« Des enfants de la Grande Famille » ? Les compagnies de gendarmerie autochtones dans le nord de l’Espagne (1810-1813)

Garde royale italienne, 1810. Dessin de Marbot, lithographie de David in D. de Noirmont et A. de Marbot, Costumes militaires français, tome 3

L’arrivée dans le nord de l’Espagne des vingt escadrons de gendarmerie impériale créés par le décret impérial du 24 novembre 1809 correspond à la floraison d’unités autochtones aux statuts variés mais disposant d’une appellation en rapport avec l’institution française. Composées de jeunes gens recrutés localement et parfois d’anciens insurgés, elles s’apparentent rapidement à des formes de gardes civiques très éloignées de la gendarmerie française. Destinés à servir de guides et d’interprètes, les gendarmes indigènes se muent progressivement en unités de contre-guérilla, aux résultats parfois satisfaisants, malgré quelques exactions et plusieurs complots. Sur la fin de la période, les membres de ces unités décimées par les désertions ou dissoutes pour inconduite sont envoyés en France comme réfugiés, où ils attendent plusieurs années de pouvoir rentrer en Espagne en sécurité.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Gildas Lepetit p. 50-60 255 | 2009 : Les étrangers dans l’armée française

Sur le site de la Revue Historique des armées rha.revues.org/6756


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *