Histoire comparative des prisons de Champ-Dollon et du Bois-Mermet (Christophe Vuilleumier)

Auteur : Christophe Vuilleumier est historien. Il est président de la Société d’Histoire de la Suisse Romande. Il a publié notamment :

La Suisse face à la guerre de 1914-1918, Actes du colloque de Penthes, 10-12 septembre 2014 « La Suisse face à la guerre de 1914-1918 », Société d’Histoire de la Suisse Romande – Slatkine – Fondation pour l’histoire des Suisses de l’étranger, Genève, 2015.

La Suisse face à l’espionnage, 1914 – 1918, Genève, Slatkine, 2015.

Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Infolio, 2014.

La prison de Champ-Dollon, 1977-2007, 30 ans d’histoire, IES, Genève, 2007.

Résumé : L’observation des deux établissements de détention préventive helvétiques, soit la prison du Bois-Mermet dans le canton de Vaud, et la prison de Champ-Dollon dans le canton de Genève, permet de mettre en lumière des principes similaires qui ont prévalu à la construction de ces institutions malgré leurs septante ans d’écart, mais également de très nettes divergences et des problèmes spécifiques. La surpopulation, chronique dans les deux exemples retenus, fait se poser à présent la question d’une élaboration architecturale carcérale devant respecter un plan financier raisonnablement admissible par le milieu politique. Un problème d’autant plus grand que les statuts de détention se sont multipliés au cours du dernier siècle nécessitant des mesures et des encadrements distincts.

Abstract: The observation of two Swiss preventive detention institutions, the prison of Bois-Mermet in the canton of Vaud, and the prison of Champ-Dollon in the canton of Geneva, allows to highlight similar principles that prevailed in their creation despite their seventy years apart, but also sharp differences and specific problems. Overcrowding, chronic retained in both examples, is now asking the question of the incarceration as well as the architectural conception which must respect an eligible financial plan by the political leaders. A problem even larger than detention statutes have proliferated over the last century which require action and separate frames.


 La Suisse, qui fonctionne selon un modèle fédéral et qui réunit vingt-trois cantons, présente la caractéristique de posséder plusieurs prisons dans chacun de ses États. Certains établissements sont récents, construits au cours de ces dernières années, alors que d’autres sont anciens. Parmi eux, Lenzburg, dans le canton d’Argovie (XIXe siècle), Bellechasse à Fribourg (XIXe siècle) Kalchrain, en Thurgovie (XIIIe siècle), ou le Bois-Mermet (1905). Autre particularité, l’adoption d’un code pénal moderne en 1941 allait entraîner de profondes mutations dans le paysage carcéral helvétique, modifiant l’utilisation de certaines prisons, multipliant les statuts de détenus, présageant à terme la fermeture de certains lieux comme Tobel (1973), et participant dans l’ensemble à une harmonisation des pratiques. Si cette mise à niveau ne devait pas être parfaitement respectée sur l’ensemble du territoire helvétique, l’objectif, louable au demeurant de faire respecter une égalité de traitement dans les différents cantons, secondait une visée plus pragmatique de coordination et de coopération. Celles-ci, puisque multiples, allaient se développer au cours de la seconde partie du XXe siècle au travers d’un outil juridique typiquement suisse de l’arsenal législatif, le concordat. Allaient ainsi naître trois concordats réunissant les cantons dans chaque partie du pays, en fonction principalement de la géographie, mais également des aires linguistiques.

Ces concordats facilitent ainsi les coopérations intercantonales, permettant au quotidien de prévoir des déplacements de détenus difficiles, et d’abriter des populations carcérales provenant de cantons confrontés à des crises de sureffectifs dans leurs établissements. Une coopération qui permet en outre une répartition des tâches en termes de missions pénitentiaires. Certaines régions acceptent ainsi de prendre en charge telle population spécifique – comme Genève qui accueille dans son tout nouvel établissement de Curabilis les détenus frappés par des mesures de contraintes médicales – se voyant par ailleurs déchargés d’autres fonctions d’enfermement. Une collaboration relevant moins de l’efficience, pour reprendre un terme technocratique à la mode, que du bon sens lorsque l’on sait que les établissements cantonaux sont parfois distants de quelques kilomètres !

L’histoire des prisons en Suisse est donc à l’image du pays, telle une mosaïque, formant en ce début de XXIe siècle un tableau d’ensemble cohérent bien que non homogène. L’intérêt pour cette histoire n’est par ailleurs guère ancien. Les chercheurs helvétiques ne s’y intéressent que depuis quelques années. Walter Zurbuchen[1], Robert Roth[2] et Claudia Curti[3] avaient sans doute ouvert la voie à cette thématique avec leur livre respectif sur les prisons genevoise et zurichoise. Et depuis lors, quelques ouvrages sont venus enrichir cette histoire méconnue. Des travaux qui portent en l’occurrence sur des établissements spécifiques comme le livre en deux tomes d’Henri Anselmier sur les prisons vaudoises[4] ou, plus récemment, les études de Geneviève Heller sur La Maison d’éducation de Vennes[5], ou de Markus Brühlmeier et Verena Rothenbühler sur l’établissement de Tobel dans le canton de Thurgovie[6], ou encore des analyses de portée générale comme celle du statisticien Daniel Fink[7].

Cela étant, et fort de cette littérature grandissante, il a semblé possible de se livrer à une étude comparative entre deux établissements de détention présentant les mêmes statuts de détenus et pourvus dès lors d’une mission similaire. Le rapprochement des deux prisons de détention préventive du Bois-Mermet, dans le Canton de Vaud, et de Champ-Dollon, à Genève, construites à des époques différentes, permet de mettre un certain nombre d’éléments en lumière, tant en termes de récurrences que de ruptures.

Bois-Mermet

 

La première, le Bois-Mermet, le BM pour les initiés, est entrée en fonction en 1905, en remplacement de l’antique Prison de l’Évêché qui avait alors le statut de prison centrale du Canton de Vaud depuis 1803. Celle-ci tombait alors en décrépitude et l’idée avait été émise, à partir de la fin des années 1860 déjà, de construire une nouvelle prison qui suivrait les principes des établissements panoptiques reconnus comme étant des prisons modèles. Les cantons de Bâle, de Saint-Gall et d’Argovie avaient déjà construit des prisons de ce type, notamment à Lenzburg, en adoptant une philosophie s’inscrivant dans les principes hygiénistes en vogue, et dans l’évolution de la réforme pénitentiaire qui tendait alors vers un système progressif d’enfermement nécessitant des structures plus élaborées[8].

Fig. 1 Le Bois-Mermet dans la première partie du XXe siècle

Fig. 1 Le Bois-Mermet dans la première partie du XXe siècle

 

Le nouvel édifice ne devait pas être de prime abord une prison de détention préventive mais une prison de district, statut plaçant l’établissement dans la dépendance de la compétence communale, permettant ainsi à l’État de n’être pas le principal acteur financier du projet[9]. La commission du Conseil communal allait donc examiner le projet en prenant son rôle très au sérieux. Emmenés par le rapporteur, l’ancien syndic Berthold van Muyden, les commissaires se rendirent dans d’autres cantons pour visiter des établissements pénitentiaires afin de pouvoir évaluer l’architecture carcérale idéale à un tel projet. Le rapport de la commission fut dithyrambique : une cellule moderne devait mesurer trois mètres cinquante de long sur deux mètres de large et trois mètres de haut, et l’aile des prévenus devait être séparée du quartier des condamnés. La Commission alla jusqu’à évaluer le nombre de cellules que la nouvelle prison devait contenir, soit quatre-vingt ! Le sujet passionna. Au cours du débat du Conseil communal, le vice-président du Tribunal de district se leva de concert avec le greffier du Conseil des prud’hommes pour insister sur le fait que le bâtiment devait encore abriter des salles permettant aux enquêteurs d’auditionner les prévenus. Une dizaine de pièces dédiées à l’administration judiciaire dont une salle d’audience de cent trente mètres carrés, une pièce pour les témoins, une autre pour les avocats, et une troisième pour le président du Tribunal avaient en l’occurrence été projetées, outre les deux cellules d’attente et le local des délibérations[10].

Fig. 2 Coupe du Bois-Mermet ©Archives de la Ville de Lausanne

Fig. 2 Coupe du Bois-Mermet ©Archives de la Ville de Lausanne

 

Le 20 février 1899, la Municipalité soumettait enfin au Conseil d’État un projet de nouvelle prison prévoyant une centaine de cellules de vingt-six mètres carrés, soit trois fois plus grande que ce que la commission avait souhaité. Trois emplacements étaient suggérés, la ferme de Pierre de Plan au nord du cimetière de La Sallaz, un terrain au nord-ouest de la propriété de Bellevaux, et le plateau du Bois-Mermet dans le prolongement des lignes de tir de l’artillerie de la caserne voisine.

Ce furent les architectes Oscar Oulevey[11] et Charles François Bonjour, lequel deviendra inspecteur des constructions fédérales pour la Suisse Romande et qui rédigera vingt-quatre ans plus tard le rapport du concours portant sur le nouveau pénitencier de Bochuz, qui furent mandatés pour proposer un projet définitif. Cela alors que d’aucuns attendaient l’architecte Francis Isoz qui avait déjà oeuvré pour le projet de la colonie de Rolle en 1883, gagné le concours de 1899 pour le projet éphémère du pénitencier de Payerne et élaboré l’avant-projet de la nouvelle prison lausannoise. Vingt-huit ans après les premières voix critiquant les conditions de vie de la Prison de l’Évêché, le 3 décembre 1901, une nouvelle discussion lénifiante du Conseil communal allait aboutir à la ratification du projet. La Municipalité octroya alors un crédit de 518 000 francs pour l’édification de la prison.

L’établissement allait devenir, sur l’ensemble des dix-neuf prisons de district vaudois, le modèle conforme aux principes de la réforme pénitentiaire et philanthropique de ce temps, l’aboutissement d’une évolution des théories de l’emprisonnement, un lieu où la société entendait réformer le délinquant et le criminel, une référence cantonale aux portes de la capitale. En appliquant les méthodes efficaces et reconnues de l’examen, de la surveillance, de l’isolement et de la punition, une dialectique largement décrite par Michel Foucault, le Bois-Mermet allait adopter l’expression architecturale de sa philosophie, le modèle panoptique ! C’était faire un choix fort, affirmer la volonté marquée de trancher avec le passé et de s’inscrire dans une ère nouvelle, renoncer, sur le principe au moins, aux solutions antérieures qui se contentaient de réutiliser d’anciens bâtis pour y loger les personnes en attente de jugement. Formé d’un quartier administratif dans le corps central et d’un quartier cellulaire de soixante-six cellules, quarante-trois pour les hommes et vingt et un pour les femmes, plus deux cachots, le bâtiment se développa sur quatre niveaux. Construite sur le modèle panoptique, la prison devait être éclairée, joie des temps modernes, par l’électricité, chauffée, ventilée et édifiée avec des matériaux non combustibles. Hommes et femmes devaient être séparés, tout comme les prévenus et les condamnés. Au rez-de-chaussée, pour des raisons de commodité, devaient se trouver la loge du concierge, une salle d’attente et une autre destinée aux audiences, une première pièce pour le juge informateur, une seconde pour les avocats comportant un parloir, et des lieux d’aisance.

Fig. 3 Le panoptique du Bois-Mermet ©Archives d’État du canton de Vaud

Fig. 3 Le panoptique du Bois-Mermet ©Archives d’État du canton de Vaud

 

Le sous-sol de la prison devait abriter, quant à lui, les cuisines, le réfectoire des employés et les différentes annexes utiles pour le stockage des aliments, ainsi que « les cellules spéciales pour récalcitrants ». Les fers, vestiges d’un régime ancien mais encore si proche, n’avaient été abolis que depuis peu. Dès lors, on se félicita que des mesures strictes puissent être tout de même prises. On allait préciser, de manière à rassurer, que dans ces cachots « le prisonnier n’aura à sa disposition pour dormir qu’un simple plan incliné. L’obscurité la plus complète peut y être faite ; elle est souveraine, paraît-il, pour dompter, en peu d’heures, les prisonniers les plus farouches[12] ».

À noter également un espace qui servirait un temps de porcherie pour un cochon dont on devine aisément quel fut le destin. Le logement du geôlier et le corps cellulaire allaient se situer aux premier et second étages. Les cellules devaient être pourvues de lits en fer pliables scellés au mur dans le but que les détenus ne s’en servent pas pour autre chose que le repos. Chacune serait desservie par une ventilation et serait dotée d’un œilleton dans la porte, donnant la possibilité aux gardiens de surveiller l’intérieur. Les portes en bois massif aux lourdes ferrures conçues pour l’enfermement permettraient aux gardiens, habitués à ce « langage de serrure », de savoir en un seul coup d’œil ce que les détenus étaient censés faire. On pensait alors que les prisonniers ne pourraient pas communiquer entre eux d’une cellule à l’autre, percer les murs de moellons ou passer par les fenêtres grillagées dont seule la partie supérieure pouvait s’ouvrir ! Entre le bâtiment et le mur d’enceinte de cinq mètres de haut, se trouvaient la cour d’entrée et le jardin dont une partie était réservée à la promenade des détenus. Les travaux commencèrent en 1902, travaux auxquels participa, dit-on, Benito Mussolini qui séjournait alors à Lausanne comme maçon[13].

Ernest Chuard, le président du Grand Conseil déclara lors de l’inauguration, en 1905, que : « La commune de Lausanne a entrepris la construction d’une prison neuve établie sur des plans modernes et avec tous les perfectionnements les plus récents. Nous avons eu grand intérêt à la visiter. Établie sur les principes du régime cellulaire, elle permettra de faire toutes les expériences désirables en vue de l’établissement d’un futur pénitencier ou de prisons d’arrondissement sur ce modèle-là. Son plan est celui d’une croix avec un poste central unique de garde, d’où la surveillance peut s’exercer en même temps dans tous les bras de la croix. Les détails d’aménagement intérieur sont très soignés, nous aurions mauvaise grâce à ne pas reconnaître que la commune de Lausanne a tenu à faire les choses très largement… Les prisons de Lausanne sont particulièrement bien installées, vastes et d’une surveillance facile. C’est un modèle du genre[14] ».

Il est nécessaire de revenir sur un élément qui confère toujours de nos jours sa spécificité architecturale à la prison du Bois-Mermet, que les notables et les autorités du début du XXe siècle n’ont que peu évoqué, soit le modèle panoptique ! Et pour cause, encore aurait-il fallu que ces personnes aient vécu dans un bâtiment de ce type ou aient eu des échos de gens en possédant une expérience pratique. Inventée par les frères Bentham, à la fin du XVIIIe siècle, qui avaient étudié le fonctionnement des usines anglaises, la structure panoptique devait permettre à une seule personne située à un point fixe de surveiller l’ensemble des prisonniers enfermés dans leur cellule sans que ceux-ci puissent se savoir observés. Outre rationaliser la surveillance et par là-même diminuer le nombre de gardiens, le principe du panoptique devait générer chez les détenus un sentiment d’omniscience de l’autorité et, ce faisant, entraîner une correction morale du criminel. De même, le surveillant se retrouvait dans une position de surveillé puisque ses collègues pouvaient connaître de par son poste tout de ses faits et gestes, un moyen efficace pour limiter abus de pouvoir et maltraitance. Ces aspects trouvent au Bois-Mermet une illustration spectaculaire. Les cellules disposées sur plusieurs étages, desservies par des passerelles, elles-mêmes aménagées autour d’une cour intérieure, peuvent être observées d’un seul regard. Un geste déplacé d’un prisonnier lors de la sortie des cellules est automatiquement aperçu même si le gardien est à trente mètres, deux étages plus haut. Une clé qui tombe, un juron et bien évidemment une bagarre ne peuvent passer inaperçus puisque l’espace répercute les sons. Et toujours ce sentiment constant d’être scruté, étudié, cette sensation diffuse que vient concurrencer le brouhaha étouffé et permanent du panoptique qui énerve les uns, rassure les autres, épuise gardiens et détenus[15].

Le Bois-Mermet allait traverser le XXe siècle jusqu’à nos jours, accédant au rang de prison préventive dans la seconde partie du siècle ! Lorsque Hans Vollenweider, le dernier civil à subir une condamnation à mort en Suisse, est guillotiné dans la cour de la prison de Sarnen dans le Canton d’Obwald, le 18 octobre 1940, l’établissement lausannois a déjà trente-cinq ans. Quarante lorsque la France abolit le bagne de Guyane en 1945.

Champ-Dollon

 

Champ-Dollon, en comparaison au Bois-Mermet, est bien jeune. Construit en 1977, septante-deux ans après le Bois-Mermet, l’établissement genevois destiné à la détention préventive venait remplacer l’antique prison de Saint-Antoine[16] de 1711, trop vétuste, trop insalubre et jugée peu sûre par les autorités. La promiscuité excessive, le manque d’eau courante, l’absence de promenade, l’impossibilité d’offrir des activités, les difficultés de surveillance et les conditions médiocres de travail pour le personnel étaient unanimement considérées comme une honte pour Genève depuis des décennies. La capacité de l’ancienne prison surtout entraînait de nombreux problèmes, une capacité culminant à cent-vingt détenus mais fréquemment dépassée. Il n’était pas rare que cent-soixante détenus s’entassent dans ces locaux décrépis. De plus, la prison de Saint-Antoine ne correspondait plus aux critères modernes d’incarcération. Les réflexions prévalant à la création de la nouvelle prison relevaient donc non seulement d’une amélioration de la sécurité tant au niveau des tentatives d’évasion que du travail quotidien des gardiens, mais encore de l’augmentation du nombre de places et du confort des détenus, lequel, pensait-on, allait permettre de mieux faire accepter la privation de liberté. Enfin, suivant les vœux du Conseil d’État, son emplacement devait entraîner un minimum de préjudice pour l’entourage de l’établissement puisqu’il n’était pas question de bâtir le nouvel édifice en ville. Dans les deux cas, celui du Bois-Mermet et celui de Champ-Dollon, les motivations préalables à l’édification d’un nouvel établissement étaient exactement les mêmes.

Fig. 4 Champ-Dollon en 2007 (photo Laurent Kaeser)

Fig. 4 Champ-Dollon en 2007 (photo Laurent Kaeser)

 

Mais à Genève, le concept, alors ancien dans les années 70, de la prison panoptique, dont le Bois-Mermet était l’exemple romand par excellence, avait été rejeté dès l’origine. De même, le programme architectural de la nouvelle prison excluait d’emblée le système de type « américain », avec ses cellules périphériques fermées par une cloison frontale grillagée donnant sur une galerie surveillée du centre de l’enceinte. En 1971, le crédit d’étude était voté. Une commission se rendait la même année en Scandinavie afin d’étudier différents modèles de prison[17]. Cette visite devait influencer grandement la construction de Champ-Dollon. Dès lors, le cahier des charges des architectes allait exiger une prison moderne dont l’un des principes directeurs était d’éviter tout contact parmi les détenus entre les hommes et les femmes.

Fig. 5 Champ-Dollon années 1990 (canton de Genève)

Fig. 5 Champ-Dollon années 1990 (canton de Genève)

 

La division cellulaire devait en outre être scindée en quartiers de cinquante hommes au maximum, des quartiers isolés les uns des autres, séparant les prévenus par genre de délit. La surveillance, enfin, devait pouvoir se faire de manière visuelle et auditive sur la totalité des couloirs et des portes des cellules par un nombre de gardiens aussi limité que possible. Le programme signalait ainsi que l’emploi généralisé de caméras de surveillance était admis et pourrait diminuer, voire supprimer totalement les postes décentralisés de contrôle.

Observations

 

Les deux prisons sont marquées par leur temps. Les premières années de fonctionnement du Bois-Mermet s’inscrivent non seulement dans une période de restriction sévère avec le Premier conflit mondial, et les mesures d’austérité qui frappèrent la Suisse mais également par un mode de fonctionnement ancien faisant du geôlier un hôte arbitraire devant constamment redoubler d’efforts pour assurer l’entretien des hommes enfermés dans ses geôles. Champ-Dollon, quant à elle, devait être construite à une époque connaissant une recrudescence de la délinquance, notamment liée à un phénomène que l’on ne connaissait pas au début du siècle, la drogue.

Il y a dans ces deux exemples des principes similaires qui ont prévalu à la construction de ces établissements malgré les septante ans d’écart.

  • C’est bien évidemment d’abord la volonté de construire des bâtiments modernes répondant aux exigences du temps, l’hygiène, l’eau, la lumière, la sécurité et les promenades étant des éléments mis en avant. Une préoccupation semblant évidente au XXIe siècle mais qui rompait alors avec de longs siècles de tradition durant lesquels seule la dimension sécuritaire était retenue, permettant de se contenter de vieux donjons insalubres comme lieu d’incarcération.
  • C’est ensuite le souhait de réduire le personnel nécessaire à l’entretien de la prison.
  • C’est encore la nécessité de séparer les détenus les uns des autres, par sexe d’abord, le statut d’incarcération, détenus et condamnés, n’intervenant qu’ensuite en ce qui concerne le Bois-Mermet quand bien même la volonté en avait été exprimée lors de l’élaboration des principes cadres de l’établissement. On s’aperçoit en effet qu’au cours des deux premières décennies de cet établissement, les détenus sont largement mélangés entre eux. Ce n’est qu’à partir des années 30, avec les problèmes liés aux réfugiés fuyant devant l’occupation nazie, que des mesures réelles allèrent être prises pour séparer les personnes.
  • Autre principe commun, la volonté de décentrer l’établissement, de le placer hors des murs de la cité. Dans les deux cas, le choix du lieu n’alla pas de soi, en raison du voisinage. Ce sont finalement des terrains de seconde zone qui furent choisis, dans le premier exemple un ancien champ de tir militaire, et dans le deuxième une zone marécageuse nécessitant l’utilisation de pompes dans les sous-sols pour maintenir le bâtit hors eau.
  • Dernier principe commun, l’élaboration d’une surveillance devant pouvoir se faire de manière visuelle et auditive sur la totalité des espaces.

Il y a également de très nettes divergences entre les deux bâtiments. Si l’on constate une volonté d’édifier des bâtiments modernes, leurs architectures diffèrent notamment en raison de progrès techniques en matière de construction, de matériaux isolants, de bétons, etc… Mais également en raison du postulat de base de la prison idéale. Le modèle panoptique, considéré comme le nec plus ultra au début du siècle était devenu un concept vieillot dans la seconde partie du XXe siècle, impliquant des désavantages importants notamment en matière de chauffage et de rationalisation de l’espace que l’on souhaite gérer de manière plus efficiente dans les années 70. De plus, l’invention de technologies de surveillance permettait de s’affranchir d’un modèle entièrement conçu, ou presque, sur le principe d’un contrôle constant en vision directe. Par ailleurs, aux idées jadis moralisatrices fondées sur des bases religieuses avait succédé une conception plus humaniste de l’enfermement impliquant des structures autres que les seules cellules. Ainsi, ateliers, salle de sport, salle de cours devaient être des éléments intégrant la réflexion des architectes en charge de construire Champ-Dollon, contrairement aux concepteurs du Bois-Mermet, pour qui les activités des détenus n’étaient pas un critère.

Les débats entourant la future construction de Champ-Dollon avaient exclu d’amblée le modèle panoptique considéré comme une architecture déstabilisante pour les détenus se sachant soumis à la pression constante d’une surveillance totale[18]. À cette conception théorique d’un idéal d’architecture carcérale, on préféra un projet fondé sur l’expérience de terrain, sur les besoins exprimés par les personnes évoluant dans cet univers clôt.

Les conceptions des deux établissements s’adressaient donc à des utilisateurs, personnel et détenus, fort différents. En 1905, le geôlier dort entre les murs de l’établissement avec sa famille et c’est sa femme qui s’occupe de la nourriture quotidienne des détenus. Charge à lui également de se soucier du chauffage d’un bâtiment qui allait en l’occurrence poser des problèmes tout au long du siècle, la bâtisse, grande nef remplie de vide, étant souvent une glacière en hiver. Le maître des lieux n’a alors au mieux qu’un à deux gardiens pour l’aider dans sa tâche, laquelle est très ingrate et particulièrement mal rétribuée, ce qui devait entraîner des problèmes de sécurité voire de corruption, à l’instar de Saint-Antoine à Genève. Au cours du siècle, le personnel du Bois-Mermet s’étoffa puis se professionnalisa, passant très clairement d’un statut social particulier à un véritable métier. En 1977, année de construction de Champ-Dollon mais également année qui vit l’acte de fondation du Centre suisse de formation pour le personnel pénitentiaire signé, les équipes de gardiens du Bois-Mermet et de Champ-Dollon n’offraient guère plus de très grandes différences, lesquelles allaient être encore gommées avec l’application de la formation professionnelle commune à l’ensemble des personnels pénitentiaires de Romandie. Cette évolution allait faire du geôlier un directeur de prison ne logeant plus sur place. L’appartement du geôlier lausannois allait bien évidemment être réutilisé pour le quartier administratif de la prison, un usage ancien qui marque toutefois encore de nos jours la topologie des espaces.

Quant aux détenus, on sait que la criminalité et le champ de l’action coercitive évoluent au cours du temps. Si l’ivrogne n’est de jours plus jeté en prison pour amoralité comme il pouvait l’être en 1905, la drogue ne représentait pas un problème à cette époque faute d’être consommée couramment. L’architecture conçue au début du siècle s’adressait en l’occurrence, sauf quelques exceptions notoires comme le politicien communiste suisse Léon Nicole, à de petits malfrats, des voleurs de poules que la misère du temps avait réduits à la criminalité, ou à quelques forcenés étant passés à l’acte sous l’emprise de l’alcool.

Fig. 6 Détenue photographiée au Bois-Mermet par A. Reiss, 1909 (École des sciences criminelles, Lausanne)

Fig. 6 Détenue photographiée au Bois-Mermet par A. Reiss, 1909 (École des sciences criminelles, Lausanne)

 

Enfermés seuls dans leur cellule, ils n’appartenaient pas à des réseaux criminels organisés, et les normes qui étaient les leurs demeuraient fondées sur une acception commune de la réalité helvétique. Il convient de ne pas idéaliser le passé et de rappeler que cette réalité quotidienne pouvait être, à la faveur de l’époque, particulièrement dure. Dans les années 30 et 40, les rues de Lausanne furent ainsi réduites à plusieurs reprises à des stands de tir entre policiers et truands, ces derniers n’étant que très rarement dépourvus d’armes. Toutefois, l’évolution de la criminalité et du cadre législatif allait impliquer des populations d’utilisateurs différentes tout au long du siècle.

Obstacles

 

Si des récurrences et des dissimilitudes peuvent être établies en termes de conception et de fonctionnement entre les deux prisons, ces dernières ont également rencontré des problèmes pouvant être comparés.

Il convient de soulever, en premier lieu, la prise de décision particulièrement lente des autorités quant à la création de nouvelles structures, que ce soit dans l’exemple genevois ou dans le cas vaudois. Si ces dernières années ont vu des délais réduits pour décider de la construction de structures carcérales, bien que Curabilis ait été attendu dans le cadre concordataire pendant quelques décades, il n’en n’a pas toujours été ainsi, plus particulièrement lorsqu’il a été question d’entreprendre la réalisation d’établissements pérennes. Des lenteurs inhérentes aux atermoiements portant sur les choix géographiques des futurs établissements, ainsi que sur leur coût, des montants discutés tant sous l’angle des investissements à consentir que des fonctionnements à garantir. L’importance de l’argument financier, s’il demeure sensible, tend toutefois à se réduire depuis le début du XXIe siècle au vu des statistiques sur la criminalité, et des choix architecturaux opérés par les instances décisionnelles qui proposent de plus en plus fréquemment des structures préfabriquées légères et modulables[19], limitant de facto les gros œuvres et leurs sommes consécutives. Une tendance qui n’est pas systématique, surtout lorsque l’établissement concerne des populations spécifiques devant être protégées comme les mineurs, pour qui des conceptions architecturales adaptées sont développées[20].

Second problème, l’isolement. Si aucun problème connu n’apparaît au Bois-Mermet avec l’isolement des détenus, isolement pourtant particulièrement important au vu des conditions d’enfermement strictes qui prévalurent pendant longtemps, tel n’allait pas être le cas à Champ-Dollon. Dans l’établissement genevois, deux ans après son ouverture et plusieurs suicides[21], le 4 juin 1979, éclatait une mutinerie parmi les détenus qui reprochaient à la prison le manque de contacts humains. La Commission d’étude nommée pour analyser la question allait effectivement mettre en évidence l’isolement des détenus et le manque chronique d’activités et de loisirs. Certains experts observèrent que la rigueur architecturale, conçue tout en angles et en volumes massifs, un univers de béton, de verre et de métal qui laisse percevoir l’ordre et la discipline, était un type d’organisation contestable pour des détenus jeunes et en rébellion, souffrant d’une solitude encore amplifiée par l’absence de relations normales. Ces experts devaient faire remarquer « qu’une fois en prison, le prévenu est non seulement séparé de sa famille, de ses amis et de ses collègues, mais aussi de son passé. Il est ainsi destitué de son identité sociale antérieure. Un processus destructeur pour la personnalité si une stratégie de reconstruction n’est pas mise en place parallèlement[22] ».

Isolement des détenus et manque d’activités, deux aspects fondamentaux pour décrire, toutefois, non pas Champ-Dollon mais le Bois-Mermet qui ne connut pas, malgré ces caractéristiques, de vagues de suicides durant la première partie de son existence, à une époque durant laquelle les conditions d’enfermement étaient autrement plus rigides. Le Bois-Mermet allait par contre être confronté au problème du suicide au cours des mêmes années que Champ-Dollon, dans cette même population de détenus présentant des problèmes de drogue. La morbidité de l’architecture semble dès lors remise en question et le phénomène du suicide s’attacher bien plutôt à une population distincte. Sans doute ! Ce serait cependant oublier trop rapidement l’impact psychologique de l’architecture particulière des lieux de sécurité comme les prisons dont le but premier, tout de même, est de retenir des personnes entre quatre murs. On peut en effet noter une autre distinction notable entre les deux établissements, le nombre d’évasions. Celles-ci sont intervenues à Champ-Dollon, dans la majorité des cas, lors de sorties, et rares sont les affaires rocambolesques, telle celle de Licio Gelli, qui s’évada dans le coffre d’une voiture[23], ou celle, dramatique, de 2013[24]. Au Bois-Mermet, par contre, le nombre d’évasion du bâtiment lui-même est autrement plus important et les fuites s’égrènent tout au long du siècle en un long chapelet d’idées originales et d’audaces parfois fatales. Échelles, cordes, prises d’otage, barreaux sciés. Autant de potentielle liberté pouvant être arrachée pour ceux rêvant de concurrencer le comte de Monte-Cristo, autant d’espoirs permettant au détenu enfermé de mieux supporter sa solitude ? Peut-être ! Pour l’institution c’est toutefois un potentiel qui, s’il soutient le moral des détenus dont il a la garde, va à l’encontre de sa mission. Il y a là un paradoxe fondamental inscrit dans l’architecture des établissements pénitentiaires en reflet aux buts contradictoires de la privation de liberté, que sont la punition, la mise hors d’état de nuire et la réinsertion. Un paradoxe que l’on cherche à diminuer depuis les années 70 et que la conception de Champ-Dollon a pris partiellement en compte.

L’isolement des détenus n’est plus à l’heure actuelle véritablement un problème rencontré par les établissements qui sont plutôt confrontés à des difficultés de surpopulation. Encore qu’il soit possible d’être seul au milieu de la foule ! La surpopulation de manière chronique date approximativement du début des années 60 en ce qui concerne le Bois-Mermet. Ce fut, et cela allait être le cas très longtemps, le nombre de jours de détention préventive qui posait un problème. L’attente des prévenus avait en effet plus que doublé depuis la fin des années 40 malgré la disposition du Code pénal de 1942 restreignant dans son article 200 la détention préventive à une durée de quatorze jours, sauf autorisation spéciale du tribunal d’accusation. La raison provenait avant tout du surcroît de travail de l’Office d’information pénale de l’arrondissement de Lausanne et du Tribunal pénal de district qui ne parvenaient plus à instruire les dossiers dans le temps imparti en raison de la complexification des procédures. Un problème de fonctionnement de la justice plus que de gestion carcérale qui devait être partagé par Champ-Dollon qui allait très vite faire front à un accroissement spectaculaire du nombre de délinquants. De 1977 à 1984, le nombre des entrées à Champ-Dollon devait ainsi subir une hausse de 58 %, une densité qui allait encore s’accroître jusqu’à présent.

Fig. 7

Représentation graphique de l’évolution de la densité de population de Champ-Dollon entre 1977 et 2007

Représentation graphique de l’évolution de la densité de population de Champ-Dollon entre 1977 et 2007

 

Et c’est bien là le problème majeur qu’il faut mettre en évidence pour notre siècle, une surpopulation qui constitue un défi pour l’élaboration architecturale d’un établissement carcéral devant respecter un plan financier raisonnablement admissible par le milieu politique. Un problème d’autant plus grand que les statuts de détention se sont multipliés au cours du dernier siècle nécessitant des mesures et des encadrements distincts.

Il devient ainsi de plus en plus évident que ce problème de places de détention, vieux maintenant de près d’un demi-siècle, ne pourra plus être résolu uniquement par des opérations architecturales conventionnelles.

Bibliographie 

Anselmier Henri, Les prisons vaudoises (1798-1942), 2 t. Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1983/1993.

Antipas Alexandre, « Transformations et agrandissement de la prison du Bois-Mermet », Information pénitentiaire suisse (IPS) 2, Aarau, 1986, p. 114-116.

Bonard Arnold, « Les prisons de Lausanne, in Patrie suisse, 12e volume, No. 296, Genève, 1905, p. 18-19.

Brühlmeier Markus, Rothenbühler Verena, Im Tobel der Busse, Komturei und Strafanstalt Tobel 1226-2014, Thurgauer Beiträge zur Geschichte 152/1, Frauenfeld, Verlag des Historischen Vereins des Kantons Thurgau, 2015.

Curti Claudia, Die Strafanstalt des Kantons Zürich im 19. Jahrhundert, Zürich : Schulthess, Polygraph. Verlag, 1988.

Fazan Grégoire, Le Bois-Mermet et l’Évêché : deux prisons de district à Lausanne au tournant du siècle, Université de Lausanne, 2001.

Fink Daniel, Strafrecht, Freiheitsentzug, Gefängnis, Ein Handbuch zur Entwicklung des Freiheitsentzuges in der Schweiz. Kurz, prägnant, aktuell, Stämpfli, Berne, 2015.

Fumasoli Patrice, Les geôliers du Bois-Mermet et de l’Évêché face aux prisons de districts vaudoises du début du XXe siècle, mémoire de licence de l’université de Lausanne sous la direction du prof. François Jequier, 2002.

Greve Vagn, The Danish System of Criminal Justice: an Outline, Copenhagen, 1984.

Guignet Alain, Étude descriptive d’une population à haut risque : les suicidants à la prison préventive de Champ-Dollon, du premier octobre 1977 au 31 mars 1979, Genève, 1981.

Heller Geneviève, Ceci n’est pas une prison. La maison d’éducation de Vennes. Histoire d’une institution pour garçons délinquants en Suisse romande (1805 – 1846 – 1987), Lausanne, Éditions Antipodes, 2012.

Jenequand Jean-Étienne, « La prison de Saint-Antoine, ancienne maison de discipline », Revue du Vieux Genève, Genève, (1981).

Lorenzi Massimo de, Les processus d’institutionnalisation : analyse historique et analyse institutionnelle de la prison de Champ-Dollon de Genève, Genève, 1995.

Mansour Fati, « La mort brutale d’Adeline secoue Genève », Le Temps, 14 septembre 2013.

Oulevay Oscar, « Nouvelles prisons de district » in Bulletin technique de la Suisse Romande, n° 8, 1902, p. 97-99.

Roth Robert, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale. L’exemple de la prison de Genève (1825-1862), Paris, Genève, Droz, 1981.

Vuilleumier Christophe, La prison de Champ-Dollon, 1977-2007, 30 ans d’histoire, IES, Genève, 2007.

Vuilleumier Christophe, Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Infolio, 2014.

Zega Lucie, Étude sur les décès à la prison genevoise de Champ-Dollon, 1977-1992, Université de Genève, 1996.

Zurbuchen Walter, Prisons de Genève, Genève, 1977.

[1] Walter Zurbuchen, Prisons de Genève, Genève, 1977.

[2] Robert Roth, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale. L’exemple de la prison de Genève (1825-1862), Paris, Genève, Droz, 1981.

[3] Claudia Curti, Die Strafanstalt des Kantons Zürich im 19. Jahrhundert, Zürich : Schulthess, Polygraph. Verlag, 1988.

[4] Henri Anselmier, Les prisons vaudoises (1798-1942), 2 t. Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1983/1993.

[5] Geneviève Heller, Ceci n’est pas une prison. La maison d’éducation de Vennes. Histoire d’une institution pour garçons délinquants en Suisse romande (1805 – 1846 – 1987), Lausanne, Éditions Antipodes, 2012.

[6] Markus Brühlmeier, Verena Rothenbühler, Im Tobel der Busse, Komturei und Strafanstalt Tobel 1226-2014, Thurgauer Beiträge zur Geschichte 152/1, Frauenfeld, Verlag des Historischen Vereins des Kantons Thurgau, 2015.

[7] Daniel Fink, Strafrecht, Freiheitsentzug, Gefängnis, Ein Handbuch zur Entwicklung des Freiheitsentzuges in der Schweiz. Kurz, prägnant, aktuell, Stämpfli, Berne, 2015.

[8] Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Infolio, 2014.

[9] Grégoire Fazan, Le Bois-Mermet et l’Évêché : deux prisons de district à Lausanne au tournant du siècle, Université de Lausanne, 2001. Patrice Fumasoli, Les geôliers du Bois-Mermet et de l’Évêché face aux prisons de districts vaudoises du début du XXe siècle, mémoire de licence de l’université de Lausanne sous la direction du prof. François Jequier, 2002.

[10] Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Infolio, 2014.

[11] Oscar Oulevay, « Nouvelles prisons de district », Bulletin technique de la Suisse Romande, n° 8, 1902, p. 97-99.

[12] Arnold Bonard, « Les prisons de Lausanne », Patrie suisse, 12e volume, n° 296, Genève, 1905, p. 18-19.

[13] Alexandre Antipas, « Transformations et agrandissement de la prison du Bois-Mermet », Information pénitentiaire suisse (IPS) 2, Aarau, 1986, p. 114-116.

[14] L’ensemble bâti allait faire l’objet d’une mesure de protection générale au sens de l’article 46 de la loi sur la protection de la nature, des monuments et des sites du 10 décembre 1969, jugé par les autorités en charge de la conservation du patrimoine comme étant un objet d’intérêt local. Le corridor d’accès dans le pan administratif allait surtout être relevé ! L’agrandissement réalisé en 1986, dans l’aile ouest, par l’architecte Yvan Kolecek allait ainsi devoir prendre en compte cette dimension patrimoniale.

[15] Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet, Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Infolio, 2014.

[16] Jean-Étienne Jenequand, « La prison de Saint-Antoine, ancienne maison de discipline », Revue du Vieux Genève, Genève, (1981). Walter Zurbuchen, Prisons de Genève, Genève, 1977.

[17] Vagn Greve, The Danish System of Criminal Justice : an Outline, Copenhagen, 1984.

[18] Massimo de Lorenzi, Les processus d’institutionnalisation : analyse historique et analyse institutionnelle de la prison de Champ-Dollon de Genève, Genève, 1995.

[19] Par exemple, la prison de la Croisée, ou la prison de la Brennaz.

[20] Établissement vaudois de détention pour mineurs « Aux Léchaires ».

[21] Alain Guignet, Étude descriptive d’une population à haut risque : les suicidants à la prison préventive de Champ-Dollon, du premier octobre 1977 au 31 mars 1979, Genève, 1981. Lucie Zega, Étude sur les décès à la prison genevoise de Champ-Dollon, 1977-1992, Université de Genève, 1996.

[22] Christophe Vuilleumier, La prison de Champ-Dollon, 1977-2007, 30 ans d’histoire, IES, Genève, 2007.

[23] Ibid.

[24] Fati Mansour, « La mort brutale d’Adeline secoue Genève », Le Temps, 14 septembre 2013.


Vous aimerez aussi...