La tuerie d’Auriol : massacre chez les barbouzes

Photographie de Jacques Massié , policier de métier, assassiné © MaxPPP – 2015

Près d’Aubagne, le 20 juillet 1981, on découvre un véritable massacre dans une bastide appartenant à l’inspecteur de police et membre du Service d’action civique Jacques Massié.

C’est une affaire politique qui a secoué la République et a tétanisé la droite gaulliste, car derrière le carnage d’Auriol, il y a cette curieuse association, entre lobbying politique et truanderie, le SAC : Service d’Action Civique.

La tuerie d’Auriol va d’ailleurs déboucher, un an plus tard, sur la dissolution de cette officine créée dans les années 1960 par le parrain de la françafrique, le confident du général de Gaulle : Jacques Foccart.

On ne peut pas comprendre le climat de l’époque, et donc l’arrière fond de la tuerie d’Auriol, si on ne se replace pas dans le contexte politique de cet été 1981 : François Mitterrand vient d’arriver au pouvoir, la gauche à l’Élysée ! Avec des ministres communistes !  Pour la droite traditionnelle, et plus encore pour les milieux d’extrême droite dans lesquels navigue le SAC, c’est bien plus qu’une alternance : c’est un tremblement de terre. Une catastrophe nationale. Il faut imaginer l’état de panique qui saisit l’ancien régime et, plus encore, ses arrières-cours comme le Service d’Action Civique. Que de secrets à cacher ! De dossiers et de mauvais coups qui ne doivent absolument pas être découverts par la nouvelle majorité qui a désormais accès aux dessous de la République.

Dans un tel contexte, comment et pourquoi Jacques Massié, le responsable des Bouches-du-Rhône a-t-il été éliminé par ses propres compagnons ? Pourquoi avoir assassiné toute sa famille, y compris un enfant de 7 ans ? Et quels secrets pouvait bien détenir Jacques Massié pour être devenu un acteur aussi gênant ?

Invité de l’émission Affaires sensibles lundi 27 avril 2015 par Fabrice Drouelle   : Nous allons revenir sur ce mystère de la tuerie d’Auriol en compagnie d‘Alex Panzani. Journaliste, il a enquêté et écrit un livre, en 1994, intitulé La tuerie d’Auriol. Il a longtemps travaillé à Marseille comme grand reporter au quotidien Le Provençal et comme correspondant de TF1. La tuerie d’Auriol : massacre chez les barbouzes

La tuerie d’Auriol – Faites entrer l’accusé

La tuerie d’Auriol – RTL


Vous aimerez aussi...