Avis de soutenance de thèse : L’application de la peine de mort en France, 1906-1981 (Nicolas Picard)

La soutenance de la thèse de doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée : L’application de la peine de mort en France, 1906-1981 aura lieu le samedi 15 octobre à 14h, en Sorbonne, salle Duroselle (Galerie Jean-Baptiste Dumas), 1 rue Victor Cousin 75005 Paris (cette entrée étant actuellement fermée, il est préférable de passer par l’entrée du 14 rue Cujas, face à la Poste.

Le jury sera composé de :
Mme Anne CAROL, Professeure à l’Université d’Aix-Marseille
Mme Anne-Emmanuelle DEMARTINI, Professeure à l’Université Paris-Nord
M. Dominique KALIFA, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
M. Xavier ROUSSEAU, Professeur à l’Université catholique de Louvain
M. Mathieu SOULA, Professeur à l’Université de Reims-Champagne-Ardennes

Résumé de la thèse
Sur le point de disparaître en France à la fin du XIXe siècle, la peine de mort connaît un regain à partir de 1906. S’appuyant sur les émotions punitives présentes dans l’opinion publique ainsi que sur les discours criminologiques, le système judiciaire vise à l’élimination de certains accusés. La peine capitale reste cependant marginale dans l’ensemble de la répression pénale et ne punit qu’une minorité de crimes de sang considérés comme particulièrement atroces. Les condamnés à mort sont fréquemment issus des couches les plus misérables et les moins intégrées de la société. Les discours judiciaires, plaidoiries, réquisitoires, expertises, s’affrontent pour déterminer si ces individus peuvent disposer de circonstances atténuantes. Les fonctions de la peine de mort sont alors discutées : s’agit-il de faire un exemple, de venger, ou d’épurer le corps social ? S’entremêlent alors considérations rationnelles et émotionnelles. Ces discussions ont lieu à deux niveaux : à celui de la cour d’assises d’abord, où l’enjeu est de convaincre les citoyens siégeant comme jurés, à celui de l’administration ministérielle et présidentielle ensuite, où l’enjeu est de décider d’une éventuelle grâce. Les condamnés à mort, en attendant que l’on statue sur leur sort, sont détenus dans des conditions particulièrement sévères, devant éviter évasion ou suicide. Leur temps et leur espace sont alors extrêmement normés, ce qui ne les empêche pas de les aménager à des fins qui leur sont propres. La préparation à mort s’inscrit dans des perspectives tant laïques et religieuses. Le cas échéant, la décision d’exécution mobilise forces de l’ordre, personnel pénitentiaire, l’exécuteur et ses aides, pour un acte conjuguant aspects bureaucratiques et brutale violence. Sinon, le condamné à mort est rendu aux circuits pénitentiaires ordinaires, où il risque cependant une autre forme de mort pénale.

 


Vous aimerez aussi...