Les enfants délinquants à Amiens sous la monarchie de Juillet

La conciergerie d'AmiensLes prisons d’Amiens, au début des années 1830, sont encore, à l’instar des autres prisons départementales françaises (celles de la Seine exceptées), dans l’état où John Howard les avait trouvées au début des années 1780. La ville comptait alors deux prisons : la maison de correction, « pour les Bourgeois et le Libertinage », et la maison de justice, « la Conciergerie ». Howard n’est pas plus prolixe, il n’a fait que passer à Amiens et son attention a été distraite par un événement qui faisait alors grand bruit, le procès d’une femme ayant séquestré son fils entre sa seizième et sa trente-deuxième année au point de le rendre fou, l’affaire d’Amiens avant celle de Poitiers. Par contre, la critique féroce qu’adresse Howard aux geôliers et concierges qui parfois torturent et toujours rançonnent leurs prisonniers vaut toujours pour les prisons amiénoises de 1830, comme on va s’en apercevoir. La Restauration et sa Société royale pour l’amélioration des prisons avaient commencé d’entreprendre, sans beaucoup de résultats, une œuvre tendant à assainir et contrôler les prisons qui va être poursuivie sur au moins ce point particulier : la mise au pas des concierges et autres porte-clés qui ont fait de la prison leur territoire personnel. […]

Lire la suite de cet article de Christian Carlier sur le portail Crimincorpus.


Vous aimerez aussi...