Au bonheur des chirurgiens. Verbaux, expertises, autopsies : le rôle des chirurgiens dans les procédures criminelles des capitouls

Les Archives municipales de Toulouse viennent de publier leur dernier dossier, consacré à la pratique médico-légale au XVIIIe siècle.

Depuis la simple bosse, la griffure d’ongles, jusqu’à la plaie ouverte, sans oublier le cadavre qu’il faut examiner (puis éventuellement autopsier), plaignants et magistrats font appel à un chirurgien pour décrire les plaies et en juger des causes, prodiguer des soins si nécessaire, mais aussi prévoir les conséquences possibles de ces blessures. En outre, s’il y a lieu, il estimera le temps nécessaire à la guérison et les moyens d’y parvenir. Les interventions de cet homme de l’art sont toujours suivies de la rédaction d’un verbal ou d’une relation d’expertise, ensuite remis aux magistrats et joints à la procédure.

Quelques docteurs en médecine viennent aussi participer à la fête, principalement comme co-experts lors d’autopsies. On y présente aussi tous les autres specialistes du corps qui interviennent dans les soins mais qui n’ont pas nécessairement voix devant Justice.

Annonce publicitaire de Jeanne Lafeau, jointe à la procédure du 7 août 1769. Ville de Toulouse, Archives municipales, FF 813/6, procédure # 144.

Annonce publicitaire de Jeanne Lafeau, jointe à la procédure du 7 août 1769.
Ville de Toulouse, Archives municipales, FF 813/6, procédure # 144.

Le billet s’intéresse aux compétences des uns et des autres, ainsi qu’aux limites de leur action dans le déroulement des procédures criminelles. Quant au fac-similé qui y est joint, il reproduit mais aussi retrancrit l’intégralité des pièces « médico-légales » conservées au sein des procédures instruites par les capitouls tout au long de l’année 1761. Le lecteur trouvera notamment parmi ces pièces la relation d’autospie de Marc-Antoine Calas.

Téléchargez directement le dossier complet sur les chirurgiens et la justice
ou accédez à la page Dans les bas-fonds des Archives de Toulouse.
Légende image de Une : Certificat de soins signé par Mathieu Bouyrou, exécuteur de la haute justice, 6 septembre 1737. Ville de Toulouse, Archives municipales, FF 781.

 

 

Enregistrer


Vous aimerez aussi...