L’affaire Violette Nozière (1/3)

917-00

1934, la presse se déchaîne. Violette Nozière est condamnée à mort pour parricide.

Premier volet de la série sur l’affaire Violette Nozière

En 1934, une jeune parricide de 18 ans est condamnée à mort à l’issue d’un procès qui a déchaîné la presse et l’opinion.

« Condamnée à mort ». Le 13 octobre 1934, la sentence s’inscrit en grosses lettres à la une des journaux français, comme ici dans Paris-Soir.

C’est l’épilogue (provisoire) d’une affaire qui vient de défrayer la chronique des mois durant. À 18 ans, Violette Nozière est jugée pour avoir empoisonné son père et tenté d’empoisonner sa mère. La jeune femme accuse son père d’incestes répétés. « Sa mort seule pouvait me délivrer de lui« , déclarera-t-elle.

L’opinion est sous le choc. Dans le contexte d’affrontement entre droite et gauche, l’affaire est très vite au centre des débats. La droite voit dans Violette Nozière le symbole d’une jeunesse d’après-guerre dévoyée, fait appel à l’ordre moral et au retour des valeurs. La presse conservatrice se déchaîne, publiant une surenchère d’informations. Les tirages des quotidiens augmentent : Violette Nozière fait vendre.

Le 10 octobre 1934, le procès s’ouvre à Paris devant la cour d’assises de la Seine. La foule envahit le tribunal…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 5 février 2017 sur le site retronews

Photographie à la une bande défilante : PARIS – VIOLETTE NOZIERES Le procès de Violette Nozières (1915-1966), parricide. Paris, 1933. RV-313382 © Roger-Viollet – Lire les conditions générales d’utilisation des photos


Vous aimerez aussi...