Les grandes hystériques

Archive sonore de l’émission Europe 1 « Au cœur de l’Histoire » en date du 30 janvier 2015 – Le numéro 2 de la nouvelle revue historique Folle Histoire, un collectif de 17 auteurs sous la direction de Bruno Fuligni, vient de paraître, avec pour titre : Les grandes hystériques. Parmi les hystériques réunies par Bruno Fuligni, Franck Ferrand a retenu celles qui, à Loudun en 1632, ont assez fait parler d’elles pour entrer dans l’histoire sous le nom de possédées. Il nous raconte leur histoire.

Puis en compagnie de son invité, Franck Ferrand évoquera bien d’autres histoires de femmes hystériques.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission Europe1

indexParution du livre le 29 janvier 2015 – Femmes politiques et grandes criminelles, religieuses exaltées et créatrices d’avant-garde, les grandes figures féminines de l’Histoire oscillent perpétuellement entre génie et folie. Le Pr Charcot, en théorisant l’hystérie, avait cru trouver la réponse, mais toute femme un tant soit peu rebelle devenait une hystérique en puissance dans son système… A côté de vrais cas pathologiques, comme « l’ogresse de Montauban » ou « la nécrophile de Sacramento », combien de femmes extraordinaires ont-elles dû subir les moqueries et l’opprobre, avant d’être reconnues pour leur talent et leur action de pionnières ? Reines et suffragettes, empoisonneuses et braqueuses, mystiques et possédées, artistes et femmes fatales, toutes ont en commun d’avoir stupéfié les hommes par leur audace et leur démesure.

Sommaire :

  • FEMMES POLITIQUES
    • Vasthi (Ve siècle avant J-C) : la première femme libre
    • Zénobie (IIIe siècle avant J-C) : à Palmyre d’envie
    • Boadicée (vers 25-61) : Madame Vercingétorix
  • FEMMES CRIMINELLES
    • Anne Delpech (1807-1871) : l’Ogresse de Montauban
    • Mary Ann Cotton (1832-1873) : arsenic et vieilles dentelles
    • Jeanne Weber (1874-1918) : une nounou étouffante
  • FEMMES INSPIRÉES
    • Sœur Jeanne des Anges (1602-1665) : le cas d’école
    • Morzine (1857-1870) : le village des folles
    • Adèle Hugo (1830-1915) : la bouche d’ombre
  • FEMMES ARTISTES
    • Artemisia Gentileschi (1593-vers 1652) : peinture vengeresse
    • Constance Meyer (1775-1821) : l’éternelle élève
    • Camille Claudel (1864-1943) : la « féroce amie » d’Auguste Rodin

Éditeur : Prisma (Editions)

Collection : Folle histoire

Le directeur de collection, Bruno Fuligni, est historien et auteur ou directeur d’ouvrages à succès (Dans les secrets de la police, La Tortue d’Eschyle et autres morts stupides) et s’entoure d’auteurs reconnus pour les textes de cette collection.

 

Bibliographie sélective :

51wcgd3bnbl-_sx324_bo1204203200_7 octobre 1632: Le Diable est entré chez les Ursulines de Loudun. Dans le couvent, ce ne sont plus que cris, convulsions et obscénités. Les exorcistes se mettent à l’œuvre. Pressé de questions et d’eau bénite, le démon dénonce le responsable de la possession: Urbain Grandier, curé de l’église de Saint-Pierre-du-Marché à Loudun, un homme à femmes et à histoires.Depuis des années, Grandier se heurte à Richelieu, qui voudrait raser la forteresse de Loudun, ville à majorité protestante. Le curé contrecarre les efforts du cardinal, tout comme il entrave le transfert des services administratifs de Loudun vers la ville nouvelle (et 100% catholique) que Richelieu a construite à 15 kilomètres de là. Alors que les exorcismes attirent des milliers de curieux, le pouvoir institue un tribunal d’exception. L’astuce, l’habileté, la virtuosité intellectuelle de Grandier n’empêcheront pas le tribunal, sous l’impulsion de son président, Laubardemont, d’envoyer le curé sur le bûcher le 18 août 1634. Quant à la prieure des Ursulines, Jeanne des Anges, délivrée de ses diables au fil des ans, elle entame une belle carrière de mystique et presque de sainte: elle reçoit des stigmates, saint Joseph donne des pouvoirs miraculeux à sa chemise et Anne d’Autriche l’appelle à ses côtés au moment de mettre au monde le futur Louis XIV. Grandier était-il coupable? A-t-il été victime d’une machination politique, d’un règlement de compte, de la vengeance de Richelieu? La plus célèbre affaire de possession de tous les temps a divisé les Français de ce XVIIe siècle imprégné de surnaturel, qui voyait à chaque instant s’affronter Dieu et le Diable.Michel Carmona, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, est l’auteur d’un Marie de Médicis, d’un Richelieu et de La France de Richelieu. Éditeur : Fayard (16 mars 1988)

 

513tueuc2hl-_sx321_bo1204203200_Sous ce beau nom se cache un personnage torturé, ambigu, indéchiffrable, qui a fasciné ses contemporains, les médecins, les psychiatres, les philosophes, les théologiens. Était-ce une simulatrice, une véritable sorcière, une révoltée, une sainte ? Jeanne des Anges, c’est d’abord une jeune fille de bonne noblesse qu’un accident laisse contrefaite et destinée par ses parents au couvent. Elle devient la supérieure d’un couvent d’Ursulines dans la ville de Loudun, dans laquelle officie le curé Urbain Grandier, esprit rebelle, beau parleur, tombeur des plus jolies femmes de la paroisse, un homme à histoires que Jeanne aimerait bien avoir comme confesseur, mais Grandier a d’autres sujets d’intérêt. Et voici que soudain, dans la nuit du couvent, un homme apparaît à Jeanne des Anges, le diable à n’en pas douter, qui a pris l’apparence humaine de Grandier. Jeanne est possédée. Quand on l’asperge d’eau bénite, elle se tord, hurle des imprécations tantôt blasphématoires, tantôt ordurières. L’évêque s’en mêle, les Capucins, les Jésuites, et même Louis XIII et son puissant premier ministre, le cardinal de Richelieu. L’affaire de sorcellerie prend une dimension nationale, son retentissement dépasse les frontières. Urbain Grandier finit sur le bûcher, mais le diable continue à tourmenter Jeanne de Anges. Le spectacle des exorcismes pratiqués sur Jeanne des Anges et sur ses compagnes d’infortune attire les foules à Loudun. Certains trouvent que le spectacle côtoie la supercherie, la simulation, d’autres, frappés par la violence du combat entre l’Église et le diable, choisissent de se ranger aux côtés de l’Église catholique et se convertissent.

Jeanne finit par être délivrée des diables qui la hantent. On accourt de toute la France pour admirer la miraculée, devenue une icône. Jeanne est même reçue par la reine Anne d’Autriche, et Dieu exauce celle-ci : la voici bientôt enceinte d’un fils, le futur Louis XIV. La petite bossue évolue maintenant parmi les grands…Mais tout a une fin. Jeanne des Anges est renvoyée à la vie plus discrète de son couvent. Moins de clameurs, mais un personnage qui continue de fasciner ou d’intriguer, désormais par son tempérament de mystique… Son cas sera notamment étudié par le psychiatre Charcot en tant que parfaite hystérique. Éditeur : ANDRE VERSAILLE (12 octobre 2011) – Collection : Des femmes dans l’Histoire.

 

41vjjnsa7rl-_sx289_bo1204203200_Comment le diable est-il possible? En 1632, la ville de Loudun est durement éprouvée par la peste. Les croyants se retirent, s’enterrent dans leurs petites communautés assiégées par cette épreuve de la colère divine. Parmi elles, les ursulines. La possession des sœurs prend alors le relais de la peste : les premières apparitions -fantôme d’un homme de dos -sont nocturnes, puis elles deviennent diurnes, se précisent, et revêtent la forme obsédante d’un curé, Urbain Grandier. L’affaire commence. Loudun, ville ouverte, devient le centre et le théâtre d’un monde : six mille spectateurs assisteront à la mort de Grandier, sur le bûcher, le 18 août 1634. Entre-temps, les pouvoirs s’affrontent, les savoirs s’inquiètent, l’âme catholique s’émeut. Le corps social se déchire; partout le diable est là, mais il est partout ailleurs : dans le silence des textes, les lacunes du langage. Michel de Certeau montre, dans ce grand ouvrage, comment guérit une société malade d’elle-même. Éditeur : Folio; Édition : Éd. rev. (9 juin 2005) –Collection : Folio Histoire

frederic-grosLe fait divers marquant des années 1630 sur l’affaire des possédées de Loudun a eu son grand essayiste avec Michel de Certeau. Pour la rentrée littéraire et pour son premier opus de fiction le philosophe Frédéric Gros réenchante cette affaire d’Église, d’État et de croyances occultes. Un roman historique qui mêle les points de vue avec brio.

En 1630, une ville très disputée entre Saumur et l’Anjou et acquise par Richelieu est le terrain d’un phénomène très étrange : la supérieure du couvent des ursulines est saisie de convulsions et a des visions terribles. Les démons qui l’habitent seraient le fait du curé de la ville : Urbain Grandier… Or, humaniste et intellectuel Urbain Grandir a pris la plume pour écrire contre Richelieu…

Mêlant les points de vue sur cette illustre affaire religieuse et politique et donnant notamment toute leur place aux paroles des femmes « possédées », Frédéric Gros fuit toute démonstration historique pour donner à vivre tout un climat de vie et tout un horizon de croyances. On est vraiment plongés dans le Loudun du 17e siècle à travers ce roman épais et limpide. Une première fiction réussie et en lice pour le prix FIAC, que signe avec brio le philosophe spécialiste de Michel Foucault (lire notre chronique de son essai sur Le principe sécurité). – Frédéric Gros, Possédées, Albin Michel, 304 p., . Sortie le 17 août 2016.

Enregistrer


Vous aimerez aussi...