Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (journées d’études)

Dans le cadre du projet Usages des nouvelles technologies dans les domaines de la sécurité et de la justice pénale  du GERN, Peter Becker et Pierre Piazza organisent, les 12 et 13 décembre 2016, en partenariat avec l’Université de Vienne (Autriche) et la Fondation de l’Université de Cergy- Pontoise, deux journées consacrées à Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (XIXème-début XXème siècle).
Ces journées sont ouvertes au public. Inscription obligatoire (deadline le jeudi 8 décembre 2016, nombre de places limitées) auprès de Pierre Piazza, par e-mail : pierrepiazza@free.fr (prière d’indiquer vos nom, prénom, institution).

Lieu : ARCHIVES NATIONALES – Site de Pierrefitte-sur-Seine – 59 rue Guynemer, 93 380 Pierrefitte-sur-Seine (métro ligne 13, station Saint-Denis Université)
http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/fr/web/guest/site-de-pierrefitte-sur-seine

Programme :

PREMIÈRE JOURNÉE, LUNDI 12 DÉCEMBRE 2016 (MATIN)

9h30 : Accueil des participants : petit-déjeuner

10h00 : Présentation du séminaire : Peter BECKER et Pierre PIAZZA

10h15 : Introduction : Reinhard KREISSL : From citoyen to techno-social hybrid – surveillance in modern societies

Thématique 1 : Production, diffusion et fonctionnement

10h 45 : Peter BECKER: The introduction of Fingerprinting – epistemic challenges and institutional promises

The expansion of police and security agencies in the second half of the 19th century was marked by a series of innovations in the documentation of individuals, in the organisation of new filing systems, and in setting up of new communication structures. These changes were driven by promises of control both over the deviant population and over competing institutions in the security apparatus. In their implementation they had to face technological and epistemic challenges. I will address these questions through a critical look at collecting, classifying and archiving information at German and Austrian police departments at the turn of the centuries.

11h15: PAUSE

11h 45 : Amos FRAPPA : Les techniques d’identification inédites mobilisées par Edmond Locard : le graphoscope, le hastoscope et le synchrisiScope

Dans l’entre-deux-guerres, Edmond Locard aspire à ériger le laboratoire de police qu’il dirige au rang de pôle majeur de la lutte contre le crime. Une telle reconnaissance passe selon lui par la voie de l’innovation technologique. Le graphoscope, le hastoscope ou encore le synchiroscope sont autant d’appareils censés permettre à Lyon de participer à la compétition que se livrent les polices européennes. L’emploi de ces instruments se répand même en dehors du vieux continent, par exemple en Extrême-Orient. Seulement, la multiplication des innovations et des appellations savantes ne masque-t-elle pas une incapacité à renouveler en profondeur les pratiques sécuritaires ?

■ 12h15-12h45 : discussion (discutant : Jean-Marc BERLIÈRE)

■ 12h45-13h45 : déjeuner (pour les intervenants aux Archives nationales, dans une salle jouxtant celle où se déroule le séminaire)

PREMIÈRE JOURNÉE, LUNDI 12 DÉCEMBRE 2016 (APRÈS-MIDI)

Thématique 2 : Quelles logiques de contrôle et de surveillance ?

14h00 : Laurent LÓPEZ : La « police moderne » à la Belle Époque. De la préfecture de police à Paris aux brigades de la gendarmerie départementale

En promouvant sa méthode anthropométrique, Alphonse Bertillon promettait une éradication du crime par la révolution des pratiques identificatoires des forces de l’ordre. L’étude précise des enquêtes menées par les policiers et les gendarmes témoigne non seulement d’une transformation relative des pratiques mais permet aussi de déceler des effets bien différents de ceux attendus et annoncés. En effet, l’élaboration d’un langage commun de signalement anthropométrique a d’abord induit le rapprochement des cultures professionnelles des policiers et des gendarmes. On constate ensuite un détournement massif du fichage – dont le bertillonnage est l’outil – à des fins de police administrative alors qu’initialement destiné à accroître l’efficacité de la police judiciaire.

14h30 Jean-Lucien SANCHEZ : Évasions, identification et techniques de contrôle des détenus au bagne en Guyane (XIXe-XXe siècle).

L’envoi au bagne de Guyane de milliers de bagnards a permis à la France de se débarrasser durablement de leur présence sur le sol métropolitain pendant près d’un siècle. Avant leur départ, certains tentaient d’éviter leur exil en usant de fausses identités. Mais les moyens de contrôle déployés avaient alors tôt fait de les confondre. Leur situation divergeait toutefois lors de leur incarcération au bagne : nombreux étaient ceux qui tentaient de s’en évader. Et les moyens mis en place pour déjouer leur stratégie au sein des pénitenciers ou pour les reconnaître à distance en cas d’arrestation à l’étranger, présentaient de nombreuses faiblesses dont ils savaient user.

15h00 : PAUSE

15h30 : Emilia MUSUMECI : La police scientifique au service du contrôle des populations : l’identification criminelle en Italie (1894-1940) /The Forensic Police at the service of population control: criminal identification in Italy (1894-1940)

This paper retraces the history of techniques and methods to identify and detect criminals and suspects used by police departments in Italy in the end of the 19th century and the first half of 20th century. In Italy the Bertillonage System, was introduced thanks to the effort of Salvatore Ottolenghi (1861-1934), pupil of Cesare Lombroso and founder of Italian forensic police (polizia scientifica). Despite the spread of identification techniques in all countries, the Italian context is considerably different, being strongly influenced not only by the need of “modern instruments to fight crime” but above all, by Lombroso’s teaching and ambition: “the transformation of policing into a scientific instrument employing photography, telegraph, newspapers, and above all knowledge of criminal man”. This was the birth of the so-called “Ottolenghi method”, acclaimed abroad and sadly used, especially during the Fascist Regime, to identify not only criminals but also “subversives”, “enemies of social order” and any “suspicious person”.

■ 16h-16h30 : discussion (discutant : Vincent MILLIOT)

■ 20h00 : rendez-vous pour le dîner (pour les intervenants dans un restaurant parisien)

DEUXIÈME JOURNÉE, MARDI 13 décembre 2016 (MATIN)

Thématique 3 : Critiques, détournements et résistances

9h00 : Accueil des participants : petit-déjeuner

9h30 : Marc RENNEVILLE : La phrénologie comme méthode de diagnostic et de dépistage : enjeux et controverses

La phrénologie est probablement l’un des premiers savoirs à prétention scientifique à s’être emparé de la question du passage à l’acte criminel, à avoir réfléchi sur les conséquences de la découverte d’une tendance innée à commettre des infractions, et à avoir proposé des solutions et des techniques de prise en charge, un demi-siècle avant l’anthropologie criminelle de Lombroso et ses détracteurs. On exposera donc les principes de la phrénologie, ses applications à la question criminelle, mais aussi les oppositions auxquelles elle a dû faire face, et ce, dans de multiples registres, allant des arguments relevant de la psycho-physiologie à la caricature populaire.

10h00 : Emmanuel FILHOL : Une mise en cause du contrôle des « nomades » (Tsiganes) relatif à la loi de 1912 : résistances et de détournements

Bien que la plupart des familles tsiganes aient dû se soumettre aux multiples procédures de contrôle et d’identification individuel ou collectif imposés par les pouvoirs publics en France pendant près de soixante ans (de 1913 à 1970) pour pouvoir voyager, on ne saurait négliger les diverses manoeuvres tactiques auxquelles recoururent certains Tsiganes (hommes et femmes) contre ces logiques policières d’assujettissement dont ils furent l’objet. Qu’il s’agisse, en particulier, du non renouvellement des carnets anthropométriques, ou de la dissimulation de la plaque d’immatriculation rendue obligatoire à l’arrière du véhicule. Ou encore de leurs commentaires critiques et ironiques. On cherchera aussi à se demander si au sein des pouvoirs publics ceux qui étaient chargés d’appliquer cette législation apportèrent des réserves et contribuèrent à en limiter les abus.

10h30 : PAUSE

11h00 : Emmanuel BLANCHARD : Compter et encarter : l’administration française et les émigrés d’Algérie face au trouble dans les catégories post-coloniales (années 1930-1960)

Dès l’entre-deux guerre la question du nombre et de l’identification des Algériens émigrés en France a été un enjeu de controverse politique et de normalisation administrative. Non seulement, les émigrés d’Algérie bénéficiaient d’une relative liberté de circulation entre les deux rives de la Méditerranée mais la méconnaissance des catégories coloniales par les agents de l’administration française leur donnait des marges de manoeuvre pour contourner l’emprise policière qui pesait sur nombre d’entre-eux. Ainsi, même après l’indépendance algérienne, il ne fut pas rare que la complexité et les évolutions du nouveau droit de la nationalité permettent à des Algériens d’exhiber une carte nationale d’identité sans même avoir opté pour la nationalité française.

■ 11h30-12h00 : discussion (Discutant : Vincent DENIS)

■ 12h00-12h30 : conclusion de Cyprien HENRI et Émilie CHARRIER

■ 12h30-13h45 : déjeuner (à la cafétéria des Archives nationales pour les intervenants qui souhaitent participer à la visite de l’après-midi)

DEUXIÈME JOURNÉE, MARDI 13 décembre 2016 (APRÈS-MIDI)

■ 14h00-15h00 : pour les intervenants, visite des réserves des Archives nationales du site de Pierrefitte-sur-Seine organisée par Cyprien HENRI.


Vous aimerez aussi...