Souvenirs de police : La France des faits divers et du crime vue par des policiers, 1800-1939 (Bruno Fuligni)

Parution du livre le 10 novembre 2016 – Qu’il s’agisse de vol, de crime, de mœurs ou de pouvoir, ce livre rassemble les grands textes des « policiers écrivains ». Policiers, ils ont découvert le corps, traqué l’assassin, livré une tête à trancher à la justice sévère de leur temps ; écrivains, ils ont consigné leurs enquêtes, leurs intuitions, leurs idées. À l’âge de la retraite, ils publient, racontent, revivent les moments forts d’une carrière, non sans se donner le plaisir de régler au passage quelques comptes. Certains, imitant Vidocq, ne font que donner des indications à un « teinturier », un homme de lettres famélique qui va mettre en forme le récit ; d’autres, comme les commissaires Goron ou Macé, se révèlent de véritables écrivains, des narrateurs efficaces qui ont le sens de l’image et du raccourci saisissant, des stylistes qui savourent la joie de ressusciter en beau français les horreurs de la chronique criminelle. On trouve même quelques versificateurs dans la confrérie, comme Clovis Pierre, « le poète de la Morgue », et surtout l’énigmatique Ernest Raynaud, auteur aux deux visages : le poète symboliste ami de Verlaine, mais aussi le commissaire de police qui parsème ses récits aigres-doux de citations littéraires et de références classiques.

souvenirs-policeL’écriture, en transformant le policier en témoin, lui ouvre un champ beaucoup plus vaste que le seul angle professionnel. Débarrassé du souci de protéger la société, l’écrivain policier se donne pour horizon une ambition élargie, pour ainsi dire pédagogique et quelquefois encyclopédique : celle de faire comprendre le monde qu’il a traversé, d’expliquer la marche de la police et du crime, non sans entrer dans les mobiles mêmes et les raisons des criminels qu’il a pourchassés. Il en résulte une littérature peu moraliste en définitive, qui décrit la délinquance pour ce qu’elle est, le produit d’une société à un moment du temps. S’il juge, c’est à l’aune de sa propre sensibilité que l’écrivain policier acquitte ou condamne, décernant parfois des éloges paradoxaux à ceux des malfrats qui l’ont marqué. De l’ancien préfet de police craint et respecté – Gisquet, Andrieux, Lépine – jusqu’au petit inspecteur des Mœurs qui se sait l’objet du mépris public, ces Souvenirs de police nous transmettent la mémoire tue des générations d’avant-guerre.

De la révolution industrielle à la crise des années 1930, la France a ses zones d’ombre que les autobiographies d’écrivains policiers trouent de leur fanal lumineux, signalant les complaisances et les convoitises de nos arrière-grands-pères, les passions troubles de leurs élites.Écrivain, historien, haut fonctionnaire, maître de conférences à Sciences Po, Bruno Fuligni est l’auteur de vingt livres sur l’histoire politique et policière française. Il a notamment dirigé Dans les secrets de la police. Quatre siècles d’Histoire, de crimes et de faits divers (L’Iconoclaste, 2008).

Écrivain et historien, Bruno Fuligni est né en 1968. Haut fonctionnaire, maître de conférence à Sciences po, il est l’auteur de seize ouvrages sur l’histoire politique française, la vie parlementaire, les candidats insolites…

Éditeur : Bouquins
Collection : Bouquins


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. jerome dit :

    Livre qui me semble fort intéressant, en plus une bonne idée cadeaux pour les fêtes merci