Emmanuelle Béart, impressionnante mère de famille dans La France de la débâcle de 1940 (Les Égarés)

Analyse média : En quelques semaines, près de huit millions de personnes s’enfuient du Nord vers le Sud de la France, emportant avec elles de maigres bagages. Sur ce cliché, une femme tire une charrette, transportant certainement le peu d’affaires qui lui reste. Un véhicule à l’arrêt, surchargé de bagages, est garé sur le bas-côté, peut-être à cause d’une pénurie de carburant ? On soupçonne en arrière-plan, une longue file de « véhicules ». Musée de la Résistance

Rappel historique : L’exode de 1940 en France est une fuite massive de la population française en mai-juin 1940 lorsque l’armée allemande envahit la majorité du territoire national lors de la fin de la bataille de France. Huit millions de personnes s’exilent de façon massive, parfois sans but, soit près du cinquième de la population française de l’époque.

Synopsis du film les Égarés :

Juin 1940, lors de la débâcle, Odile, institutrice et jeune mère de famille, décide de partir avec ses deux enfants, Philippe et Cathy. Lorsque la voiture est détruite par une bombe, la petite famille se retrouve totalement désemparée. C’est alors qu’Odile et ses enfants croisent la route d’Yvan, un adolescent dont les parents ont été tués quelques semaines plus tôt. Yvan les aide à trouver un abri pour la nuit et propose une grande maison qu’il a repérée dans les bois. Odile refuse d’abord ce qu’elle considère comme une violation de domicile, mais finit par accepter de s’installer dans la demeure. L’institutrice et ses enfants apprennent peu à peu à connaître le jeune homme…

Genre : échappée belle.

Un endroit à l’abri de tout : certains vont au cinéma pour ça, d’autres en font pour ça aussi. Les Égarés semble n’exister qu’afin d’accomplir cette utopie. Le monde est un champ de bataille, courage, fuyons ! En juin 1940, à l’heure de la débâcle, une institutrice veuve et ses deux enfants se réfugient, avec un adolescent rencontré sur la route, dans une maison isolée dans les bois.

La guerre et la foule laissées hors champ, Téchiné recompose une cellule familiale sans père et symboliquement incestueuse. Une microcommunauté dont chacun transgresse les règles, dans un flottement édénique. Emmanuelle Béart suggère cela idéalement, aussi crédible en chef de famille sévère qu’en amante éperdue. Le ciné­aste célèbre à travers elle les vertus et les vertiges de l’égarement, mais en toute ­lucidité. La beauté du film tient beaucoup à la sensation d’éphémère qu’il distille, comme la prescience d’une cause perdue. Pour vivre heureux, vivons cachés… Mais qui le peut ? — Louis Guichard – Critique du 18/04/2015 dans telerama.fr/cinema

Fille du chanteur Guy Béart et de Genevieve Galea, mannequin aperçu dans Les Carabiniers, Emmanuelle Béart fait ses premiers pas à l’écran à 7 ans dans La Course du lièvre à travers les champs (1972). Partie étudier à Montréal, elle y croise, dans une boite de nuit, Robert Altman, qui l’engage pour un film qui ne verra pas le jour. De retour en France, elle apparaît chez David Hamilton, puis tourne dans L’Amour en douce et Un amour interdit, deux films qui lui valent chacun une nomination au César du Meilleur espoir. Mais le personnage qui lui apporte la célébrité est celui de la sauvage Manon des Sources pour Claude Berri, avec à la clé un César du Meilleur second rôle en 1987. Loin de son image glamour, Emmanuelle Béart fait en 1989 une composition remarquée de délinquante dans Les Enfants du désordre. Sa carrière est ensuite jalonnée de rencontres avec de grands auteurs : Rivette (ell… Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *