Romy Schneider incarne un de ses plus beaux rôles : Marthe Hanau, la banquière des années folles

La banquière des années folles : Marthe Hanau

Rappel historique : En 1980, Francis Girod, réalisateur, sort sur les écrans le film La Banquière, interprété par Romy Schneider. L’histoire est celle d’Emma Eckert, « une juive aux penchants homosexuels qui a adopté le fils d’une de ses anciennes maîtresses décédée, fonde une banque pour l’épargne populaire à la suite d’une bonne opération en bourse (1923), vit dans le luxe, fraye avec des gens influents tout en étant très populaire, prend pour amant le brillant Rémy Lecoudray. Le grand banquier Vannister a juré sa perte et, usant de son crédit auprès du pouvoir, la fait emprisonner. Afin d’établir son innocence, elle s’évade avec l’aide de Colette Lecoudray, est relaxée à la faveur d’un changement de gouvernement, mais abattue sur l’ordre de Vannister au cours d’un meeting où elle proclame son honnêteté. Elle expire dans les bras de Colette » (compte-rendu de Daniel Weyl sur son site « Cinéma artistique »).

Cette histoire est inspirée d’un fait divers véridique qui a défrayé la chronique dans la France des années 1930, celle de Marthe Hanau, surnommée la « Banquière » par la presse.

Marthe Hanau est née le 1er janvier 1886 à Paris. Ses parents sont des petits commerçants juifs, originaires d’Alsace, installés sur le boulevard de Clichy. Le père de Marthe est un séducteur qui souffre d’une « maladie honteuse » et tenue secrète. L’affaire familiale, une boutique de vêtements pour enfants qui a pour nom « La Layette », est tenue d’une main de fer par sa mère, une femme intransigeante et sans excentricité. Marthe veut devenir pianiste mais sa mère s’y oppose, trouvant à sa fille un bien « mauvais genre ». Marthe fume en public, refuse de porter des corsets, porte des tailleurs et conduit une De Dion-Bouton, une des toutes premières voitures. Elle a également des aventures avec des jeunes femmes. Sa mère s’oppose à sa première relation avec une musicienne rencontrée à Berck. Pour irriter sa mère ou se venger d’elle, elle sort alors avec une des vendeuses de la boutique parentale : celle-ci est immédiatement virée dès que la mère l’apprend… Pour en savoir plus : univers-l.com/portrait

Synopsis du film : En 1921, à Paris. Emma Eckhert, fille d’un chapelier juif, épouse Moïse Nathanson pour masquer son homosexualité. Elle entretient parallèlement une liaison avec Camille Sowcroft, la fille d’un bijoutier. En 1929, grâce à l’avance financière que lui consent Camille et à l’appui de ses relations, Emma a conquis une place de choix dans le cercle fermé de la haute finance. Populaire, audacieuse, anticonformiste, elle offre aux petits épargnants des taux d’intérêt exceptionnels qui inquiètent les autres banquiers, notamment le puissant Vannister. Celui-ci multiplie les démarches et parvient à gagner la complicité du président du Conseil et d’un juge d’instruction borné. Emma est arrêtée et condamnée pour escroquerie…

Dans le Paris trépidant de l’entre-deux-guerres, une femme, fille d’un chapelier juif et reine de l’anticonformisme, impose ses insolences. Elle fume en public, ne porte ni corset ni voilette et accumule les aventures homosexuelles. Surtout, elle se bâtit une fortune au prix d’un individualisme for­cené, exaspérant les géants de la Bourse. Inspiré de la vie de Marthe Hanau, « la banquière des Années folles », ce ciné-roman est l’un des meilleurs de Girod. Auréolée par la beauté têtue et la fierté déchirée de Romy Schneider, son héroïne rejoint une galerie d’insoumis à panache, où figurent René la Canne et Lacenaire. En banquier dandy et cynique, Trintignant a la rigidité glacée d’un von Stroheim. Mesguich joue un jeune loup de la politique… Tous font de ce spectacle un éblouissement.

Avec cette saga de satin qui navigue entre les rivières de diamants et les fioles de vitriol, Francis Girod signe un petit bijou où l’amour, le pouvoir, l’aventure et la tempête des passions se marient divinement avec l’éclat du baroque. — Nagel Miller – Critique du 16/11/2013 dans telerama

Durée 130 mn

Nationalité : français

Avec Romy Schneider (Emma Eckhert) , Daniel Auteuil , Thierry Lhermitte Voir la distribution

La banquière – YouTube

La Banquière Romy Schneider (1980) Bande annonce – vidéo …

La Banquière (Romy Schneider, 1980) Bande annonce – YouTube

Parution du livre le 17 septembre 1980 – Les années folles? celles qui ont suivi la première guerre mondiale. Leurs lettres de noblesse: le jazz, le cinéma, la T.S.F., les voitures de course, les avions, la naissance du vivre-à-crédit, la fin de l’esprit d’épargne. C’est la joie de vivre, le risque pris, la liberté des mœurs. C’est aussi la Société des Nations, un Paris qui vit au rythme de la Bourse, des entreprises fabuleuses. Époque étonnante que l’apparition d’une femme-banquier étonne. Marthe Hanau, petite mercière de Clichy, devient en quelques années une des femmes les plus en vue, les plus brillantes de Paris. Femme d’affaires dont les amours font scandale, propriétaire d’un journal où la banque et la politique se mêlent, ses innovations sont nombreuses et fort avancées pour l’époque. Mais le succès que rencontre ce phénomène trop turbulent, qui ose trop, qui joue avec le crédit, inquiète banquiers et gouvernement. Marthe Hanau devant les forces qui se coalisent contre elle, succombe. C’est le krach, le procès, la prison, la lutte jusqu’au bout. Un vrai roman toujours historiquement juste, le miroir de toute une société à la fois fantasque et pleine de charme, celle des années folles.

Dominique Desanti, Dominique Persky de son nom de jeune fille, est une écrivaine française, journaliste, historienne, biographe et romancière, née en 1920, morte le 8 avril 2011 à Paris. Résistante, membre du Parti communiste français dès 1943 — elle l’a quitté en 1956—, liée à Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Jacques Lacan, elle était l’épouse de Jean-Toussaint Desanti.

Fille de l’actrice Magda Schneider et de Wolf Albach Retty.

Pendant la guerre, à l’arrivée des nazis, la famille Schneider doit quitter Vienne et l’enfance de la jeune Romy, de son vrai nom Rosemarie Magdalena Albach-Retty, se passe dans un petit village près de Berchtesgaden. Suite à la naissance de leur second enfant Wolfgang, les parents de Romy se séparent. Après des études à l’Internat Goldenstein, près de Salzbourg, Romy Schneider s’inscrit en 1953 à l’École des Beaux-arts de Cologne. A cette époque, le producteur Kurt Ulrich cherche une jeune fille pour interpréter le rôle de la fille de Magda Schneider sa mère, dans Lilas Blanc. Magda le propose alors Romy qui réussit brillamment les essais et obtient ainsi sa première apparition à l’écran à 15 ans. Le film connaît un succès immédiat mais c’est avec la série des Sissi, où elle incarne l’Impératrice Elisabeth d’Autriche, aux côtés de Karl-Heinz Böhm, dans le rôle du jeune Empereur François-Joseph, que Romy Schneider devient célèbre.

1958 est une année importante dans la vie de l’actrice : Pierre Gaspard-Huit lui propose le rôle principal de Christine, un remake du Liebelei de Max Ophüls. Pendant le tournage, elle tombe amoureuse de son partenaire dans le film, Alain Delon. Romy Schneider se fiance avec lui en 1959, et le couple part vivre à Paris où suivront cinq années de passion. Son image de jeune ingénue la suit pendant toute cette période et c’est sa rencontre déterminante avec Luchino Visconti qui lui permet de changer de registre. Ce dernier lui propose un rôle dans sa mise en scène au théâtre du drame de John Ford, Dommage qu’elle soit une putain (1961), aux côtés d’Alain Delon.

La carrière de Romy prend par la suite une dimension internationale avec plusieurs rôles à Hollywood (Prete-moi ton mari (1964), une comédie avec Jack Lemmon, et le film Quoi de neuf, Pussycat ? aux côtés de Woody Allen en 1965). Sa prestation sous la direction d’Orson Welles dans Le Procès en 1963 lui donne enfin l’image d’une femme belle et libre. Si sa carrière évolue positivement, sa vie privée connaît de nombreuses turbulences. En 1966, elle épouse Harry Meyen, metteur en scène de théâtre qui lui donnera son premier enfant David-Christopher et qui se suicidera quelques temps après. La même année, elle rencontre, sur le plateau de La Voleuse, Michel Piccoli qui deviendra l’un de ses amis les plus proches.

Cinq ans après leur rupture, Alain Delon l’impose à ses côtés dans La Piscine de Jacques Deray. Un rôle où elle apparaît radieuse et superbe. Pour Luchino Visconti dans Ludwig… ou le crépuscule des dieux, elle accepte de reprendre le rôle qui l’a révélée au grand public, celui d’Elisabeth d’Autriche, plus âgée cette fois-ci. Sa rencontre avec Claude Sautet est décisive. Il en fait son égérie à travers deux films César et Rosalie et Les Choses de la vie. Ce dernier connaît un très grand succès critique et public qui va placer l’actrice au sommet de sa popularité. Deux ans plus tard, c’est sous la direction d’Andrzej Zulawski qu’elle décroche le premier César de la Meilleure Actrice pour L’Important c’est d’aimer. Une récompense qu’elle recevra de nouveau pour l’Histoire simple de son mentor, Claude Sautet.

Malgré sa rupture d’avec Daniel Biasini, son second mari, et la mort tragique de son fils, Romy débute fin octobre 81, le tournage de La Passante du Sans-Souci. A sa sortie en avril 1982, le film est un triomphe mais à peine un mois plus tard Romy Schneider est retrouvée morte à son domicile. Elle a succombé à une crise cardiaque dont les causes demeurent inconnues. Biographie établie par allocine


Vous aimerez aussi...