« Pas facile d’avoir un gendre  » : L’affaire des décorations

Le député Wilson gendre du président de la République, Jules Grévy

Le député Wilson gendre du président de la République, Jules Grévy

Rappel des faits : En septembre 1887, une enquête de police découvre une officine, dirigée par une dame Limouzin, où se pratique un trafic de décorations. Plusieurs personnalités sont mises en cause, parmi lesquelles le député Wilson, propre gendre du président de la République, Jules Grévy. L’homme, « sarcastique, ténébreux et ambitieux », exerce une influence déplorable sur son beau-père. Il n’a pas hésité à utiliser les services de l’Élysée pour attribuer des subventions à des journaux de province et à user de son influence pour faire accorder la Légion d’honneur.

À la suite des conclusions accablantes d’une commission d’enquête parlementaire, qui constate le maquillage de certaines pièces du dossier Wilson, le cabinet Rouvier, violemment attaqué par Clemenceau, doit démissionner et Jules Grévy est directement mis en cause. Il faut la pression de la rue, avec de violentes manifestations, et l’abandon des opportunistes qui refusent de constituer un nouveau ministère pour que le président de la République, totalement isolé, se décide à démissionner le 2 décembre. Dès le lendemain, les Chambres se réunissent à Versailles pour lui donner un successeur. Mais la candidature de Jules Ferry, appuyée par les opportunistes, se heurte à l’opposition violente des radicaux, qui détestent l’homme de l’expansion coloniale, et des conservateurs, hostiles à l’instauration de la laïcité dans l’enseignement.

Devant le risque d’émeutes, Clemenceau sauve la situation et obtient l’élection de Sadi Carnot. Le 12 décembre, la crise s’achève avec la formation du gouvernement Tirard. (Photographie à la une : Daniel Wilson et Alice Grévy.)

Un lien utile  Les scandales de la République : De Panama à …