Saint-Lazare, la maison de correction du père Vincent sera une prison pour femmes

Novembre 2016, cinquième chronique sur les prisons disparues de Paris.

Si vous cherchez où était la prison Saint-Lazare n’allez pas du côté de la gare du même nom mais gagnez le haut du faubourg Saint-Denis, vers la gare de l’Est, presque à l’angle du boulevard Magenta, avant la rue de Chabrol, dans le 10e arrondissement de Paris.

De la rue du faubourg Saint-Denis jusqu’à l’extrémité des rue d’Hauteville et de Paradis, jusqu’au mur d’octroi s’étendait les terrains de la congrégation de Saint-Lazare.

« Comme Sainte Pélagie », écrit Maxime Du Camp dans sa description de Paris jusqu’en 1870 « Saint-Lazare est une vieille maison, énorme, mais décrépite ; excellente pour un couvent, désastreuse pour une prison. »

Au XVIIe siècle on y confiait aux pères lazaristes des détenus mineurs et des jeunes en correction paternelle dépendant de leur père jusqu’à l’âge de 25 ans bien que la majorité pénale soit alors à 20 ans. L’établissement a servi de maison de force pour des religieux indélicats et a eu des détenus célèbres, voici quelques noms …

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Les nautes de Paris


Vous aimerez aussi...