La destinée du lieutenant médecin Madeleine Pauliac et L’Escadron Bleu en 1945 – Des volontaires françaises pour rapatrier les prisonniers de guerre

Le 10 février 2016, sortait au cinéma Les Innocentes, un film d’Anne Fontaine sur l’engagement d’une déléguée de la Croix-Rouge française en Pologne en 1945-1946, aux prises avec la violence du direct après-guerre. Le film s’inspire de l’histoire vraie de Madeleine Pauliac, alias Mathilde Beaulieu.

Retour sur le contexte, les conditions particulièrement difficiles d’intervention des délégués et volontaires engagés sur les missions de rapatriement et d’aide aux populations, dans une Europe dévastée.

Mai 1945 marque le terme officiel de la Seconde Guerre mondiale, qui a fait 35 millions de morts. A la même date, on évalue à 50 millions le nombre de migrants sur les routes d’une Europe en ruines : prisonniers de guerre, déportés et travailleurs forcés libérés, populations fuyant les derniers combats, la famine, ou déplacées de force par les modifications des frontières. Il s’agit du plus grand mouvement de populations de l’histoire, dans des conditions de misère et de violence parfois extrêmes.

Dès le 13 avril 1945, les équipes d’urgence de la Croix-Rouge française (conductrices, infirmières, secouristes et simples bénévoles) des départements de la Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne sont mobilisées par un arrêté du ministère des Prisonniers, Déportés, Réfugiés (PDR) pour participer au retour des Français libérés. Sur le territoire, elles accueillent et accompagnent les prisonniers de guerre et les rapatriés des camps de concentration.

En parallèle, comme de nombreuses sociétés nationales, la Croix-Rouge française déploie des délégations à l’étranger, pour appuyer les missions de rapatriement créées par ce même ministère. Déjà en 1943, elle avait mis en place des délégations en Europe (Grèce, Roumanie) pour venir en aide aux soldats, aux prisonniers de guerre français et aux ressortissants civils français. Treize délégations sont ainsi créées de l’URSS jusqu’au Levant et perdurent parfois jusque dans les années 1950. Au regard du chaos généré par l’après-guerre, l’action va s’étendre indistinctement à toutes les populations en souffrance. Ce sont dans les pays libérés par les alliés, les plus dévastés et les plus concernés par les mouvements de population que les actions les plus importantes se déploient : en Allemagne, avec plusieurs centres de soins et d’accueil, en Autriche et en Pologne. En outre, pour les rapatriements des stalags, camps de concentration et travailleurs forcés, infirmières, infirmières pilotes secouristes de l’air (IPSA), assistantes sociales et conductrices ambulancières de la Croix-Rouge française sont mises à disposition des armées, en lien avec ces délégations. Ces dernières assurent dans le même temps avec Paris et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la mission de recherche des personnes disparues.( Photographie à la une   :  frontière polono-tchèque.- L’escadron bleu)

La destinée de Madeleine Pauliac

m-pauliacEn accord avec la Croix-Rouge polonaise, une délégation de la Croix-Rouge française, émanation de la délégation créée à Moscou, est elle aussi ouverte à Varsovie en avril 1945 et confiée en juillet au jeune lieutenant Madeleine Pauliac, qui fut médecin dans la résistance à 27 ans et participa aux campagnes de la Libération. Dans une ville quasiment rasée fin 1944, elle gère, dans le quartier de Praga, un hôpital de dix lits, un dispensaire et un centre d’accueil pour les réfugiés. Elle a également en charge les conductrices-ambulancières de la Croix-Rouge française, dites de l’Escadron bleu, avec lesquelles elle part parfois sur les routes ravagées de Pologne pour ramener des personnes libérées des camps et des réfugiés. Elles iront parfois jusqu’en zone russe et côtoieront de près les armées soviétiques, tristement connues pour leur brutalité. Le film d’Anne Fontaine retrace la vie de Madeleine Pauliac durant ces quelques mois passés aux côtés de religieuses violées par les soldats russes. Il témoigne du courage et de l’engagement de toutes ces femmes face à l’atrocité de la guerre, qui ont agi souvent bien au-delà de leur mission. Elles avaient pour la plupart à peine 30 ans. Madeleine Pauliac trouvera la mort sur l’une de ces routes périlleuses, en février 1946. Croix-Rouge de Sens

Lire aussi L’escadron-bleu-1945


Vous aimerez aussi...