Le Pénitencier, centre d’expositions des Musées cantonaux du Valais à Sion (Suisse) : du bâtiment par défaut au bâtiment assumé (Pascal Ruedin avec la collaboration de Patrick Elsig)

Auteurs : Pascal Ruedin est historien de l’art, docteur ès lettres, directeur des Musées cantonaux du Valais.

Patrick Elsig est historien des monuments et directeur du Musée d’histoire du Valais.

Résumé : L’ancien complexe pénitentiaire situé dans la vieille ville de Sion accueille en alternance les expositions temporaires des trois Musées cantonaux du Valais (art, histoire et nature) depuis l’année 2000. Les deux bâtiments carcéraux – l’un de la fin du XVIIIe siècle, l’autre du début du XXe siècle – ont logé des détenus de 1803 à 1998. Enclos dans une enceinte unique, ils composent le centre d’expositions appelé Le Pénitencier.

L’article résume l’histoire et l’architecture de ces bâtiments, avant d’évoquer les circonstances et les enjeux de leur réaffectation comme centre d’expositions des Musées cantonaux du Valais. Il conclut sur les options souhaitées d’une rénovation complète à venir.


L’ancien complexe pénitentiaire situé dans la vieille ville de Sion accueille en alternance les expositions temporaires des trois Musées cantonaux du Valais (art, histoire et nature) depuis l’année 2000. Les deux bâtiments carcéraux – l’un de la fin du XVIIIe siècle, l’autre du début du XXe siècle – ont logé des détenus de 1803 à 1998. Enclos dans une enceinte unique, ils composent le centre d’expositions appelé Le Pénitencier (Fig. 1-5).

Vue d’ensemble de la colline et du bourg fortifié de Valère en direction du sud, avec les bâtiments de l’Ancienne Chancellerie et du Pénitencier au premier plan. © Musées cantonaux du Valais, Sion. ©Muriel Pozzi-Escot

Fig. 1 : Vue d’ensemble de la colline et du bourg fortifié de Valère en direction du sud, avec les bâtiments de l’Ancienne Chancellerie et du Pénitencier au premier plan. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Muriel Pozzi-Escot

Fig. 2 : Vue du complexe pénitentiaire depuis la colline de Valère en direction du nord. © Musées cantonaux du Valais, Sion. ©Rémy Goujon

Fig. 2 : Vue du complexe pénitentiaire depuis la colline de Valère en direction du nord. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Rémy Goujon

Fig. 3 Vue du complexe pénitentiaire depuis la colline de Valère en direction du nord. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Rémy Goujon

Fig. 3 Vue du complexe pénitentiaire depuis la colline de Valère en direction du nord. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Rémy Goujon

Fig. 4 : Vue du complexe pénitentiaire et de la ville de Sion depuis la colline de Tourbillon en direction du sud-ouest. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Muriel Pozzi-Escot

Fig. 4 : Vue du complexe pénitentiaire et de la ville de Sion depuis la colline de Tourbillon en direction du sud-ouest. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Muriel Pozzi-Escot

Fig. 5 : Vue du Pénitencier et de l’Ancienne Chancellerie depuis la place Maurice Zermatten en direction de l’ouest. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Fig. 5 : Vue du Pénitencier et de l’Ancienne Chancellerie depuis la place Maurice Zermatten en direction de l’ouest. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Opportunité plutôt que véritable projet au départ, la réaffectation du complexe pénitentiaire cantonal en espace d’exposition a été accompagnée d’une évolution du regard des professionnels des musées pour s’approprier progressivement les bâtiments et leurs contraintes.

L’article résume l’histoire et l’architecture de ces bâtiments, avant d’évoquer les circonstances et les enjeux de leur réaffectation comme centre d’expositions des Musées cantonaux du Valais. Il conclut sur les options souhaitées d’une rénovation complète qu’on espère prochaine mais qui n’est pas encore programmée avec précision.

Des prisons au Pénitencier

Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la privation de liberté n’étant pas considérée comme une peine, le besoin en locaux de détention n’était pas grand. Le temps de soumettre le prévenu à la question, de le juger et la sentence était appliquée, bien souvent sur un gibet installé à l’entrée de la ville, message clairement compréhensible pour les voyageurs. Dans le cas de Sion, on en trouvait un dans le quartier qui porte encore aujourd’hui le nom de « Potences ». La tour dite « des Sorciers », tour d’angle nord-ouest des remparts de la ville (Fig. 6), suffisait à abriter quelques cellules et la salle d’interrogatoire qui présente encore quelques éléments du système de l’estrapade destiné à faire avouer le prévenu.

Au centre de l’image, la tour des sorciers, ancienne tour d’angle de la muraille de Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Muriel Pozzi-Escot

Fig. 6 : Au centre de l’image, la tour des sorciers, ancienne tour d’angle de la muraille de Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Muriel Pozzi-Escot

Au début du XIXe siècle, la privation de liberté pour une durée plus ou moins longue devient une peine à exécuter. Les cellules de la tour des Sorciers n’étant guère salubres pour une longue incarcération, il faut trouver de nouveaux locaux. On réaménage alors une partie de la Chancellerie d’État, un vaste bâtiment récemment construit (1779)[1], et le premier prisonnier y entre en 1803[2]. Ce bâtiment est peu à peu entièrement dévolu à la prison du canton.

Un cruel manque de place se fait rapidement sentir et le canton du Valais doit envisager l’adjonction d’un nouvel édifice, dont le projet est longtemps repoussé. Commencé en 1911 sur des plans du bureau d’architectes sédunois de Kalbermatten (avec l’aide des ingénieurs lausannois Paris & Berthod), le bâtiment est construit à côté de l’ancienne Chancellerie et inauguré en 1913[3]. De hauts murs englobent dès lors les deux bâtiments. L’ensemble perd sa vocation carcérale en 1998, quand une nouvelle prison est inaugurée à l’extérieur de la ville.

Les deux bâtiments se mettent en valeur par contraste : l’ancienne Chancellerie, pur volume cubique seulement rythmé par des rangs de fenêtres, est ancrée au terrain par un niveau de sous-sol partiellement enterré, surmonté de 3 niveaux clairement organisés, desservis par un escalier décentré qui permet de dégager librement des volumes intérieurs généreux. Le Pénitencier proprement dit dresse sa masse allongée et structurée sur une terrasse artificielle nivelant le terrain naturel. Le tout est enchâssé sur le flanc nord de la colline de Valère dont la pente abrupte redouble l’enceinte en maçonnerie.

Un pénitencier

Seul des deux bâtiments à avoir été conçu d’emblée comme prison, le Pénitencier a l’aspect sévère et austère qui convient à sa fonction (Fig. 7-8).

Fig. 7 René Auberjonois (1872-1957) : Le Bagne à Sion, 1918, huile sur toile, 46 x 51 cm, Musée d’art du Valais, Sion. BA 2876. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Michel Martinez

Fig. 7 René Auberjonois (1872-1957) : Le Bagne à Sion, 1918, huile sur toile, 46 x 51 cm, Musée d’art du Valais, Sion. BA 2876. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Michel Martinez

Fig. 8 : Le Pénitencier de 1913 vu depuis l’entrée de l’enceinte. Installation au sol de l’artiste Maria Ceppi en 2014. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Guillaume Collignon

Fig. 8 : Le Pénitencier de 1913 vu depuis l’entrée de l’enceinte. Installation au sol de l’artiste Maria Ceppi en 2014. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Guillaume Collignon

Construit en béton armé et en maçonnerie, il se présente sous la forme d’un vaste bâtiment de trois étages sur rez-de-chaussée, sans sous-sol, couvert d’une toiture à croupes intégrant un petit retour à croupe sur l’excroissance sud qui fait pendant à la cage d’escalier. Le troisième étage est une surélévation réalisée au milieu des années 1950 et délimitée en façades par un bandeau horizontal. Le parloir vitré, en saillie au pied de la façade occidentale, résulte vraisemblablement de la même transformation. Pour la construction originale, une grande symétrie préside à l’organisation des percements, tous marqués par des encadrements en pierre de taille grise (granit), largement ébrasés et en arc surbaissé. En façade nord, la position non centrée de la cage d’escalier, construite en léger ressaut et autrefois sommée d’un pignon triangulaire, matérialise la séparation d’origine entre le quartier des femmes et celui des hommes, trois travées de fenêtres à l’est, cinq à l’ouest. Le rez-de-chaussée est encadré par des chaînes d’angle, un bandeau rectiligne en haut et une base en pierre. Des chaînes d’angle marquent aussi le ressaut de la cage d’escalier. Les trois portes, auxquelles mènent quelques marches, rompent l’alignement des fenêtres. La clé saillante de celle du centre porte la date de 1911. Les fenêtres sont de dimensions moyennes, haut placées et fermées par de solides barreaux. Pour compenser cet éclairage parcimonieux des cellules, de grandes verrières déversent une ample luminosité aux espaces communs (cage d’escalier et cellulaire). Pour les trois niveaux du début du XXe siècle, les façades est et ouest ne sont percées que par les grandes verrières. La façade sud montre des fenêtres plus grandes au rez-de-chaussée, ainsi que dans l’avant-corps qui fait pendant à la cage d’escalier et qui contenait des cellules plus amples et plus lumineuses. Cet avant-corps contient deux travées de fenêtres et délimite à l’est deux travées et à l’ouest, cinq. Le troisième étage propose des percements quadrangulaires en fausse-pierre, tantôt simples, parfois doubles ou en rangées continues qui ne se calquent pas forcément sur les travées plus anciennes.

À l’intérieur, le rez-de-chaussée comprenait des locaux communs et les deux étages contenaient un cellulaire prévu au départ pour 28 détenus[4], desservi au niveau du deuxième étage par une simple coursive (Fig. 9).

Fig. 9 : L’espace central du Pénitencier de 1913 avec le cellulaire des 1er et 2e étages. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Fig. 9 : L’espace central du Pénitencier de 1913 avec le cellulaire des 1er et 2e étages. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Le Pénitencier était originellement divisé entre une petite section féminine à l’est et une plus grande section masculine à l’ouest. Le couloir central était dévolu aux travaux de vannerie et de couture[5]. L’accès par la cage d’escalier est complété par un petit escalier entre les deux niveaux du cellulaire du côté ouest (supprimé à une date inconnue, il en existait un pendant à l’est, dont il ne subsiste que des traces). L’escalier principal est largement éclairé par une ample verrière qui traverse les trois niveaux anciens. L’espace central du cellulaire est également illuminé par deux verrières de grandes dimensions, à l’est et à l’ouest, sur toute la hauteur des deux étages. L’escalier principal en bois est maintenu par une structure en fonte, caractéristique des nouvelles techniques qui se répandent dans la construction dès le XIXe siècle (Fig. 10). On retrouve la même typologie sur le petit escalier secondaire, sur les garde-corps de la coursive du cellulaire (dont les rares lignes décoratives évoquent l’Art nouveau) et comme structure porteuse des verrières. Les portes des cellules sont massives, en bois riveté, avec un judas, un passe-plat et une imposante serrure. L’accès au cellulaire depuis la cage d’escalier est en plus fermé par des portails barreaudés couverts de plaques métalliques.

Fig. 10 : La cage d’escaliers du Pénitencier de 1913. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Fig. 10 : La cage d’escaliers du Pénitencier de 1913. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Un bâtiment par défaut

L’État du Valais n’a jamais construit de bâtiment neuf pour abriter les collections et les expositions de ses musées publics. Le canton a toujours préféré affecter des monuments historiques à ses institutions culturelles. Créé en 1883, le Musée d’histoire occupe depuis lors les anciennes habitations des chanoines de Sion dans le bourg fortifié de Valère (Fig. 11).

Fig. 11 : La colline et le bourg fortifié de Valère à Sion, siège du Musée d’histoire du Valais. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Benoît Aymon

Fig. 11 : La colline et le bourg fortifié de Valère à Sion, siège du Musée d’histoire du Valais. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Benoît Aymon

Ouvert en 1947, le Musée d’art investit d’emblée l’ancien château épiscopal de Sion, dit de la Majorie, qu’il occupe toujours (Fig. 12).

Fig. 12 : Le Musée d’art du Valais, installé dans les châteaux du Vidomnat (à gauche) et de la Majorie à Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Fig. 12 : Le Musée d’art du Valais, installé dans les châteaux du Vidomnat (à gauche) et de la Majorie à Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Quant au Musée de la nature fondé en 1829 comme cabinet scientifique du Collège des Jésuites à Sion, il a été réinstallé à plusieurs reprises pour être logé, depuis 2013, dans les communs de l’ancienne résidence épiscopale (Fig. 13).

Fig. 13 : Le Musée de la nature du Valais, logé dans la Grange-à-l’Évêque à Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Fig. 13 : Le Musée de la nature du Valais, logé dans la Grange-à-l’Évêque à Sion. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

L’Office des Musées cantonaux du Valais regroupe à Sion, sous une direction générale unique et autour de deux sections transversales (Collections et expositions, Publics), les trois musées territoriaux et référentiels d’art, d’histoire et de la nature. Alors que chaque musée dispose d’espaces spécifiques indépendants pour la présentation de ses collections, les expositions sont organisées depuis 2000 sur le site commun et partagé du Pénitencier, situé à proximité, mais hors des murs des musées. L’ensemble des trois musées et du centre d’expositions sont ainsi regroupés dans la haute vieille ville de la capitale du Valais (Fig. 14).

Fig. 14 : Vue générale de la haute vieille ville de Sion en direction de l’est © Musées cantonaux du Valais, Sion. Jean-Albert Margelisch, Sion

Fig. 14 : Vue générale de la haute vieille ville de Sion en direction de l’est © Musées cantonaux du Valais, Sion. Jean-Albert Margelisch, Sion

Dès 1994, la Direction des Musées cantonaux se porte candidate auprès du Conseil d’État (Exécutif cantonal) et du Service cantonal des bâtiments pour l’attribution du Pénitencier après sa libération par les services pénitentiaires[6]. Il s’agit de saisir l’opportunité que présente un bâtiment historique sur le point d’être abandonné, faute de pouvoir espérer la construction d’un bâtiment neuf à court ou à moyen terme. L’attribution est faite avec l’espoir, pour les Musées, de voir se réaliser d’importants travaux d’adaptation du bâtiment, mais sans que la garantie formelle n’en soit donnée et sans qu’un calendrier de mise en œuvre ne soit validé par les autorités décisionnelles. On dira que c’était « à prendre ou à laisser » : accepter un bâtiment historique peu adapté ou se passer d’espace d’exposition et, dès lors, organiser les expositions dans les espaces dévolus à la présentation permanente des collections, au détriment de celles-ci. Le choix fut vite fait. Il permettait aussi de maintenir le complexe du Pénitencier dans le patrimoine public et de le soustraire à des utilisations privées ou commerciales (on évoquait alors, parmi d’autres idées, celle d’y installer un hôtel).

La souplesse d’une procédure « de gré à gré » entre deux unités administratives de l’État – sans véritable adhésion du politique, sinon pour valider formellement la réaffectation culturelle du Pénitencier[7], et sans débat – a un corollaire : une rénovation minimale, parcellisée, conservant les bâtiments dans une disposition peu adéquate à leur nouvelle fonction muséale et échelonnée au point que certaines parties des deux édifices n’ont toujours pas été rénovées à ce jour. C’est ainsi que la réhabilitation de l’ancienne Chancellerie, commencée en 2005 par la rénovation de son enveloppe (murs et toiture, suppression d’un élément vertical rapporté contre la façade sud, Fig. 15-17), attend toujours la rénovation – et l’ouverture au public – des trois quarts de ses espaces intérieurs ;

Fig. 15 : Suppression de l’élément rapporté contre la façade sud de l’Ancienne Chancellerie en 2005. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

Fig. 15 : Suppression de l’élément rapporté contre la façade sud de l’Ancienne Chancellerie en 2005. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

Fig. 16 : Suppression de l’élément rapporté contre la façade sud de l’Ancienne Chancellerie en 2005. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

Fig. 16 : Suppression de l’élément rapporté contre la façade sud de l’Ancienne Chancellerie en 2005. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

Fig. 17 : Suppression de l’ancien portail et élargissement de l’entrée sur rue du Pénitencier en 2004. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

Fig. 17 : Suppression de l’ancien portail et élargissement de l’entrée sur rue du Pénitencier en 2004. © Musées cantonaux du Valais, Sion. dvarchitectes &associés sa

seul le rez-de-chaussée a été récemment rénové par l’architecte Jean-Luc Torrent qui a restitué les volumes d’origine des pièces et a permis de les ouvrir au public à partir de 2012 (Fig. 18).

Fig. 18 : Installation vidéo de Julian Charrière au rez-de-chaussée de l’Ancienne Chancellerie lors de la Triennale d’art contemporain de 2014. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Guillaume Collignon

Fig. 18 : Installation vidéo de Julian Charrière au rez-de-chaussée de l’Ancienne Chancellerie lors de la Triennale d’art contemporain de 2014. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Guillaume Collignon

Quant au bâtiment cellulaire de 1913, il a bénéficié, non d’une restauration ou d’une rénovation complètes, mais d’un rafraîchissement général exécuté en 1999/2000. Les responsables ont d’emblée opté pour le maintien de la structure architecturale du bâtiment, pour un équipement technique minimum et pour l’élimination des plus récentes traces d’occupation[8]. D’un point de vue structurel, le rez-de-chaussée et les deux niveaux de cellulaires ont été peu touchés. Au rez-de-chaussée, les cellules ajoutées au cours du XXe siècle ont été désaffectées ou supprimées pour restituer autant que possible l’espace d’origine. De même, de rares parois ont été supprimées pour agrandir l’un ou l’autre espace du cellulaire.  Seul le troisième étage, résultant d’une surélévation du bâtiment au milieu du XXe siècle, a été transformé : le cloisonnage léger qui partageait les fonctions carcérales de cet espace (ateliers, chapelle, salle de jeu) a été totalement supprimé. Il en est résulté un espace d’un seul tenant de quelque 260 m2, qui contrebalance les volumes et les surfaces d’exposition fragmentés et limités des deux niveaux de cellules (Fig. 19-21).

Fig. 19 : Une cellule du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Impermanence. Le Valais en mouvement (2015). © Musées cantonaux du Valais, Sion. Philippe Fragnière

Fig. 19 : Une cellule du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Impermanence. Le Valais en mouvement (2015). © Musées cantonaux du Valais, Sion. Philippe Fragnière

Fig. 19 : Une cellule du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Welcome to Paradise. L’Ecole de Savièse. Une colonie d’artistes au cœur des Alpes vers 1900. Œuvres d’Ernest Biéler et de René Martin. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Fig. 20 : Une cellule du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Welcome to Paradise. L’Ecole de Savièse. Une colonie d’artistes au cœur des Alpes vers 1900. Œuvres d’Ernest Biéler et de René Martin. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Olivier Maire, photo-genic.ch, Sion

Fig. 21 : Le dernier étage du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Montagne, je t’adore. Montagne, je te hais en 2005. Œuvres de Walter Niedermayr et de Thomas Flechtner. © Musées cantonaux du Valais, Sion. François Lambiel

Fig. 21 : Le dernier étage du Pénitencier de 1913 lors de l’exposition Montagne, je t’adore. Montagne, je te hais en 2005. Œuvres de Walter Niedermayr et de Thomas Flechtner. © Musées cantonaux du Valais, Sion. François Lambiel

Une gaine technique apparente a été mise en place pour accueillir la nouvelle installation électrique ; un badigeon blanc a été uniformément appliqué sur tous les murs, recouvrant graffitis et autres traces d’usage ;  si quelques sols lacunaires ont été remplacés par une chape de résine, il subsiste d’importantes surfaces de sol bricolées à partir de chutes ou d’actions promotionnelles de grandes surfaces, notamment dans le vaisseau central du cellulaire.

L’ensemble du mobilier et des équipements a été supprimé, notamment celui qui avait été installé dans chaque cellule (lit, table, armoire, cuvette wc). Bref, le parti de faire table rase a prévalu dans ce bâtiment pour éviter les redondances avec l’architecture elle-même très prégnante et pour minimiser – si l’on peut dire – la surprésence du bâtiment et de sa fonction originelle[9]. En d’autres termes : le bâtiment a été livré aux musées avec sa typologie et sa structure architecturales d’origine. Aux expositions de toutes sortes – art, archéologie, histoire, ethnologie, sciences naturelles – de s’adapter au bâtiment !

Le Pénitencier de 1913 : un bâtiment inadapté ?

Le « bricolage » qui a présidé à la réaffectation du Pénitencier de 1913 pose de nombreuses questions sur l’adéquation du bâtiment à sa nouvelle fonction.

Du point de vue de la conservation, le Valais connaît un climat très particulier, extrêmement sec et soumis entre autres au régime intermittent du fœhn (vent chaud et sec). Or l’enveloppe du bâtiment n’a pas été rénovée. Les verrières monumentales sont mal isolées et quasiment poreuses d’un point de vue climatique. La toiture est peu isolée, refroidissant le dernier niveau en hiver et le réchauffant exagérément en été. Quant à l’espace intérieur, il n’est guère climatisé : l’environnement reste difficile à équilibrer et très dépendant des variations climatiques naturelles. Chaque cellule est en outre équipée d’un tuyau de chauffage central non régulable, qui induit potentiellement autant de microclimats qu’il y a de cellules.

Du point de vue de la muséographie, le bâtiment impose sa structure contraignante (Fig. 22-23) : le discours est forcément fragmenté, le bâtiment détermine le parcours et le rythme de la visite, etc. Le Pénitencier produit des expositions sur mesure, difficiles à faire circuler et à présenter dans d’autres espaces : le choix des objets est contraint par l’espace disponible, le format des objets exposés dans le cellulaire est limité et la distance d’observation y est très faible (on a en partie pallié à cette limitation par l’occultation des fonds de cellules pour bénéficier de leur longueur, mais on modifie ainsi profondément le monument en privant les cellules d’un apport de lumière naturelle).

Fig. 22 : Concert dans l’espace central du Pénitencier de 1913 lors de la Nuit des musées en 2006 : Métissages. La rencontre d’un guitariste et d’un quatuor à cordes © Musées cantonaux du Valais, Sion. François Lambiel

Fig. 22 : Concert dans l’espace central du Pénitencier de 1913 lors de la Nuit des musées en 2006 : Métissages. La rencontre d’un guitariste et d’un quatuor à cordes © Musées cantonaux du Valais, Sion. François Lambiel

Fig. 23 : Spectacle de la troupe Théâtre en chantier dans la cour du Pénitencier, à l’occasion de la Nuit des musées 2015. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Fig. 23 : Spectacle de la troupe Théâtre en chantier dans la cour du Pénitencier, à l’occasion de la Nuit des musées 2015. © Musées cantonaux du Valais, Sion. Héloïse Maret

Du point de vue des publics, le bâtiment possède une plus-value patrimoniale évidente, mais également une dimension rédhibitoire qui en éloigne certains pour des raisons morales (lieu de souffrance) ou physiques (inaccessibilité des étages non desservis par ascenseur, étroitesse des coursives, épuisement dû aux entrées-sorties dans les cellules). On notera que le bâtiment a fait l’objet d’un « nettoyage énergétique », censé neutraliser la perception sensible de son histoire.

Du point de vue de la sécurité, l’enceinte du complexe et l’enveloppe du bâtiment sont bienvenues, la construction est sous alarme, mais la fragmentation de l’espace en cellules et la faible dotation en personnel de surveillance rendraient nécessaire la multiplication de caméras de contrôle.

Bref, dans les conditions actuelles, le bâtiment est mal adapté à son affectation d’accueil d’expositions.  En l’état, sa vocation naturelle serait d’accueillir des créateurs contemporains pour des interventions musicales, théâtrales ou plastiques in situ ou de se présenter en tant que tel, comme support d’un discours sur l’architecture et l’enfermement pénitentiaires. Si des cartes blanches à des artistes ont été délivrées ces dernières années et ont donné des résultats pleinement satisfaisants, à aucun moment – les institutions existantes étant déjà à la peine – il n’a été envisagé de consacrer le bâtiment à sa propre histoire, à sa typologie, ou à la question plus large de « Surveiller et punir ».

 

Assumer le Pénitencier comme centre d’expositions

Après une quinzaine d’années d’affectation paramuséale et plusieurs ajournements du projet de rénovation totale[10], la question s’est posée de savoir s’il fallait conserver au complexe du Pénitencier sa fonction d’espace d’accueil des expositions des Musées cantonaux. Divers paramètres, notamment financiers et de maîtrise du bâti cantonal, échappent bien sûr à la Direction des Musées. Les perspectives budgétaires de ces prochaines années, par exemple, ne laissent guère espérer la construction d’un centre d’expositions ex nihilo. D’autant moins que les Musées ont également d’autres besoins urgents, tels que la rénovation du château de la Majorie (Musée d’art), la mise à disposition d’une réserve correspondant à toutes les normes de conservation et de protection des collections, ou encore l’équipement du Musée de la nature par un ascenseur.

C’est à la lumière de cet agencement de travaux qu’il faut aussi comprendre la décision, confirmée par les Musées cantonaux, le Service cantonal de la culture et le Service cantonal des bâtiments, de rénover le bâtiment et de le conserver, après future rénovation complète, dans sa fonction de centre d’expositions partagé des trois musées. La principale raison est géographique et stratégique : le Pénitencier se trouve au cœur du dispositif spatial des trois musées, presque à équidistance des musées d’art, d’histoire et de la nature. L’avantage d’une telle position est structurel, organisationnel et communicationnel. La maîtrise du bâtiment garantit aussi la possibilité de développements futurs pour les Musées, par exemple l’extension de l’un d’entre eux dans l’espace du Pénitencier.

Parallèlement à cette décision a été tranchée de façon conséquente celle de l’appellation du centre d’expositions : fallait-il affirmer ou mettre en retrait la fonction originelle du bâtiment ? Pour profiter de l’effet de « branding » d’un tel patrimoine bâti, l’appellation officielle de l’ancien complexe carcéral est, depuis 2014, « Le Pénitencier. Centre d’expositions des Musées cantonaux du Valais », dans le sillage des « Entrepôt », « Piscine », « Abattoirs » et autres « Arsenaux » culturels à la mode aujourd’hui…

Dans la perspective d’une rénovation de l’ensemble, l’étude de faisabilité d’un premier cahier des charges sommaire rédigé par la Direction des Musées a été réalisée en 2014 par le bureau d’architectes BFN. Portant sur les deux bâtiments, elle a montré que l’enceinte du Pénitencier avait un potentiel suffisant pour conserver et améliorer le cadre de présentation des expositions et d’accueil des publics d’une institution de taille moyenne (la fréquentation cumulée des trois musées et du Centre d’expositions oscille, ces dernières années, entre 35’000 et 45’000 visiteurs environ, l’écart s’expliquant par le rythme et la nature des expositions temporaires, ainsi que par le renouvellement des présentations permanentes, ce qui donne une jauge estimative raisonnable).

L’idée-maîtresse du projet à venir est de clarifier les fonctions des bâtiments : accueil et médiation pour l’ancienne Chancellerie, exposition pour le Pénitencier. Un concours d’architecture devrait être lancé d’ici la fin de la décennie pour une réouverture complète et réadaptée à la fonction muséale. Il reste à en rédiger le cahier des charges définitif dont voici quelques éléments qui nous paraissent d’ores et déjà incontournables :

  • intervention contemporaine dans la cour pour lier les deux bâtiments (effet de branding, appropriation contemporaine et unité du parcours de visite) ;
  • étanchéité de l’enveloppe pour permettre une gestion climatique autonome ;
  • maintien d’une cellule au moins dans son état initial pour témoigner de la volumétrie d’origine de l’espace et de l’histoire du site ;
  • agrégation de plusieurs cellules pour bénéficier d’espaces d’exposition mieux adaptés à la fonction actuelle du bâtiment ;
  • aménagement d’une circulation en enfilade, d’une cellule à l’autre, pour limiter la répétitivité de la visite, permettre le passage de fauteuils roulants et dégager des volumes d’exposition ;
  • accessibilité de tous les niveaux à tous les publics par l’installation d’un ascenseur ;
  • exploitation du volume des combles ;
  • aménagement d’un accès public au café-restaurant contigu.

On le devine en parcourant cette liste qui conclut notre article : ne pas adapter avec détermination le Pénitencier à sa vocation muséale actuelle reviendra tôt ou tard à l’abandonner ou à le confier à d’autres utilisateurs. Nous ne le souhaitons pas, car les institutions publiques de culture et de mémoire nous semblent particulièrement désignées pour favoriser la catharsis d’un tel lieu de souffrance.

[1] Gaëtan Cassina, Sion, il y a 200 ans, Sion 1982 (Bulletin de Sedunum Nostrum, 31) ; Patrick Elsig, L’ancienne Chancellerie d’État, à Sion (Ancien Pénitencier cantonal), rapport historique non publié, 2003.

[2] Astrid Gaillard, Le système pénitentiaire valaisan au XIXe siècle : la maison de détention, mémoire de licence, Université de Genève 1987, pp. 22-23. 

[3] Catherine Raemy-Berthod, « Sion », INSA Inventaire suisse d’architecture, 1850-1920, vol. 9, Berne SHAS 2003, p. 71.

[4] En 1998, le Pénitencier de 1913 comptait 58 détenus fermes, tandis que la Chancellerie accueillait 42 personnes en semi-liberté ou en semi-détention (« Réhabilitation du Pénitencier de Sion. Étude de faisabilité » par l’Atelier d’architecture Pascal Varone, 1998, rapport non publié, p. 3).

[5] Voir « Une visite au Pénitencier de Sion », L’écho illustré, 48, 12 décembre 1931, p. 1088-1092.

[6] Lettre de la Direction des Musées au Conseil d’état du canton du Valais, 03.03.1994. La lettre prévoit l’utilisation du Pénitencier pour accueillir les collections des XIXe et XXe siècles du Musée cantonal d’histoire, non pour les expositions.

[7] Décision du Conseil d’État du 28 octobre 1998.

[8] Une position diamétralement opposée à celle de l’association Culture, terroir, tourisme qui, pendant une phase d’inoccupation du bâtiment en été 1999, invita « Neuf artistes en prison » dans les locaux laissés à l’état brut et invitant à une découverte voyeuriste du bâtiment.

[9] C’est dans cet esprit également, et pour permettre l’accès aux véhicules de chantier, qu’en 2004 l’entrée dans l’enceinte a été élargie et munie d’un portail moderne et que le mur a été ajouré par trois fenêtres sur rue.

[10] Le projet de refonte des Musées cantonaux, approuvé par le Conseil d’État en 2004, prévoit l’extension de la rénovation à l’ensemble de l’enceinte, mais, malgré l’insistance des Musées, force est de constater que le projet a ensuite été plusieurs fois ajourné, notamment pour des raisons d’indisponibilités budgétaires.


Vous aimerez aussi...