Clairvaux entre cloître et prison.

Sous les mêmes voûtes se sont succédé sept siècles de claustration religieuse et deux siècles de réclusion carcérale. Nul lieu, mieux que Clairvaux, ne raconte l’enfermement. Les photos de l’artiste Marion Lachaise narrent cet enchevêtrement entre cloître et prison, retrait volontaire et isolement subi, immensité cistercienne et contraintes pénitentiaires. Partout dans l’abbaye les murs ont été percés d’œilletons et c’est à travers eux que Clairvaux se laisse voir, ou plutôt apercevoir. L’œil saisit la rouille des grilles, l’épaisseur des murs, l’esquisse d’une femme nue, les lettres d’un prénom, les traces des rêves sur les photos déchirées et collées des magazines féminins, la signature d’un condamné. Le livre L’œil de Clairvaux se déploie comme les Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau, il recompose à l’infini un monde qui fut autant silence que cris, recueillement que déchaînement de violence, foi que désespoir.

L’avocat Thierry Lévy évoque ce lieu de double enfermement qu’il a découvert en défendant Claude Buffet, qui sera condamné à mort en 1972 avec Roger Bontems pour avoir tué un gardien et une infirmière lors d’une tentative d’évasion de Clairvaux…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site le monde.fr/grands-formats


Vous aimerez aussi...