the valuation of all the French or foreign resources bound to the history of the execution of the punishments. The progressive then definitive closure of the national Museum of prisons in Fontainebleau in July, 2013 led, in agreement with the Direction of the prison authorities, to the transfer to the French National Correctional Administration Academy (Enap) of about 800 objects of any sizes and origins. Simultaneously, a reflection started in 2012 resulted in a project of creation of an educational space dedicated to the prison memory which was born in October, 2014. Centred mainly on the jobs, the professional practices and the prison reality, this place of exhibition, baptized since Pierre Cannat, became a space of the present time the purpose of which is to break certain pictures, stereotypes or caricature which the staffs can, in particular, have in mind by arriving in formation at Enap. Through six themes (staff, life in detention, penal work, security, anthropometry), it is a question of appropriating, through objects of the everyday life, the effects and the original documents, the changes and of discovering aspects of the prison life of past underestimated or ignored.


Le Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) assure la conservation et la valorisation de toutes les ressources françaises ou étrangères liées à l’histoire de l’exécution des peines. Par son impulsion, la médiathèque Gabriel Tarde est devenue en 2007 pôle associé de la Bibliothèque nationale de France (Bnf) sur la thématique Droit et exécution des peines. Ses collections émanant majoritairement de quatre fonds, dont celui de la Société générale des prisons fondée en 1877, proposent aux lecteurs environ 26 000 documents en ligne (ouvrages, plans, photographies, articles, fascicules, gravures, journaux…) accessibles depuis la bibliothèque numérique présente sur les sites intranet et internet[1] de l’école.

Espace pédagogique Pierre Cannat, vue d'ensemble. ©CRHCP - ENAP

Espace pédagogique Pierre Cannat, vue d’ensemble. ©CRHCP – ENAP

La fermeture progressive puis définitive du Musée national des prisons à Fontainebleau en juillet 2013 a conduit, en accord avec la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), au transfert à l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap) de près de 800 objets de toutes tailles et origines.

Espace pédagogique Pierre Cannat. Travail en détention ©CRHCP - ENAP

Espace pédagogique Pierre Cannat. Travail en détention ©CRHCP – ENAP

Simultanément, une réflexion démarrée en 2012, encouragée par le Conseil d’administration de l’Enap, va déboucher sur un projet de création d’un espace pédagogique dédié à la mémoire pénitentiaire qui a vu le jour en octobre 2014.

Plusieurs éléments ont justifié cette mobilisation de l’Enap autour du sauvetage de la collection et de l’implantation de cet espace dans ses locaux :

  • L’identité de l’établissement et ses missions (pédagogique, culturelle et scientifique) ;
  • La particularité des collections patrimoniales (fonds documentaire et collection d’objets uniques) ;
  • La volonté des professionnels pour lesquels l’espace pédagogique sera une revalorisation de l’image des métiers pénitentiaires auprès des publics reçus, un lieu de transmission de la mémoire pénitentiaire et d’une culture propre fondée sur l’histoire nécessaire aux élèves en formation ;
  • La volonté de la DAP et de la direction de l’Enap dont l’espace sera une vitrine supplémentaire destinée à façonner et à diffuser une culture et une identité propres.
Espace pédagogique Pierre Cannat. Architecture pénitentiaire ©CRHCP - ENAP

Espace pédagogique Pierre Cannat. Architecture pénitentiaire ©CRHCP – ENAP

Ce lieu (100 m2) situé dans le bâtiment principal de l’Enap vient en complément des enseignements d’histoire suivis par toutes les promotions. Il montre notamment, à travers le témoignage des objets et les documents présentés, les grandes évolutions pénitentiaires qu’il faut connaître depuis l’Ancien Régime jusqu’à aujourd’hui.

Personnels. Uniformes pénitentiaires. XIXe-XXe siècles ©CRHCP - ENAP

Personnels. Uniformes pénitentiaires. XIXe-XXe siècles ©CRHCP – ENAP

Axé principalement sur les métiers, les pratiques professionnelles et la réalité carcérale, il est devenu un espace du temps présent dont le but est de briser certains clichés, stéréotypes ou caricatures que les élèves peuvent, en particulier, avoir en tête en arrivant en formation à l’Enap. Il s’agit de s’approprier, à travers des objets du quotidien, des effets et des documents originaux, les changements et de découvrir des aspects de la vie carcérale du passé méconnus ou ignorés. Cinq thèmes sont ainsi illustrés : personnel, vie en détention, travail pénal, sécurité, architecture. Un espace dédié à l’anthropométrie a également été aménagé pour évoquer le travail du greffe pénitentiaire.

AnthropomÇtrie (greffe). Chaise de pose anthropométrique avec appui-tête. XIXe siècle ©CRHCP - ENAP

Anthropométrie (greffe). Chaise de pose anthropométrique avec appui-tête. XIXe siècle ©CRHCP – ENAP

Le choix de ces thèmes s’est inscrit naturellement dans la nature didactique du lieu offrant au visiteur qui, pour la plupart la découvre, une approche simple et globale de l’institution pénitentiaire et de son histoire à travers la centaine d’objets et d’originaux présentés.

Vie en dÇtention. Camisole de force en toile et cuir. MA Laval. XIXe-début XXe siècle ©CRHCP - ENAP

Vie en détention. Camisole de force en toile et cuir. MA Laval. XIXe-début XXe siècle ©CRHCP – ENAP

 

Vie en détention. Paire de sabots. XIXe-XXe siècle ©CRHCP - ENAP

Vie en détention. Paire de sabots. XIXe-XXe siècle ©CRHCP – ENAP

L’équipe du CRHCP, forte d’une expérience de plus de dix ans dans la valorisation du patrimoine écrit de l’Enap, a la délicate tâche de préserver et gérer la collection d’objets pénitentiaires lancée, il y a plus d’un siècle, par le conseiller Louis Herbette, alors directeur de l’administration pénitentiaire qui, rappelons-le, fut le tout premier à d’État imaginer de créer un musée du service public pénitentiaire. Elle tente également de poursuivre la tâche démarrée en 1967 à Fleury-Mérogis puis à Fontainebleau par Catherine Prade, dernier conservateur du Musée national des prisons ouvert à Fontainebleau en 1995[2].

Par ailleurs, le CRHCP a reçu pour mission de recueillir des témoignages de personnels et de poursuivre la collecte d’objets du quotidien dans les établissements afin d’enrichir et sauvegarder dans de bonnes conditions, ces traces de la mémoire pénitentiaire. Plusieurs entretiens individuels ont ainsi été menés et des missions de prospection pour la collecte d’objets et de prises de vue des établissements récemment fermés ou en cours de fermeture ont été réalisées par l’équipe.

L’importance des collections qui ne cesse de croître et leur richesse que l’exposition actuelle ne peut entièrement révéler, nécessitent de se poser légitimement la question de l’ouverture d’un second espace et de la possibilité d’accueillir un public plus large dans le cadre de visites accompagnées et commentées.

De même, la valorisation de ce patrimoine ainsi que celle de la mémoire pénitentiaire vivante en cours de recueil doit passer par l’utilisation d’outils technologiques modernes. C’est dans cet esprit que le CRHCP collabore au musée virtuel sur l’histoire de la justice dans le cadre d’un projet DAP/CNRS/ENAP actuellement en cours de création sur la plate-forme Criminocorpus.

Dans les traces de l’ancien Musée national des prisons, l’espace pédagogique de la mémoire pénitentiaire – qui a pris le nom d’espace Pierre Cannat en octobre 2015[3] – deviendrait alors un outil de médiation de l’institution, un lieu « vivant » tendant à apporter des réponses sur la réalité carcérale d’aujourd’hui à des publics très variés.

Sécurité. Contrôleur de ronde ou chronomètre de la Société Godineau. MA Grenoble, fin du XIXe siècle ©CRHCP - ENAP

Sécurité. Contrôleur de ronde ou chronomètre de la Société Godineau. MA Grenoble, fin du XIXe siècle ©CRHCP – ENAP

Montrer l’histoire générale de l’enfermement et de ses structures, de l’administration pénitentiaire, des métiers et des personnels pénitentiaires, de l’accompagnement social des détenus et de la mise en œuvre de la peine privative de liberté depuis la fin de l’Ancien Régime.

Montrer la diversité des types de détention, des catégories pénales, des situations de vie, des intervenants, des acteurs dans un lieu singulier (la prison).

Poser des jalons et des éléments de compréhension de l’évolution des systèmes pénitentiaires, fondements, origines, mutations, chronologie et montrer le lien qui existe entre le sens de la peine, le rôle assigné à la prison dans l’histoire et l’architecture carcérale.

Architecture pénitentiaire. Maquette de la maison d’arrêt de Chartres ©CRHCP - ENAP

Architecture pénitentiaire. Maquette de la maison d’arrêt de Chartres ©CRHCP – ENAP

De par son statut et sa place au sein de l’Enap et de la DAP, ses missions seraient alors élargies et multiples:

  • patrimoniale : collecter, conserver, présenter, valoriser les collections et assurer leur transmission ;
  • pédagogique : porter une action spécifique auprès des publics d’élèves de l’Enap en lien avec la formation ;
  • institutionnelle : faire connaître l’institution, ses métiers, ses missions ;
  • citoyenne : permettre de découvrir l’institution pénitentiaire d’aujourd’hui ;
  • culturelle en faveur de la connaissance et de la diffusion de l’histoire pénitentiaire et de la mission de l’administration pénitentiaire.

En conclusion, par ses initiatives, l’École nationale d’administration pénitentiaire s’inscrit à part entière dans le mouvement qui s’est fait jour depuis plusieurs années dans le but de sauver le patrimoine carcéral[4]. Le processus de patrimonialisation de la collection actuelle est en marche depuis plus d’un siècle puisque son existence est avérée depuis l’initiative d’Herbette et la certification de son origine ne peut être remise en cause. De même, le monde dans lequel elle s’est constituée, la prison en l’occurrence, nous est bien connu grâce aux travaux de nombreux historiens reconnus[5] et conservateurs qui l’ont étudié. À nous d’expliquer les liens que ces objets ont avec l’histoire des personnels, des établissements, de la vie en détention et de montrer la continuité entre un monde passé et aujourd’hui par une présentation améliorée des objets afin de permettre aux visiteurs, professionnels ou non, d’appréhender au mieux cette évolution au cours du temps.

La vocation de l’Enap est également de sauvegarder et de transmettre aux générations futures, outre les traces des personnes détenues, le souvenir des personnels qui ont vécu et travaillé à leurs côtés. Recueillir tout objet quelle que soit sa valeur ayant servi quotidiennement en cellule ou au fonctionnement du service, c’est ce à quoi le CRHCP s’emploie à faire en visitant systématiquement les anciens établissements voués à la fermeture. Cette quête d’objets parfois anodins dont l’utilité peut paraître secondaire se révèle essentielle comme le prouvent certains « pauvres objets » dont l’intérêt pédagogique, ethnologique, culturel et parfois artistique s’impose à nous pour comprendre et faire comprendre l’histoire sociale de la prison depuis plus de deux siècles.

[1] http://enap-mediatheque.paprika.net/enap1/

[2] Voir à ce propos l’article de Catherine Prade,  « L’impossible musée ? 1889-2005, le musée national des Prisons » in Histoire pénitentiaire, volume 3, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 7-27, dans la revue Criminocorpus en 2010.

[3] Voir la présentation de l’espace sur le site internet de l’Enap à l’adresse suivante : http://www.enap.justice.fr/campus/espace_pedagogique_memoire_penitentiaire.php

[4] À l’instar de l’appel lancé par des universitaires dans Libération à l’occasion des journées du patrimoine 2014.

[5] Citons entre autres les travaux de Christian Carlier, Jean-Claude Vimont, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit. Voir aussi la bibliographie de Jean-Claude Farcy sur Criminocorpus et le catalogue de la médiathèque Gabriel Tarde de l’Enap.

 


Vous aimerez aussi...