L’affaire Jacques Viguier – Disparition d’une femme

Le 27 février 2000, Suzanne Viguier disparaît. Les soupçons se portent rapidement sur son mari, professeur agrégé de droit public à Toulouse.

Invitée de l’émission RTL de Jacques Pradel : Stéphane Durand-Souffland, chroniqueur judiciaire au Figaro, auteur du livre « Disparition d’une femme, l’affaire Viguier« , publié en poche chez Points en 2014.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission L’Heure du crime

Parution du livre le 23 octobre 2014 – Le 27 février 2000, Suzanne Viguier disparaît. Son mari, Jacques Viguier, devient rapidement le suspect n° 1 : tout, dans sa conduite totalement erratique et silencieuse, ses faux-pas et ses maladresses, l’accuse. Il sera pourtant acquitté après deux procès d’assises, riches en coups de théâtre. Duels d’avocats, témoins incohérents, manoeuvres policières, exagérations médiatiques, Stéphane Durand-Souffland démonte ici les rouages d’une machine judiciaire qui n’est rien moins qu’infaillible. Et nous raconte comment on « fabrique » un coupable.

Extrait de l’avant-propos – Le dimanche 27 février 2000, une femme a disparu à Toulouse.

Suzanne Viguier («Susy»), née Blanch, trente-neuf ans, une brune mince au regard espiègle, est l’épouse d’un professeur agrégé de droit et la mère de trois jeunes enfants : une fille, Clémence, et deux jumeaux, Guillaume et Nicolas. Elle réside avec sa famille rue des Corbières, dans le quartier tranquille et excentré de la Terrasse, et enseigne la danse. Depuis plusieurs mois, elle a un amant, joueur de tarot, qui lui a transmis la passion des cartes.

Nul ne l’a plus jamais revue.

L’enquête, à sens unique, s’est rapidement orientée vers le mari de Suzanne, Jacques Viguier. Son comportement singulier avait, certes, de quoi intriguer, de même que plusieurs éléments troublants. Et à défaut de preuves matérielles formelles, à défaut d’aveux, à défaut de mobile sérieux, à défaut de témoignages précis, à défaut même de cadavre, les policiers se sont vite persuadés, encouragés en cela par l’amant de Susy, que l’universitaire avait supprimé son épouse.

L’affaire Viguier montre comment il est possible de construire un coupable en projetant sur le suspect ses propres fantasmes. Car il s’agit moins ici, pour la police et la justice, de confondre un assassin que de se mesurer à un individu dont on exagère les qualités pour mieux valoriser son propre triomphe. Jacques Viguier n’a pas été poursuivi à cause de ce qu’il était censé avoir fait mais de ce que beaucoup auraient voulu qu’il fut. À cause de sa singularité, davantage que de ses actes présumés. On a voulu en faire un notable toulousain arrogant alors qu’il est un paysan ariégeois mal dégrossi dont le seul tort est d’avoir réussi l’agrégation de droit ; un homme intelligent, aux réactions déconcertantes qui rarement le servent ; une bête d’amphithéâtre, mais un piètre maître de maison, inadapté aux contraintes domestiques. Renvoyé devant la cour d’assises de Haute-Garonne dans des conditions acrobatiques, il a comparu une première fois, en 2009, devant les jurés de Toulouse, qui l’ont acquitté. Puis, le ministère public, mauvais joueur, ayant fait appel, il a affronté, en 2010, les jurés d’Albi, qui l’ont également acquitté. Pour la justice, à moins d’un improbable rebondissement, le dossier est donc définitivement clos. –Ce texte fait référence à l’édition Broché .

Revue de presse : Racontant, un an après son terme judiciaire, l’affaire Viguier, qu’il a suivi comme chroniqueur pour Le Figaro, Stéphane Durand-Souffland offre à lire, avec Disparition d’une femme, un passionnant récit de prétoire, qui, outre l’intrigue qu’il déroule, outre le regard qu’il porte sur le fonctionnement de la police judiciaire et de la justice d’assises, constitue une formidable galerie de portraits. (Nathalie Crom – Télérama du 27 avril 2011)

Le romancier Emmanuel Carrère a évoqué dans son livre L’Adversaire (Belin, 2010), consacré à l’affaire Jean-Claude Romand, cette confrérie singulière des chroniqueurs judiciaires qui voit la France à travers ses palais de justice et raconte « ses » procès comme d’autres leurs guerres. Stéphane Durand-Souffland est l’un d’eux. Voilà un peu plus de dix ans qu’il entraîne les lecteurs du Figaro dans sa passion de l’audience, avec une prédilection pour les affaires criminelles. Doté d’une plume dont la drôlerie le dispute à la cruauté, il a couvert, pour son journal, les deux procès Viguier, du nom de ce professeur de droit poursuivi pour l’assassinat de son épouse, Suzy, qui a été acquitté une première fois en 2009 par la cour d’assises de la Haute-Garonne à Toulouse, puis en 2010 par celle du Tarn, à Albi…
Dans le dossier d’instruction, l’auteur traque ces moments de « cristallisation » où se fabrique un masque de coupable. (Pascale Robert-Diard – Le Monde du 5 mai 2011) –Ce texte fait référence à l’édition Broché .
  • Éditeur : Points
  • Collection : Points crime

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *