Musée du château de Mayenne. La valorisation d’un site à l’histoire entremêlée (Stéphanie Pruvot)

Auteur : Stéphanie Pruvot est responsable du service des publics et adjointe au directeur du musée du château de Mayenne. Elle coordonne la programmation culturelle et les actions mise en place pour les publics et participe au montage des expositions temporaires et à la recherche sur les collections.

Résumé : Situé stratégiquement et dominant fièrement la rivière, le château de Mayenne a traversé plus de mille ans d’histoire. Un passé mouvementé qui se lit aujourd’hui dans les pierres et l’architecture miraculeusement préservées de ce monument unique, qui fut un bâtiment civil carolingien, un château fort, un lieu de garnison, une prison et un musée. De la découverte des arcades carolingiennes en 1993 à l’ouverture du musée en 2008, cet article retrace l’évolution historique et architecturale complexe du château, ses différentes fonctions successives en développant la période la plus longue et la plus sombre de son histoire, celle qui lui donnera sa physionomie actuelle, la période carcérale.

Abstract: Located strategically and proudly overlooking the river, the castle of Mayenne crossed over a thousand years of history. A checkered past which is now in the stones and the miraculously preserved architecture of this unique monument, which was a civilian building Carolingian, a castle, a place of garrison and a prison museum. From the discovery of the Carolingian arcades in 1993 to the museum opened in 2008, this article traces the complex historical and architectural evolution of the castle, its various successive functions by developing the longest and darkest in its history, which will give it its present form, the prison period.


La ville de Mayenne est située au nord du département de la Mayenne dans la région des Pays-de-la-Loire. Établie sur un territoire de marches aux frontières de la Bretagne et de la Normandie et au croisement de voies romaines importantes[1], Mayenne a une position stratégique particulièrement intéressante.

Construit au sommet d’un éperon rocheux, le château de Mayenne a une forte position défensive qui domine la vallée et la rivière. D’allure modeste, son intérêt architectural et historique a toutefois justifié son inscription au titre des Monuments historiques en 1927. Ayant traversé plus de mille ans d’histoire, le château a connu plusieurs remaniements pour s’adapter au contexte historique et à ses occupants successifs. Un passé mouvementé, qui se lit aujourd’hui dans les pierres et l’architecture miraculeusement préservées de ce monument unique, qui fut un bâtiment civil carolingien, un château fort, un lieu de garnison, une prison et un musée. Ouvert aux publics en 2008, le château expose sur ses murs griffés des époques qui s’entremêlent, tout en servant d’écrin aux collections archéologiques.

 

Fig. 1 Château de Mayenne vue de la rivière, © Musée du château de Mayenne.

Fig. 1 Château de Mayenne vue de la rivière, © Musée du château de Mayenne.

 

La découverte d’un site exceptionnel

Comme beaucoup de châteaux similaires[2], on supposait que celui de Mayenne avait été fondé au XIe siècle, fortifié au XIIIe, remanié au XIXe et ne semblait pas présenter un intérêt particulier. Comme le premier seigneur connu à Mayenne est Hamon[3], on en déduisait à tort qu’il était le fondateur du monument.

Partant de ce postulat et souhaitant utiliser un bâtiment patrimonial pour y accueillir un centre d’arts et d’expositions[4], les élus de la ville de Mayenne décident de rénover (dès 1990) le château. Mais en 1993, à trois mois de la fin des travaux, des arcades en briques protégées sous des enduits sont découvertes fortuitement. Les décapages[5] de ces enduits révèlent des arcatures particulièrement bien conservées, encastrées dans des phases plus tardives de constructions et inconnues dans l’architecture castrale du XIe siècle. En 1993 et 1994, le service régional de l’archéologie effectue une étude et des analyses[6] qui confirment l’état exceptionnel de conservation du bâtiment primitif et sa datation, en révélant un palais carolingien (900-920) unique en Europe.

Fig. 2 Arcades carolingiennes dans l’aula carolingienne, © Musée du château de Mayenne.

Fig. 2 Arcades carolingiennes dans l’aula carolingienne, © Musée du château de Mayenne.

En 1995, le site est classé d’intérêt national par le Ministère de la Culture et une équipe anglaise, l’Oxford Archaeological Unit[7] (l’OAU) menée par Robert Early, est chargée des fouilles archéologiques entre 1996 et 2000. De 1996 à 1998, l’OAU investi, entre autres, le logis en pratiquant l’archéologie du bâti, et de 1999 à 2000, l’espace de la Haute Cour. Le projet fut singulier dans la mesure où l’analyse architecturale s’est imposée comme première source d’information, avant même les recherches archéologiques en sous-sol.

Fig. 3 Relevés de bâti, fouilles de l’OAU, © OAU.

Fig. 3 Relevés de bâti, fouilles de l’OAU, © OAU.

 

Cette étude archéologique a été associée à des recherches historiques en collaboration avec des chercheurs du laboratoire d’histoire médiévale de l’Université du Maine sous la direction du professeur Annie Renoux.

Selon les scientifiques, le château de Mayenne demeure un des édifices civils les mieux conservés du Haut Moyen Âge en Europe[8].

L’importance architecturale couplée à la quantité et à la qualité du mobilier archéologique issu des fouilles (pièces de jeux[9], mobilier métallique, céramiques…) sont autant de témoignages de la vie des notables, militaires et prisonniers qui se sont succédé dans le château et que la municipalité a souhaité valoriser. C’est ainsi qu’est né le projet de créer un musée archéologique sur le site, afin de présenter ces collections aux publics et faire partager l’histoire de la ville de Mayenne.

En 2005, les appels d’offres visant à rechercher des entreprises capables de mener à bien la réalisation du musée sont lancés. Les travaux ont pris deux ans, entre 2006 et 2008. Le musée du château de Mayenne a ouvert ses portes au public le 21 juin 2008.

Évolution historique

Neuf trous de poteaux, traces d’une forte bâtisse en bois, attestent la présence d’un tout premier bâtiment sur le site, bien avant la construction carolingienne en pierre. Selon Robert Early, il existait « une structure de bois qui fut remplacée par la construction d’un impressionnant édifice de pierre de haut rang »[10]. En effet, les fouilles ont mis au jour les trous de poteaux[11] d’une structure rectangulaire et des tessons de poteries antérieurs au Xe siècle (datés entre le Ve et le VIIIe siècle) révélant une occupation du site. Cependant, il existe peu de documents sur l’origine du château de Mayenne. Si les sources historiques évoquent une villa épiscopale (grand domaine) restituée (vers 773-784) aux évêques du Mans par Charlemagne[12], il n’y a pas suffisamment d’éléments pour évoquer avec certitude un premier ensemble résidentiel qui aurait été remplacé par la suite par un bâtiment en pierre.

Fig. 4 Trous de poteaux datés entre le Ve et le VIIIe siècle, © OAU.

Fig. 4 Trous de poteaux datés entre le Ve et le VIIIe siècle, © OAU.

 

Le premier bâtiment en pierre, daté du Xe siècle, est probablement édifié par les Comtes du Maine, sous le roi carolingien Charles le Simple[13] (le département de la Mayenne correspond à peu près au Bas-Maine médiéval[14]). C’est un seigneur désigné par le comte du Maine pour gouverner la ville – qui est alors une sorte de base arrière contre les Bretons, principal danger pour le royaume franc –, qui est à l’origine de la famille de Mayenne. En effet, la construction du palais intervient au lendemain des invasions bretonnes et normandes qui ont marqué le IXe siècle. Afin de rétablir l’ordre, les rois carolingiens s’appuient sur les Comtes du Maine. Le palais de Mayenne atteste la reprise en main de la région par le pouvoir franc.

Ce premier édifice de pierre comprend une salle principale de forme rectangulaire à deux niveaux, surmontés d’un étage de comble.

Fig. 5 Proposition de restitution du palais carolingien, OAU.

Fig. 5 Proposition de restitution du palais carolingien, OAU.

 

Au premier étage est située la salle principale, l’aula, qui est à la fois une salle de réception et un espace public où le seigneur exerce son pouvoir et la justice. Au rez-de-chaussée est aménagé un cellier, lieu de conservation de la nourriture, des armes et autres biens. Cet espace est uniquement accessible par l’étage. À l’angle sud-ouest de la salle principale, une tour carrée servait probablement de lieu d’habitation. Trois des quatre niveaux subsistent encore sur une hauteur de quatorze mètres. Les fouilles ont révélé une tourelle d’escalier (détruite au XVIIe siècle, il ne subsiste que la base[15]) desservant les étages de la tour carrée. Les deux tours présentent des façades constituées de blocs de granit. À l’époque carolingienne, des terrasses (aujourd’hui disparues[16]), peut-être surmontées de portiques, ornaient trois des faces du bâtiment. Une enceinte en pierre, fermant l’espace de la cour[17], succéda à un rempart en terre. Sa construction est intervenue dès le Xe siècle après l’achèvement du logis. Elle donne au site un caractère manifestement plus défensif[18].

Afin de l’adapter aux besoins inhérents à chaque époque, le château a été modifié siècle après siècle, ajoutant ainsi des strates architecturales à ce bâtiment originel.

Au XIe siècle, le château appartient à une famille solidement ancrée, les Mayenne, qui s’émancipent peu à peu du roi et des Comtes du Maine. Ainsi, si la distribution des espaces carolingiens reste inchangée, quelques transformations architecturales vont voir le jour au XIIe siècle, montrant ainsi la puissance des propriétaires. Un étage[19] est ajouté au bâtiment tandis que les niveaux inférieurs sont remblayés[20], modifiant ainsi considérablement l’aspect général du château. Des portes sont percées dans la tour carrée, l’une donnant accès à l’aula carolingienne, l’autre permettant d’accéder à la haute cour. À la même époque, un bâtiment résidentiel est accolé au rempart de la haute cour. Il n’en reste aujourd’hui que deux baies géminées et une cheminée, visibles dans le mur de la courtine.

Au XIIIe siècle, le roi de France réimpose son autorité aux seigneurs autonomes. S’il appartient à une famille de seigneurs encore puissants, le château n’en est pas moins sous le contrôle royal. Il connait d’importantes transformations architecturales, devenant une véritable forteresse adoptant les principes défensifs de l’époque de Philippe-Auguste. Le donjon circulaire et quatorze tours d’enceinte sont édifiés. Une vaste basse cour[21] est créée et la haute cour est dotée d’un châtelet d’entrée[22]. À l’intérieur, les voûtes gothiques sur croisées d’ogive sont ajoutées[23], de nouvelles portes sont percées et un décor peint est réalisé[24].

Au XIIIe siècle, Isabelle fille de Juhel II de Mayenne étant sans descendance, la seigneurie de Mayenne revient alors à Alain d’Avaugour, fils de Marguerite, la seconde fille de Juhel II. La famille d’Avaugour garde le domaine jusqu’au XIVe siècle. À partir du XVe siècle, le château n’étant plus un lieu de résidence aristocratique, devient un lieu de garnison et sera particulièrement important pendant la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion. À cette période une tour d’artillerie est édifiée contre le rempart de la basse cour côté ville et une terrasse d’artillerie est construite sur l’éperon rocheux, côté rivière.

Fig. 6 Plan du site au XIIIe siècle, Jacques Naveau.

Fig. 6 Plan du site au XIIIe siècle, Jacques Naveau.

 

Aux XVIe et XVIIe siècles, la ville connaît des périodes particulièrement tourmentées et le château, propriété des ducs[25] qui n’y habitent plus, passent de main en main. Il est alors utilisé comme lieu de détention de la fin du XVIIe siècle à 1934.

 

La période carcérale

La première source mentionnant le château utilisé comme prison remonte à 1745[26]. Cependant, il existerait une source plus ancienne citée par l’historien Albert Grosse-Duperon, mais dont nous n’avons plus de traces. Il s’agirait d’un rapport dicté le 28 février 1674 par Toussaint Hédou-Lalande et François Leduc, sur l’état de délabrement du château. Jean Legoué (lieutenant général civil et criminel du duché de Mayenne et administrateur officieux du duc de Mayenne) leur aurait demandé de fournir un devis des travaux à entreprendre. Le notaire Michel Davoynes, écrit : « Le château et bâtiments qui y sont servant de prisons, où Hédou-lalande et Leduc ont reconnu et remarqué au pignon de la grande chambre dudit château, qu’il y a une grande brèche, en déchirasse […] un des coignages du jardin du geôlier est tombé et il est nécessaire de le raccommoder au plus tôt, d’autant que les prisonniers se pourraient évader par ce lieu-là[27] » .

Au XVIIe siècle, le château qui appartient encore aux ducs de Mayenne est utilisée comme prison privée.

En 1810 un arrêté ministériel spécifie que les maisons d’arrêt sont départementales. Le château de Mayenne devient une maison d’arrêt et de correction. Elle y accueille les prévenus et les détenus condamnés à de courtes peines (moins d’un an). En 1815, Louise d’Aumont, duchesse de Mayenne, n’a plus les moyens financiers d’entretenir le bâtiment et vend le château à Charles Desjardins, un notable mayennais. Celui-ci décide d’augmenter le prix de son bail (pendant neuf ans) au Préfet de la Mayenne. En 1824, la prison est achetée par le Conseil Général, et devient donc une prison départementale[28]. C’est à ce moment-là que le château va connaitre de nombreuses modifications architecturales pour s’adapter aux exigences pénitentiaires de l’époque et améliorer les conditions de détention. La prison est désaffectée en 1934, puis cédée à la ville de Mayenne en 1936.

L’aménagement des espaces carcéraux

En visitant la ville de Mayenne, Victor Hugo écrit, dans sa Lettre à Adèle le 30 juin 1836 :

 «[…] À Mayenne, c’est une vilaine prison blanche bêtement bâtie au beau milieu du vieux château. »

 

Fig. 7 Carte postale représentant le château et la ville de Mayenne, 1862, coll. Médiathèque Jean-Loup Trassard, Mayenne.

 

Si le château a connu plus de 250 ans d’occupation carcérale marquant indéniablement son histoire et son aspect, c’est surtout au XIXe siècle que l’architecture est profondément modifiée.

Une réforme pénitentiaire[29] promulgue un système de séparation de certaines catégories de détenus, et la volonté de créer des cellules individuelles. C’est dans cette optique et parce que l’espace est trop restreint[30] qu’une extension est bâtie au sud du monument entre 1826 et 1828, donnant au château son aspect actuel. Mais l’architecture est ancienne et initialement adaptée à des fonctions résidentielles et militaires. Ainsi, la norme de l’enfermement collectif reste en vigueur. Cet agrandissement a toutefois permis d’ajouter des espaces comprenant trois niveaux[31] : un rez-de-chaussée (salle carcérale) et deux étages (l’entresol et la salle prison des femmes).

Vers 1820, les façades sont modifiées pour s’adapter à la fonction carcérale : des petites fenêtres carrées avec des barreaux viennent remplacer les hautes ouvertures rectangulaires antérieures qui ont été  en partie obstruées[32].

Fig. 8 Carte postale représentant la façade de la prison, xxe siècle, Coll. Médiathèque Jean-Loup Trassard, Mayenne.

Fig. 8 Carte postale représentant la façade de la prison, XXe siècle, Coll. Médiathèque Jean-Loup Trassard, Mayenne.

visuel 9 OAU

Fig. 9 Plans du château au XIXe siècle, extension au sud, OAU.

 

La cour

La cour de la prison utilise l’espace de la haute cour médiévale. Elle était occupée par des bâtiments aujourd’hui disparus : un parloir situé au niveau du grand portail actuel, un greffe, le cabinet du juge d’instruction et la chambre du surveillant au-dessus de l’entrée ainsi que le poste de surveillance. En 1838, un mur est créé pour séparer la cour des hommes, à droite, de celle des femmes, à gauche. Puis à partir de 1854, de nouveaux espaces sont aménagés dans la cour : chemin de ronde, cour d’honneur (pour les femmes) et cour des détenus à gauche de l’entrée et cour des prévenus à droite.

Fig. 10 Plan de la cour de la prison en 1837-1838, Archives Départementales de la Mayenne, 4N54.

Fig. 10 Plan de la cour de la prison en 1837-1838, Archives Départementales de la Mayenne, 4N54.

 

Fig. 11 Carte postale représentant l’entrée de la prison, XIXe siècle, Coll. Médiathèque Jean-Loup Trassard, Mayenne.

 

Les visiteurs restent derrière les portes des quartiers respectifs des hommes et des femmes et communiquent avec les prisonniers via des guichets. En 1867-1868, de nombreuses dépendances sont ajoutées : des parloirs, des ateliers de travail, des latrines, une chambre des avocats, une chambre d’instruction, le bureau du gardien chef, la salle d’anthropométrie et des espaces de circulation.

 

La tour carrée

L’entrée principale de la prison est aménagée au second niveau[33] de la tour carrée du palais carolingien. La porte est percée en 1825 lors des travaux d’agrandissement du château. Ce vestibule desservait l’ensemble de la prison.

Fig. 12 Porte d’entrée de la prison, ©Leb Communication

Fig. 12 Porte d’entrée de la prison, ©Leb Communication

 

Fig. 13 Plan des différents espaces de la prison, 1874, Archives Départementales de la Mayenne, 4N55.

Fig. 13 Plan des différents espaces de la prison, 1874, Archives Départementales de la Mayenne, 4N55.

 

Au sud : une porte[34] permettait de desservir des espaces[35] aux fonctions domestiques ou administratives (cuisine, logement concierge, chauffoir, salon, greffe, parloir).

À l’est : la porte[36] donnait sur le vestibule de l’escalier[37] desservant les étages mais aussi le dortoir des prévenus. Au nord, la porte communique avec l’aula carolingienne qui correspondait au dortoir des hommes. La porte en bois avec son guichet permettant de surveiller les détenus, a été préservée.

 

La salle carcérale

Cette salle, créée spécifiquement pour les besoins carcéraux en 1826, conserve sur ses murs des trous de solives destinés à recevoir des poutres en bois qui soutenaient le plancher d’un niveau disparu[38], dont il subsiste un palier à l’escalier appelé l’entresol. Une porte rebouchée, visible dans le mur marquait l’entrée de ce niveau, menant à des cellules.

Fig. 14 Salle carcérale, ©Leb Communication.

Fig. 14 Salle carcérale, ©Leb Communication.

 

L’aula carolingienne

L’aula carolingienne a accueilli le dortoir des hommes. La salle était divisée en deux dans le sens de la largeur par un mur englobant le pilier au centre de la pièce.

Fig. 15 Dessin de l’intérieur de l’aula à l’époque carcérale, © François Dermaut.

Fig. 15 Dessin de l’intérieur de l’aula à l’époque carcérale, © François Dermaut.

 

Ce mur a été érigé afin de séparer les prévenus et les détenus selon la règle ministérielle de 1854. Sur le mur nord de l’aula, des traces d’un guichet aujourd’hui muré sont encore visibles. Ce guichet servait à la fois à faire passer les repas et à assurer un rôle de surveillance.

 

Fig. 16 Trace d’un guichet, aula carolingienne, ©Leb Communication.

Fig. 16 Trace d’un guichet, aula carolingienne, ©Leb Communication.

 

Le donjon

En 1824, le donjon, construit au XIIIe siècle, est décrit comme « … une tour très élevée avec trois étages, plus le grenier, dont chacune forme un cachot[39] ». Ces « cachots noirs » très insalubres isolent les détenus punis soit pour avoir enfreint les règles ou pour violences ou alcoolisme. C’est une torture psychologique car le prisonnier n’a de contact qu’avec le personnel carcéral et peut porter une camisole de force. Il subsiste un guichet dans la porte du second niveau du donjon permettant au gardien de surveiller sans avoir de contact avec le prisonnier.

 

Le vestibule

Créé pendant les importants travaux de réaménagements de 1826, ce vestibule devient le passage principal entre la partie ancienne du château et l’extension nouvelle. La porte en chêne massif à l’entrée de l’aula est typique des portes de prison du XIXe siècle, se fermant avec une grosse serrure munie de sa clé et une clenche poucier. Le judas permettait au gardien de surveiller les faits et gestes des prisonniers sans être vu.

Fig. 17 Porte donnant sur l’aula carolingienne, ©Leb Communication.

Fig. 17 Porte donnant sur l’aula carolingienne, ©Leb Communication.

 

L’entresol

Ce palier est le seul vestige qui subsiste de l’entresol, étage intermédiaire entre la salle carcérale et la salle prison des femmes. Le mur de gauche comporte encore une inscription : « corridor 4 chambres ». En 1838, cette porte s’ouvrait vers les cellules des femmes. En 1854, ces quatre espaces deviennent une chambre des détenus pour dettes, une chambre de réserve pour le gardien en chef, une lingerie et une infirmerie des femmes.

Au XIXe siècle, le médecin doit soigner les détenus malades ou blessés et doit endiguer les risques d’épidémies. Il exerce à l’infirmerie de la prison avec des moyens très réduits. En 1819, le médecin et le chirurgien reçoivent un traitement annuel de 150 francs pour leur travail à la prison de Mayenne.

Fig. 18 Entresol, ©Leb Communication.

Fig. 18 Entresol, ©Leb Communication.

 

La chapelle

À l’agrandissement du château en 1826, un étage de la tour carolingienne est utilisé comme chapelle. La fenêtre donnant sur l’extérieur ne comporte pas de barreaux et les murs sont décorés de motifs sculptés. Au centre du décor en bois, au-dessus de l’endroit où devait se trouver l’autel, une sentence en latin ad majorem dei gloriam (la plus grande gloire de Dieu) rappelle la quête de pénitence et de réhabilitation des détenus.

Fig. 19 (1) Chapelle, ©Leb Communication.

Fig. 19 (1) Chapelle, ©Leb Communication.

 

Fig. 19 (2) Chapelle, ©Leb Communication.

Fig. 19 (2) Chapelle, ©Leb Communication.

 

En 1816, la loi exige que les prisonniers assistent au culte catholique. Puis, durant le Second Empire, entre 1852 et 1870, toutes les prisons ont l’obligation d’avoir leur propre chapelle. On pense alors que la prière et les offices peuvent régénérer l’individu coupable de crime et de délit. Une ouverture munie de barreaux est percée dans l’un des murs. C’est la seule fenêtre à barreaux conservée aujourd’hui dans le château. Une ouverture similaire était présente dans le mur de droite, permettant ainsi aux prisonniers des deux sexes d’assister à la messe sans se côtoyer.

À Mayenne en 1819, le prêtre vient tous les dimanches et les jours de fêtes. Il est chargé d’assurer les messes et les fêtes religieuses et de veiller à l’instruction religieuse et morale des détenus. En 1824, il reçoit 200 francs par an, avec la charge de confesser les prisonniers.

 

Salle prison des femmes

Construit lors de l’extension sud de la prison en 1826, cet espace était réservé à la détention des femmes. Sa disposition était similaire à celle de l’entresol, avec quatre espaces reliés par un couloir central.

 

Salle gothique

Au XIXe siècle, cette salle s’organisait autour d’un couloir qui sépare deux dortoirs. De l’époque carcérale subsiste une fenêtre comblée et les restes d’une cheminée.

Fig. 20 Salle gothique, ©Leb Communication.

Fig. 20 Salle gothique, ©Leb Communication.

Les prisonniers

La prison de Mayenne gardait en ses murs en moyenne une trentaine de prisonniers[40]. Ils étaient d’origine modeste voire pauvre. Les peines sont courtes[41], de quelques semaines à quelques mois.

Les causes récurrentes d’enfermement sont le vol, le vagabondage, la mendicité, l’escroquerie.

La prison a également accueilli des détenus mineurs[42]. Les enfants de moins de 16 ans n’ont été séparés des adultes qu’à partir de 1820 et les colonies agricoles[43] sont créées en 1840.

 

Le mobilier carcéral

De la période carcérale subsistent des assiettes (glaçures blanches et type cul noir), des pots, des matrices de sceaux, huit paires d’entraves de pieds, quatre paires de menottes, des céramiques caractéristiques de la vaisselle commune d’avant la Révolution, des pions. Ces derniers, grossièrement taillés dans des fragments de poterie ou d’ardoise, parfois gravés, évoquent les jeux qui occupaient le temps des gardiens et des prisonniers. Certains objets sont présentés dans l’exposition permanente[44].

visuel 21 -2

Fig. 21 Entraves et menottes, © Musée du château de Mayenne.

Fig. 21 Entraves et menottes, © Musée du château de Mayenne.

 

Le musée : un projet de valorisation des vestiges

En 1999, La ville de Mayenne a confié à Jacques Naveau, Conservateur Départemental de l’archéologie et des musées (Conseil général de la Mayenne), la mission d’élaborer un projet en vue de valoriser ce site exceptionnel. Ainsi en 2000 a été édité le projet scientifique et culturel (PSC) du château de Mayenne. Un PSC est un document d’orientation qui vise à définir la vocation du musée et son développement.

Le projet intègre la part archéologique du château[45] sous sa forme monumentale, les collections de l’ancien musée[46], celles qui résultent des fouilles ainsi que des collections départementales ayant une cohérence avec le site.

Le château de Mayenne est un musée de site. Le musée est en effet situé sur le site archéologique. Le logis (l’intérieur du château) présente à la fois l’ensemble du palais carolingien et les collections archéologiques.

 

Fig. 22 Haute cour du musée du château de Mayenne © Benoît Pelletier – Diabolus.

Fig. 22 Haute cour du musée du château de Mayenne © Benoît Pelletier – Diabolus.

 

La strate contemporaine

En 2003-2004, un concours de maitrise d’œuvre est lancé. Les architectes et muséographes doivent répondre à des exigences et à un cahier des charges élaboré lors de la phase de programmation. À Mayenne, c’est le cabinet d’architecte de Philippe Madec associé à Créatime pour la muséographie (Frédéric Ravatin) qui a remporté ce concours. Sur le projet, Philippe Madec s’exprime ainsi : « construire un musée archéologique au cœur même de la pièce archéologique majeure du musée : le château lui-même, place, pour le coup, l’architecte au cœur du rarissime. Il nous a été demandé d’apporter une strate de plus dans ce lieu, alors que ce lieu est l’expression même d’un palimpseste architectural où les pierres, les époques et les styles se recouvrent ».

Le défi a donc été d’ajouter une strate contemporaine qui se mêle harmonieusement à la puissante monumentalité du bâtiment. Philippe Madec a ainsi proposé un projet alliant des matériaux élégants (acier, cuivre, verre et surtout bois) et des équipements modernes (maquettes, audiovisuels…) s’unissant parfaitement au logis.

Le musée comprend donc à la fois une extension contemporaine (environ 1000 m2) venant se juxtaposer au pignon XIXe du logis, et l’aménagement du château en lui-même.

Fig. 23 Extension contemporaine, vue du toit © Musée du château de Mayenne.

Fig. 23 Extension contemporaine, vue du toit © Musée du château de Mayenne.

 

En ce qui concerne l’extension contemporaine, le matériau le plus présent est le bois[47], par référence à la toute première bâtisse, pour à la fois s’harmoniser et se distinguer de la pierre du logis et pour que la construction, comme le souhaitaient les archéologues, soit démontable[48]. Ainsi, le sous-sol est préservé pour les générations futures. Ce projet a été conçu selon les critères de la haute qualité environnementale (HQE) et la recherche de la performance énergétique. L’architecture est contemporaine, basse, à la hauteur des remparts et intègre une partie du mur d’enceinte carolingien, le rempart et une tour du XIIIe siècle.

Extension contemporaine vue de l’intérieur © Benoît Pelletier – Diabolus.

Fig. 24 Extension contemporaine vue de l’intérieur © Benoît Pelletier – Diabolus.

 

Fig. 25 Détail du mur d’enceinte carolingien intégré à l’extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

Fig. 25 Détail du mur d’enceinte carolingien intégré à l’extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

 

Les menuiseries sont suspendues à la charpente qui ne s’appuie pas sur les remparts et un caniveau périphérique servant à l’entrée d’air du puits canadien retient le plancher avant qu’il n’atteigne les remparts[49].

Cette extension devait répondre aux exigences inhérentes à l’accueil des publics mais aussi présenter les collections sans surcharger les salles historiques. Ainsi, cette nouvelle aile comprend : la banque d’accueil (billetterie), la boutique, la zone de détente, les sanitaires, une salle de conférence et une salle pédagogique pour l’accueil des scolaires.

Fig. 26 Banque d’accueil, extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

Fig. 26 Banque d’accueil, extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

 

Fig. 27 Zone de détente, extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

Fig. 27 Zone de détente, extension contemporaine © Musée du château de Mayenne.

 

Dans le château (environ 1000 m2), ont été ajoutés des lambris de chêne et un revêtement de sol en terre cuite permettant d’intégrer la scénographie. Les trémies ont été aménagées afin d’offrir une visibilité, du sous-sol jusqu’à l’étage, de la hauteur de la tour carrée sur quatorze mètres.

Sous le niveau du sol, une dalle de béton brut permet de protéger les vestiges archéologiques de la haute cour[50] (bâtiments utilitaires, terrasses, cellier, base de la tourelle d’escalier). Cette crypte archéologique, où les matériaux choisis sont la pierre et le sable, est recouverte d’un jardin d’inspiration médiévale. Ce jardin orne la haute cour et créé un lien végétal avec le parc (correspondant à l’espace de l’ancienne basse cour).

 

Le musée

Le musée a été conçu comme un accompagnement, une aide à la compréhension de l’architecture du château. Chaque siècle a apporté ses modifications. Une restauration respectueuse et minimaliste des architectures a permis de rendre l’édifice plus lisible. Des dispositifs (lutrins avec textes et relevés réalisés par l’OAU), des panneaux, un système d’éclairage séquentiel mettant en lumière certains éléments, des maquettes, des plans, des bornes interactives ont été mis en place pour favoriser la compréhension et l’interactivité des visiteurs. Les collections n’occupent pas les parties carolingiennes qui ont été envisagées comme des témoins archéologiques.

Les vestiges carolingiens, dont les époques s’entremêlent sur les murs, sont laissés vides afin de donner une meilleure lisibilité et compréhension de l’espace. Toutefois, un audiovisuel valorise l’architecture et les murs, devenus eux-mêmes des objets muséographiques.

Les collections occupent donc la salle gothique du XIIe siècle et les salles carcérales du XIXe siècle. Frédéric Ravatin a proposé un dispositif de vitrines adapté à la présentation des objets. Dans son parcours, le visiteur passe alternativement de l’étude (des objets) au voyage (audiovisuel).

Fig. 28 Aula carolingienne, audiovisuel © Musée du château de Mayenne

Fig. 28 Aula carolingienne, audiovisuel © Musée du château de Mayenne

 

Fig. 29 Plan du musée © Musée du château de Mayenne

Fig. 29 Plan du musée © Musée du château de Mayenne

 

La salle gothique est dédiée à la présentation des pièces de jeux[51] issues des fouilles. Des pions de trictrac[52] et des pièces d’échecs[53], remarquables et exceptionnels par la quantité, leur rareté et leur qualité d’exécution se déploient dans les vitrines adaptées aux jeunes publics et au public en situation de handicap moteur.

Fig. 30 Salle gothique, pièces d’échecs © Benoît Pelletier - Diabolus

Fig. 30 Salle gothique, pièces d’échecs © Benoît Pelletier – Diabolus

 

Deux plateaux de jeux et des dés en bois complètent la collection et révèlent l’importance de ces jeux très prisés de l’aristocratie médiévale.

La salle carcérale présente l’histoire de la ville de Mayenne du Moyen Âge à nos jours de façon chronologique. Les collections proviennent à la fois du premier musée et des fouilles archéologiques[54]. C’est dans cette salle qu’est présenté le mobilier de l’époque carcérale.

Le château de Mayenne est l’un des cinq sites majeurs du Pays d’Art et d’Histoire des Coëvrons[55] Mayenne et complète les autres sites en présentant les collections médiévales départementales dans la salle prison des femmes.

La mise en valeur de la période carcérale

La valorisation patrimoniale et architecturale du site, mais aussi des outils de médiation (maquettes, bornes interactives, dispositif audiovisuel) permettent aux publics d’appréhender les espaces historiques et de comprendre les nombreuses traces laissées par les différentes époques sur les murs griffés du château.

La période carcérale a grandement bouleversé la physionomie du château. Le musée a choisi de conserver le nom des espaces liés à l’agrandissement de 1826 et d’y présenter les collections archéologiques.

À l’intérieur du château, plusieurs salles ferment encore avec les lourdes portes en bois de l’ancienne prison (l’aula, la tour carrée, le donjon) qui ont conservé leur judas. Les salles carolingiennes offrent sur leurs murs les traces de cette sombre époque (guichet, portes), mises en valeur par un système audiovisuel et la chapelle[56] possède encore des barreaux ; certains objets illustrant le quotidien dans la prison du XIXe siècle sont exposés de manière permanente dans la salle carcérale.

La dernière exposition temporaire, À l’ombre des murailles, quand le château était prison[57], a permis de mieux connaître cette longue période et d’en valoriser les vestiges.

Fig. 31 Affiche de l’exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Benoît Pelletier – Diabolus.

Fig. 31 Affiche de l’exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Benoît Pelletier – Diabolus.

 

Cette exposition a été conçue en deux temps : un parcours[58] dans le château permettant aux visiteurs de repérer les traces de l’ancienne prison et une salle présentant des collections carcérales[59] et des documents d’archives.

Fig. 32 Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

Fig. 32 Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

 

Pendant le temps de l’exposition, une programmation culturelle variée et partenariale a permis d’approfondir cette période méconnue et moins exploitée dans l’histoire du site notamment par le biais de conférences[60], rencontres[61], spectacles, visites, journées thématiques[62].

Fig. 33 (1) Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

Fig. 33 (1) Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

 

Fig. 33 (2) Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

Fig. 33 (2) Salle prison des femmes, exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison © Musée du château de Mayenne.

Au total, douze étapes de construction ont été identifiées du premier bâtiment en bois jusqu’au projet d’aménagement du musée. Le musée du château de Mayenne est l’aboutissement d’une forte volonté politique souhaitant rendre accessible le château, son histoire et les collections issues des fouilles archéologiques.

Des dispositifs innovants, des expositions temporaires, des parcours interactifs et des activités adaptées, une programmation culturelle riche et des partenariats forts, permettent de valoriser ce site patrimonial exceptionnel mais aussi de le rendre accessible à tous, et vivant. Ainsi, les actions menées au quotidien par l’équipe du musée et la collectivité[63] permettent de mettre en lumière toute la complexité de l’architecture millénaire du château de Mayenne et espérer qu’il nous délivre, un jour, tous ses secrets.

 

Bibliographie

Ouvrages

Early Robert, « Les origines du château de Mayenne apports archéologiques » in Annie Renoux (dir.), Aux marches du palais, qu’est-ce qu’un palais médiéval ? Données historiques et archéologiques, Actes du VIIe Congrès international d’archéologie Médiévale Le Mans – Mayenne 9-11 septembre 1999, Publications du LHAM, Université du Maine, 2001.

Grosse-Duperon Albert, Le duché de Mayenne, Aveu du 11 Avril 1669, Mayenne Imprimerie Poirier Frères, 1904.

Grosse-Duperon Albert, Ville et Pays de Mayenne, Notes historiques et anecdotiques – XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Le Livre d’histoire, coll. Dirigée par M.-G. Micberth, Paris, 2005.

Perrot Louis, statistiques des prisons et établissements pénitentiaires, année 1856, par M. Louis Perrot Directeur de l’Administration des prisons et établissements pénitentiaires. Paris, Imprimerie Administrative de Paul Dupont, 1858.

Articles

Madec Philippe, « Le discret musée archéologique du château de Mayenne », Le Courrier de l’architecte, 2012.

Renoux Annie, « Données chronologiques et historiques », Archéologia, 1999, n°358.

Documents internes

Catalogue du musée du château de Mayenne, imprimerie G.G Collet, Mayenne, 2008. Disponible à la vente au musée du château de Mayenne ou par correspondance.

À l’ombre des murailles, quand le château était prison, catalogue de l’exposition, 2014. Disponible à la vente au musée du château de Mayenne ou par correspondance.

Early Robert, Synthèse globale du projet, volume 1, DSF, fouille programmée (1996-1998), Nantes, Service régional de l’archéologie, 1999.

Early Robert, Synthèse de l’étude du bâti et des fouilles archéologiques dans la haute cour, volume 6, DSF, fouille programmée (1998-1999), Nantes, Service régional de l’archéologie, 2000.

Naveau Jacques, Un projet pour le château de Mayenne, Projet scientifique et culturel, Conseil Général de la Mayenne, 2000.

Renoux Annie (dir.), La ville et le château de Mayenne au sein de la baronnie étude historique, tome IV, DSF, fouille programmée (1997-1998), Nantes, Service régional de l’archéologie, 1998.

Documents d’archives

Archives départementales de la Mayenne.

– Bail de 1745, 3E46-124.

– Achat de la prison par le Conseil général 4N53, 1824.

– Registre d’écrou Mathurin Balayard 2Y272, dossier individuel Y1 308

Sites internet

ENAP

Cabinet Philippe Madec

Musée du château de Mayenne

[1] Une voie romaine reliant Jublains à Avranches passe à Mayenne.

[2] Notamment Laval et Château-Gontier dans la Mayenne.

[3] Il tenait ce château du comte d’Anjou, Foulques Nerra (vers 1020-1030).

[4] Aujourd’hui situé dans un autre monument de la ville de Mayenne, la Chapelle des Calvairiennes.

[5] Sous la direction de Jacques-Henri Bouflet, architecte des bâtiments de France.

[6] Études et analyses menées par Catherine Thooris et Éric Mare (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales AFAN).

[7] En 1996, l’OAU a répondu à un appel d’offre lancé à travers l’Europe pour l’étude du château de Mayenne.

[8] À l’époque carolingienne beaucoup d’édifices civils et militaires (contrairement aux édifices religieux) devaient être en bois et en torchis. Les palais carolingiens conservés sont rarissimes :

– À Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) un bâtiment carolingien est construit dès le IXe siècle mais il a été détruit par les invasions scandinaves. Il ne subsiste donc que les vestiges de l’aula.

– À Oviedo en Espagne, un bâtiment a été construit en 848 et sauvé de la destruction par sa reconversion en église dédiée à Santa Maria Del Naranco au début du Xe siècle. Cet édifice peut être comparé au palais de Mayenne.

[9] Les collections de pièces de jeux forment l’un des groupes les plus significatifs identifiés à ce jour en Europe.

[10] Robert Early, « Les origines du château de Mayenne apports archéologiques », in Annie Renoux (dir.), Aux marches du palais, qu’est-ce qu’un palais médiéval ? Données historiques et archéologiques, Actes du VIIe Congrès international d’archéologie Médiévale Le Mans – Mayenne 9-11 septembre 1999, Publications du LHAM, Université du Maine, 2001, p. 273.

[11] Ces trous de poteaux sont visibles grâce à la trémie conçue par Philippe Madec, l’architecte du projet du musée du château de Mayenne.

[12] Annie Renoux (dir.), La ville et le château de Mayenne au sein de la baronnie étude historique, tome IV, DSF, fouille programmée (1997-1998), Nantes, Service régional de l’archéologie, 1998, p. 88.

[13] Cette implantation à Mayenne coïnciderait avec le déclin de la ville antique de Jublains (vers 900) distante d’une dizaine de kilomètres et Jacques Naveau (à l’époque Conservateur départemental de l’archéologie et des musées) évoque un déplacement du pouvoir et donc un déplacement de population. Cette hypothèse est étayée notamment par les blocs de granit qui proviennent du site de Jublains et acheminés jusqu’à Mayenne et par les arcs en brique dont les proportions reprennent aussi celles de la forteresse de la cité gallo-romaine. Le palais témoigne ainsi autant de la grandeur passée que du déclin de Jublains d’autant plus que les carolingiens se veulent les descendants de l’empire romain.

[14] Au Ve siècle, le territoire des Diablintes, qui occupait les trois quarts de la Mayenne, fut rattaché à celui des Cénomans (Sarthe). C’est l’origine du comté du Maine et de l’évêché du Mans.

[15] Visible dans la crypte archéologique du musée.

[16] Les bases de l’une d’entre elles sont visibles dans la crypte archéologique du musée.

[17] Qui deviendra l’espace de la haute cour du château médiéval.

[18] L’une des parties de ce rempart est aujourd’hui englobée dans l’architecture actuelle et se trouve à l’intérieur du bâtiment moderne de l’extension du musée.

[19] Cet étage est aujourd’hui appelé la Salle Gothique en raison des voûtes sur croisées d’ogives construites au XIIIe siècle qui ornent le plafond.

[20] En effet, les archéologues ont dû procéder au déblayement de la salle basse (le cellier) ce qui a nécessité la mise en place d’une imposante structure métallique afin de soutenir les voûtes au-dessus du vide.

[21] Correspondant à l’espace du parc actuel.

[22] Il reliait la haute cour à la basse cour et marque aujourd’hui l’entrée du musée.

[23] Ces voûtes sont encore visibles dans les salles principales.

[24] Le décor peint est encore visible sur deux étages de la tour carolingienne.

[25] Au XVIIe siècle, le château est acheté par Mazarin qui devient duc de Mayenne. À partir de 1695, les tours sont arasées.

[26] Il s’agit du plus ancien document d’archives conservé de nos jours. C’est un document précisant que le château appartenant encore au duc de Mayenne (Mlle De Duras, Duchesse de Mazarin, par le biais de son tuteur le Sieur Girard), est baillé à Jacques Pouteau et sa femme Renée Voisin ; il en devient le concierge et geôlier, pour huit ans (1753). François Laisné et sa femme Renée Fléchard étaient les anciens bailleurs et ne souhaitaient plus en être les concierges. Archives départementales de la Mayenne, 1745, 3E46-124.

[27] Albert Grosse-Duperon, Le duché de Mayenne, Aveu du 11 Avril 1669, Mayenne Imprimerie Poirier Frères, 1904, p. 2-3.

[28] Archives Départementales de la Mayenne, 4N53, 1824.

[29] Site internet de l’ENAP sur la loi du 5 juin 1875 concernant le régime des prisons départementales (peines inférieures à un an et un jour). Dans l’article 1, le principe de l’emprisonnement individuel pour tout détenu (base fondamentale du système c’est-à-dire la séparation de jour et de nuit des inculpés, prévenus et accusés) est affirmé. Dans l’article 2, l’emprisonnement en cellule individuelle pour tous les condamnés à 1 an et 1 jour et au-dessous devient également la règle. Pour les peines supérieures à 1 an, l’emprisonnement individuel devient facultatif mais s’il est choisi par le détenu, il donne droit à une réduction d’un quart de la durée de la peine subie (art. 4). La loi impose également l’adoption du régime cellulaire à toute reconstruction ou appropriation par l’Etat de prisons départementales (art. 6).

[30] La prison pouvant accueillir au maximum cinquante prisonniers en a dénombré jusqu’à quatre-vingt-deux (y compris femmes et enfants) en 1856. Louis Perrot, statistiques des prisons et établissements pénitentiaires, année 1856, Paris, Imprimerie Administrative de Paul Dupont, 1858, p. 102-103.

[31] Dont le nom actuel utilisé pour définir les espaces du musée rappelle les fonctions carcérales du monument est précisé entre parenthèses.

[32] Elles resteront en l’état jusqu’en 1936.

[33] Correspondant au rez-de-chaussée actuel.

[34] Aujourd’hui rebouchée.

[35] L’actuelle salle carcérale.

[36] Aujourd’hui rebouchée.

[37] Appelé encore aujourd’hui escalier de la prison.

[38] Cet étage probablement détruit entre 1936 et 1939, divisait la salle carcérale en deux niveaux.

[39] Archives Départementales de la Mayenne, 4 N 53.

[40] En moyenne 82% d’hommes, 18 % de femmes.

[41] En général, moins d’un an, les peines plus longues s’exécutent à la maison d’arrêt, de justice et de correction de Laval, chef-lieu du département.

[42] L’exposition À l’ombre des murailles, quand le château était prison a mis en exergue un jeune détenu, Mathurin Balayard incarcéré en 1858 à l’âge de 12 ans pour trois vols successifs de 40 francs, 1 franc et 20 centimes. Il restera trois semaines à la prison de Mayenne avant d’être transféré dans l’établissement correctionnel de la Grande trappe dans l’Orne où il restera enfermé jusqu’à ses 18 ans. Archives départementales de la Mayenne, 2Y272, dossier individuel Y1 308.

[43] Établissements institués dans le but de « rééduquer » les indigents et les jeunes détenus par le travail de la terre.

[44] Dans la salle carcérale.

[45] Qui est d’ailleurs l’intérêt majeur du site, l’objectif étant d’identifier le château comme un site exceptionnel notamment pour la résidence carolingienne.

[46] En 1865, un musée associatif, installé dans une salle de l’hôtel de Ville de Mayenne a été créé sous l’impulsion du baron Charles de Sarcus. Ces collections reflétant l’éclectisme des goûts privés du xixe siècle comprenaient des tableaux, des gravures, des collections d’antiquité, de sciences naturelles, etc.

[47] Du chêne issu de la filière locale pour la structure, menuiserie, parquet, lambris intérieurs et caillebotis extérieurs. Seule la sur-toiture est en pin sylvestre, unique bois dont le PH n’attaque pas le cuivre du revêtement de toiture.

[48] Le bois a été scié et non raboté pour apparaitre dans son état le plus naturel avec ses imperfections, son irrégularité, son vieillissement naturel.

[49] Philippe Madec, « Le discret musée archéologique du château de Mayenne », Le Courrier de l’architecte, 2012.

[50] Les ruines ont été couvertes pour des problèmes de conservation.  La visite de la crypte permet au visiteur de compléter son circuit de visite et la compréhension du bâtiment.

[51] Une exposition temporaire Échecs et trictrac, fabrication et usages des jeux de tables au Moyen Âge, labellisée d’intérêt national en 2012 a permis de valoriser les collections de pièces de jeux.

[52] Une cinquantaine de pions de trictrac ont été découverts (os de bœuf, de cétacé et bois de cerf), datés entre le xe et le xiie siècle.

[53] Trente-sept pièces d’échecs en bois de cerf, (deux en os et une en ivoire) appartenant à plusieurs jeux.

[54] Mobilier métallique appartenant à l’équipement militaire (pointes de flèches, carreaux d’arbalètes, éperons), des couteaux, des clés ou encore des céramiques (pots, pichets, cruches, mortiers, bols, coupes, lampes à huile) relatant la vie quotidienne aristocratique et locale (présentation notamment du mortier dit à « œil de perdrix »).

[55] Les autres sites sont : Évron (abbatiale romane et gothique) ; Sainte-Suzanne, ville médiévale fortifiée ; Saulges, site paléolithique ; et Jublains, ensemble gallo-romain.

[56] Pour rappel, nom donné à l’un des étages de la tour carolingienne.

[57]  Présentée du 22 novembre 2014 au 20 septembre 2015.

[58] Appelé le pass’muraille, ce parcours s’effectuait avec une tablette numérique (documents d’archives, scènes de réalité augmentée, plans, cartes postales) et s’appuyait sur les traces architecturales de l’ancienne prison de Mayenne.

[59] Appelé À l’ombre des barreaux et situé dans la salle prison des femmes. Sur une scénographie spécialement conçue pour les salles et les objets présentés, les visiteurs pouvaient voir des vêtements de prisonniers, de gardiens, camisole de force, compas anthropométriques, rapports d’évasion, mais aussi des documents d’archives et des fac-similés (entraves, menottes, compas) et maquettes tactiles du château pour repérer les espaces dévolus à la prison. Les collections présentées provenaient essentiellement de l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire.

[60] Avec Jean-Claude Vimont, historien spécialisé dans l’histoire de la justice, Xavier Villebrun directeur du patrimoine de la ville de Laval, Jack Garçon responsable du CRHCP de l’ENAP, Jérôme Delalande, Chef d’établissement de la maison d’arrêt de Laval.

[61] Notamment avec Jean-Marc Mahy ou encore Philippe Maurice (dernier condamné à mort Français) pour évoquer leurs expériences carcérales, ou Fanny Bugnon, historienne spécialiste de l’histoire des femmes au XIXe siècle.

[62] Autour de la justice au Moyen Âge et des graffitis.

[63] Communauté de Communes du Pays de Mayenne et à partir du 1er janvier 2016, Mayenne Communauté.


Vous aimerez aussi...