Bruno Solo : “Incarner Mendès France est un honneur et une fierté » …

Séquence rétro cinéma Crimino – Rappel des faits historiques : Le 9 mai 1941, le tribunal militaire de Clermont-Ferrand juge et condamne Pierre Mendès France à six ans de prison au terme d’un procès inique. Pour rendre hommage à ce grand Français qui « a souffert dans cette ville il y a soixante ans », une plaque a été apposée à l’entrée de la salle Savaron de l’Hôtel de Ville, dans laquelle s’est déroulé le procès.

« Pierre Mendès France, revêtu de son uniforme de lieutenant de l’armée de l’air, tendu, très pâle, amaigri (il a perdu quinze kilos en six mois de détention), pénètre dans la salle du tribunal militaire de Clermont-Ferrand. L’audience est publique mais « pour éviter tout incident », on ne peut y assister que sur invitation : l’accusation a reçu trois cents cartes, la défense six… Voici les faits tels qu’ils n’ont sans doute pas été rappelés…

En 1939, Pierre Mendès France a trente-deux ans. Ancien sous-secrétaire d’État du gouvernement Blum, député-maire de Louviers, conseiller général de l’Eure, porte-parole de l’aile gauche du parti radical, il est bien décidé à se battre contre Hitler. Lieutenant de réserve, alors que son mandat de député lui permettrait d’obtenir un poste sans risque, il est nommé dans l’aviation au Levant et réclame une affectation au front. Le 19 juin, avec une centaine de parlementaires, il s’embarque sur le Massilia en partance pour l’Afrique du Nord. Le gouvernement comptait s’y installer mais, en cours de route, il y a contrordre. Mendès refuse de rentrer et préfère rejoindre son unité au Maroc. À l’un de ses chefs qui lui demande s’il ne compte pas rejoindre Vichy pour participer à la session de l’assemblée nationale, il répond : « En attendant de retrouver un régime démocratique, la France sera gouvernée par des gens choisis directement ou indirectement par l’ennemi. Je ne participerai pas à la comédie qui va se jouer à Vichy ».*

Le 31 août 1940, il est conduit à la prison militaire de Casablanca. Le motif tel qu’on peut alors le lire dans certains journaux : « arrestation du député juif Mendès France qui a déserté pendant la campagne de France ». Transféré le 12 octobre 1940, à la prison militaire de Clermont-Ferrand, il rejoint son ami et député, comme lui, Jean Zay, déjà condamné. L’instruction menée par le colonel Leprêtre, l’homme sur lequel Vichy compte pour le faire condamner, traîne de nombreux mois. Des témoins essentiels qui pourraient disculper l’accusé ne sont pas convoqués : le but est bien d’assurer, coûte que coûte, une condamnation. Lucie et Edgar Faure, repliés dans la région, rendent de fréquentes visites à Mendès France et lui sont d’un précieux réconfort. 9 mai 1941, jour du procès. Ses chefs témoignent clairement en sa faveur. Ses avocats défendent une cause apparemment évidente : quel drôle de déserteur, en effet, qui n’a cessé à l’heure du combat, de vouloir se battre ! Et quelle justice que celle conduite par la hargne politique et le racisme ?

Mais la tâche est impossible : le tribunal et l’accusation se désintéressent ostensiblement de leurs propos. Mendès France est condamné à six ans de prison ferme, avec perte de son grade et dix ans de privation des droits civils, civiques et familiaux. Après le rejet de son pourvoi en cassation, Pierre Mendès France ne songe plus qu’à une seule chose : s’évader. Transféré depuis le 13 mai pour insuffisance hépatique, à La Providence, annexe de l’hôpital militaire de Clermont-Ferrand transformée en hôpital-prison, il s’échappe, le 21 juin, par la fenêtre donnant sur l’avenue Albert et Elizabeth, dont il a scié les barreaux, et prend le train. Après plusieurs mois de traque à travers la France, il rejoint le général de Gaulle à Londres, en février 1942. » Document sonore disponible sur le site de Clermont-ferrand

Bruno Solo interprète Mendès France

Bruno Solo interprète Mendès France

SynopsisL’histoire d’un homme victime d’une machination avec, pour seule arme, son intégrité pour se défendre. Face à cet homme, un groupe hostile qui s’obstine à l’anéantir. Anéantir le radical socialiste, le secrétaire d’état de Blum, le franc-maçon mais aussi et surtout le juif.

Accusé Mendès France – vidéo Dailymotion

Film « Accusé Mendès France » – FilmsDocumentaires.com

France 2 : Accusé Mendes France. Entretient avec Bruno Solo …

Accusé Mendès France – Bande-annonce – YouTube

Date de sortie 10 juin 2014 en DVD (1h 30min)

De Laurent Heynemann

Avec Bruno Solo, Jacques Spiesser, Didier Bénureau plus

Genres Drame, Biopic

Loin des rôles de nerveux rigolo qui ont l’ont fait connaître, Bruno Solo interprète Pierre Mendès France dans un téléfilm diffusé ce soir, sur France 2. Un homme à l’aube de sa carrière politique. En 1941, jugé pour désertion par un tribunal aux ordres de Vichy, le futur président du Conseil se bat alors pour défendre son honneur…

Pour lire l’entretien réalisé par Isabelle Poitte et publié le 08/03/2011. Mis à jour le 29/03/2012 television.telerama

bruno-solo-et-dominique-pinon-joueront-ensemble-a-la-rentree-2011Après un court passage par le théâtre, Bruno Solo débute comme chauffeur de salle. Devenu, à l’instar de José Garcia, animateur sur Canal +, il présente, aux côtés d’Yvan Le Bolloc’h, Le Top de 1991 à 1993 et Le Plein de super de 1993 à 1994. Mais c’est sur M6, à partir de 2001, que les deux acolytes connaissent leur apogée télévisuelle avec le programme court Caméra café.

Pur produit du petit écran, Bruno Solo décroche l’un de ses premiers rôles au cinéma dans Tom est tout seul (1995) de Fabien Onteniente, un réalisateur avec qui il collaborera à nouveau sur les comédies Grève-party (1998) et Jet Set (2000). Mais c’est le personnage d’Yvan, dans La Vérité si je mens ! (1997) et La Vérite si je mens ! 2 (2001), qui lui confère véritablement le statut de comédien. En 2003, l’ancien journaliste de Studio Denis Parent en fait le héros désabusé de son premier long métrage, Rien que du bonheur, tandis que le cinéaste Bruno Delahaye lui confie la tête d’affiche du film Livraison à domicile.

En 2005, Bruno Solo retrouve son fidèle complice Yvan Le Bolloc’h pour Espace détente, l’adaptation ciné de la série à sketches Caméra café. Le succès est tel qu’une suite, intitulée Le Séminaire et réalisée par Charles Nemes, voit le jour quatre ans plus tard. Entre-temps, le comique trouve un parfait contre-emploi – le commandant Reidacher – dans le drame Mon colonel (2006), tourne pour Mocky (13th French Street, 2007) et rejoint le film choral Bancs publics (Versailles rive droite) de Bruno Podalydès avant de s’aventurer en Guyane dans 600 kilos d’or pur. Biographie établie sur Allocine

Un excellent ouvrage de Jean Denis Bredin recommandé  pour les amis de Crimino :

ob_ec9526_indexParution du livre le 3 septembre 2002 aux Éditions Fayard – Le récit du procès de Mendès France, en mai 1941, injustement accusé de « désertion devant l’ennemi » par un tribunal pétainiste.

Pierre Mendès France est le symbole même de ces juifs qui ont identifié leur destin avec celui de la République. Né en 1907, ce jeune homme pétri de dons, sous-secrétaire d’État au Trésor dans le second cabinet Blum (1938), est, dès septembre 1939, volontaire dans l’aviation. Faisant partie des députés qui refusent l’idée d’un armistice, il s’embarque pour le Maroc à bord du Massilia (juillet 1940). Sous le prétexte qu’il n’est pas démobilisé, Vichy le fait arrêter pour désertion, le fait interner et juger à Riom parmi les responsables de la défaite. Le procès, sans fondement juridique, finira par être suspendu, mais il donnera l’occasion à Vichy de donner libre cours à l’antisémitisme le plus grossier. Mendès France sera, de tous les accusés de Riom, celui qui se défendra avec le plus d’ardeur et de conviction. Jusqu’à la fin des années 1950, il se battra juridiquement pour sa réhabilitation avec panache et ténacité, tant il croit aux principes républicains.

« Vient l’ultime formalité : la signification de l’arrêt au condamné. Elle a lieu dans la salle d’audience qui a été évacuée. Ni le public ni les juges ne sont plus là. La garde assemblée présente les armes. C’est le greffier qui donne, solennellement, lecture de l’arrêt : « Le lieutenant Mendès France est-il coupable de désertion à l’intérieur en temps de guerre ? » À la majorité de six voix contre une, oui, l’accusé est coupable. »

Mendès France l’interrompt : « Le tribunal a menti. »

Le greffier, décontenancé, s’est arrêté un moment. Puis il enchaîne : « Sur la seconde question, à la majorité, il existe des circonstances atténuantes. » En conséquence, le tribunal condamne le lieutenant de réserve Mendès France Pierre, Isaac, Isidore à la peine de six ans d’emprisonnement et à la perte du grade… »

Le greffier arrive au bout de sa lecture. À peine s’est-il arrêté que le condamné se tourne vers la garde. Les soldats sont blêmes. Mendès France s’avance vers eux. Il leur dit : « On vient de condamner un innocent par haine politique. Ce n’est pas la justice de la France, c’est celle de Hitler. Ne désespérez pas de la France. » » (L’auteur)

Jean Denis Bredin : Un tribunal au garde à vous – Vidéo Ina.fr

Jean Denis Bredin : Un tribunal au garde à vous – Dailymotion

Enregistrer


Vous aimerez aussi...