La maison centrale de Fontevraud, un patrimoine ! (Clémentine Mathurin et Florian Stalder)

Auteurs : Clémentine Mathurin est conservatrice du patrimoine, conservatrice des monuments historiques à la DRAC des Pays de la Loire en charge du département de Maine-et-Loire et notamment de l’abbaye de Fontevraud depuis juillet 2013. Florian Stalder est agrégé d’histoire, conservateur du patrimoine et chercheur à l’Inventaire général au Service du patrimoine de la Région des Pays de la Loire. Publication sur le patrimoine alentour : Fontevraud-l’Abbaye et Montsoreau, un regard sur le Saumurois, coll. Images du patrimoine, n°283, Nantes, Éditions 303, 2013.

Résumé : La fermeture, en 1963, de la Maison centrale de Fontevraud fut suivie de la destruction de la plupart des bâtiments élevés pendant les 150 ans d’occupation du site par l’administration pénitentiaire. L’objectif était alors de retrouver le profil de l’ancienne Abbaye royale. Depuis les années 1980 a peu à peu émergé, malgré ce parti pris, un intérêt pour le passé carcéral de l’abbaye, qui aboutit à une récente patrimonialisation des traces conservées, renforcée par deux démarches conduites par la DRAC des Pays de la Loire et la Région des Pays de la Loire :

– l’inscription au titre des monuments historiques des objets de la période pénitentiaire encore conservés sur place. Par son approche d’ensemble, cette procédure confère un statut éminemment patrimonial à cette collection qui permet de restituer le fonctionnement de la prison, la vie quotidienne et le travail des gardiens et des détenus, voire leur intimité ;

– la constitution d’un recueil audiovisuel de « mémoires de la Centrale » qui donne la parole à d’anciens surveillants ou détenus, à leurs familles, à des habitants du village et à divers acteurs. Tous éclairent de leur angle de vue ce que furent les dernières décennies de la maison de détention, vue de l’intérieur et de l’extérieur, mais aussi le devenir du site après sa fermeture.

Abstract: The closing in 1963 of the Fontevraud National Penitentiary was followed by the destruction of most of the buildings erected during the 150 years occupation of the site by the penitentiary administration. The objective was to rediscover the profile of the old royal abbey. Since the 1980s and little by little there has emerged, despite this commitment, an interest in the penal past of the abbey, which has resulted in a recent patrimonialization of the conserved traces, reinforced by two procedures led by the DRAC of the Pays de la Loire and the Pays de la Loire region:

-the inscription of penitentiary period objects as historical monuments still preserved on site. By its holistic approach, this procedure confers upon this collection an eminently patrimonial status that allows to recreate the functioning of the prison, the daily life and work of guards and detainees, even their private life;

-the constitution of an audiovisual collection of « memories from prison » that gives voice to former guards or detainees, to their families, to village residents and diverse stakeholders. They all shed light with their unique perspectives on what were the last decades of the National Penitentiary, seen from the inside and out, as well as what became of the site after its closing.


En janvier 2015, fut présenté le renouvellement de l’espace muséographique consacré depuis quelques années dans l’Abbaye Royale de Fontevraud[1] à l’évocation de sa période pénitentiaire. La maison centrale de Fontevraud occupa en effet plus d’un siècle et demi durant le site de l’abbaye fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel. Ce prédicateur itinérant créa ici un ordre religieux original où une abbesse dirigeait un monastère double, composé de couvents de frères et de moniales. L’abbaye eut un destin hors du commun du fait du prestige de ses abbesses, issues de puissants lignages voire de sang royal. Elle fit un temps office de nécropole dynastique des souverains Plantagenêt et l’on y admire encore les gisants d’Henri II, d’Aliénor d’Aquitaine ou de Richard Cœur de Lion. Bien plus tard, les quatre plus jeunes filles de Louis XV y passèrent une partie de leur enfance. Le complexe abbatial, articulé sur quatre couvents (le Grand-Moûtier, Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Lazare et Saint-Jean-de-l’Habit), devint l’un des plus étendus d’Europe et conserve des ensembles architecturaux majeurs du XIIe et des XVIe-XVIIIe siècles.

L’abbaye n’échappa pas au sort des établissements monastiques lors de la Révolution : l’ordre fut dissout, les religieuses et religieux chassés et les bâtiments saisis comme biens nationaux[2]. Plusieurs lots en furent distraits qui devinrent des biens privés, l’un des couvents, celui des frères de Saint-Jean-de-l’Habit, étant même démoli pour servir de matériaux de construction, destin partagé avec Cluny, Jumièges et bien d’autres. La question des bâtiments principaux, les couvents féminins, trop vastes pour trouver acquéreur, se posa à l’administration publique. Pour occuper les lieux et rendre au village un pôle actif, divers projets de réaffectation furent envisagés, comme un hôpital général ou une fabrique de voiles en toile de chanvre. En attendant de statuer sur son devenir, le site, pillé et fortement dégradé lors des événements révolutionnaires, fut baillé à un salpêtrier qui loin de s’en tenir aux murs qu’on lui désignait jeta à terre nombre de bâtiments de qualité.

Le décret napoléonien adopté le 26 vendémiaire an XIII (18 octobre 1804) affecte les locaux de l’ancienne abbaye à un établissement central destiné à accueillir les détenus de plusieurs départements du Val de Loire et de la France de l’ouest. De longs travaux sont alors engagés pour transformer les bâtiments en pénitencier, réalisés dans un premier temps par l’entrepreneur Alexandre Jean-Baptiste Cailleau sous la conduite de l’ingénieur Charles-Marie Normand qui avait été chargé, en amont, d’établir la faisabilité d’un tel projet. Celui-ci, animé d’un esprit mêlant raideur et humanisme, veut concevoir dans le cadre contraint de l’abbaye un établissement sécurisé, mais qui puisse offrir des conditions propres à permettre aux détenus d’effectuer leur réinsertion, voire leur rédemption. La clôture monastique est adaptée et une enceinte intérieure supplémentaire est édifiée. L’inauguration officielle de la prison a lieu le 3 août 1814, sans que les travaux ne soient achevés. Normand est relevé de ses fonctions en 1816 après avoir vu progressivement dériver son projet. Les travaux ne cessent d’ailleurs pas pour autant et l’histoire de la maison centrale est celle d’un chantier permanent. Une fois le plan d’ensemble réalisé, en effet, des constructions complémentaires s’ajoutent au fil du XIXe et de la première moitié du XXe siècles. Prévue initialement pour quelques centaines de détenus, puis 1000 à 1200, dans les premiers temps, la prison abrite sans compter les nombreux gardiens près de 1800 prisonniers au milieu du XIXe siècle. Après cette période, leur nombre décroît progressivement et ils ne sont qu’environ 200 vers 1960. À cette ville carcérale à géométrie intérieure variable, qui accueillit aussi des femmes jusqu’en 1850 et des enfants jusqu’en 1860, ce qui augmentait les partitionnements, il faut donc régulièrement de nouveaux bâtiments, dortoirs, ateliers ou locaux techniques, des réorganisations des cheminements, mais aussi de nouveaux types de lieux de détention, comme en 1862 le quartier cellulaire d’isolement qui adopte une organisation panoptique.

Il en est ainsi durant près d’un siècle et demi. Puis, à la fois rumeur de longue date et information soudaine, la décision tombe : en 1963, la prison doit fermer ses portes. Pour accommoder chacun, on choisit de laisser subsister un temps, jusqu’en 1985, un petit effectif de gardiens et de détenus, repliés dans la partie nord-est de l’enceinte, le quartier de la Madeleine. Il faut désormais faire vite place nette de la prison pour accompagner le site vers sa nouvelle vocation : retrouver l’ancienne abbaye et l’ériger en un haut lieu de culture et de tourisme, animé dès 1975 par un centre culturel de rencontre, le Centre culturel de l’Ouest (CCO).

Après pareille reconversion, peu subsiste des diverses constructions érigées par le Ministère de la Justice et les architectures et objets de la prison sont aujourd’hui souvent réduits à l’état de vestiges sur le site de l’Abbaye Royale de Fontevraud. Pourtant, par un faisceau de facteurs différents, un processus de patrimonialisation naquit peu à peu pour redonner sens et lisibilité à ces traces la période carcérale. Parmi ces initiatives, deux démarches récentes agissent pour la mise en valeur matérielle et immatérielle du passé pénitentiaire de Fontevraud : un recueil de témoignages conduit par le Service du patrimoine de la Région des Pays de la Loire et l’inscription au rang des monuments historiques de l’ensemble des objets liés à la prison conservés in situ par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire.

Fig. 1. Une prison, une abbaye, vers 1950-1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 1. Une prison, une abbaye, vers 1950-1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

La maison centrale de Fontevraud, entre disparition et patrimonialisation ?

L’effacement de la prison

Le 1er juillet 1963, la prison de Fontevraud est évacuée. Si les destructions de grande envergure commencent à cette date, c’est en réalité dès le XIXe siècle, alors que la centrale n’est installée que depuis quelques décennies dans les murs de l’ancienne abbaye royale, que l’effacement commence, parallèlement à la reconnaissance patrimoniale accordée à ce site. En 1840, sur un rapport de Prosper Mérimée, est publiée une première liste de monuments classés, dont la conservation est menacée et « pour lesquels les secours ont été demandés ». L’abbaye de Fontevraud y figure. « Dorénavant, deux réalités se superposent : la prison, image honteuse et nécessaire, et l’abbaye, élément du patrimoine national enfin reconnu officiellement[3] ». Il faut cependant attendre les années 1880 pour que les restaurations commencent vraiment, par la remise en état de quelques parties du Grand-Moûtier. La salle capitulaire est alors restaurée, tout comme le réfectoire, où ateliers et dortoirs sont détruits pour un retour au volume d’origine[4].

Les grands travaux débutent à la charnière des XIXe et XXe siècles, avec l’arrivée de Lucien Magne (1849-1916) comme architecte en charge du site assisté d’Henri Hardion (1858-1932) qui lui succède. Les cuisines romanes, en très mauvais état, font l’objet d’une restauration importante. Pour mieux les mettre en valeur, les bâtiments pénitentiaires qui les enserraient sont alors détruits.

Les travaux menés sur l’abbatiale sont spectaculaires. Plusieurs niveaux de planchers avaient été construits à partir des années 1820 pour abriter magasins et dortoirs. À partir de 1903, Lucien Magne les détruit avant de rétablir les coupoles. Les cuisines romanes, l’abbatiale et le cloître du Grand-Moûtier retrouvent ainsi, plusieurs décennies avant la fermeture de la prison, leur profil d’origine, au détriment des aménagements réalisés au xixe siècle par l’Administration pénitentiaire.

Les dortoirs sous les voûtes de l’église abbatiale, fin du xixe siècle. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 2. Les dortoirs sous les voûtes de l’église abbatiale, fin du XIXe siècle. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 3. Restauration de l’église abbatiale, début du xxe siècle. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 3. Restauration de l’église abbatiale, début du XXe siècle. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Si la prison commence à disparaître dès la fin du XIXe siècle dans le cœur patrimonial de l’abbaye, il faut attendre le départ des détenus en 1963 pour que des travaux d’une toute autre ampleur débutent. Des destructions massives sont alors très rapidement lancées par l’administration pénitentiaire sous le contrôle du Service des monuments historiques, qui prend ensuite seul la direction des opérations après le transfert du site sous la responsabilité du Ministère de la Culture en 1965.

Plusieurs maîtres d’œuvre se succèdent sur le site, dirigeant, entre autres, une équipe composée de quelques dizaines de détenus, restés sur place. Les premiers travaux sont menés par Bernard Vitry (1907-1984), architecte en chef des monuments historiques, suivi d’Henri Enguehard (1899-1987), nommé en 1963 conservateur de l’abbaye. Dans les années 1970, Pierre Prunet (1926-2005) succède à ce dernier comme architecte en chef en charge du département de Maine-et-Loire et donc de Fontevraud.

Dès 1963, sont détruites les traces les plus évidentes de l’architecture carcérale (chemin de ronde, miradors, barreaux aux fenêtres arrachés un à un jusqu’à leur disparition presque totale). On parle alors de « remise en état »[5] de l’abbaye, par des « commandos de détenus », expressions révélatrices des objectifs de l’époque.

Un article paru en 1969 dans le journal Ouest-France résume ainsi les événements : « Pour rendre à l’abbaye totalement défigurée l’aspect qu’elle avait perdu, des travaux furent entrepris en hâte, des crédits furent débloqués et les derniers forçats fournirent – on devine avec quelle ardeur – la main d’œuvre (gratuite) qui permit de démolir les constructions parasites (ateliers, hangars, garages), les cellules, les cloisons installées un peu partout dans les bâtiments qui, dès lors, retrouvaient leurs dimensions et leur majesté première ».

La politique de travaux est simple : chercher à dégager les bâtiments monastiques par destruction systématique des adjonctions pénitentiaires qui étaient venues occuper peu à peu tout l’espace disponible. Ce principe de libération de l’architecture monastique est appliqué aussi bien aux élévations qu’aux sols. Ainsi, tandis que l’on cherche à retrouver le niveau médiéval de la chapelle du prieuré Saint-Lazare, les nombreux ateliers, dortoirs, quartiers cellulaires construits sur tout le site sont détruits. Les zones ainsi libérées font l’objet de terrassement de grande ampleur pour préparer la restitution, par exemple, d’un jardin du XVIIIe siècle sur le côté nord de l’abbaye.

Fig. 4. Destruction de bâtiments au chevet de l’abbatiale, 1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 4. Destruction de bâtiments au chevet de l’abbatiale, 1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 5. Terrassement des matériaux de destruction pour former des jardins, 1963-1967. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 5. Terrassement des matériaux de destruction pour former des jardins, 1963-1967. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Cette destruction massive n’est pas sans provoquer de débats. En 1967, M. Hauret, député de Maine-et-Loire, demande le maintien des ateliers de filatures situés au chevet de l’abbatiale pour y établir une petite industrie. Bernard Vitry s’y oppose, déclarant dans un courrier que ce projet « est incompatible avec le programme de dégagement, de restauration et de mise en valeur » du site[6]. Il finit par obtenir gain de cause mais une mention manuscrite inscrite sur le courrier, « à faire discrètement », montre bien que même s’il s’agissait là d’enjeux économiques et non de protection patrimoniale, la destruction systématique de tous les bâtiments pénitentiaires ne s’est pas faite sans opposition.

La plupart des démolitions ont lieu très rapidement, dès 1963. Cette politique continue dans les décennies suivantes mais à moindre échelle. L’essentiel des bâtiments construits pendant cent cinquante ans d’occupation pénitentiaire du site a en effet déjà disparu.

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 et 7. "Avant, après", l'extrême rapidité des transformations après 1963 : photographies du 11/04/1956 et du 10/06/1968. Institut national de l’information géographique et forestière©. Voir : http://www.geoportail.gouv.fr.

Fig. 6 et 7. « Avant, après », l’extrême rapidité des transformations après 1963 : photographies du 11/04/1956 et du 10/06/1968. Institut national de l’information géographique et forestière©. Voir : http://www.geoportail.gouv.fr.

Que reste-t-il de la prison ?

Quelques éléments échappèrent toutefois à ces destructions, pour des raisons esthétiques ou plus pragmatiques.

Fig. 8. Les vestiges de la prison dans l’actuelle Abbaye Royale de Fontevraud.

Fig. 8. Les vestiges de la prison dans l’actuelle Abbaye Royale de Fontevraud.

Dès 1958, la prison est moins peuplée et Bernard Vitry parvient à faire transférer dans d’autres bâtiments les services de santé qui occupaient l’ancien couvent Saint-Lazare, dont il entame en 1960 la restauration. Il choisit alors de conserver l’aile ouest, ajoutée dans les années 1820 pour y loger l’infirmerie et la salle des malades, estimant que ce bâtiment est encore dans une esthétique de la fin du XVIIIe siècle et s’accorde au reste[7].

Fig. 9. Saint-Lazare : au second plan, l’aile pénitentiaire prolonge harmonieusement le couvent, vers 1950-1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 9. Saint-Lazare : au second plan, l’aile pénitentiaire prolonge harmonieusement le couvent, vers 1950-1963. Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Dans l’aile ouest du Grand Moutier, de tels partis pris qualitatifs jouèrent aussi en faveur des éléments qui entourent la cour des geôles. Là, sont du plus bel effet la porte de la troisième enceinte, élevée par Normand avant 1816 avec ses colonnes à bossages un-sur-deux, et, construits dans le second tiers du XIXe siècle, les deux guichets qui l’encadrent à bossages en pointe de diamant. Leur préservation s’imposait d’elle-même ainsi que celle des pavillons latéraux où logeaient des geôliers. C’est encore le cas des deux logements de fonction qui encadrent la Grande-Porte et s’insèrent parfaitement dans le front bâti continu donnant sur la place des Plantagenêts.

Fig. 10. Entrée de la troisième enceinte, avec les colonnes de Normand (vers 1810) d'un néoclassicisme à la Claude-Nicolas Ledoux. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 10. Entrée de la troisième enceinte, avec les colonnes de Normand (vers 1810) d’un néoclassicisme à la Claude-Nicolas Ledoux. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Des éléments plus structurants sont également laissés en place, comme une bonne partie des murs de clôture du chemin de ronde, maintenus lorsqu’ils formaient le pourtour extérieur du site, jouaient un rôle de soutènement ou laissaient hors du champ visuel des visiteurs des éléments de second ordre (la Madeleine, par exemple). Ailleurs encore, ils furent réduits à des murets pour séquencer les jardins.

Certains des bâtiments édifiés pour la prison connurent également des remaniements partiels pour mieux les adapter à la nouvelle vocation du site. Passée la Grande-Porte de l’abbaye, l’actuelle entrée du site qui barre ce qui fut la Cour-du-dehors est ainsi l’ancienne caserne du corps de garde, prolongée au sud par la porte de la seconde enceinte et par le pavillon du greffe. Cas discuté, cet ensemble fut surtout préservé pour son aptitude à servir de lieu d’accueil et de pôle administratif de l’Abbaye Royale ouverte au tourisme.

Le coût d’une destruction ou la question de leur éventuel remplacement firent que d’autres éléments, discrets ou écartés des déambulations touristiques, furent aussi maintenus.

Le quartier de la Madeleine, dévolu aux derniers détenus et qui reste en activité jusqu’en 1985, fut moins affecté par les destructions et plusieurs des bâtiments furent conservés, notamment du fait d’une rapide réutilisation de ces espaces pour les besoins de fonctionnement du chantier de restauration de l’abbaye, puisqu’on y installa le dépôt lapidaire.

Fig. 11. L’un des bâtiments du quartier de la Madeleine, seul secteur pénitentiaire assez largement conservé. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 11. L’un des bâtiments du quartier de la Madeleine, seul secteur pénitentiaire assez largement conservé. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 12. Clôture pénitentiaire et mirador avec dôme de tuffeau à amortissement, à la Madeleine. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 12. Clôture pénitentiaire et mirador avec dôme de tuffeau à amortissement, à la Madeleine. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Furent également préservées les améliorations apportées aux bâtiments monastiques par l’Administration pénitentiaire, comme l’achèvement par Normand d’une partie de l’aile sud des infirmeries de la cour Saint-Benoît, dont seules les arcades de façade avaient été réalisées au XVIIIe siècle (en imitant scrupuleusement leurs voisines de la fin du XVIe siècle). On ne remit pas non plus en cause la reconstruction d’une partie de l’élévation sud du palais de l’abbesse qui s’effondra lors des premiers travaux d’aménagement de la prison. On s’accommoda aussi des restaurations de l’abbaye exécutées dès 1841 par l’architecte Besnard et entre 1858-1870 sous la houlette du directeur de la maison centrale, Jean-Joseph Christaud qui utilisa d’ailleurs les savoir-faire de certains détenus, notamment des sculpteurs, pour reconstituer des éléments dégradés.

Fig. 13. Sculpture ornementale du portail de la salle du chapitre, restaurée sous Christaud : le ciseau se fait plus sec et la date portée (1543) est d’une graphie toute XIXe siècle. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 13. Sculpture ornementale du portail de la salle du chapitre, restaurée sous Christaud : le ciseau se fait plus sec et la date portée (1543) est d’une graphie toute XIXe siècle. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 14. Clef de voûte ornée du cloître, restaurée sous Joseph Christaud : le J. C. renvoie... à ses initiales ! Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 14. Clef de voûte ornée du cloître, restaurée sous Joseph Christaud : le J. C. renvoie… à ses initiales ! Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

L’un des principaux héritages de la période carcérale de l’Abbaye Royale, souvent peu perçu, consiste dans le réseau des larges voies qui desservent un site où paradoxalement les accès furent toujours contraints et les espaces cloisonnés. Le paysage intérieur de l’ensemble monastique, notamment depuis la réfection de la grande clôture au début du XVIe siècle, était en effet scandé de multiples délimitations entre les couvents. Au sein des établissements féminins, se trouvaient des passages où des frères de Saint-Jean-de-l’Habit devaient circuler entre des murs pour accéder aux chœurs des églises où ils célébraient les offices pour les moniales, dont ils étaient séparés par des grilles. Les architectes de la maison de détention, abattant la plupart de ces séparations pour en ériger d’autres, n’avaient en quelque sorte que déplacé ces obstacles et établi des distributions qui, une fois la prison disparue, furent la nouvelle trame viaire du site. L’actuelle voie quadrangulaire autour du Grand-Moûtier qu’emprunte tout visiteur n’est autre, pour sa plus grande longueur, que le « chemin de ronde pour la sûreté de la maison et pour la facilité du service » du plan de Normand en 1816 ! De même, la grande cour qui précède aujourd’hui le bâtiment d’accueil est l’ancienne place d’armes.

Enfin, on peut voir préservées quelques-unes des cages à poules où dormaient des détenus et les bâtiments, surtout non restaurés, conservent encore, patine ou usure, les traces de cette occupation pénitentiaire, marquée çà et là de graffiti[8].

Cette liste semble bien longue, mais à confronter les plans antérieurs à 1963 à celui de l’actuelle Abbaye Royale, on mesure qu’il ne s’agit là que de vestiges résiduels. D’une manière générale, on constate que les éléments non détruits relèvent souvent d’une architecture néoclassique, acceptable aux yeux des responsables en charge de la restauration du site : « certains bâtiments construits entre 1810 et 1830 ne sont d’ailleurs pas dénués de caractère. Plusieurs d’entre eux, construits en tuffeau de la Loire, avec de grandes toitures d’ardoises, seront conservés puisqu’ils ne portent pas atteinte au caractère architectural de l’ensemble avec lequel ils s’harmonisent[9] ». Rares sont par contre les bâtiments plus tardifs aux allures manufacturières qui furent préservés, sauf à être directement utilitaires. Le quartier cellulaire d’isolement, intéressant du point de vue de l’architecture carcérale, mais difficilement reconvertible et qui détonnait face aux infirmeries de la fin du xvie siècle, fit ainsi les frais de ces critères.

Le maintien en place de ces éléments épars de l’ancienne centrale ne signifiait pas pour autant qu’ils soient investis d’un regard patrimonial.

De la consternation à la patrimonialisation

À travers leurs ouvrages, premiers antiquaires, membres de sociétés savantes, amateurs de pittoresque, voire auteurs de publications à destination de voyageurs font émerger au XIXe siècle un attachement pour la valeur historique et artistique de l’abbaye de Fontevraud[10], marqué du regret des destructions qui la frappèrent. Ils évoquent le plus souvent assez discrètement la nouvelle affectation des bâtiments.

Quelques-uns d’entre eux, pourtant, s’horrifient de cette « misérable destination »[11], perçue comme une souillure de l’ancien lieu de culte. Chargé des pages consacrées à Fontevraud dans la publication dirigée par le Baron de Wismes de 1854 à 1862, Louis Lacour est l’un d’eux qui, préférant la ruine, s’écrie : « Les religieuses de Fontevraud avaient été dispersées sans retour, – l’édifice était vaste et les salles vides –, le Gouvernement trouva l’endroit propice pour en faire une maison centrale de détention, et aujourd’hui plusieurs milliers de prisonniers occupent les anciens bâtiments de l’abbaye. Ah ! détournons la vue ! Je vois la lie du peuple souiller la cellule des vierges. Ô destructeurs, que n’avez-vous renversé pierre sur pierre ! Que ne vois-je les ronces et les épines au milieu des cendres et des débris épars !… Mon esprit vous reconstruirait, saint asile de tant de pieuses générations ; il vous contemplerait dans votre idéale pureté, ô saintes filles de Robert d’Arbrissel ! Tandis qu’en parcourant vos cloîtres déserts et vos chapelles silencieuses ses regards sont blessés d’une odieuse figure. En vain il poursuit votre image. Le péché rampe où brûlait votre encens[12] ».

De tels propos se trouvent répétés dans certains cercles conservateurs jusqu’au milieu du XXe siècle, comme sous la plume d’Augustin Girouard qui se désole de ce que « la maison de prière est devenue une caverne de voleurs[13] ».

D’un tout autre point de vue, Jean Genet présente lui aussi un portrait bien sombre de l’abbaye devenue prison en quelques lignes qui sont désormais un passage obligé de toute évocation de cette maison de détention. Répétons-les, donc : « De toutes les centrales de France, Fontevrault est la plus troublante. C’est elle qui m’a donné la plus forte impression de détresse et de désolation, et je sais que les détenus qui ont connu d’autres prisons ont éprouvé, à l’entendre nommer même, une émotion, une souffrance comparables[14] ».

Quelques furent les positions ainsi exprimées un siècle et demi durant, la dépréciation des lieux était partagée et toute patrimonialisation de la maison centrale de détention de Fontevraud pouvait paraître inenvisageable il y a encore une soixantaine d’années.

Dans ce processus qui advint pourtant, divers facteurs s’entremêlèrent progressivement.

L’un des premiers jalons à observer est un acte isolé. En 1970, le Ministère de la culture, désormais propriétaire des lieux, décide de classer monument historique une grande maquette de la prison, exécutée à la fin du XIXe siècle et conservée in situ. L’argumentaire exprime visiblement un remords consécutif à l’enthousiaste table rase qui vient d’être orchestrée : « on voit les chemins de ronde, la prison cellulaire et les cheminées d’usine en briques rouges. Tous ces éléments utilitaires étant aujourd’hui disparus, cette maquette reste un document unique à conserver[15] ». Par la suite, plus rien : parmi les quelques 70 objets fontevristes qui sont protégés dans les années 1970-2000, il faut attendre les années 1990 pour que timidement trois autres surviennent qui relèvent de l’époque pénitentiaire.

Fig. 15. Maquette de la maison centrale de détention, vers 1890-1900, bois, carton et matériaux divers peints, 2,42x2,32x0,15 m. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 15. Maquette de la maison centrale de détention, vers 1890-1900, bois, carton et matériaux divers peints, 2,42×2,32×0,15 m. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

L’attention portée aux conditions de détention, notamment à partir des années 1970, permit également une évolution des regards sur la période pénitentiaire de Fontevraud. Cette maison centrale de détention trouve ainsi son premier historien en la personne de Jacques-Guy Petit, à l’origine de nombreuses recherches universitaires sur ce thème et sur ce lieu en particulier[16].

Parallèlement, des regards sur les bâtiments de la prison sont suscités par le ministère de la Culture pour documenter les phases d’occupation de l’abbaye et orienter les restaurations[17]. Si le but premier est d’aider à exhumer l’abbaye de sa gangue carcérale, cela contribue à donner un poids historique à la période pénitentiaire : plans et textes émergent en masse, suscitant de premières études[18].

Couplés à des analyses d’architecture du bâti, ces travaux sur l’abbaye et la prison provoquèrent, dans les années 1980-1990, des tensions entre les acteurs en charge des restaurations. L’un des points d’achoppement fut la question du traitement des surhaussements des galeries du cloître au XIXe siècle[19]. Les avis divergèrent quant à la nature originelle de ces élévations au XVIe siècle, galeries hautes ou terrasses, au point qu’il fut décidé, dans une interprétation à rebondissements de la charte de Venise[20], de maintenir le seul état historique avéré qui était celui de la prison. Donner droit de citer à la période carcérale de Fontevraud, au cœur même du cloître Renaissance, apparaît dès lors comme un tournant et semble orienter ensuite les experts lorsque le doute est permis sur la restitution d’un état plus ancien. Une telle prise en compte s’accorde aussi à ces décennies où l’architecture du XIXe siècle commence dans son ensemble à être considérée comme potentiellement patrimoniale.

Fig. 16. Le cloître du Grand-Moûtier : la galerie est Renaissance, son surhaussement date de la période pénitentiaire. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 16. Le cloître du Grand-Moûtier : la galerie est Renaissance, son surhaussement date de la période pénitentiaire. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Les années 1990 sont également marquées par la protection de nouveaux objets de la prison. En 1992, sont inscrites sur la liste supplémentaire des monuments historiques deux vues de la maison centrale réalisées en 1902, d’une grande valeur documentaire. En 1998, est classée monument historique une huile sur toile peinte par René Magne et représentant son père, L’architecte Lucien Magne, qui restaura l’abbaye au début du XXe siècle. Outre leur valeur documentaire et historique, ces œuvres sont il est vrai de belle facture et relèvent des catégories ordinaires du champ des protections que sont les tableaux et arts graphiques.

Des limites apparaissent tout de même à cette patrimonialisation et on constate que dans les aménagements des mêmes années, les éléments de la période carcérale, sans connaître de nouvelles phases de destruction, sont soumis à un regard moins scrupuleux que leurs voisins d’Ancien Régime. Si elle garda son volume, la caserne de 1828 fut par exemple très fortement remaniée en 1992-1994 pour former une entrée moderne et commode à la nouvelle Abbaye royale.

Fig. 17. La maison centrale de détention de Fontevraud vue du nord-est, 1902, 0,90x1,30, encre sur papier (CCO, Fontevraud-l’Abbaye). Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 17. La maison centrale de détention de Fontevraud vue du nord-est, 1902, 0,90×1,30, encre sur papier (CCO, Fontevraud-l’Abbaye). Cl. P. Giraud ® Région des Pays de la Loire © CCO.

Fig. 18. La caserne de 1828, modernisée en accueil de l’Abbaye Royale de Fontevraud. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 18. La caserne de 1828, modernisée en accueil de l’Abbaye Royale de Fontevraud. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Aux yeux du grand public, le processus de patrimonialisation passa le plus souvent par le biais de médiations assurées sur le site même de la prison. La présentation de la prison se fit là plus savante à partir de l’exposition[21] et du colloque international[22] sur le thème des bagnes et prisons, organisés en 1982 par Jacques-Guy Petit à Fontevraud même, alors que des détenus étaient encore sur place. Ces manifestations se firent sous la houlette d’Henri Beaugé, directeur du CCO, qui tenait à la prise en compte de toutes facettes de l’histoire du site et à son relais auprès du public, donnant à la figure du détenu et à l’évocation de la maison centrale un corps plus solide dans les discours aux visiteurs[23]. De même, la prison fut mieux traitée progressivement par les ouvrages grand public et guides touristiques consacrés à l’abbaye[24].

Récemment, ce regard patrimonial s’enrichit d’enjeux mémoriels. Le 12 mars 2005 fut ainsi apposée une plaque dans l’abbaye pour rappeler que la prison fut un lieu de détention et de mise à mort de Résistants durant la Seconde Guerre mondiale. La maison centrale devient alors un lieu de mémoire de la Résistance et de la Déportation[25]. En juillet 2012, c’est à l’ensemble des prisonniers qu’un hommage est rendu, hors l’enceinte carcérale, dans le carré des détenus du cimetière communal, lors de la cérémonie d’inauguration du nouveau calvaire, dont la restauration fut notamment financée par la Fondation du Patrimoine.

En 2009, la période pénitentiaire est retenue pour l’un des modules du Musée éphémère de Fontevraud, dispositif muséographique dispersé sur le site, décliné comme un état du savoir sur quelques thèmes articulés autour d’un personnage et d’un temps fort de l’histoire fontevriste. Philippe Artières est chargé d’assurer l’évocation de la maison centrale pour laquelle s’impose la figure de Jean Genet. Ce choix, ambigu puisqu’il a évoqué Fontevraud sans y être détenu lui-même, est contournée par le souci d’en faire un passeur vers l’anonymat des dizaines de milliers d’autres détenus qu’égrainent les registres d’écrou au fil de leurs numéros de matricule[26]. Pour la première fois, la prison est muséifiée dans une présentation permanente. À ce module, vint un temps s’ajouter, en 2010-2011, la réalité augmentée d’une table interactive consacrée à la maison centrale et riche d’informations, mais aussi évocation symbolique d’une prison qui à peine effleurée retournait à son effacement[27].

La refonte de l’espace Jean Genet en janvier 2015, fut l’occasion d’y intégrer deux démarches récentes, menées l’une par la Région des Pays de la Loire, l’autre par le ministère de la Culture, qui ont pour but à la fois d’enregistrer des témoignages sur la maison centrale de Fontevraud, dans une mise en contexte large, mais aussi de hisser au rang de monuments historiques l’ensemble des objets de la prison conservés in situ, sorte de point d’orgue de leur patrimonialisation.

Fig. 19. Plaque à la mémoire des Résistants détenus à Fontevraud. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 19. Plaque à la mémoire des Résistants détenus à Fontevraud. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 20. Le module Jean Genet, inauguré en 2009. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 20. Le module Jean Genet, inauguré en 2009. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

La centrale restituée par la parole

Le cadre du recueil de témoignages et le cahier des charges

La Région des Pays de la Loire dispose de la compétence d’Inventaire général du patrimoine culturel[28], qu’elle exerce par le biais du Service du patrimoine de sa Direction de la Culture et des Sports, avec la particularité, dans ce département-ci, d’être liée par convention avec le Service de l’inventaire du Département de Maine-et-Loire. C’est dans ce cadre qu’en 2010 est programmé un inventaire du patrimoine de la commune de Fontevraud-l’Abbaye. Depuis quelques années, la Région a, par ailleurs, souhaité étendre cette notion de patrimoine culturel par une démarche de recueil et de valorisation des patrimoines immatériels liés aux patrimoines matériels étudiés[29].

Dans un tel cadre, plus d’un demi-siècle après sa fermeture et plus d’un quart de siècle après le départ des derniers détenus et gardiens, alors même que nombre d’habitants de la commune vivent encore dans son souvenir, l’étude d’Inventaire fut l’occasion de soulever l’intérêt et l’urgence qu’il y avait à recueillir des témoignages relatifs à la maison centrale de détention de Fontevraud. En effet, il apparaissait qu’à l’exception des études suscitées autour de l’œuvre de Jean Genet ou de catégories spécifiques de détenus, le regard sur le xxe siècle était peu présent, notamment sur les dernières années du fonctionnement de la centrale. Par ailleurs, aucun travail n’avait permis de mettre en contexte l’établissement dans son environnement immédiat, le bourg de Fontevraud-l’Abbaye.

Cette collecte de témoignages était guidée par un faisceau de problématiques. Il s’agissait tout d’abord de pouvoir documenter ce qu’étaient les conditions de vie et de détention dans la maison centrale de Fontevraud. Il fallait parallèlement établir ce que furent les répercussions de la présence de la prison sur la vie du village, puis celles de sa fermeture. La question se posait ensuite de voir dans quelle mesure l’abbaye pouvait être vécue comme un lieu de mémoire de la maison centrale de détention. Enfin, l’enquête devait permettre de mieux cerner l’évolution de la prise en compte des bâtiments, espaces et traces de la période pénitentiaire dans les choix de restauration et dans la médiation dispensée sur le site.

Ce travail de collecte et la réalisation des enregistrements furent confiés en 2012 à une équipe de documentaristes nantaises, l’entreprise Figure-toi productions[30], fut retenue. Une première liste de témoins potentiels fut transmise par le service régional aux documentaristes qui l’amendèrent et l’enrichirent au gré de la progression de leur enquête pour, en fin de compte, disposer d’une petite trentaine de témoignages, choisis pour l’intérêt et la complémentarité des points de vue exprimés.

Le corpus des témoignages
Fig. 21. Tableau de présentation des auteurs des témoignages.

Fig. 21. Tableau de présentation des auteurs des témoignages.

Fig. 22. Capture d’écran de la playlist YouTube© consacrée aux « Mémoires de la Centrale ».

Fig. 22. Capture d’écran de la playlist YouTube© consacrée aux « Mémoires de la Centrale ».

Le cahier des charges fut rédigé pour recueillir des mémoires représentatives de plusieurs cercles de personnes susceptibles de rendre compte du fonctionnement de la prison ou de sa réaffectation en site culturel. Un premier cercle devait être constitué des témoins directs, qui, aux premières loges, vécurent ou travaillèrent dans la prison. Un deuxième cercle devait réunir des témoins qui, habitant le village ou y travaillant, virent fonctionner la maison centrale depuis l’extérieur. Un troisième cercle pouvait rassembler des proches de détenus, ou membres de leur famille, qui entretiennent des liens de type mémoriel avec la prison (visites, consultation des archives pénitentiaires, etc.). Un quatrième cercle devait, enfin, être constitué des personnes qui furent décisionnaires ou chargées de la réaffectation des bâtiments de l’ancienne maison de détention et des acteurs de leur restauration et de leur animation (personnels du ministère de la Justice, de l’administration des Monuments historiques, du CCO, etc.).

À une distance de plusieurs dizaines d’années, une telle représentativité ne fut parfois pas possible et certains manquent ici à l’appel. À l’issue de la collecte, toutefois, les trente témoignages[31] permettent, même si plusieurs points sont laissés dans l’ombre, de disposer d’angles de vue complémentaires et de restituer, sans approche exhaustive, un très grand nombre d’éléments sur la période pénitentiaire de Fontevraud et sur le regard qu’on lui porte. Chaque témoignage forme un prisme mémoriel individuel qui éclaire diverses facettes de la centrale. Sources d’informations floues ou précises, analytiques, distanciées ou encore chargées d’émotions, ce sont des paroles livrées là après montage et à passer au crible d’une analyse critique. Certaines voix se font consensuelles, d’autres sont partiales, toutes sont partielles.

Six personnes, deux anciens détenus et quatre anciens surveillants, témoignent directement du fonctionnement intérieur et des conditions de vie dans la prison, le regard du détenu étant complété par celui du gardien. Ces paroles sont ponctuellement enrichies dans cette collecte par d’autres qui, extérieures à ce premier cercle, purent accéder parfois à certains secteurs de la prison ou bien voir les détenus, sous la surveillance de leurs gardiens, dans leurs travaux extérieurs.

Les membres des familles de surveillants et de détenus, ensuite, sont au nombre de huit auxquels on peut ajouter quatre habitants du village. Outre les derniers aspects évoqués précédemment, leurs douze témoignages donnent à voir le village de Fontevraud dans sa relation à la maison de détention, pendant son fonctionnement comme après sa fermeture.

Les douze derniers témoignages sont plus diversifiés. Certains de leurs auteurs, historiens universitaires, cadres de l’administration culturelle ou médiateurs du CCO, donnent un éclairage sur le monde de la détention qui permet de compléter l’apport des témoignages directs, par une profondeur historique plus large ou par des précisions sur les bâtiments et leurs archives. D’autres, issus des mêmes sphères ou acteurs de la restauration de l’abbaye, posent les enjeux de la reconversion du site. La progressive prise en compte de son passé pénitentiaire est plus clairement au cœur des paroles des acteurs de la médiation autour de ce thème, de la production scientifique de connaissances sur la prison à leur diffusion dans l’Abbaye.

Les « Mémoires de la Centrale », apports et limites

À l’issue de cette collecte, l’entreprise prestataire versa un ensemble constitué de vingt-neuf séquences audiovisuelles, dont la durée est très variable (de 7’28’’ à 32’20’’). En 2013, afin d’en assurer la présentation publique auprès des témoins qui avaient pu s’y rendre, Figure-toi productions réalisa aussi des montages scénarisés pour restituer l’essentiel des points de vue en trois séquences courtes (d’environ six minutes chacune), illustrant ces « Mémoires de la Centrale » en déclinant : « la prison vue de l’intérieur », « la prison vue de l’extérieur » et « de la prison au centre culturel ».

L’ensemble des trente-deux séquences fut mis en ligne sur la plateforme YouTube©[32]. À leur visionnage, on mesure la richesse des témoignages collectés.

La mémoire fait résonner la cadence des sabots dans la « centrale du silence ». La « prison aux mille et une fenêtres et portes » est lugubre et sombre. L’idée d’oppression est constante, des visiteurs aux détenus et même aux gardiens qui évoquent un « bagne des surveillants ». Les conditions de vie sont dures. Pour les détenus, qui mentionnent le difficile travail de certains ateliers, la rudesse des vêtements, l’insalubrité, le règlement strict, mais également pour les surveillants eux aussi contraints au silence avec les détenus, vivant de routine et d’astreintes et qui ont le sentiment d’être tout autant surveillés. La violence sous-jacente est parfois explosive. Les visages de la prison sont multiples et les témoignages directs additionnés aux propos des historiens montrent à quel point le lieu connut des évolutions, les années 1963-1985 présentant un autre jour encore. Bon nombre de ces éléments étaient déjà connus, mais la confrontation est ici intéressante et les voix des surveillants, traditionnellement silencieuses et moins étudiées, offrent un éclairage notable.

L’un des apports majeurs est la mise en situation de la prison dans son contexte villageois. La cohabitation d’une société rurale et d’une forte minorité de familles de fonctionnaires de l’administration pénitentiaire se traduit par un village très vivant où les lieux de sociabilité sont forts et souvent partagés, mais elle s’accompagne aussi de rapports de classe plus ambigus, où le surveillant est le privilégié et le cadre un notable. Le village vit à l’ombre d’une centrale qui distribue aux siens ses avantages, fait parfois peur aux enfants, mais permet également de maintenir une attractivité économique. Fontevraud-l’Abbaye réalise qu’il était un pays de Cocagne lorsque la prison ferme ses portes : tout s’effondre, les familles de gardiens partent, éparpillées par l’administration, les maisons sont en vente, l’école se vide, les commerces ferment. La commune connaît en quelque sorte un exode rural brutal et démultiplié que la renaissance de l’abbaye permit mal de compenser.

Dernier enseignement, le destin du site est aussi évoqué avec ses destructions et les enjeux de son projet culturel comme de sa mise en tourisme. Les détenus s’activent en toile de fond de cette période de reconversion des lieux. L’enthousiasme est là, mais les tensions sont aussi palpables, notamment entre les divers acteurs de la restauration. La prison disparaît très largement et la question se pose de savoir à quel point elle est devenue un patrimoine, voire un lieu de mémoire.

Cette collecte se heurta aussi à des limites qui se perçoivent nettement à l’analyse des témoins qui évoquent la vie carcérale : une personne emprisonnée pour faits de Résistance, une pour objection de conscience et des proches de détenus eux aussi issus de la Résistance. Leurs témoignages sont bien évidemment entièrement recevables et particulièrement riches : ils participent donc pleinement des attendus du projet. Toutefois, manque à l’appel le détenu plus anonyme, plus ordinaire si l’on peut dire, celui auquel Jean Genet s’attache, qu’il a précisément été lui-même, mais ailleurs puisqu’il n’est pas passé par Fontevraud. Il ne fut en effet pas possible de pouvoir procéder à un entretien de ce type, à cause de la grande distance temporelle qui séparait cette étude de l’incarcération des derniers détenus de droit commun et du peu de personnes susceptibles de pouvoir encore en témoigner directement (même les gardiens sont tous nonagénaires, ici), mais aussi parce que malgré les approches tentées, les langues, y compris celles de leurs proches, ne se délièrent pas.

La parole n’est ainsi pas aisée à prendre lorsque l’on aborde des contextes en marge du champ patrimonial ordinaire. L’historien Philippe Artières aborde d’ailleurs dans son témoignage la difficulté à laquelle est confrontée ce qu’il appelle le « patrimoine noir »[33], pointant que l’aboutissement du processus de patrimonialisation d’un site pénitentiaire pourrait ne dépendre que de la prise en compte empathique de la réalité carcérale par la société contemporaine, ce qui est advenu pour les Résistants[34], mais pas encore vraiment pour les autres détenus.

Fig. 23. Témoignage de Philippe Artières.

Les objets d’un passé carcéral hissés au rang de monuments historiques

Protéger au titre des monuments historiques

Le constat d’une sous-représentation des objets issus de la période carcérale est à l’origine d’une campagne de protection, lancée en 2014 par la DRAC / Conservation régionale des monuments historiques, profitant des événements organisés pour le deux-centième anniversaire de l’ouverture de la prison.

La procédure de protection au titre des monuments historiques s’inscrit dans un cadre législatif défini par le livre VI du Code du patrimoine. Deux niveaux de protection existent, sanctionnant la valeur patrimoniale de l’objet qui est dès lors placé sous la surveillance et le contrôle du Service des monuments historiques. Si les « objets mobiliers, dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire, de l’art, de la science ou de la technique, un intérêt public peuvent être classés » (article L. 622-1), ceux qui présentent un « intérêt suffisant » seront seulement inscrits (article L. 622-20). Le degré d’intégrité, l’ancienneté, la rareté, la représentativité de l’objet, son lien avec un personnage ou un événement historique sont autant de critères d’appréciation qui permettront de déterminer sa valeur patrimoniale. Malgré cette diversité de critères, c’est pourtant la valeur artistique qui est la plus couramment évoquée pour justifier d’une protection. Les sculptures et peintures datant des XVIIe et XVIIIe siècles sont ainsi les catégories les plus représentées. Les objets protégés au titre des monuments historiques à l’abbaye de Fontevraud jusqu’en 2014, en très grande majorité des tableaux, ne font donc pas exception.

Aujourd’hui, plus de 230 000 objets sont classés ou inscrits en France. Le texte de loi laisse un large champ d’appréciation allant de l’histoire de l’art à la science en passant par l’histoire. Parmi eux, très peu relèvent de l’histoire carcérale. Une étude des objets pénitentiaires de Fontevraud devenait donc indispensable.

Étude et caractérisation de la collection

L’inventaire établi en 2014 a permis de retrouver, éparpillés sur tout le site, près de 160 objets relatifs à la période pénitentiaire de l’abbaye de Fontevraud et appartenant à des typologies diverses : fers et entraves, uniformes, vaisselle, graffiti mais aussi plans et tableaux (?), donnant tous de nombreuses informations sur l’histoire de la centrale. Si certains objets sont restés sur place, nombreux sont ceux qui ont quitté l’abbaye avant d’y revenir sous forme de dons ou d’acquisitions.

Un premier ensemble d’objets a été redécouvert lors de l’avancée des travaux de restauration. Plusieurs paires de galoches et sabots ont ainsi été retrouvées dans l’ancien bâtiment des fanneries, situé dans la cour d’entrée du site. D’autres objets, cachés par des détenus, ont alors refait surface. La provenance de ces objets a été consignée lors de leur découverte, notamment par Bertrand Ménard, ce qui n’a, hélas, pas été le cas pour les quelques graffiti déposés pour éviter leur destruction. Une dizaine de graffiti nous est ainsi parvenue, détachés de leur contexte architectural. Quelques-uns sont encore en place, dont le plus intéressant est sûrement les fleurs et le visage sculptés dans le tuffeau sur un des contreforts du réfectoire[35]. Ces objets sont propriétés de l’État / Ministère de la Culture et de la Communication, le site lui ayant été confié lors du départ de l’administration pénitentiaire.

Fig. 24. Jeu de carte fabriqué par un détenu. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 24. Jeu de carte fabriqué par un détenu. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 25. Graffiti ornant un contrefort du réfectoire. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 25. Graffiti ornant un contrefort du réfectoire. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

En revanche, les objets entrés dans les collections de l’abbaye de Fontevraud par dons sont propriétés du CCO. Plus d’une vingtaine d’entre eux ont ainsi été donnés par l’abbé Pohu, curé de Fontevraud-l’Abbaye jusqu’en 1996 et dernier aumônier de la prison. Sa donation comprenait des fers et entraves qu’il avait sauvés de la destruction et des lettres et cahiers de poèmes. Des habitants de Fontevraud-l’Abbaye, anciens gardiens ou leur famille, ont aussi effectué une telle démarche. C’est ainsi qu’un uniforme de gardien ou un poignard en nacre fabriqué par un détenu ont fait leur retour dans l’enceinte de l’abbaye, laissant supposer que nombre d’objets relatifs à la centrale sont encore en main privée. Enfin, quelques objets ont été acquis par le CCO, comme en 1985 le Portrait de Lucien Magne.

De nombreuses sources touchant à la centrale sont conservées aux Archives départementales de Maine-et-Loire, mais il est pourtant difficile de documenter spécifiquement ce type d’objets. Si leur usage et contexte de production peuvent être renseignés, notamment par l’observation des marques, étiquettes et inscriptions conservées sur la pièce, il faut abandonner l’idée, pourtant chère aux professionnels du patrimoine, de constituer un dossier précis et circonstancié sur l’objet lui-même (qui l’a fabriqué, utilisé, à quelle date précisément ?). Dans ce cas, c’est le type d’objet, le groupe auquel il appartient que l’on documente et, devant le manque de sources écrites précises, la tradition orale prend parfois toute son importance. Ainsi, il est rapporté que la grande maquette représentant la centrale a été réalisée à la toute fin du XIXe siècle par un détenu. Aucun document ne vient le confirmer si ce n’est une mention inscrite sur la « fiche objet » renseignée lors du classement de la maquette au titre des monuments historiques en 1970.

Seul un graffiti, gravé sur une porte de cachot, donne l’identité complète de son auteur, Barthélemy Pierrot, militaire originaire de Paris et condamné à dix ans de travaux forcés entre 1939 et 1949. En revanche, sur la dizaine de graffiti sur carreaux de terre cuite conservée, un seul auteur a pu être identifié. Grâce aux nombreuses informations gravées : « MACHEFER / 1910-1912 / 6522 = encore 510 jours », il a été possible de retrouver, dans le registre d’écrou correspondant à cette période et à ce matricule, le nom d’Albert Machefer, détenu à la centrale entre 1910 et 1912[36]. Le numéro d’écrou est inscrit sur plusieurs autres graffiti, mais en l’absence de date ou de nom de famille il n’est pas possible de retrouver le nom du détenu, les numéros de matricule ayant été réattribués plusieurs fois pendant la longue période d’activité de la centrale.

Fig. 26. Porte de cachot avec graffiti. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 26. Porte de cachot avec graffiti. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 27. Carreau de terre cuite avec graffiti. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 27. Carreau de terre cuite avec graffiti. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

L’abondante documentation photographique disponible dans les archives de l’administration pénitentiaire et dans des fonds privés est venue utilement compléter les sources écrites pour documenter la vie quotidienne des gardiens et détenus, comme l’usage fait des galoches en bois dont plusieurs paires sont conservées. Portées lors des travaux d’atelier, elles sont en effet parfaitement visibles sur une série de photographies réalisées par Henri Manuel vers 1930[37].

Des objets témoins du quotidien de la centrale

Les objets pénitentiaires conservés à l’abbaye de Fontevraud peuvent être répartis en trois grands groupes, illustrant chacun des pans d’histoire de la centrale.

Le premier grand ensemble a trait à l’enfermement et vient compléter les quelques éléments encore visibles in situ. L’ensemble de cages à poule, conservé au premier étage des infirmeries Saint-Benoît, n’a pas été inclus dans cette campagne car il fait partie intégrante de l’immeuble qui l’abrite, classé en totalité au titre des monuments historiques sur la liste de 1840[38]. Seuls une porte de cage à poules, détachée de sa structure, et un lit en fer ont été inclus à cette étude, tout comme deux portes de cachot avec leur serrure, sauvegardées au moment de leur dépose. Si quelques-unes de ces portes sont encore en place – dont certaines dans des parties visibles du public –, la plupart ont en effet été détruites lors des travaux de restauration de l’abbaye. Sur l’une de ces deux portes, provenant du bâtiment appelé le Bas-dortoir, sont encore visibles plusieurs graffiti réalisés pendant la première moitié du XXe siècle. Deux boulets, douze entraves de différents types, probablement utilisés pour des peines disciplinaires, six fers et une paire de menottes, servant au transport des prisonniers, viennent compléter cet ensemble. Ces objets rendent très sensibles la dureté des conditions d’enfermement de cette centrale. Une boîte de pointage accompagnée de sa clef, utilisée par les gardiens pendant leur ronde, deux barreaux de fenêtre, des porte-clefs de gardiens, ainsi qu’une série de serrures viennent clore ce premier groupe d’objets dont on ne peut que regretter qu’ils aient été, pour certains, détachés de leur contexte.

Fig. 28. Cages à poules des infirmeries Saint-Benoît. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 28. Cages à poules des infirmeries Saint-Benoît. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 29. Entraves. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 29. Entraves. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 30. Trois exemples de fers. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 30. Trois exemples de fers. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Un second ensemble d’objets, dont une grande part a trait à l’habillement des gardiens et prisonniers, vient témoigner du fonctionnement et de la vie quotidienne de la prison. Nous sont parvenus un uniforme, don d’un ancien gardien en 2008, des casquettes, brassards, boutons et galons, datés des dernières décennies de la centrale. Seul un uniforme de prisonnier composé d’un pantalon, d’une veste et d’un manteau, en feutre et plusieurs fois rapiécé, a en revanche été conservé. Un ensemble de chaussures vient compléter notre connaissance des tenues imposées aux détenus. Les sabots à sangle, dont nous conservons quatre exemplaires de fabrication très artisanale, étaient utilisés pour les travaux intérieurs, alors que les détenus portaient des chaussures à semelles de clous pour les corvées extérieures, règle dont témoignent quatre paires de chaussures aux nombreuses traces d’usage.

Si ces uniformes et chaussures nous plongent dans la vie quotidienne des gardiens et détenus de la prison de Fontevraud, les étiquettes et marques qu’ils portent témoignent également des modes d’approvisionnement des centrales. Disséminées sur tout le territoire français, elles avaient chacune des ateliers spécialisés dont les productions faisaient l’objet d’achat et d’échanges avec d’autres établissements. L’uniforme de gardien provient par exemple de la centrale de Melun, les chaussures à semelles de clous de Clairvaux, tandis que les sabots ont probablement été produits sur place, les archives mentionnant cette activité à Fontevraud.

Fig. 31. Uniforme de gardien. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 31. Uniforme de gardien. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 32. Paire de sabots. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 32. Paire de sabots. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 33. Paire de chaussures à semelles cloutées. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 33. Paire de chaussures à semelles cloutées. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Un troisième ensemble s’organise autour des objets fabriqués par les détenus notamment dans le cadre de leur travail au sein de ces mêmes ateliers. Sous le régime de l’entreprenariat général, puis de la régie, une intense activité de production s’est développée dans la prison autour d’ateliers de tissage, de cordonnerie, de la fabrication de boutons de nacre et de chaises. Pour les abriter, plusieurs bâtiments sont construits, d’autres réaménagés. Il n’en reste aujourd’hui plus de traces. Les quelques rares objets et vestiges conservés sont donc les seuls témoins propres à évoquer ces activités qui tenaient pourtant une place très importante dans le quotidien de la centrale.

L’atelier de fabrication de chaises est lancé en 1919, confié à M. Reveillant puis à M. Désarmagnac[39]. Si de nombreux exemplaires de ces chaises sont encore présents dans les alentours, seule une se trouve conservée à Fontevraud, donnée au CCO en 2005 par une habitante du village. De 200 à 300 détenus travaillaient quotidiennement à la fabrication de chaises cannées et paillées dans des ateliers aménagés au prieuré Saint-Lazare et dans l’ancienne orangerie de l’abbaye, où ont été retrouvés deux outils, un bourroir destiné à rembourrer les chaises et un lissoir utilisé pour lisser les brins et aplatir la paille. Ils portent le numéro de matricule 2098, chaque détenu ayant ses propres outils.

L’atelier de fabrication de boutons de nacre est quant à lui lancé dans la seconde moitié du XIXe siècle avec l’entreprise Péramy qui commercialise la production à Paris. De nombreux restes de cette production furent laissés sur place, retrouvés lors de travaux menés sur le site. Coquillages, résidus de nacre avec empreinte des emporte-pièces et boutons témoignent ainsi des différentes étapes de production.

Parmi les plus évocateurs, se trouvent ces objets fabriqués clandestinement par les prisonniers pour échapper à la dureté de leur quotidien. Plusieurs ont été retrouvés dans le placard d’une pièce qui faisait office, avant le départ de l’administration pénitentiaire, de bureau du surveillant-chef de la prison : un jeu de cartes, deux jetons en bois, confisqués, jeux de hasard et jeux de cartes étant interdits dans la centrale pour éviter les bagarres. D’autres étaient bien cachés comme le jeu de cartes fabriqué avec des morceaux de boîte de farine, retrouvé en 1986 dans la charpente de l’ancienne chapelle Saint-Lazare ou le morceau de pétoire et la fourchette, découverts en 1985 dans l’abbatiale lors de travaux de couverture[40]. Enfin, un minuscule poignard sculpté dans des résidus de nacre a été donné au CCO en 1998. Fabriqués par des détenus avec des débris, ce qui traînait et pouvait être ramassé, ces objets, parfois très modestes, portent, comme l’essentiel de la collection, des traces d’usage et d’usure qui ne peuvent qu’augmenter leur charge émotionnelle.

Fig. 34. Chaise. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 34. Chaise. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 35. Bourroir et lissoir. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 35. Bourroir et lissoir. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 36. Coquillages, nacre avec marque d’emporte-pièce, boutons. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 36. Coquillages, nacre avec marque d’emporte-pièce, boutons. Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 37. Petit poignard de nacre fabriqué par un détenu (longueur : 4 cm). Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

Fig. 37. Petit poignard de nacre fabriqué par un détenu (longueur : 4 cm). Cl. P. Giraud © Région des Pays de la Loire.

 

Le sens d’un ensemble

La présentation des premiers objets pénitentiaire à la CDOM a certes dérouté certains de ses membres, plus habitués aux objets d’art issus du patrimoine religieux, mais l’inscription de l’ensemble de la collection présentée a été votée à l’unanimité le 11 septembre 2014. Si leur valeur en tant que témoins de près de 150 ans d’histoire de ce site majeur du patrimoine français n’a pas fait de doute, la liste des objets à intégrer a été dressée après une réflexion approfondie. Sur les 160 objets conservés, certains font en effet partie de séries, parfois multiples. Fallait-il choisir une paire de chaussures à semelles de clous parmi les cinq conservées, une paire d’entraves, une casquette de gardien ? Les conseils édictés par le ministère de la Culture pour guider les nouvelles protections pousseraient à le faire. Cette reconnaissance patrimoniale doit en effet distinguer les objets les plus représentatifs d’une typologie ou d’une série, les plus authentiques, en bon état de conservation. Dans le cas des objets pénitentiaires de l’abbaye de Fontevraud, ces réflexes ne pouvaient pas s’appliquer, puisque l’usure, la trace d’usage même renforcent la valeur patrimoniale. La paire de chaussures neuve a donc moins de valeur que celle qui a été utilisée. De même, la volonté de protéger comme objets mobiliers des portes de cages à poule ou de cachots alors que certains exemplaires, identiques ou presque, sont encore en place dans le site a posé question. Devant l’ampleur des destructions conduites depuis les années 1960, et le peu de vestiges conservés, il a finalement été décidé de les inclure à la liste des objets à protéger afin d’en assurer la conservation.

C’est donc l’ensemble des objets conservés à l’abbaye qui a été protégé monuments historiques, y compris les objets de série conservés en grand nombre (boutons, boucles, etc.). Le Code du patrimoine ne permet pas encore de protéger un ensemble comme « collection » au titre des monuments historiques, et de l’attacher à perpétuelle demeure. La protection individuelle de chaque objet n’étant pas pertinente, ils ont été rassemblés dans deux arrêtés[41] signifiant là leur valeur de collection.

Cette procédure de protection confère une reconnaissance officielle à ces objets, dernières traces du passage de milliers de détenus et gardiens dans les murs de l’abbaye de Fontevraud, jusque-là délaissées. Un réel suivi sera désormais effectué par le Service des monuments historiques, afin d’assurer leur transmission aux générations futures, au même titre que les œuvres d’art protégées dans les décennies précédentes. Parallèlement à cette procédure, la collection pénitentiaire a été transférée dans une nouvelle réserve d’objets mobiliers aménagée sur le site. Ce déménagement s’est accompagné d’un travail d’inventaire et de récolement, suivi d’un examen attentif de l’état sanitaire de chaque objet et de son conditionnement. La même méthodologie et le même traitement ont été appliqués aux œuvres d’art et objets de la collection pénitentiaire, témoignant là de leur égale valeur patrimoniale.

Les deux démarches rapportées ici ont été intégrées à la nouvelle muséographie dédiée à la période pénitentiaire de l’Abbaye Royale de Fontevraud : des extraits des témoignages sont mis en scène dans ce qui était l’ancien parloir et plusieurs objets, protégés monuments historiques, sont présentés au public autour de la grande maquette, restaurée pour l’occasion.

Par ailleurs, les témoignages évoqués ici comme les dons déjà effectués auprès du CCO montrent que des habitants, des membres de familles de surveillants ou de prisonniers possèdent des objets liés à la maison centrale de Fontevraud. Il serait donc intéressant de mettre en œuvre un recensement, en premier lieu à Fontevraud-l’Abbaye même, de ces productions des ateliers, objets confectionnés par les détenus ou liés au fonctionnement de la prison qui permettent d’enrichir les approches déjà menées.

La mise en évidence du lien tissé entre la maison de détention et le village est également l’un des apports important de la collecte de témoignages. Le regard monographique sur l’univers carcéral avait en effet jusqu’ici laissé peu de place au contexte dans lequel s’inscrivait la centrale de Fontevraud et à la manière dont celle-ci rythmait le quotidien d’un bourg rural.

Enfin, les deux démarches présentées dans ces pages participent d’une affirmation progressive de la maison centrale de détention comme lieu de mémoire(s) et d’une reconnaissance pleine et entière de la valeur patrimoniale de la période pénitentiaire et de ses artefacts, architectures et objets.

Concluons donc par le titre : à bien des égards, la maison centrale de détention de Fontevraud est un élément constitutif du patrimoine !

[1] À Fontevraud-l’Abbaye (Maine-et-Loire, France). Sauf citation, l’orthographe adoptée ici reprend le nom officiel de la commune ; jusqu’au XXe siècle, une forme courante fut Fontevrault, variante utilisée pour la majeure partie des archives de la maison centrale (plus rarement Fontevrauld).

[2] Voir Claire Giraud-Labalte, Les Angevins et leurs monuments, 1800-1840, Angers, Société des Études Angevines, 1996 (notamment p. 61-78) ; id. « Fontevraud au XIXe siècle, une prison dans une abbaye », 303, Arts, Recherches, Créations, 1984, n°0, p. 8-25 ; id., « D’une clôture à l’autre, l’abbaye devient prison », 303, Arts, Recherches, Créations, 2000, n°67, p. 56-65.

[3] Claire Giraud-Labalte, « Fontevraud au XIXe siècle,… », voir supra, p. 19.

[4] Henri Enguehard, « Les travaux de l’abbaye de Fontevraud aux XIXe et XXe siècles », Congrès archéologique de France, CXXIIe session, Anjou, 1964, p. 478-481.

[5] France, Nantes, Archives départementales de Loire-Atlantique, 1640 W 350. Idem pour la citation suivante et la coupure non datée de Ouest-France.

[6] Ibid. Lettre de Bernard Vitry à Monsieur le Conservateur régional des Bâtiments de France, 30 octobre 1964.

[7] Henri Enguehard, « Les travaux de l’abbaye de Fontevrault… », voir supra n.8 ; id. « Fontevraud, les dernières années du pénitencier », Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts d’Angers, 1981-1982, neuvième série, t. V et VI, Angers, p. 235-240.

[8] Bertrand Ménard, « À Fontevraud, les murs ont la parole ; promenade parmi les graffiti, messages du passé », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, 1998, 89e année, n° 147 bis, p. 80-96.

[9] Henri Enguehard, « Les travaux de l’abbaye de Fontevrault… » (p. 478), voir supra n.8.

[10] Claire Giraud-Labalte, Les Angevins…, voir supra n.2.  Cet ouvrage de référence sur le sujet dépasse largement le cas de Fontevraud, mais l’abbaye revient régulièrement sous la plume de l’auteur.

[11] Charles de Montalembert, « Du vandalisme en France. Lettre à M. Victor Hugo », Revue des deux mondes, deuxième série, 1833, t. 1, Paris, p. 477-524. Voir p. 486-487.

[12] Louis Lacour, « Fontevrauld (Maine-et-Loire) », in Olivier de Wismes (baron), Le Maine et l’Anjou, historiques, archéologiques et pittoresques, t. II Anjou, Nantes-Paris : s.d. [1862].

[13] Augustin Girouard, L’abbaye de Fontevraud et les origines de la ville, s.d. [vers 1946]. Il reprend (p. 35, 2e éd. 1950) la citation biblique en exergue de la monographie de G. Malifaud (L’abbaye de Fontevrault : notice historique et archéologique, Angers : 1866) : « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière et vous en avez fait une caverne de voleur » (Luc, 19, 46).

[14] Jean Genet, Miracle de la rose, Décines, Marc Barbezat-L’Arbalète, 1946.

[15] France, Nantes, DRAC des Pays de la Loire, Archives de la Conservation régionale des monuments historiques, non cotée [Fontevraud].

[16] Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1789-1870), Doctorat d’État, sous la direction de Michelle Perrot, université Paris VII, 1988. Il fonde en 1991 et dirige jusqu’en 2003 le Centre d’Histoire des Régulations et des Politiques sociales (HIRES) à l’Université d’Angers. Dans son sillage ou dans d’autres cadres, voir les résultats d’une recherche bibliographique sur Criminocorpus où les mots-clefs Fontevraud et Fontevrault livrent des études sur son fonctionnement et ses détenus, par approche quantitativiste, par groupes ou à travers des destins individuels.

[17] Claire Giraud-Labalte, Iconographie de l’ancienne abbaye de Fontevraud, tapuscrit, Ministère de la Culture, 1981.

[18] Claire Giraud-Labalte, « Fontevraud au XIXe siècle… », voir supra n.2.

[19] Robert Jourdan, « Conserver / restaurer : les coulisses de la restauration », 303, Arts, Recherches, Créations, 2000, n°67, p. 109-117 ; Michel Melot, « Interview de Pierre Prunet, Daniel Prigent et François-Charles James », 303, Arts, Recherches, Créations, 2000, n°67, p. 118-135.

[20] Adoptée en 1964 lors du IIe Congrès international des architectes et techniciens des monuments historiques, la Charte internationale sur la conservation des monuments et des sites, dite Charte de Venise, énonce notamment (article 11) que « […] les apports valables de toutes les époques à l’édification d’un monument doivent être respectés, l’unité de style n’étant pas un but à atteindre au cours d’une restauration […] » ; les enjeux découlent bien sûr ici de la notion d’« apports valables ».

[21] Jacques-Guy Petit, Prisons et bagnes, XVIIIe-XIXe siècles, catalogue d’exposition (1982), Fontevraud, CCO, 1982. Une autre exposition aura lieu en 1998, à nouveau sur ce thème ; voir : Jacques-Guy Petit, Prisons, XVIIIe et XIXe siècles, catalogue d’exposition (1er mars-3 avril 1998), Fontevraud, CCO, 1998.

[22] Colloque international d’histoire pénitentiaire, Fontevraud, 24-26 septembre 1982. Voir actes : Jacques-Guy Petit (dir.), La prison, le bagne et l’Histoire, coll. Déviance et société, Genève et Paris, éd. Librairie des Méridiens – Médecine et Hygiène, 1984.

[23] Citons notamment ici l’action de M. Bernard Ménard, animateur et régisseur du CCO de 1981 à 2012, passionné par la période et qui enrichit cette médiation. Voir : Bertrand Ménard, Encore 264 jours à tirer ; pénitencier de Fontevrault, Cheminements, 1994 ; Jean-Louis Giard, Bertrand Ménard, Fontevraud, livre-audio, éd. Feuillage, 2014.

[24] Michel Melot (L’abbaye de Fontevrault, Paris, Lanore, 1971, p. 106) est le premier à illustrer la prison, par une photographie de la porte de Normand. Récemment, Daniel Prigent (Fontevraud, 2005, p. 70-73) lui consacre quatre pages très illustrées.

[25] Voir Roger Poitevin, Abbaye-bagne de Fontevraud, 1940-1944 : des résistants dans une ancienne abbaye, éd. Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation, délégation de Maine-et-Loire, 2009.

[26] Philippe Ifri, « L’abbaye de Fontevraud et son musée éphémère », La Lettre de l’OCIM [en ligne], 2011, n°133, mis en ligne le 01/01/2013, consulté le 07/09/2015. Présentation du module Jean Genet : « Abbaye de Fontevraud : Jean Genet, figure centrale » [en ligne], insitu-museo.com(c), 2014, consulté le 07/09/2015. Voir le témoignage de Philippe Artières à ce sujet, dans le cadre de la collecte évoquée infra.

[27] Voir « L’expérience Fontevraud » [en ligne], Mazedia(c), 2010, consulté le 07/09/2015.

[28] Créé en 1964 par André Malraux et André Chastel sous une désignation initiale d’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, cette mission fut décentralisée au niveau régional par la loi du 13 août 2004. L’Inventaire analyse les éléments constitutifs d’un patrimoine entendu au sens large, « de la cathédrale à la petite cuillère » selon l’expression consacrée.

[29] Démarche initiée en commission d’élus régionaux et particulièrement portée par Mme Françoise Mousset-Pinard, cheffe du Service du patrimoine ; le projet fontevriste doit aussi beaucoup à M. François Corbineau. À ce jour, d’autres collectes de témoignages ont ainsi été menées, consultables sur une chaîne Youtube©.

[30] Voir le site de l’entreprise en la personne de Mmes Nelly Richardeau et Noémi Thepot ; qu’elles soient encore chaleureusement remerciées de leur beau travail et de leur grande disponibilité.

[31] Qu’il faut ici tous remercier pour leur accueil et leur participation à ce projet qui leur doit tout.

[32] Voir les témoignages.

[33] Philippe Artières, Muriel Salle. Papiers des bas-fonds. Archives d’un savant du crime, 1843-1924, Paris, Textuel, 2009. Dans cet ouvrage, Philippe Artières définit « comme « le patrimoine noir », cet immense ensemble d’objets et d’archives mais aussi de bâtiments qui donnent à voir une facette moins glorieuse de notre histoire que sont les prisons, les asiles et autres institutions ». Il reprend plusieurs fois cette expression au sujet de Fontevraud, notamment dans son Jean Genet & la prison de Fontevraud, coll. Les carnets de Fontevraud, Nantes, Revue 303, 2013 (voir page 15).

[34] La parole se libère aussi pour un objecteur de conscience tant il peut semble aujourd’hui incongru de pénaliser un refus de porter l’arme.

[35] Son état de conservation est préoccupant. Les sculptures sont en effet menacées de disparition par les ruissellements et les remontées capillaires qui désagrègent le tuffeau, matériau très fragile. Une réflexion est menée par la DRAC des Pays de la Loire pour déterminer s’il est possible de le maintenir en place sans risque ou s’il est nécessaire de le déposer.

[36] France, Angers, Archives départementales de Maine-et-Loire, 2 Y 2 / 365.

[37] France, Agen, ENAP, Médiathèque Gabriel Tarde, Fonds Manuel.

[38] Ces cages à poule sont donc classées au titre des monuments historiques, même si elles ont été construites postérieurement à la mesure de protection. Tout élément (vitrail par exemple) venant intégrer un immeuble classé est en effet ipso facto couvert par ce classement.

[39] France, Angers, Archives départementales de Maine-et-Loire, 2 Y 2 / 120.

[40] La pétoire était utilisée par les prisonniers pour lancer des messages sous forme de boulettes de papier. Seules les cuillères étaient autorisées dans la centrale ; cette fourchette a donc été fabriquée clandestinement et cachée par un détenu.

[41] Il était obligatoire de dresser deux arrêtés, et non pas un seul, car deux propriétaires (l’État et le CCO) sont en charge de ces objets.