« Céline était un agent d’influence nazi » selon Pierre-André Taguieff et Annick Duraffour

Quelle charge! Pierre-André Taguieff et Annick Duraffour livrent une enquête sans concession sur l’auteur de Voyage au bout de la nuit, présenté comme un antisémite obsessionnel. Ils révèlent à L’Express, en avant-première, leurs découvertes. Polémique en vue.

Voilà un ouvrage qui devrait faire du bruit. On y déboulonne, à grands coups de burin, une idole: Louis-Ferdinand Céline. Ce n’est pas le romancier de Voyage au bout de la nuit qui est ici mis en cause, mais l’auteur des trois terribles pamphlets antisémites parus entre 1937 et 1941, Bagatelles pour un massacre, L’École des cadavres et Les Beaux Draps. Trois ouvrages sulfureux jamais réédités depuis la guerre, conformément au souhait de la veuve de l’écrivain, Lucette Destouches, qui a fêté ses 104 ans l’an dernier (1) –  (Photographie à la une : Céline, un « pro-hitlérien déclaré » qui « a donné dans la délation ». Portrait daté du 12 octobre 1951 à Paris.afp.com)

Pour lire l’intégralité de cet article de presse sur le site de l’express

Recensé : CÉLINE, LA RACE, LE JUIF. LÉGENDE LITTÉRAIRE ET VÉRITÉ HISTORIQUE, par Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff. Fayard, 1180p.,

NOTRE DOSSIER >> Louis-Ferdinand Céline


Vous aimerez aussi...